Jean-François Denis More articles written

In the press

  • Jean-François Denis, eContact!, no. 3:4, July 1, 1999
    Quoiqu’elle soit, toutes proportions gardées, l’une des grandes forces de la création musicale canadienne, il reste encore à l’électroacoustique à se faire connaître et reconnaître.
  • Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no. 5:7, July 1, 1998
  • Jean-François Denis, Ear, no. 15:7, November 1, 1990
    … a folklorist hell-bent on experimentation; a vanguard artist with a working-class sensibility…

L’électroacoustique au Canada

Jean-François Denis, eContact!, no. 3:4, July 1, 1999

[Texte écrit en juillet 1999 pour le 40e anniversaire du Centre de musique canadienne (CMC); mise-à-jour superficielle en février 2005, en mars 2006 et en avril 2008]

Situation actuelle

Je classe le développement de cet art, au Canada, en trois temps; chaque pays d’Occident aura sa démarche propre et unique.

La première, celle de la musique expérimentale, de la musique électronique, où prime la notion de nouveauté instrumentale, débute en 1954 au Conseil national de recherches du Canada avec l’inventeur Hugh Le Caine qui assiste aussi la création de studios dans les facultés de musique de University of Toronto, en 1959, et de McGill University, en 1964. (Dans cette période plusieurs compositeurs «essaient» le studio, y crée une ou deux pièces et n’y retournent plus.)

La seconde est celle qui débute vers 1970. Le studio n’est plus seulement un nouvel instrument de musique, il devient une nouvelle façon de faire la musique. La lutherie s’invente. Apparaissent les instruments analogiques asservissables — les synthétiseurs — et aussi les débuts de l’informatique musicale (hors des centres de recherche privés). Plusieurs compositeurs de ce groupe se consacrent à ce mode de création, vont en Europe (surtout en France mais aussi aux Pays-Bas) chercher et développer leurs connaissances.

La troisième débute vers 1980 avec la reconnaissance institutionnelle du genre électroacoustique par la mise sur pied d’un programme d’études complet (à l’Université de Montréal). La plupart des compositeurs de ce groupe ont eux-mêmes étudié en France, y retournent régulièrement et crée ainsi des ponts avec notre pays. C’est aussi l’époque où le Concours international de musique électroacoustique de Bourges (créé en 1973) ainsi que la tenue annuelle du Festival international (dès 1970) prennent une grande importance pour tous les compositeurs, car ils sont devenus le temps et le lieu de rencontre et de partage des musiques qui se font à travers le monde occidental. Les compositeurs Philippe Ménard, Yves Daoust, Barry Truax, David Keane et Francis Dhomont, entre autres, ont participé à de nombreux festivals apportant avec eux les musiques d’ici et rapportant les musiques découvertes là-bas. Vers la fin des années 80, le besoin de regrouper les compositeurs d’électroacoustique se fait sentir et la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC) est fondée.

Aujourd’hui, libre de conventions, de patrimoine historique, sociologique et esthétique, cet art sonore continue à se créer. Les tendances très actuelles des musiques «underground» en sont des manifestations rafraîchissantes. Souvent sans le savoir, ces artistes «techno», «noise» et «minimal electronics» ainsi que les «DJ», non seulement utilisent les mêmes moyens de création que ceux des compositeurs d’électroacoustique (le studio) mais ont une approche similaire de la création sonore: seule la fin diffère.

Depuis la fin des années 80, le rapide développement de la lutherie électroacoustique rend possible la mise sur pied de studios personnels performants; et, depuis le milieu des années 90, souvent plus performant que ceux des institutions! Ce développement conjugué à l’absence de studios associatifs (comme il y en a tant en France, par exemple) font que la musique électroacoustique se pratique hors des institutions.

(Avatar, qui œuvre dans les arts sonore et radiophonique, serait finalement pratiquement le seul studio associatif, et quoique des centres de création médiatique, lire vidéo, ont aussi des studios de son, cela n’en fait pas pour autant des studios de composition électroacoustique.)

La multiplication des studios personnels s’est aussi accélérée pour deux autres raisons. Alors que jusqu’à la fin des années 80, la «plupart» des compositeurs étaient aussi professeurs, on remarque qu’aujourd’hui la «plupart» des compositeurs sont compositeurs… pour le cinéma, la danse, la télévision ou le théâtre.

Ceci étant dit, la plupart des compositeurs de musique électroacoustique actifs aujourd’hui sont passés par les universités ou les conservatoires qui sont à la fois des lieux de formation (grâce à leurs professeurs qui sont aussi compositeurs), de création (grâce à leurs studios) et aussi de diffusion (grâce à leurs quelques séries de concerts).


La place de nos électroacousticiens sur les scènes nationale et internationale

Malgré de nombreux développements (organisation de festivals, mise sur pied d’un regroupement avec ses congrès, publications écrites — papier et électronique — et discographie…), fondation de maisons de disques, reconnaissance internationale de la qualité des œuvres de ses compositeurs lors de concours — dont les plus prestigieux—, par la programmation lors de concerts et festivals importants) la place de nos électroacousticiens au pays reste toujours aujourd’hui à être reconnue et justement valorisée.

Quoiqu’elle soit, toutes proportions gardées, l’une des grandes forces de la création musicale canadienne, il reste encore à l’électroacoustique à se faire connaître et reconnaître. Cette situation n’est pas exclusivement canadienne: les mêmes défis se retrouvent à l’étranger et même au niveau international — d’où le besoin de créer, là aussi, de structures distinctes telles la Confédération internationale de musique électroacoustique (CIME) et la Tribune à l’UNESCO.

Ainsi la communauté électroacoustique a dû se développer elle-même, seule. Sans toutefois ignorer les multiples actions posées ici et là au cours des quarante-cinq dernières années, je retiendrai quatre événements publics ainsi qu’un développement technologique pivots pour l’ensemble de la communauté électroacoustique au pays.

Vers 1982, le CECG, piloté par Kevin Austin à la Concordia University, lance — aux niveaux national et international — des appels d’œuvres pour bande pour ses séries de concerts. Dès 1984 le CECG publie aussi un bulletin de nouvelles qui sera distribué lui aussi au pays et à l’étranger. Ces deux actions font connaître l’activité électroacoustique canadienne et comble le besoin de communication entre les compositeurs eux-mêmes.

En 1986, la Music Gallery sous Al Mattes organise l’événement Wired Society/Branché qui regroupe plus de quarante compositeurs et nombre important d’étudiants en provenance de toutes les régions du pays afin, entre autres, d’échanger sur leurs besoins individuels et associatifs.

Dix mois plus tard, toujours en 1986, la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC) voit le jour avec plus de 101 fondateurs (suite à une campagne d’affiliation entreprise en juillet) et publie le Bulletin CÉC (d’une certaine façon, prenant la relève du Bulletin CECG). (Notez que je co-rédige la charte de la CÉC, la co-fonde et en devient le premier président.)

L’année suivante, en 1987, les professeurs d’électroacoustique de la Concordia University (dont je fait parti — de 1985 à 1989), de McGill University, de l’Université de Montréal et du Conservatoire de musique de Montréal (ainsi qu’avec Robert Normandeau, alors étudiant à l’Université de Montréal) se regroupent afin d’organiser le festival 2001(-14), faisant suite à l’événement de Toronto, et où la CÉC fera «officiellement» sa première apparition. (On verra dans le petit historique plus bas les différentes actions de la CÉC, jusqu’à ce jour.)

L’invention et la popularité du disque compact ont été bénéfiques pour l’électroacoustique car la qualité sonore du support de diffusion est similaire ou identique à celle de l’œuvre originale et son format est universel. Enfin, l’auditeur entend, en stéréophonie, dans toute ses subtilités et ses nuances, l’œuvre musicale. L’électroacoustique (ici je parle presque exclusivement de la musique pour haut-parleurs qui est aussi connue sous de nombreux autres noms dont acousmatique et musique concrète) est un art qui d’abord et avant tout s’écoute. Invisible, sa diffusion ne se fait pas par la photocopie de partitions — comme on le fait pour les musiques instrumentales — mais par la copie sonore d’abord sur bande magnétique (et à grand tirage sur disque vinyle) et depuis peu, sur disque compact enregistrable (et à grand tirage sur disque compact audio).


Petit historique

Les musiques électroacoustiques s’affirment et se développent d’abord en France et en Allemagne vers 1948. (Bien sûr, toutes nouvelles tendances se forment à partir d’antécédents, mais je considère que le changement d’attitude qui s’est produit à cette époque, en ces lieux, constitue un véritable début.)

Quoique Otto Joachim fonde son studio personnel de musique électroacoustique à Montréal dès 1956, les premières traces canadiennes institutionnelles de studios de composition, se trouvent aux universités de Toronto — dès 1959 — et McGill — en 1964.

Voici de façon très abrégée, et assez exacte, le développement de l’électroacoustique dont les références principales sont: les studios dans les institutions (universités et conservatoires — donc des cours et des programmes d’études—, centre de recherche et centre de production); les groupes d’interprétation; les groupes d’artistes; les éditeurs discographiques.

  • Institutions d’enseignements—studios
    • University of Toronto, UTEMS: 1959 par Myron Schaeffer (1908-1965) avec le concours de l’inventeur Hugh Le Caine (1914-1977); relayé par Gustav Ciamaga en 1965; depuis 1976, Dennis Patrick. (L’UTEMS a été un pôle d’activités très actif dans les années soixante et soixante-dix, invitant un grand nombre de compositeurs canadiens et étrangers à y composer.)
    • McGill University, Electronic Music Studio: 1964 par István Anhalt relayé par Paul Pedersen de 1971 à 1974, alcides lanza et Bengt Hambraeus de 1974 à 1975; depuis 1975, alcides lanza.
    • University of British Columbia: 1965 par Cortland Hultberg (1931-2002); depuis 1987, Keith Aime Hamel.
    • Simon Fraser University: un premier studio (Sonic Research Studio) vers 1965 par R Murray Schafer; maintenant par Barry Truax, et un second vers 1982 par Martin Bartlett; maintenant par Martin Gotfrit.
    • Royal Conservatory of Music (RCM), Toronto: 1967 par Samuel Dolin (1917-2002); suivi de Ann Southam c.1970-c.1976; Peter Ness jusqu’en 1978; suivi de Wes RD Wraggett jusqu’à sa fermeture en 1991.
    • Université Laval: 1969 par Nil Parent.
    • Queen’s University: 1970 par David Keane; assisté de István Anhalt, Bruce Pennycook, William Buxton; depuis 1997, Kristi Allik.
    • Conservatoire de musique de Montréal: premier départ en 1971 par Micheline Coulombe Saint-Marcoux (1938-1985), Otto Joachim et Gilles Tremblay et fermé en 1974; second départ en 1979 par Yves Daoust, relayé par Micheline Coulombe Saint-Marcoux de 1981 à 1985; depuis 1985, Yves Daoust. [La mise sur pied d’un programme d’études complet en électroacoustique en 1996 en fait ainsi la seconde institution canadienne à offir un tel programme.]
    • Concordia University: 1971 par Kevin Austin; Jean-François Denis de 1986 à 1989; Marc Corwin assisté par Laurie Radford et/ou Ned Bouhalassa jusqu’en 1996; maintenant Rosemary Mountain.
    • University of Victoria: 1974 par Martin Bartlett (1939-1993); suivi de John Celona en 1981; par Douglas Collinge en 1982; depuis 1989, Andrew Schloss.
    • Conservatoire de musique de Québec: vers 1978 par Pierre Genest; relayé vers 1980 par Yves Daoust — brièvement par Jean-François Denis en 1991 — jusqu’à sa fermeture vers 1993. En 1998 changement de vocation et réouverture avec Denis Dion; depuis 2001 André Fecteau.
    • Université de Montréal: 1980 par Louise Gariepy; rapidement relayée par Marcelle Deschênes assistée de Francis Dhomont dès 1983 jusqu’en 1994; maintenant Jean Piché. [La mise sur pied d’un programme d’études complet en électroacoustique au début des années 1980 en fait ainsi la première institution canadienne à offir un tel programme.]
    • Brock University: 1982 par Bob Pritchard jusqu’à sa fermeture en 1989 (qui a organisé en 1985 la seule édition du seul concours de composition de musique électroacoustique pour bande au pays).
    • Victoria Conservatory: 1996 par Wes RD Wraggett.
  • Autres institutions — studios
    • Conseil national de recherches du Canada, Electronic Music Laboratory: 1954 par l’inventeur Hugh Le Caine (1914-1977) jusqu’à sa fermeture en 1974.
    • Office national du film du Canada (ONF), Atelier de conception et de réalisations sonores: 1971 par Maurice Blackburn (1914-1987) [suite à un séjour en France au Groupe de recherche de musique concrète (GRMC) dirigé par Pierre Schaeffer]; avec Yves Daoust et Alain Clavier jusqu’à sa fermeture vers 1977.
  • Groupes d’interprétation associés à des institutions
    • Concordia Electroacoustic Composers’ Group (CECG), c.1981-c.1989
      Kevin Austin, Daniel Feist (1954-2005), Dave Lindsay, James Tallon, John Wells (1946-2004), Eric Brown, Jean-François Denis.
    • Group of the Electronic Music Studio (GEMS), 1983
      alcides lanza, Claude Schryer, John Oliver; alcides lanza, directeur artistique; avec Bruce Pennycook de 1987 à 1998; depuis 1998 avec Zack Settel.
  • Groupe d’artistes—producteurs de concerts
    • Association pour la recherche et la création électroacoustiques du Québec (ACREQ), 1978
      Yves Daoust, Marcelle Deschênes, Michel Longtin, Philippe Ménard (1946-1999), Jean Sauvageau, Pierre Trochu; dirigée par Philippe Ménard de 1978 à 83, Yves Daoust de 1983 à 86 et de 1988 à 92, Serge Arcuri de 1986 à 88, Claude Schryer de 1992 à 93; depuis par Alain Thibault; impliquant, entre autres, Michelle Boudreau, André-Luc Desjardins, Francis Dhomont, Claude Frenette, Claude Lassonde, Jean Lesage, Robert Normandeau, Myke Roy, Michel Tétreault
    • Réseaux des arts médiatiques, 1991
      Jean-François Denis, Gilles Gobeil, Robert Normandeau jusqu’en avril 2008; depuis par Nicolas Bernier.
    • New Adventures in Sound, 1998-2001
      Darren Copeland.
    • New Adventures in Sound Art, 2001
      Darren Copeland.
  • Groupe d’artistes—associatif
    • Communauté électroacoustique canadienne (CÉC): en 1986, regroupement de plus de 101 compositeurs, professeurs, interprètes et gens de radio. Publie les bulletins d’information imprimés Bulletin CÉC Newsletter, Contact!, Flash. Chapeaute les rencontres/festivals Journées électroacoustiques CÉC (DIFFUSION!, >convergence<, >>PERSPECTIVES>>), l’événement radiophonique JERD. Produit aussi des disques compacts compilations, DISContact! Existe aujourd’hui principalement sous forme électronique: site web [http://cec.concordia.ca/] et groupe de discussion par courriel CEC-Conference (auparavant «CECDiscuss»). A une portée nationale et internationale dès sa fondation. A propulsé la musique électroacoustique du pays à l’étranger par la diffusion d’information (notamment sur les concours, les appels d’œuvres et la tenue de festivals).
  • Éditeurs discographiques spécialisés
    • empreintes DIGITALes, 1990
      Jean-François Denis, Claude Schryer (jusqu’en 1991): 93 titres au catalogue (au 30 avril 2008), compositeurs canadiens et internationaux.
    • Earsay Productions, 1998
      John Oliver, Andrew Czink: 11 titres au catalogue (au 30 avril 2008), majorité de compositeurs de Colombie-Britannique.

    Références

    En plus de consulter les deux textes suivants, j’ai pû correspondre avec la plupart des principaux acteurs du milieu. Ce genre musical est encore jeune: nos pionniers sont presque tous vivants. Seuls Hugh Le Caine (1914-1977), Micheline Coulombe Saint-Marcoux (1938-1985), Maurice Blackburn (1914-1985), Martin Bartlett (1939-1993), Bernard Bonnier (1952-1994) et Philippe Ménard (1946-1999) sont décédés.

    François Guérin, «Bref survol des musiques électroacoustiques au Canada», livret d’accompagnement du coffret discographique Anthologie de la musique canadienne, Musique électroacoustique, ACM 37 CD 1-4, 1989.

    Q/Résonance, Jean-François Denis, dir, Concordia University, 1988.


    [vii-99; ii-05; iii-06; iv-08]

Quoiqu’elle soit, toutes proportions gardées, l’une des grandes forces de la création musicale canadienne, il reste encore à l’électroacoustique à se faire connaître et reconnaître.

Pour les amateurs de musique actuelle

Jean-François Denis, SOCAN, Paroles & Musique, no. 5:7, July 1, 1998

Au cours des derniers mois le collectif de musique actuelle Ambiances Magnétiques a produit une série de disques portant son catalogue à plus de 60 titres. Le premier de cinq nouveautés brièvement présenté ici s’intitule Inédits et est la troisième compilation des membres d’Ambiances Magnétiques: Michel F Côté, Jean Derome, André Duchesne, Joane Hétu, Diane Labrosse, Robert Marcel Lepage, René Lussier, Danielle Palardy Roger et Martin Tétreault. Contrairement aux deux premières compilations constituées de repiquages, Inédits présente justement 24 œuvres qui se trouvent sur disque pour la première fois.

Pierre Tanguay, batteur vedette des musiques actuelles, et Tom Walsh, tromboniste éclaté, ont enregistré Midi tapant. Des musiques qui sont à la fois planantes—par accumulation de couches sonores—et très dynamiques: Tanguay et Walsh jouent à plein poumon, à bras raccourcis.

Un trio ad hoc de bruististes improvisateurs électroacousticiens, Diane Labrosse, (échantillonneur}, Ikue Mori (percussions électroniques} et Martin Tétreault (tourne-disques) offrent Île bizarre où l’oreille est attirée, menée dans tous les recoins de ce monde inventé, purement sonore, dont les sources sont méconnues. C’est un travail sur la surface des haut-parleurs et pour l’imaginaire qu’il déclenche dans mon écoute.

Chansons de Douve est un album double présentant la grande œuvre poétique de Pierre Cartier (sur des textes de Yves Bonnefoy). Hybride de musique ancienne et jazz improvisée, Chansons de Douve est constitué de 14 pièces strictement composées, mais laissant place aussi à l’instantanéité des interprètes, pour un ensemble de dix musiciens: Angèle Trudeau (soprano), Noëlla Huet (mezzo-soprano), Pierre Cartier (basse électrique et voix), Jean-Denis Levasseur (saxophone alto), Jean Derome (saxophone alto, flûte et flûte en sol), Ivanhoe Jolicæur (trompette), Sylvain Jacob (trombones alto et ténor), Tom Walsh (trombone), Pierre Tanguay (batterie), Julien Grégoire (percussions).

Finalement, le cinquième disque est le dernier à ce jour de l’Orkestre des Pas Perdus, sous la gouverne de Claude Saint-Jean, Maison douce maison avec des musiques de jazz… dansantes… qui toujours suscitent l’écoute. Avec les excellents et solides musiciens Rémi Leclerc (batterie), Jean-Denis Levasseur (sax alto, piccolo), Roberto Murray (sax ténor, flûtes), Jean Sabourin (sousaphone), Claude Saint-Jean (trombone) et Maxime Saint-Pierre (trompette, flugelhorn).

Interview [with René Lussier]

Jean-François Denis, Ear, no. 15:7, November 1, 1990

René Lussier is Québécois. His language, his culture, and his music are all part of that identity. He needs to be near his history, to be able to talk about issues, but also to be able to make fun of them. How? Through improvisarion, his main idiom, and by taking songs from Québécois folklore, religion, and pop culture and reinventing them. Lussier’s recent studio recording, Le trésor de la langue (The Treasure of Language), features songs whose source material is interviews with people in the streets.

A growing inrerest for Lussier since Le trésor de la langue has been the radio theater format: writing 1O-minute pieces about different trades, using interviews with carpenters, barmaids, politicians, and ice cream plant workers. He has also composed for several documentary films and for whar he calls “live interventian cinema.” He shares the strength of his convictions and his musician ship both with fellow Québécois and with composer-performers around the world. He also helped found the record label Ambiances Magnétiques in 1983 and has since curated series of collaborative improvised music ventures.

Perhaps Lussier is in the wrong place at the wrong time: a Francophone hemmed in by an Anglo nation; an improviser in a music scene that caters to composers; a folklorist hell-bent on experimentation; a vanguard artist with a working-class sensibility; he did not set out to be a political artist, but politics fills his art. With irrespressible wit, daring, and originality, he stakes his claim among these turbulent currents.

• You use Québec traditional music in your work, often with humor. Why?

I started to stamp my feet when I was playing reels with Conventum. That band has a Folk flavor with its acoustic instruments: the guitars, the violin, its own dances but it was not traditional music. Conventum belonged much more to movements close to Henry Cow, or the Incredible String Band…

That was at the time of the 1976 nationalism growth, during the last stretch to the 1980 referendum that I was discovering traditional Québec music. I was thrilled by it, for was it was. I even build an electric footboard so the stamping can be amplified.

The defeat of the referendum caused the death of traditional music. It was dropped quite violently. A total reject. So I was learning to play that music at a time when the majority in Québec was renouncing its musical origins which were associated with the independence movment. When the referendum was lost, tradional music was representing a failure and it went down the drain.

In the case of the duo with Robert Marcel Lepage, and also with the Les Granules, I always stump my feet (a usual accompaniment in Québec traditional music). When I started to do Free music, the board was somewhat pushed aside but with Robert Marcel Lepage, the board became a permanent instrument offering rhythmical or asymmetrical percussions. It give our music a Folk flavor, a kind of Free-Rock-Reel-Jazz or Reel-Free…

• In those cases, it is a Folk “flavor” but the Granules play Folk “songs”.

It continued to develop. I met Jean Derome who’s a fan of Soldat Lebrun, of French Canadian songs from the beginning of the century. One day he said: “Why don’t we play ‘Le marchand des rues’ [Le commerçant des rues] (The Street Vendor) by La Bolduc?”, a song we still perform today.

We naturally came to look into that repertoire. But we don’t play that many songs. If we were doing any at the time, if we were inspired by them, it is because we like them. It was somewhat against the current since most Québécois were pushing that music away. I felt it was strange to disregard our roots, our origins, the stuff we’re made from… so I still play Folk songs.

• There are also originals songs that are “ Folk”. I am referring to the song about unemployment insurance (on the Absolute CD)… It’s in the style of a fun fair.

•… where the lyrics are part of the “contemporary folklore” of Québec, of Canada…

The text was written by the Department of Employment of the Government of Canada.

• But is Folk music only another sound source? Isn’t it also a way to re-create a national identity?

It is one sound source amongst many others. I’m interested in Folk music as much as I am in contemporary music, progressive rock or Ornette Coleman’s Free Jazz. I equally like Messian—in the right context—Louis Tipou Boudreau, Johnny Winter, or Naked City. It’s the idea to not refuse anything. Æsthetically, I do not reject anything. It is quite clear that by playing those pieces we are making a link with folklore. But we somewhat stay off-mainstream. Instead of trying to have the same sound as everybody else, we have our own material and background, our own references. It is attached to our national identity. Somewhere we’re still for the independence. We were born in that environment; we can’t change all that much. We’re made from that stuff—I say that a lot.

• And politics?

The work we do is to compose, to perform and to improvise our music which deals with a large variety of issues. This being said, there is a political side if one wants to see one. We talked about political issues in our music with humor, with Folk, with out of control things and incontrollable things too. There are pathetic moments as well. We have fun when playing the song about unemployment insurance with the polkas… but it also has its moments with incredible chaos. I never considered myself as a politically involved musician. I feel more involved now, but that is because I am hired more. But I was never given any gifts. If we made albums, shows and tours, it is because we created our own gigs. We made a lot of music for film, making our living for a while.

What’s special in Québec, because we’re French speaking, is its isolation both on the cultural and geographical levels. The door isn’t that open to go to the USA (where we have performed because we were playing with other musicians). In Canada, we just started to play there.

So you either stay in Québec or you go a little bit in Europe (and that’s every time a big thing). The musicians who write and perform are obliged to renew/refresh themselves quite often. You cannot play the same show a large number of times here. It isn’t like in the USA or in Europe. Thus the musicians have written a lot and been through all kinds of musical experiences.

Elsewhere in America—and that’s very surprising—it isn’t as strong culturally. Not because they don’t have any talent. It is rather because their cultural environment has not put as much pressure on them as our own has here. It think that’s important, I may be wrong…

• When you perform Folk flavored songs (such as the unemployment insurance one) in French in… Winnipeg, what is the reaction of the public?

When we play in places where they don’t speak French, we try to make ourselves understood. I don’t want to be cut from anyone. I want the people to be concerned with what we’re doing, when we’re there, with them. We’ve succeeded in bringing them in the room, that’s already something. So we take care of them. In the case on the song on unemployment insurance, we tell them that, anyway, it’s the same thing. We’re singing in French, but it is the same thing in English. There’s enough people on unemployment insurance in Manitoba for them to know what we’re saying. The questions are also in French on their cards.

• What about humor in your music?

It is a key. We don’t prepare jokes. We places ourselves in a humorous mood, just like we place ourselves in a improvisation mood or in a performance mood. Humor is used also to have fun and to reach the public. Sometimes we really need all of our resources, including humor, but not only humor. It is like Eugene Chadborne who uses humor to make his music reach out. I, too, don’t do stand-up comedy, I do music.

• And with the Granules?It’s delirium sometimes. We want to have fun in this world which is quite severe.

The so-called alternative music and improvisation sphere is quite a harsh environment. For many, being a musician it’s dealing with career plans. We don’t care much about our careers. We continue to play. We’ve been on our own since the beginning… We did get support, at times. We’ve always done our music our way, without compromise and trying to have fun doing it.

Le trésor de la langue (The Treasure of Language) is one of your pieces which has had the most media coverage and public exposure (the recordings have been selling very well). It was awarded the French Language Public Radios Community Paul Gilson Prize last year. What is Le trésor de la langue?The question is “Is it important to speak French in Québec?” and the answer is “Yes”. That was my starting point. The idea was also to generate music from my language. In the process, I’ve been digging into the political and social history of Québec. People have caught on the politics in Le trésor de la langue. Some said it was politically very clear. Politically, I quite confused. But at the same time, I question what is going on. Here and elsewhere, be it the Mohawks’ crisis or the war in Eritrea. I don’t see the situations in black or white. Because I do not have the historical background to discourse upon on that, I go by intuition, as I’ve done with Le trésor de la langue, as I do everyday with music. I’ve learn to do music on the spot; I’m learning to reason about the society I live in on the spot. I’m learning not to see life in black or white.

But there is something that is clear: there is poor people and rich people. They may be English, Russian or Mohawks… Next to the internal war in Ethiopia, the small troubles in Châteauguay… I am not saying it’s not serious, it is serious, but we must see thing in perspectives. I’m not a political musician: I’m a person who’s sensitive to what’s going on, who’s questioning himself, and who’s outrageous too, at times… I am looking for, I am learning, I am adjusting to, I’m changing, I’m evolving… My involvement is underground. I am not offered to do the music for large fiction films. I’m asked to work on documentaries and live intervention cinema. We’re involved in a milieu which is more sensitive to human misery and to injustices. But this doesn’t make us politicians.

• Where do you place yourself in the musical panorama of Montréal?

Between four chairs… I ’ve never associated myself to the world of Jazz music because I don’t know how it’s made. I don’t have neither the background nor the ability as a performer for Jazz. I listen to it… Mingus, Ellington, Dolphy… and I appreciated it too, but without associating myself to that style.

But I’ve improvised with Jazz musicians. I think that improvisation is a common ground for many styles. Musicians interested in improvisation may eventually work together. The common ground is the liberty, the maximum of openness.

In Montréal, I fell like an “illegitimate” musician: a hybrid of a Folk musician, a Free musician, a composer of so-called contemporary music, new music. I consider myself as a musician, with his characteristics. I associated myself more to nothing and everything. We’ve always had difficulty in defining our music mostly because we didn’t want to be categorized…

• How do you see Montréal’s music panorama?

The Jazz becomes more and more sophisticated. There are very clever and skillful Jazz composers, very solid musicians in Montréal (such as Pierre Cartier, Jean Baudet, Michel Ratté), super musicians who are associated to Jazz because it’s the style that resembles most what they do. There’s the new music community, with composers, which has certain similarities to Rock or improvisation (to name three: André Duchesne, Justine, Martin Tétreault… ). And in the so-called new music, there is more and more sound manipulation and processing: that’s similar to electroacoustics. There is a bridge between those two styles. And electroacoustics has a door with contemporary music. It’s interrelated.

For example Alain Thibault fills in the gap between contemporary music, electroacoustics and… pop. With the Granules we’ve work a lot with processing and tape… Le trésor de la langue, for me, is close to electroacoustics, to contemporary music, to Rock, and to semipopular music…

There are many musicians and there is a lot of music created in Montréal. As I say earlier, musicians are forced to compose more because of the small size of the community and to renew their material a lot to be able to live. The musical community in Montréal is in good health but the industry didn’t follow (and that’s not unique to Montréal). In Canada, outside Québec, there are not as many musicians working in free improvisation. Jazz is quite strong in Canada. But I don’t know everybody. Most of the interesting people are hidden. Hidden because the industry is to impermeable/impervious to them or because they’ve abandoned the idea of making themselves heard and have preferred to continue to do what they want to do.

• What are the differences in support from the governments, the institutions or the concerts societies for the “composers” and the “improvisers”?

There are all of the differences. The composers are a lot more supported. It’s always been a management anarchy for the improvisers. Usually, improvisers don’t play in a band on a permanent basis. Musicians get together to share a language which is improvisation. There has been sporadic projects, but none were ever “institutionalized.”

On the other hand, composition—we know—is a lot more supported. Another difference is that composers work alone. The solitary composer; the improvisers in bunches.

Furthermore, the performing rights societies don’t give anything to improvisers because they consider that on an eight minute piece there is about 30 seconds of composition.

• So, economically speaking, improvisers are on their own?

We’re on our own. It’s a sideline. I don’t make a living with it, but it makes me alive. It is with composition for film, for the concert that I make a living. Improvisation brings in a little bit of money, but never as much as film music does.

… a folklorist hell-bent on experimentation; a vanguard artist with a working-class sensibility…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.