Artists Marc Chénard

Marc Chénard

  • Journalist

Articles written

Off Festival de Jazz. Du disque au concert

Marc Chénard, La Scena Musicale, no. 19:2, October 1, 2013

Inscrit au programme du festival Montréal Nouvelles Musiques (MNM) en février dernier, le concert de l’ensemble du gambiste Pierre-Yves Martel a présenté une vision tout à fait rafraîchissante du Sacre du Printemps de Stravinski. Le mois suivant, il s’est dirigé vers le studio avec son groupe (un quintette pour l’occasion) pour consigner sa version sur disque, lequel sera lancé pendant le festival. Spécialisée dans les relectures du répertoire concertant (entrecoupées de libres improvisations), cette formation ajoute Stravinski à son tableau de chasse, choix qui s’imposait presque en ce centenaire de la première du chef-d’œuvre d’Igor. Après avoir visité les musiques de Prokofiev, Satie, Purcell, Hume, et même un petit détour du côté d’Ellington, Quartetski se présentera donc en concert avec disque à l’appui, son premier en sept ans. Dans la foulée de ce concert, l’ensemble prendra la route, se produisant à Ottawa et à Toronto pour ensuite s’envoler vers la France pour deux autres prestations. Bravo messieurs!

Le concert de l’ensemble du gambiste Pierre-Yves Martel a présenté une vision tout à fait rafraîchissante du Sacre du Printemps de Stravinski

Le Sacre… pour improvisateurs

Marc Chénard, La Scena Musicale, no. 18:5, February 1, 2013

Si vous ne le savez pas déjà, cette année marque le centenaire de la première du Sacre du Printemps (29 mai au Théâtre des Champs-Élysées de Paris). Des nombreux hommages prévus, un se détachera du lot, en l’occurrence celui de l’ensemble Quartetski au prochain festival Montréal Nouvelles Musiques (MNM). Dirigé par Pierre-Yves Martel (spécialiste en instruments baroques telle la viole de gambe), cet ensemble se distingue par sa manière de conjuguer des répertoires classiques à l’actualité des musiques improvisées. Après avoir «revisité» Prokofiev, Satie, Purcell et Hume, il aborde maintenant son projet le plus ambitieux à jour. Pour son édition précédente, en 2011, le festival avait tendu la perche, mais Martel n’avait rien de concret à offrir. Déléguée par le festival à la programmation d’un volet de musiques créatives, Joane Hétu (voir une critique de son disque dans ce numéro) l’a relancé. Pour Martel, le choix s’imposait de soi: travaillant à partir de la version pour deux pianos et une étude subséquente de la partition orchestrale, il a décidé d’extraire des passages qui serviront comme tremplins à des séquences improvisées ouvertes. Pour cette première, le chef remaniera sa formation, conservant son batteur et son joueur d’anches, mais en remplaçant la trompette par un violon (Josh Zubot) et ajoutant une guitare (Bernard Falaise). Le Sacre n’aura jamais sonné aussi différemment que dans les mains de ce… Quintetsky (sic)!

Le Sacre n’aura jamais sonné aussi différemment que dans les mains de ce… Quintetsky

Ambiances nouvelles

Marc Chénard, La Scena Musicale, February 1, 2013

À l’automne 2011, le mot courait depuis un moment dans le milieu des musiques actuelles de Montréal que l’étiquette maîtresse du genre, Ambiances magnétiques, cesserait ses activités. Fondée en 1983 par un noyau de musiciens novateurs, la maison allait établir un style aux confins de tous les autres: loin du jazz, mais zyeutant la musique improvisée libre, se tenant loin de la pop la plus rock, mais attirée tout de même par ses tendances plus expérimentales, cette jeune cohorte ne dédaignait pas non plus les recherches de pointe en musique contemporaine, sans toutefois se camper dans des partitions entièrement écrites.

De ses débuts modestes, l’étiquette prit son plein essor en 1992 avec l’établissement de sa maison de distribution Dame Distribution musique actuelle. D’une vingtaine de titres à cette époque, le catalogue passa à plus de 200 titres, comptant plusieurs parutions incluant des grandes pointures internationales en musiques de création.

Mais tout juste un an après la sortie de sa «dernière» cuvée, Ambiances nous revient, tel un Phénix renaissant de ses cendres. En effet, trois nouveaux titres s’ajoutent à son catalogue, ceux-ci lancés en public à la mi-décembre. Profitant de l’occasion, on signalait la reprise de ses activités mais à un rythme réduit, trois ou quatre nouveautés par an au plus. Sans plus tarder, passons à ces trois albums en question.

Quatrième document issu du trio Derome-Guilbeault-Tanguay, Wow! (AM209) confirme la merveilleuse confrérie de ces trois complices empreints de jazz jusqu’aux bouts de leurs phalanges. Se vouant bien sûr au répertoire de la note bleue, le groupe propose également des compositions tout aussi convaincantes de Derome, qui excelle toujours à la flûte, tout comme à ses deux saxos. Guilbeault, de sa pulsation de roc, est un véritable Gibraltar, Tanguay est un modèle de swing et d’inventivité. Que vous ayez entendu les autres enregistrements, peu importe, tout fana de jazz ne saurait se passer de ce disque au titre des plus pertinents.

Autre disque, autre proposition musicale, celle-ci nous vient de l’Ensemble SuperMusique (Bruit court-circuit AM210). Cette formation «toutes étoiles» (à défaut d’un meilleur descriptif) incarne comme nulle autre l’esthétique de ce collectif. Six titres s’étalent sur cette surface d’un peu plus de 50 minutes, l’un d’eux offert en deux versions d’ailleurs si dissemblables qu’il est difficile de reconnaître leur parenté. Outre Derome (qui, chose intéressante, joue du saxo ténor ici), on retrouve les Martin Tétreault, Joane Hétu, Danielle Palardy Roger et des plus jeunes comme Guido del Fabbro (vln), Émilie Girard-Charest (vcl.) et Virgil Sharkya (synthé.) Les habitués seront comblés.

La Femme territoire (AM211), enfin, est une œuvre de plus d’une heure de Joane Hétu, créée à l’Agora de la Danse en 2010. J’ai assisté au spectacle et apprécié, mais il manque ici la dimension visuelle de cet événement pluridisciplinaire (dont on peut voir quelques photos dans le livret incluant tous les textes lus et chantés). Je laisse donc aux auditeurs le soin de former leur propre opinion sur ce disque.

Mais tout juste un an après la sortie de sa «dernière» cuvée, Ambiances nous revient, tel un Phénix renaissant de ses cendres.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.