Symphonie acousmatique Dieter Kaufmann

Kaufmann y démontre une grande ingéniosité dans la manipulation des sons, et il scénarise cette épopée en six mouvements avec beaucoup de talent. Circuit, Québec

This text is unavailable in English.

Comment sonne-t-il, ce compositeur, depuis ses débuts à Paris en 1969? Au commencement, il n’emploie pas encore les «surpeints», versions sonores du palimpseste, pour masquer les sauts de registres. S’exercent plutôt les «hasards» de la simultanéité, qui inaugurent la cohérence de son style. Et quarante ans plus tard? Six chapitres d’une aventure acousmatique.

  • Motus
  • M 310014 / 2010
  • UPC/EAN 3566123100142
  • Total duration: 76:50

Symphonie acousmatique

Dieter Kaufmann

Some recommended items

In the press

  • Réjean Beaucage, Circuit, no. 21:1, March 4, 2011
    Kaufmann y démontre une grande ingéniosité dans la manipulation des sons, et il scénarise cette épopée en six mouvements avec beaucoup de talent.

Critique

Réjean Beaucage, Circuit, no. 21:1, March 4, 2011

Il y a en musique électroacoustique plusieurs exemples de réalisations collectives ou de compositions intégrant le travail de plusieurs compositeurs dans un montage réalisé par un individu. On pense, entre autres, à la Frankenstein Symphony de Francis Dhomont (Asphodel, 1997), qui utilise des œuvres de 21 compositeurs différents, ou au [60] Project de Mathew Adkins (empreintes DIGITALes, 2008), qui en implique 60. Le modèle est sans doute le Concert collectif que donnèrent en juillet 1962 les membres du GRM, à Paris (on doit aussi au Groupe de recherches musicales un Concert imaginaire publié sous étiquette Ina-GRM en 1984). Le projet de Kaufmann est semblable et différent à la fois, puisque le compositeur procède en effet à un montage d’œuvres différentes pour en créer une seule, mais il s’agit uniquement d’œuvres provenant de son catalogue personnel, composées entre 1969 et 2007.

Le projet est adaptable par n’importe quel compositeur, fût-il instrumental, qui aurait quelque chose comme un œuvre derrière lui, mais le résultat est évidemment tributaire de la qualité du catalogue. Dieter Kaufmann, qui fut l’élève d’Olivier Messiaen et de René Leibowitz, a composé aussi bien des musiques instrumentales (certaines pour grand orchestre, plusieurs opéras) que des musiques électroacoustiques (il a étudié le genre avec François Bayle et Pierre Schaeffer au GRM). Comme Luc Ferrari, utiliser des sons qui ont un contenu anecdotique chargé ne le rebute pas, loin de là, et à cet égard, les extraits d’œuvres retenues ici, sélectionnés à travers tout son catalogue, font preuve d’une étonnante unité. Kaufmann y démontre une grande ingéniosité dans la manipulation des sons, et il scénarise cette épopée en six mouvements avec beaucoup de talent. Après la symphonie, qui s’étend sur près d’une heure, le disque se clôt sur une pièce toute récente, Lui comme elle, de 2009; la pièce, dans laquelle la voix est un élément très important, est dérivée d’une œuvre antérieure, Fuge-Unfung-E, un monodrame pour actrice, trombone et orchestre.

Kaufmann y démontre une grande ingéniosité dans la manipulation des sons, et il scénarise cette épopée en six mouvements avec beaucoup de talent.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.