Des travailleurs de la nuit, à l’amie des objets Kristoff K.Roll

… une fraicheur qui a resisté à leur étude du rapport entre création artistique et radiographie du monde conremporain… Revue & Corrigée, France

Des travailleurs de la nuit, à l’amie des objets

Kristoff K.Roll

J-Kristoff Camps, Carole Rieussec

Some recommended items

In the press

  • Éric La Casa, Revue & Corrigée, no. 34, December 1, 1997
    … une fraicheur qui a resisté à leur étude du rapport entre création artistique et radiographie du monde conremporain…

Critique

Éric La Casa, Revue & Corrigée, no. 34, December 1, 1997

Avec la participation du Companeros band, qui a l’avantage de reunir la CNT, des Zapatistes, la FA, des citoyens, des manifestanrs de toutes couleurs. des enfants et leurs mères, enfin beaucoup d’antirascistes (et nazillons de tous poils) naturels et culturels ce qui, dans ce domaine d’action, revient souvent au même. Si les notes du livret de ce mini CD de 21’ 45” produit en 1997 par les Kristoff K.Roll (lire l’article dans le numero 33 de Revue & Corrigée). comme toujours en ce qui concerne la collection dirigée (plutôt pensée) par Jérome Noetinger, nous informent qu’il nous est permis d’entendre de la musique concrète. Je veux bien les croire, car est aussitôt renvoyée au monde abstrait la plupart des «œuvres» du genre acousmatique. Si l’on veut s’éloigner de ces faciles jeux de mots et alors de vilains, tentons de considerer que «Médium du mouvement historique, la tradition dépend dans sa nature des structures sociales et economiques, et se modifie qualitativement avec elles. L’attitude de l’art contemporain vis-a-vis de la tradition, que l’on considère comme une perte de tradition, est condirionnée par le changement interne du concept de tradition». C’est de Theodor W Adorno musicien allemand plus connu comme philosophe et auteur d’une «Theorie esthetique» dont est extraite cette citation (et dont je recommande la lecture, même si cela occupe beaucoup). Alors que l’on célebre les 70 ans de Pierre Henry et les 50 de la musique concrète, Carole Rieussec et Jean-Christophe Camps (les voici démasqués) qui affichent clairement dans cette œuvre une position sociale libertaire, apportent avec une fraicheur qui a resisté à leur étude du rapport entre création artistique et radiographie du monde conremporain une réponse très personnelle à la quescion de la tradition. Si un cocktail Molotov peut toujours servir (référence à la pièce 2 de l’œuvre) un magnétophone aussi. ‘Des travailleurs…’ n’est pas un discours glacial, c est une fête contre la betise et pour l’humanité. Il n’y manque que la danse magique de la très emouvante Nido (danseuse de paroles, disent-ils), presente lors de la creation de cette pièce sous forme de spectacle en mai dernier. Il y manque aussi une durée, car le travail des KK Roll suppose un developpement plus impontant: ils ont le sens de nos respirations et de nos inquiétudes. Et notre impuissance appelle une confrontarion plus diluée… Reste la solution, evidemment, d’écouter “… à l’amie des objets” plusieurs fois. Ces considerations ne doivent pas éclipser le fait (concret…) que “… de la nuit…” propose une musique. Quelque chose comme un beau désespoir.

… une fraicheur qui a resisté à leur étude du rapport entre création artistique et radiographie du monde conremporain…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.