… et retrouvé en fôret Nicolas Bernier, Simon Trottier

À écouter d’urgence. Goûte mes disques, Belgium

This item can be downloaded and/or listened to at 12rec.net.

… et retrouvé en fôret

Nicolas Bernier, Simon Trottier

In the press

Chronique

Simon, Goûte mes disques, September 2, 2009

Deuxième et dernière partie du fameux opéra folk/electronica débuté avec Objet abandonné en mer, … et retrouvé en forêt suit à peu de choses près la ligne directrice du précédent opus à cette différence seulement qu’ici on penchera plus directement dans le côté acoustique de la force, l’électronique étant souvent là pour décrire une toile de fond environnementale et discrète. Les guitares sont ici intenses, jouées en arpège pour la plupart à la manière des grands solistes expérimentaux: chaudes, prompte à dégainer des grooves cruels de tristesse et admirablement enclavées dans la matière électronique. On retrouve ici la collaboration Bernier/Trottier sous des formes que l’on aime: mystérieuse et puissante par son pouvoir de création. Une avant-garde légère qui prend racine dans une tradition forestière, solide comme le tronc d’un chêne centenaire, légère et docile au vent comme la cime d’un pin rachitique.

Car si le sujet peut parfois paraître sérieux dans son traitement et son orientation, les ballades ici dessinées ne jouent à rien d’autre qu’à créer du mouvement, alterner hautes et basses pressions pour donner aux rafales de vent des chaleurs contradictoires. Car ici on respire à grands poumons, comme seul au milieu d’un arboretum isolé, les bourrasques de vent s’engouffrant entre les anciens résidents du monde sylvestre. Alors plutôt que de jouer les fines bouches, on préférera se placer face au mistral pour sentir le piquant de la brume matinale sur les oreilles, on ouvrira bien grand la bouche pour se sentir une dernière fois vivant (le mur de bruit blanc de Bois Mort valant mille de mes discours pompeux) au milieu des sapins.

Voilà encore un disque en face duquel on se sentira petit: petit devant les ultimes mélopées d’un bluesman amoureux, petit devant la légèreté et la consistance d’un laptop romantique, mais surtout petit devant une maestria de talent combiné, dont la fusion écrase de loin tout ce que vous pouvez connaître du folktronica. D’ailleurs, parler de folktronica pour qualifier Objet abandonné en mer … et retrouvé en forêt tiendrait de l’insulte tant ce disque est exigeant aussi bien dans le folk que dans l’ambient/electronica. Un disque qui plaira donc aux amateurs respectifs de ces deux genres, conscient qu’il est pour tous une porte d’entrée idéale à l’inconnu. À écouter d’urgence.

À écouter d’urgence.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.