Air Ana Dall’Ara-Majek

… [s]a musique se meut principalement dans un univers assez évanescent, plutôt atmosphérique… Revue & Corrigée, France

… de hachures triturées, de souffles sroboscopiques et de dérives onomatopées, vers des espaces lunaires à l’étrangeté SF biscornue. SilenceAndSound, France

Not in catalogue

This item is not available through our web site. We have catalogued it for information purposes only. You might find more details about this item on the Kohlenstoff website.

Air

Ana Dall’Ara-Majek

  • Download
    KOHL 016
    Not in catalogue

In the press

  • Pierre Durr, Revue & Corrigée, June 1, 2015
    … [s]a musique se meut principalement dans un univers assez évanescent, plutôt atmosphérique…
  • Roland Torres, SilenceAndSound, April 23, 2015
    … de hachures triturées, de souffles sroboscopiques et de dérives onomatopées, vers des espaces lunaires à l’étrangeté SF biscornue.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, June 1, 2015

Mis à part, peut-être sur l’une ou l’autre compilation (tel le titre Lucilio Magus sur CIME / ICEM 2008: Boucles inter nations) cet Air semble être la première réalisation sous son nom de l’électroacousticienne Ana Dall’Ara-Majek. Native de Paris, elle a étudié auprès de Christine Groult et de Philippe Leroux, avant de s’installer à Montréal et préparer un doctorat sous la direction de Robert Normandeau.

Son parcours fait toutefois aussi appel à l’instrumentation plus traditionnelle et elle compose pour divers ensembles, tel TM+, dirigé par Laurent Cuniot et cela s’inscrit dans son rapport avec la musique électroacoustique, par sa propension à l’hybridation. Ainsi l’électroacoustique est confrontée à la voix, celle d’une mezzo-soprano dans les quatre Haikus Mixtur, celle d’un chœur (la Maîtrise de la Loire) dans Ikomani, associé aux saxophones ou aux flûtes à bec (Alice complice, Ubukho, Air) voire au piano préparé (Alice complice).

La dernière pièce, La Lechuga, rappelle que beaucoup de musicien(ne)s œuvrent aussi en liaison avec le théâtre: l’acousmatique est y liée à des comédiens, leur voix en espagnol, leurs soupirs, confrontés à… une laitue romaine! Une pièce qui a été proposé entre autres au CIRM de Nice fin 2013.

Cependant, quel que soit le type d’hybridation retenu d’une pièce à l’autre, la musique d’Ana Dall’Ara-Majek se meut principalement dans un univers assez évanescent, plutôt atmosphérique que heurté.

… [s]a musique se meut principalement dans un univers assez évanescent, plutôt atmosphérique…

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, April 23, 2015

Musicienne et compositrice pluridisciplinaire, aux collaborations diverses pour entre autres, la danse et le cinéma ainsi que l’écriture d’œuvres pour ensembles vocaux et instrumentaux, Ana Dall’Ara-Majek conjugue les influences contemporaines, electro-acoustiques et électroniques au monde de la voix. Avec Air l’espace et le silence s’écartent pour laisser pénétrer des sursauts de temporalité accrochés au dos de d’instruments variés et de hachures triturées, de souffles sroboscopiques et de dérives onomatopées, vers des espaces lunaires à l’étrangeté SF biscornue. On se laisse embarquer par cette œuvre suspendue, qui n’est pas évoquer une Holly Herndon métaphysique collaborant aux cotés d’un Parmegiani tribal ou d’un Boulez décharné. Squelettique et sophistiquée, la musique d’Ana Dall’Ara-Majek déborde d’imagination et de surprises, altérant continuellement la matière et les textures, de par l’équilibre acéré entre vocaux et instrumentation classique et électronique, jouant sur les instant de répit et l’instabilité en sursauts. Fascinant.

… de hachures triturées, de souffles sroboscopiques et de dérives onomatopées, vers des espaces lunaires à l’étrangeté SF biscornue.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.