Requiem Michel Chion

  • Ina-GRM

Le Monde de la Musique 4

Répertoire 9

… Chion’s work is probes the existential panic of those living under the threat of death. Outsight, USA

It’s French, it’s acousmatic… what more could you ask for? Splendid E-Zine, USA

Not in catalogue

This item is not available through our web site. We have catalogued it for information purposes only.

Requiem

Michel Chion

  • CD
    IMED 9312
    Out of print

Notices

Preface

The wild evolution of our societies forces all of us to re-examine our abilities and to develop our faculty to adapt, unlike anything preceding generations have had to deal with. In this respect, Michel Chion is fully armed to face this day and age, with as much versatility (historical chronicler, essayist, biographer, musicologist, filmmaker, composer) as know-how (writer of stature, experienced speaker, outstanding musician).

But present times are also the crucible of disillusions, the levelling of ideas, and the obsolescence of ideologies. By becoming committed to new forms of communication and by passionately taking a stand for the music of “fixed sounds,” Michel Chion carries on a tradition that now belongs to the past, where the debating of ideas expressed something other than the helplessness of politicians or the distress of the man in the street.

But it is precisely through this close chemistry, this merging of standpoints that are generally mutually exclusive that Michel Chion is perhaps presenting us with a path to explore, a “future with a future.”

François Guérin, Montréal [x-93]

Requiem, the Disc

The three works gathered on this album were composed at different times and with distinct aims — although the Requiem and Nuit noire (Black Night) do exhibit common elements. Nevertheless, they can be listened to as a single program made up of three complementary parts, in which time first appears as solemn and ritualized (the Requiem), then maximally contracted (Variations), to finally become more and more still and floating, in an attempt to lead the listener to the edge of his night.

Michel Chion, Paris (France) [x-93]

Some recommended items

In the press

  • Tom Schulte, Outsight, July 1, 1999
    … Chion’s work is probes the existential panic of those living under the threat of death.
  • George Zahora, Splendid E-Zine, December 7, 1998
    It’s French, it’s acousmatic… what more could you ask for?
  • Laurie Radford, Contact!, no. 9:1, September 1, 1995
    … musique concrète at its purist and leanest, perhaps also at its most profound.
  • Pascal Brissaud, Répertoire des disques compacts, no. 68, April 1, 1994
    … cette musique parle, malgré sa prodigieuse maîtrise intellectuelle, avant tout à nos tripes, jusqu’à l’insoutenable.
  • Jérome Noetinger, Revue & Corrigée, no. 19, March 1, 1994
    … un véritable punk au milieu de compositeurs bloqués.
  • Franck Mallet, Le Monde de la Musique, no. 175, March 1, 1994

Review

Tom Schulte, Outsight, July 1, 1999

Chion began splicing together tape making musique concrète in France in the 1970s. The title track [Requiem] to this collection of pieces is a 37:16 dark, mysterious and at times demented version of the classic Funeral Mass. Funeral Mass is the basis for all classical requiems. While such classic requiems glorify in the suggestion of eternal life suggested by the religious interpretation of death, Chion’s work is probes the existential panic of those living under the threat of death. A dark, kaleidoscope collage of cruel whispers, snippets of choral works and eerie, segmented sacred string music promote a feeling of uneasiness and abandonment. Variations (10:02) finds Chion still working creatively with tape in the late 80s and 1990. An odd, transmogrified waltz is the underlying theme to this series of sonic portraits separated by silent periods. Nuit noire (Black Night) (22:14) precedes Variations chronologically and is dedicated to American science fiction writer Philip K Dick (Blade Runner, Radio Free Albemuth, Valis). This nightmare sequence is an aural re-enactment of a sleepless night of terror. Creaking, groaning and things that go bump in the night cavalcade through this unsettling work. (4/5)

… Chion’s work is probes the existential panic of those living under the threat of death.

At a Glance Reviews

George Zahora, Splendid E-Zine, December 7, 1998

Requiem contains three classic musique concrète compositions from Michel Chion. All were produced at the GRM in Paris (the acousmatic headquarters of the world). The Requiem itself is an electronic take on the traditional form. Variations is a ‘technical study’ which takes an original waltz theme and fragments it. Nuit noire is considered a ‘monodrama’ — that is, a drama centering around one ‘character.’ In this case what we hear are the detached reactions of this ‘character’ to a nightmare. It’s French, it’s acousmatic… what more could you ask for?

It’s French, it’s acousmatic… what more could you ask for?

Review

Laurie Radford, Contact!, no. 9:1, September 1, 1995

The twelfth release from empreintes DIGITALes (which now boasts a catalogue of twenty one CDs exemplifying the diversity of the electroacoustic arts) is a collaboration with GRM, and is one of a number of recent projects involving international electroacoustic artists. This disc is of special note since the principal work, Requiem, was first presented on vinyl by GRM in the year of its completion and premiere in 1973.

Chion is a senior French electroacoustic composer and one of the art’s principle theoreticians advocating a return to the noncausal principles at the origin of musique concrète, and composes rigorously in this style. He has a large and diverse œuvre dating back to the sixties including many large scale ‘concrete melodramas’ such as La tentation de saint Antoine and Le prisonnier du son.

Requiem, based upon the text for the Mass for the Dead, presents an array of ‘testimonies’ from various voices in ten movements over the course of 37 minutes. The blending and rapid juxtaposition of electronic sounds, environmental soundbites, a myriad of vocal styles and contexts presenting texts heavy with centuries of meaning,

Requiem creates a lurching and sometimes startling dramatic course which runs the gamut from the maniacal Sanctus to the transcendantal final movement, Libera Me. The mosaic-like Variations which follow arise from a period of technical studies undertaken by Chion in the late 1980’s. Constantly changing blocks of contrasting materials anchored by a short waltz theme, develop into a reflection and “affirmation of the whirlwind of life.”

The final work on the disc, Nuit noire, is a visceral example of Chion’s monodramatic style. It presents an anonymous moaning and groaning hero who wanders somnabulistically amidst a series of nightmarish dream sequences. Anguish, terror, insanity… a portrait of the depths to which mankind can descend.

Michel Chion’s work is musique concrète at its purist and leanest, perhaps also at its most profound.

… musique concrète at its purist and leanest, perhaps also at its most profound.

Critique

Pascal Brissaud, Répertoire des disques compacts, no. 68, April 1, 1994

Le Requiem de Michel Chion date de 1973. Il semble avoir encore gagné en actualité, surtout dans cette «recomposition» qui lui adjoint deux pendants de forte substance, les Variations, œuvre récente (1990) et une composition intermédiaire, le saisissant Nuit noire de 1979-85, en un itinéraire impitoyable qui nous conduit jusqu’à la lisière (et non pas jusqu’au bout, ça, c’est le privilège des romantiques) de notre propre nuit.

Œuvres «concrètes», elles imposent, par les vertus du montage et du mixage, l’image d’une multitude de sources hétérogènes (voix, éléments électroniques, bruits concrets), composées avec un total subjectivisme (ou un subjectivisme totalitaire) puis détinitivement fxées sur la bande. Le résultat est un objet parfait, par construction et par destination. Aucun cheminement, au long de ce Requiem, dont le texte (traditionnel, avec interpolation d’une Epître. d’un Evangile et d’un Pater Noster) est travailié en une muititude de niveaux de sensibilité différents, du déchifrage obtus (Epître) à l’irruption monstrueuse d’un inconscient hideux (Sanctus), de la voix naturelle à la voix filtrée (par le téléphone, par exemple), mais un impitoyable statisme, bouclé sur lui-même. L’environnement est un constant référent à notre quotidien, du plus objectivemenl banal (aboiements de chiens, bourdonnements d’insectes) au plus intime, au plus inavouable: c’est le domaine des bruits «cryptiques», dont l’organicité renvoie à un grouillement malsin de choses félides et crasseuses (l’hôpital). C’est prodigieusement dérangeant dans sa dimention immédiate (pas d’intermédiaires, d’«interprètes» entre le message et nous) et, surtout, quotidienne; pas de place pour le sublime (cl. les Requiem de Mozart, Verdi, Brahms…) ou pour la distance. Michel Chion nous dit que la mort s’inscrit au cœur même de la vie, dans une familiarité terrible qui est celle même, grotesque el dérisoire, des Mystères moyennâgeux.

Les Variations juxtaposent de miniséquences violentes en contrastes abrupt, dans une dominante verticale de flashes éruptifs qui s’opposent en tout à la complexure linéaire de Nuit noire, vaste paraphrase lancinante des éléments précédents, sorte de macération insomniaque («Nuits blanches» me paraîtrait plus approprié…). Après: l’au-delà. Tel quel, le Tryptique ainsi constitué est une fabuleuse réflexion un peu à la manière de celles de Francis Bacon sur la relation entre l’image et son objet. Regardez la pochette: Michel Chion (c’est à dire vous et moi) y est pluriel, représenté à différents degrés de flou, happé par cette représentation jusqu’à la déformation qui, stade ultime, le fait devenir un élément géométrique du fond: c’est cela, la Mort, composition-aliénation-décomposition. C’est aussi pour cela que cette musique parle, malgré sa prodigieuse maîtrise intellectuelle, avant tout à nos tripes, jusqu’à l’insoutenable.

… cette musique parle, malgré sa prodigieuse maîtrise intellectuelle, avant tout à nos tripes, jusqu’à l’insoutenable.

Critique

Jérome Noetinger, Revue & Corrigée, no. 19, March 1, 1994

empreintes DIGITALes nous fait découvrir de nombreux compositeurs, principalement canadiens, et differentes facettes de la musique électroacoustique: bande, mixte, électronique…

On critique parfois à tort le principe de la rééditon, l’identifiant à un refus du risque, à la mise en avant de valeur sûre ou à la glorification de musiciens disparus. Au-delà de la mise à niveau du support, la réédition nous fait decouvrir ou redécouvrir certaines pièces, certains compositeurs. Elle permet aussi, sous le coup de la nouveauté, de ré-écouter une musique. Et parfois on ne savait plus si les craquements provenaient du vinyl ou de la pièce. Qui ira critiquer la réédition de l’intégral de Schaeffer, de Henry (en cours; l’apocalypse arrive), du De natura sononum de Parmegiani? C’est dans cette logique que se place la réédition du Requiem de Michel Chion. Vingt ans après, cette pièce est toujours aussi forte. L’un des quelques classiques incontoumables réalises au GRM. Rappelons qu’à sa création, cette pièce passait, aux yeux de certains, pour un gag et que bon nombre de compositeurs suggéraient à Michel Chion de se consacrer à la littérature uniquement! Avec ce genre de piece, Chion apparait comme un véritable punk au milieu de compositeurs bloqués. Le Requiem garde la fomme d’une messe pour les morts mais avec différents niveaux de lecture possibles: doctrinale, diabolique, publicitaire, pro- ou anti-religieux… Cette interprétation n’est pas fixée, elle est le choix de chacun. À côté de ce classique, deux autres pièces, Variations, un thème de valse passé à la moulinette, hæhé menu et livré sans emballage, et Nuit noire, véritable cauchemar d’une grande unité tout en nous entrainant dans différentes amblances nocturnes. L’ensemble forme un tout parfaitement adapté à l’écoute domestique.

Même si Michel Chion revendique haut et fort une technique (celle qu’on appelle aujourd’hui analogique), elle ne nous bloque pas à l’écoute de ses pièces, elle disparait pour laisser la place à la musique. «L’affimmation d’une dialectique du son et du support sur lequel ce son est inscrit.» Les imperfections, les défauts, du moins ce que l’on nomme ainsi par rapport à une norme, sont ici parties intégrantes du discours.

La musique concrète et Michel Chion, c’est une vieille histoire. Tout commence avec les initiales MC. Tout est déjà dit, c’est son destin!

… un véritable punk au milieu de compositeurs bloqués.

Critique

Franck Mallet, Le Monde de la Musique, no. 175, March 1, 1994

Réédition d’un disque vinyle paru en 1978, qui avait obtenu Ie grand prix de l’Académie du disque français, le Requiem (1973) de Michel Chion porte les stigmates d’une musique au seuil de l’expérimentation. L’ancien assistant de Pierre Schaeffer — théoricien de la «musique concrète» — malmène le son au point d’en faire jaillir toute la violence. C’est un bruit domestiqué et électrique, parfois fruste et lancinant qui entoure les multiples voix du Requiem. Inadaptée au concert, cette musique trouve, par le biais de la radio et du disque, un fabuleux terrain d’écoute. Le son intériorisé et masqué de Nuit noire (1979-85) est plus proche des recherches stylistiques de l’écrivain Michel Chion, auteur de mémorables ouvrages tels que la Voix au cinéma, le Promeneur écoutant, Jacques Tati et David Lynch.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.