Artists Roald Baudoux

Roald Baudoux

Belgium, 1970

Residence: Brussels (Belgium)

  • Composer

On the web

Complements

Various artists
Wallonie-Bruxelles Musiques / WBM 168 / 2010
  • Not in catalogue

Articles written

  • Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no. 224, September 17, 2005
    Si vous doutiez de ce que des platines tourne-disques sont des instruments de musique à part entière, Martin Tétreault et Otomo Yoshihide vous convaincront du contraire.
  • Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no. 221, March 1, 2005
    … l’auditeur, embarqué dans un long et ample mouvement, perçoit les rumeurs lointaines des rives mêlées aux souvenirs des contrées traversées.
  • Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no. 221, March 1, 2005
  • Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no. 221, March 1, 2005
    … évoque à la fois la coulée continue, le hachoir à viande et le broyeur de pierres.

Critique

Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no. 224, September 17, 2005

Si vous doutiez de ce que des platines tourne-disques sont des instruments de musique à part entière, Martin Tétreault et Otomo Yoshihide vous convaincront du contraire. Cette trilogie contient des enregistrements de concerts donnés par le duo en Europe en 2003. Les platines ne sont pas vraiment là pour nous restituer les sons d’enregistrements sur microsillons, mais plutôt les sons des microsillons eux-mêmes, ainsi que ceux des platines éventuellement couplées à d’autres corps sonores, le tout passé au travers d’un dispositif de traitement «lo-fi» (pédales, etc.). Craquements, bruits de surface, rayures et dérapages d’aiguilles, tels sont quelques-uns des ingrédients qui composent cette mixture, le tout avec une distorsion immodérée. Sur le premier disque, 1. Grrr, l’univers sonore évoque des appareils électriques qui dysfonctionneraient en permanence sans, pour autant, jamais se résoudre à réellement tomber en panne, soit une sorte d’agonie infinie d’un couple de mange-disques qui aurait consommé des substances illicites sans modération. On est dans le registre des événements brefs mais répétés. Le second volume, 2. Tok, est bardé de sons itératifs qui rappellent des machines en mouvement, mais on y trouve aussi divers craquements, petits et gros. Ce disque est traversé de sons distordus, de corpuscules bruiteux divers développant un ensemble très fragmenté et saturé. La trilogie est clôturée par 3. Ahhh. On peut considérer que le titre reproduit le cri de soulagement poussé par l’auditeur à la suite de l’exposition prolongée aux sons harmoniquement chargés des deux premiers opuscules (et d’ailleurs le mot «harmonique» est étranger à cet univers). On se retrouve essentiellement dans des textures moins denses, moins torturées, avec des continuums parsemés de craquements ou des passages presque statiques. Pour conclure, on peut dire que si l’utilisation des sons créés par de platines tourne —disques en création musicale n’est pas une nouveauté, rarement cette utilisation aura été aussi poussée et concentrée, à l’exclusion de tout autre instrument ou catégorie de sons.

Si vous doutiez de ce que des platines tourne-disques sont des instruments de musique à part entière, Martin Tétreault et Otomo Yoshihide vous convaincront du contraire.

Critique

Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no. 221, March 1, 2005

FabriquaSons est un nouveau label dédié à l’œuvre de Bernard Parmegiani. Ce premier disque réunit, d’une part, deux compositions assez anciennes - L’œil écoute (1970) et La roue ferris (1971) et, d’autre part, une pièce très récente Espèces d’espace, (2002-2003).

L’œil écoute, commence comme un voyage en train, puis le train se fait pirogue ou canoë, car on se sent embarqué sur un long flux, un fleuve capricieux. Flots tumultueux d’abord, dont émergent ça et là quelques éléments solides, large fleuve tranquille de plaine plus loin. Puis tel un fleuve du désert saharien, il disparaît dans la terre, couvert par les corpuscules buissonnantes. Ailleurs, il ressurgit, s’élargissant de mille confluents. Et l’auditeur, embarqué dans un long et ample mouvement, perçoit les rumeurs lointaines des rives mêlées aux souvenirs des contrées traversées.

À l’époque où des compositeurs Nord-Américains tels que Steve Reich ou Philip Glass commençaient tout juste à faire connaître leur musique répétitive, Bernard Parmegiani composait une musique elle aussi fondée sur la récurrence mais dans un style très différent. La roue ferris constitue un peu le démenti de l’adage «pierre qui roule n’amasse pas mousse». Ici, la roue tourne, amasse les couches, déclenche et fait s’enchevêtrer les événements, propulse le temps dans des volutes gargouillantes. La roue ferris, c’est aussi, du point de vue de la fabrication, une composition emblématique de ce qu’il est possible de réaliser avec de la synthèse analogique soustractive.

Dans Espèces d’espace, la fluidité du temps due à un travail de mixage-orchestration élaboré ou la qualité et la richesse des matériologies, peut conduire l’auditeur - comme souvent chez Parmegiani - à une écoute très hédoniste. Mais l’intention du compositeur se place à un autre niveau. Il questionne ici la perception des sons en fonction des espaces dans lesquels ils se dévoilent.

… l’auditeur, embarqué dans un long et ample mouvement, perçoit les rumeurs lointaines des rives mêlées aux souvenirs des contrées traversées.

Critique

Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no. 221, March 1, 2005

Ce disque rassemble trois pièces, la première, qui donne son nom au disque, ayant été composée sur la période 2002-2004. On sait que François Bayle se préoccupe de l’écoute en tant que phénomène propre. Dans cette composition en deux mouvements, elle est encore un peu plus que précédemment au centre de son travail. Cette fois, c’est directement en fonction des fluctuations de l’attention consciente de l’audition que travaille le compositeur. Selon Bayle lui-même: «Et si c’est justement de la suspension même de la pensée que l’intuition surgit par surprise, alors la pensée musicale, à n’être pas formée (déformée) par le langage, le montre mieux encore en fonctionnant librement comme dans la nature, par cohérence et implication.»

Seconde pièce proposée, Trois rêves d’oiseau est une pièce datant de 1971. À vrai dire, le premier rêve - Moqueur - est un remix d’une partie de sa pièce plus ancienne encore - Trois portraits de l’Oiseau-qui-n’existe-pas - qui nous ramène en 1963. On retrouve donc dans cette pièce des phrases instrumentales (mais tout de même écrites pour la captation microphonique) qui disparaissent assez vite au cours de la carrière du compositeur.

Enfin, Mimaméta est une version révisée en 2004 de la pièce composée en 1989. Elle est représentative des notions de climat ou de température chères à la pensée du compositeur.

Critique

Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no. 221, March 1, 2005

À côté d’empreintes DIGITALes, la société DIFFUSION i MéDIA propose aussi No Type, soit un label (ou une étiquette comme on dit au Québec) dédié aux musiques électroniques, improvisées et bruitistes. Fondé en 1998 en tant que site web sur lequel étaient proposés gratuitement des albums en mp3, No Type est passé à l’édition discographique en 2002.

À la lecture du communiqué de presse envoyé par No Type, j’ai noté que le compositeur Paul Dolden y était crédité pour le mastering d’Estrapade. «Quel intérêt de mentionner cela?» me suis-je dit… À l’écoute de la musique, j’ai compris qu’il ne s’agissait pas simplement d’un argument d’autorité mais qu’il existe un point commun entre la musique de morceaux_de_machines et celle du compositeur de L’ivresse de la vitesse. Dans ies deux cas, on se trouve dans une musique de masse, d’épaisseur. Mais les similitudes s’arrêtent là. Pour la suite, une petite définition du mot «estrapade» s’impose: il s’agit d’une forme de torture consistant à pendre un individu par une extrémité tout en attachant à l’extrémité opposée une lourde pierre. Souffrance et dégâts garantis. C’est un peu le programme proposé à nos oreilles sur ce disque résolument «bruiteux», volontairement épais et strident. Dans le genre, ceux qui se définissent (avec un culot certain) comme les «mauvais garçons de la musique concrète» livrent ici un bon travail. Cela coule comme un flux qui évoque à la fois la coulée continue, le hachoir à viande et le broyeur de pierres. Inutile de chercher du silence ici, il s’est réfugié dans les brefs intervalles séparant les neuf morceaux du disque. Quant au mot harmonique, on ne le trouve qu’associé qu’à son compagnon d’infamie appelé distorsion. Les âmes sensibles s’abstiendront donc, les autres l’apprécieront à la manière dont on jauge un bon coup de lime: rugueux et abrasif (boules Quiès vendues séparément).

… évoque à la fois la coulée continue, le hachoir à viande et le broyeur de pierres.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.