Univers parallèles Todor Todoroff

  • Fédération Wallonie-Bruxelles (Direction générale de la culture, Service de la musique)

Requiem for a City, change complètement la donne, hisse l’écoute à un niveau d’émotion insoupçonné. Revue & Corrigée, France

[The pieces] have a fascinating depth… ambientblog.net, Netherlands

Stereo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stereo

  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Univers parallèles

Todor Todoroff

Some recommended items

In the press

Ring-modulation

Kasper T Toeplitz, Revue & Corrigée, no. 122, December 1, 2019

[…] Les acousmaticiens aiment bien aussi les sons des locomotives: entre soupirs féminins, cris d’enfants et locomotives, il y a là un sujet de musicologie qui n’attend que d’être développé… Le compositeur (belge) Todor Todoroff travaille depuis des années dans la musique électronique, principalement sur son versant digital. Il programme ses ordinateurs, développe des systèmes de captation du geste, il est également «ingénieur civil en télécommunications» – comme si j’avais idée de ce que ça recouvre! Mais enfin, ça aide à penser qu’il sait ce qu’il fait en écrivant du code, et en écrivant sa musique également: il y a une aisance et un savoir-faire évidents, au point que cela m’étonne même que son Univers parallèles soit, à ma connaissance, le premier album sous son nom (bien qu’il y ait aussi plusieurs compilations sur lesquelles figurent de ses compositions). C’est donc un gars qui est là depuis longtemps, qui produit de la musique solide, qui a tracé un chemin musical qui lui est propre (parfois également pas loin de la danse contemporaine) – mais je ne m’attendais pas du tout à le mentionner en parlant de la voix. Il y a bien sur ces Univers parallèles la composition Obsession, dans laquelle apparaissent des voix (de jeunes femmes, oui, et dans un timbre à la limite du chuchoté, avec en tout cas ce grain de voix là) – un beau travail, un savoir-faire, mais rien de renversant. Sauf que le dernier morceau du disque, Requiem for a City, change complètement la donne, hisse l’écoute à un niveau d’émotion insoupçonné. En fait, c’est une musique que Todoroff a écrite suite aux attentats au Musée juif de Bruxelles (2014), puis ceux de Charlie Hebdo et du Bataclan à Paris (2015), et enfin ceux du métro bruxellois en 2016, lors desquels l’une de ses amies, «jeune violoniste et musicologue», a été assassinée. Les voix qu’il utilise sont celles des témoins et victimes, telles que tirées des divers reportages radio et TV, auxquelles s’ajoutent des matières électroniques (synthés analogiques, précise-t-il, mais comme il parle également de synthèse granulaire et que celle-ci n’est que digitale, me semble-t-il, on peut en déduire qu’il n’a pas totalement abandonné ses outils habituels). Et ce Requiem for a City, par son sujet sans doute, mais également et surtout par son traitement, par la crudité (sonore) des voix et des autres matières musicales, et enfin par la construction d’ensemble, est juste un concentré d’émotion – de ceux qui laissent du poids au silence qui suit, qui ne donnent pas envie de «mettre autre chose», qui créent comme un vide intérieur. […]

Requiem for a City, change complètement la donne, hisse l’écoute à un niveau d’émotion insoupçonné.

Review

Peter van Cooten, ambientblog.net, October 10, 2019

I think I can safely say that the releases on Empreintes Digitales are not the easiest ones to digest. Let’s just say that their electroacoustic/acousmatic music and musique concrète will not likely appear on the playlist of your yoga studio. But if you can appreciate exciting adventures in electronic music, their releases are not to be missed. Univers parallèles is a fine example of what the label represents.

Todor Todoroff is an electrical engineer with a specialization in telecommunications. But he also received prizes for various electroacoustic compositions, researched speech processing, developed instruments used by composers like Leo Kupper and Robert Normandeau. Deeply involved in the creation of electroacoustic music, ‘with a special interest for multiphony and sound spatialisation as well as for research into new forms of sound transformation.’

Univers parallèles presents six compositions that span quite some time: they were created between 1993 and 2017. The original pieces were created for 2-, 4-, 8- and even 12-channel installations. They are of course mixed down to stereo versions for this CD release, but still have a fascinating depth (Empreintes Digitales used to release their albums on DVD with full surround versions, but I see no mentions of this for this release, unfortunately).

Each track is extensively connotated, but the ‘music’ (if we can still call it music is of course open for discussion) is enough to spark your imagination, and see yourself entering a strange unknown world full of huge, seemingly autonomic operating, machines.

By nature, this kind of acousmatic music may feel remarkably detached from human emotions (depending on the listener of course). This is particularly NOT true for the closing track Requiem for a City, which is dedicated ‘to all the victims of blind violence, their friends and their loved ones’. Todoroff wrote this composition after several (terrorist) attacks in Belgium and France: “This piece makes use of a wide variety of sounds: field recordings, playing techniques specific to the viola, granulated excerpts of Pergolesi’s Stabat Mater and of the second movement of Beethoven’s Seventh Symphony, modular analog synthesis and sounds extracted from radio and television news coverage following the November 13 attacks.”

[The pieces] have a fascinating depth…

More texts

nitestylez.de

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.