Le luxe de la réflexion! Laurent Grappe

Redonner du baume au cœur aux arabophones maghrébins, et aussi aux expérimentateurs délicats. Revue & Corrigée, France

After several stays in Lebanon, and having experienced the country’s permanent tension, we wanted to address the complexity of representation that communities develop towards their own language when facing domination from an outside culture.

This work is a “sound being” and the result of my meeting with Isabelle Bassil. “We have forgotten something, but to learn what has been forgotten, we need to access the suffering from those who haven’t yet accessed to oblivion,” says Philippe Vaernewyck in the last interlude of the work, and a fragment taken from one of our numerous discussions on the luxury of reflection. Through Isabelle’s life, a Lebanese girl using Arabic speaking with all the distance of a foreigner’s experience, we can recall the idea of a poetic phonography of intimacy with texts and culture. Behind each of Isabelle’s choices (Khalil Gibran, Najib Mahafouz, or a popular tale like “the heart of a mother” for instance), lies a portrait, a souvenir, an emotion, a claiming, an Arabic memory in any case. For each piece, we carefully positioned the microphones to create the situation that would allow the necessary gap to the reception of this expression. From a musical standpoint, we tried and built a sound dramaturgy to bring the listening on the course where the voice creates the movement. We hope to trigger off imagination, opening to a poetic interpretation of sense by overtly playing on the recognition of the sound sources that evoke both journeys and (y)our native language. Our music includes electro-acoustics and concrete aesthetics. We let sounds exist by themselves. The sounds and sequences were often played using our memory of our first stays there, adding an idealized perfume to it. Le luxe de la réflexion! (The luxury of reflection!) is an attempt in valuing the Arabic language, presented as an oral and written language, and beyond this, represent when languages are experienced as stigmata. We tell of people whom ghettoized native language involves insecurity.

This piece was first conceived as a work for a tape and one actor, and was first shown on January 6 1996 at L’Embarcadère in Lyon, as part of the collective event “comme un murmure” (”as a whisper”). It was then decided to use it as a training material (Inter Service Migrant) around this concept so “Le luxe…” has been shown around 20 times in France. The acousmatic version has been created using high-end sound techniques to ease focus on the qualities of listening, and played in Le Festival d’Albi, Les 38èmes Rugissants, Futura, Le Festival. Inter. Musi. Impro. Libre in Beirut, Le 102, Les Instants Chavirés, Le Vandémiaire, Le nomade’s land, Le Cirque clandestin des frères Kasamarof.

  • Métamkine
  • MKCD YYY / 2001
  • Total duration: 50:46

Not in catalogue

This item is not available through our web site. We have catalogued it for information purposes only.

Le luxe de la réflexion!

Laurent Grappe

  • CD
    MKCD YYY
    Not in catalogue

Some recommended items

In the press

  • Jean-Christophe Camps, Revue & Corrigée, no. 50, December 1, 2001
    Redonner du baume au cœur aux arabophones maghrébins, et aussi aux expérimentateurs délicats.

Critique

Jean-Christophe Camps, Revue & Corrigée, no. 50, December 1, 2001

En 94, Isabelle Bassil et Laurent Grappe rentrent du Liban. Isabelle a déjà quitté le Liban en 1984 pour vivre en France; lui vient de passer quelques temps dans ce pays qui se recherche, après ces années de guerre, un bonheur d’avant les combats. L’avion quitte Beyrouth et une discussion commence: «La réflexion, finalement, c’est un luxe!»

Et ils vont se mettre en route pour une musique, mais surtout pour mettre en route tant d’autres choses vitales.

Alors le travail en studio commence, l’été 95. Laurent enregistre les poésies arabes, lues par Isabelle. Elle, expliquant ses intonations et ses timbres; lui suggérant des intentions, expérimentant des prises de sons. Chemin qui va, pour l’un vers la compréhension d’une pratique, d’une technique, et pour l’autre vers la connaissance d’une culture, d’une histoire. Et chacun a redécouvert ses propres actes pour immédiatement les déplacer de leur place antérieure. Isabelle se redecouvrant dans la langue Arabe se découvre «diseuse» publique. Lui affinant toujours plus ses gestes sonores et ses contrepoints, sort de l’acousmatique concertante pour une «petite forme»:

Petite forme - pour petits lieux - théâtrale, où Isabelle chante, dit en Arabe les poèmes, de Khalil Gibran, Najib Mahafouz, et des contes populaires, au milieu de haut parleurs projetant une bande électroacoustique, foisonnante de mouvements, brillante d’espaces, rutilante de morphologies, et profonde. Car c’est d’une forme spectacle qu’il s’agit à l’origine (une metteuse en scène est même intervenue, Jude Anderson), récital, lecture, conte, pièce mixte pour chanteuse et haut-parleurs, salon philosophique? c’est justement peu définissable.

Là est la merveille!

Car ce que cette musique transpire c’est surtout le chemin l’un vers l’autre, non pas pour que l’un se perde et se dilue dans l’autre, mais faire naitre une forme inédite. Tous les sons le transmettent.

Ensuite le regret, aprés l’avoir vu trois fois au regretté bar associatif le Vendémiaire (96), puis sous le chapiteau du cirque clandestin (2000), et au festival musique et quotidien sonore (2001), que d’autre gens ne l’entendent pas. Cela pourrait aussi servir d’antidote à la propagande raciste d’aujourd’hui. Redonner du baume au cœur aux Arabophones Maghrébins, et aussi aux expérimentateurs délicats.

Alors ce disque, je l’ai attendu. Il tardait à venir.

Laurent Grappe a réussi le passage de cette proposition au disque, recherchant les durées nouvelles, les espaces adéquats, les nouvelles ruptures nécessaires pour ces 50 minutes devenues acousmatiques. La mise en disque (réalisation pour l’écoute seule) est là. Je prends plaisir inouï au casque, à plonger encore plus profondément dans cette intimité sonore.

Je pense que même sans avoir vécu ce parcourt privilégié, ce disque reste délicieux, et indispensable dans le mouvement de vitalité de la musique concrète actuelle. En hors phase avec la mode actuelle, minimale et monodique.

Redonner du baume au cœur aux arabophones maghrébins, et aussi aux expérimentateurs délicats.

Blog