Artists Michel-Georges Brégent

“My life’s ambition is to create a music which is perfectly balanced on the intellectual, emotional and spiritual planes: a music which has a reason for being.”

Even before Michel-Georges Brégent entered the Conservatoire de musique de Montréal where he studied composition with Gilles Tremblay, the originality of his artistic temperament was already manifest in musical ventures of a striking new conception. For example, as early as 1965 he foresaw the realization of his master work to be completed by the year 2001, the grand biblical fresco Les testaments.

His works, like their author, overflow with energy. For a long time, this vitality has permitted the composer, who does not believe in the separation of genres, to write and to perform rock music mixed with jazz and contemporary elements — a production which was labelled ‘classico-cosmic rock’ by the Montréal critics. Important accomplishments of this period are the group Brégent with his brother Jacques (1965-80), the duo Dionne-Brégent (1975-79) with percussionist Vincent Dionne, and the musical direction of the multimedia group L’écran humain.

A prolific composer, Brégent was commissioned by renown ensembles and musicians such as the Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), Duo contemporain (from The Netherlands), Arditti Quartet, Pentaèdre, Michael Laucke, Rivka Golani, the Orchestre des jeunes du Québec and the Orchestre symphonique de Montréal (OSM).

He has worked within numerous organizations, juries and committees, and has organized several events. He was composer in residence with the Canadian Opera Company (where he composed Realitillusion), principal guest at the Royal Conservatory of Gent, and received a First Mention and the Special Jury Prize for Atlantis at the Italia Prize.

The Belgian musicologist Harry Halbreich has said that “Michel-Georges Brégent is the visionary mystic whom keen intelligence safely leads to undertake the wildest utopias. He is the man of complex structures, of instrumental virtuosity at the service of a generous and flamboyant expression.”

[iii-92]

Michel-Georges Brégent

Montréal (Québec), 1948 – Montréal (Québec), 1993

  • Composer

On the web

Michel-Georges Brégent [Photo: Jean-Guy Thibodeau, January 22, 1992]
Michel-Georges Brégent [Photo: Jean-Guy Thibodeau, January 22, 1992]
  • Michel-Georges Brégent [Photo: Jean-Guy Thibodeau, January 22, 1992]

Main releases

Atma Classique / ACD 22251 / 2000
Analekta / ANC 29802 / 1995
SONARt / IMSO 9201 / 1992

Complements

Ombú / OMBU 1003 / 2005
  • Not in catalogue

In the press

Un adieu à Michel-Georges Brégent

François Bourgouin, SOCAN, Paroles & Musique, November 1, 1993

Comme le dit si judicieusement Arkel, de l’opéra Pelléas et Mélisande de Debussy, «la maladie, la vieille servante de la mort», a eu raison, le 4 septembre dernier, de Michel-Georges Brégent.

Essentiellement autodidacte, le compositeur, né à Montréal le 29 janvier 1948, a suivi un parcours très singulier. Sorte de génie musical, il compose ses premières œuvres peu avant son adolescence et aborde avec le temps différents styles: tonal, romantique, sériel, etc. Selon Walter Boudreau, ami du compositeur et directeur artistique de la SMCQ, Brégent réussit la jonction de plusieurs visions musicales. Évoluant vers un style éminemment personnel, il devient quelque peu ermite. Tout comme Charles Ives, il se révèle inclassable. L’œuvre la plus représentative de sa production reste sans doute Atlantide (1985), où se dégagent des éléments aussi variés que les musiques ancienne, classique, ethnique et populaire. «Michel-Georges était un alchimiste qui cherchait la pierre philosophale. Celle-ci était à ses yeux l’œuvre ultime qui embrasserait toutes les œuvres et tous les styles et, à ce titre, il était un merveilleux utopiste», explique Boudreau. «Brégent était un musicien actuel qui n’avait pas oublié ses racines,» poursuit-il. «Il avait les deux pieds dans le fumier et la tête dans les nuages, avec tous les degrés imaginables entre ces deux extrêmes.»

Longtemps négligée, car en certains cas jugée injouable, sa musique s’achemine vers une nouvelle renaissance. La technologie numérique (échantillonages, séquenceurs) permet maintenant de faire des miracles. À cet égard, le concert qui sera donné à sa mémoire le 26 mai 1994 à la Salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau proposera notamment Mitzvot, une œuvre pour quatuor de saxophones commandée à Brégent par Boudreau il y a maintenant six ans, à l’époque impossible à exécuter. Walter Boudreau conclut en ces termes: «Il reste triste de constater dans nos sociétés que les utopistes meurent de chagrin. Il nous faut des gens qui rêvent, des utopistes, des visionnaires. Des gens qui se disent que si c’est pas demain, ce sera après demain et ainsi de suite. Cela donne envie de vivre et redonne de l’espoir. Hélas! tout réside dans la sacro-sainte efficacité…»

Qui osera reprendre le flambeau? Utopistes demandés!

Sorte de génie musical…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.