Jean-François Denis More from the press

In the press

L’univers électroacoustique de Jean-François Denis

Benoit Poirier, SOCAN, Paroles & Musique, no. 16:1, March 1, 2009

C’est lors de ses études à l’Université Concordia, au début des années 80, que Jean-François Denis s’est initié à la musique électroacoustique et a découvert la grande liberté qu’elle permet. Pour le musicien, producteur et éditeur, qui avait appris la guitare classique très jeune et fait ses classes au sein d’un groupe rock progressif, ce fut une révélation. «Ce qui est fantastique avec l’électroacoustique est que l’on est en concert, dans la création d’une œuvre que personne n’a entendue auparavant, c’est qu’à peu près tout peut se produire. C’est la liberté totale! Il y a cette possibilité.»

Ont suivi une maîtrise (en Californie) dans ce créneau musical, puis un poste de professeur, à Concordia. «Dans mon bureau, il y avait une magnétothèque assez imposante: plus de 700 titres. Là-dedans, il y avait des chefs-d’œuvre qui méritaient d’être entendus plus qu’une fois en concert ou à la radio! De là est née la volonté de rendre la musique électroacoustique accessible.»

Ce courant musical n’est pas nouveau. Soixante années d’exploration ont donné fruit à un impressionnant patrimoine. De quoi certainement ravir un pionnier comme le compositeur français Pierre Henry, à qui l’on doit la célèbre pièce Psyché Rock [co-composé avec Michel Colombier en 1967], popularisée par Maurice Béjart et Costa-Gavras, en 1967. Cette musique dite concrète, comme on la nommait à l’époque, a d’ailleurs fait des petits. «Aujourd’hui, note Jean-François Denis, quand on écoute de la musique électronique, qui est un genre musical cousin, si on enlève certains paramètres comme la pulsion, on retrouve, chez les créateurs, des approches très similaires à celles de la musique électroacoustique.» Mais cette musique, qu’il compare au monde de la poésie, suscite l’engouement d’un nombre relativement restreint de personnes. «Historiquement, je pense qu’il y a toujours un décalage dans la musique par rapport à son temps.» Les inconditionnels sont principalement concentrés en Europe (Angleterre, Scandinavie, France, Belgique et Allemagne), ainsi qu’au Québec. Il y a également quelques îlots aux États-Unis et au Japon.

Pour être en mesure de rejoindre ces mélomanes, Denis fondait, à la fin des années 80, la maison d’édition YMX Média et la compagnie de disques empreintes DIGITALes. Celle-ci n’est pas la première à avoir vu le jour dans ce secteur pointu, mais sa pérennité et son catalogue, probablement le plus vaste du genre, la démarquent: 584 œuvres réparties sur 98 disques, dont le tout dernier paraissait en novembre 2008. «Avec l’approche d’édition musicale d’une part, et, d’un autre côté, la production de disques, d’avoir ces deux structures-là séparées, mais liées, c’est assez unique.»

D’autres entités sont venues par la suite se greffer à l’entreprise: les disques SONARt, l’étiquette web No Type et le portail electroCD.com. Alors, qu’à leurs débuts, son équipe et lui faisaient la promotion des catalogues imprimés par la poste — «C’était presque moyenâgeux.» — ils ont fait figure de précurseurs en étant parmi les premiers, soit dès 1995, à se doter d’une vitrine sur Internet. De même, alors que les créateurs devaient jadis trimbaler tout un arsenal, ils se présentent aujourd’hui sur scène avec, sous le bras, leur portable. Et une foule de sonorités en tête.

Au fil des ans, Jean-François Denis a siégé à plusieurs conseils d’administration, tels que la Communauté électroacoustique canadienne, le Centre de musique canadienne, section Québec et Réseaux des arts médiatiques, dont il est aussi l’un des fondateurs. Il a mérité plusieurs bourses et prix, dont celui de la Ligue canadienne des compositeurs, en 1994, pour son engagement exceptionnel à l’égard des compositeurs canadiens.

En plus de composer et de donner des prestations, il a d’autres projets en chantier. Celui, entre autres, d’amener les secteurs télévisuel et cinématographique à s’intéresser de plus près à la musique électroacoustique. À plus court terme, Jean-François Denis est actuellement à finaliser la programmation d’une grande fête, en collaboration avec l’ensemble des diffuseurs de musique électroacoustique. L’événement, qui se déroulera tout au long de 2010 à travers l’Occident, soulignera le 20e anniversaire des éditions YMX Média et de son étiquette phare, empreintes DIGITALes. L’idée première, souligne-t-il, est de faire circuler encore plus, avec l’argument des 20 ans, la musique électroacoustique afin de mieux faire connaître ses créateurs.

Ce qui est fantastique avec l’électroacoustique […] c’est qu’à peu près tout peut se produire. C’est la liberté totale!

Pourquoi faites-vous des disques?

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no. 76, June 1, 2008

[…]

Jean-François Denis
Label empreintes DIGITALes

En 1990, lorsque j’ai fondé empreintes DIGITALes, le disque compact était alors “nouveau” et était une très bon média pour “déplacer” jusqu’à 75 minutes de musique (qualité du son, solidité du médium, poids et volume réduits). Par contre il restait clair dans mon esprit que ce support physique serait éventuellement remplacé, à son tour.

Internet existait déjà depuis plusieurs années à ce moment (courriel, échange de fichiers…), mais sa popularité n’a réellement commencé qu’après 1995, en s’accélérant jusqu’à nos jours. En parallèle l’accès à Internet s’est aussi grandement développé (disponibilité, vitesse, coût). Idem pour les ordinateurs personnels. Inventé au tout début des années 1990, le “mp3”, quoiqu’un recul dans l’évolution constante de la qualité sonore, a rapidement bénéficié du développement de cet accès, alors à basse vitesse, grâce à la “légèreté” des fichiers ainsi codés. Il a permis le phénomène de la démartérialisation de la musique.

Pourquoi faire des disques? Parce que le disque est un album, un recueil de pièces choisies et ordonnées (par les créateurs, par le producteur). Le disque est aussi un document visuel et éditorial, avec information, illustrations, photographies. Le disque laisse un trace palpable, réelle.

Par contre… Aujourd’hui la distribution du disque se transforme: de la boutique à la table de vente au concert; de la boutique à la vente par correspondance. Ce déplacement cause la fermeture des boutiques, et fait perdre l’habitude d’achat de disques. Le moyen d’écouter la musique se transfrome aussi: les lecteurs portables des disques compacts (ou de cassettes) sont remplacés par des lecteurs numériques. À la maison l’ordinateur se branche de plus en plus à la chaîne hi-fi.

À terme… À court terme, pour les amateurs de musiques de son (dont l’électroacoustique), la qualité sonore du “mp3” n’est pas suffisante. On sait qu’un prochain format “haute définition”, quel qu’il soit, comblera cette lacune. Aussi, à moyen terme, le disque et sa distribution seront (presqu’)entièrement démartérialisées. Les habitudes de “fréquentation”, de l’expérience de la musique sont autres. Mais le besoin d’une direction éditoriale, d’un choix artistique, restera. Les “maisons de disques”, sous ce vocale ou un autre, auront encore longtemps un rôle à jouer: faire découvrir la création musicale.

[…]

… faire découvrir la création musicale.

Tilt!

Réjean Beaucage, Voir, November 9, 2006

Éric Mattson organise des concerts qui font le pont entre les pionniers des musiques expérimentales et ceux qui suivent leurs traces. Des mises à jour nécessaires. Quand la machine fait «tilt», c’est qu’elle reçoit trop d’information, qu’elle ne répond plus. Submergés comme nous le sommes par d’incessants flots d’information, nous en venons quelquefois à oublier le passé pour nous concentrer uniquement sur le moment présent, quitte à penser réinventer la roue.

Pour court-circuiter ce cercle vicieux, Éric Mattson recycle le passé en présentant des soirées hommages à des expérimentateurs d’hier, soirées auxquelles il convie aussi des artistes d’aujourd’hui qui poursuivent, souvent sans trop le savoir, le chemin ouvert par leurs prédécesseurs. Une démarche didactique qui remet les pendules à l’heure. «Didactique, répète-t-il, ça voudrait dire qu’il y a vraiment une volonté d’instruire… Ce n’est pas là que se situe la base du projet. Je veux surtout créer des rapprochements entre des artistes par des thématiques, ou, dans le cas de la série TILT, autour de disques qui ont été importants pour moi. Évidemment, comme ce sont des disques atypiques, ils peuvent encore aujourd’hui être découverts par beaucoup de monde, et là, oui, dans ce sens, on peut dire que c’est didactique. J’achète encore des disques tous les jours, alors forcément, je fais moi-même des découvertes que j’ai envie de partager, et en sachant ce qui s’est déjà fait, on peut aller plus loin.»

Le troisième programme de la série tourne autour des musiques électroacoustiques de la compositrice Micheline Coulombe Saint-Marcoux (1938-85), dont le travail sera évoqué par Jean-François Denis, qui fera entendre des extraits du disque Impulsion (Empreintes Digitales). On entendra ensuite Steve Bates, Diane Labrosse et Nelly-Ève Rajotte, qui présenteront leur propre travail. «J’ai bien dit aux artistes invités qu’ils n’avaient pas à se sentir dans l’obligation de ‘rendre hommage’, parce que s’ils sont là, c’est qu’il y a déjà une analogie entre leur propre travail et celui de l’artiste du passé dont on aura présenté le travail juste avant.»

Le quatrième programme est centré sur l’inventeur Hugh Le Caine (1914-77), un scientifique canadien qui a développé au Conseil national de recherche du Canada plus d’une vingtaine d’instruments de musique électronique. «Lorsque j’ai invité Jean-François Laporte pour ce concert, il ne connaissait pas vraiment le travail de Le Caine, bien qu’il ait remporté le Prix Hugh-Le Caine du Concours des jeunes compositeurs de la Fondation SOCAN en 1997. Et j’ignorais que Freida Abtan, aussi invitée, avait déjà réalisé une pièce inspirée par Le Caine!» Le troisième larron de cette soirée sera le platiniste Martin Tétreault, et le travail de Le Caine sera présenté par Gayle Young, sa biographe. «Il y aura aussi Goodiepal, poursuit Mattson, qui s’est ajouté parce qu’il passe par ici avant d’aller donner un concert aux États-Unis. C’est un artiste danois très original, un inventeur extraordinaire dont le travail s’inscrit parfaitement dans le cadre de cette soirée.»

Éric Mattson: «En sachant ce qui s’est déjà fait, on peut aller plus loin.»

Des concerts qui laisseront peut-être à leur tour des traces sur disque, Éric Mattson étant aussi derrière l’étiquette Oral.

En sachant ce qui s’est déjà fait, on peut aller plus loin.

Tissé serré

Réjean Beaucage, Voir, October 26, 2006

Jean-François Denis, l’un des fondateurs de la société de concerts Réseaux, parle du 15e anniversaire de l’organisme, qui souligne aussi le 80e du compositeur Francis Dhomont.

La société de concerts Réseaux, qui se consacre à la diffusion des divers courants de musique électroacoustique, avec un fort penchant pour le versant acousmatique, célèbre son anniversaire 15 ans jour pour jour après son premier concert, qui célébrait lui-même le 65e anniversaire du compositeur Francis Dhomont. «Nous avions lancé le disque Électro clips juste un an avant, en 1990, explique Jean-François Denis, et nous avions appris à ce moment-là que l’anniversaire de Francis Dhomont tombait le jour du lancement, soit le 2 novembre. L’année suivante, au moment de lancer un disque de Francis, on s’en est souvenu!» Lorsque Dhomont s’est présenté au concert inaugural de Réseaux, le 2 novembre 1991, il s’est rendu compte que ce concert durant lequel il devait diffuser ses musiques était aussi… une surprise-partie pour son 65e anniversaire! De nombreux amis l’y attendaient et le disque lancé était un magnifique double-album (Mouvances~Métaphores – IMED 9107/08) accompagné d’un luxueux livret rempli de témoignages de collègues.

Ces quinze dernières années, les fondateurs de Réseaux (les compositeurs Gilles Gobeil, Robert Normandeau et Jean-François Denis, qui est aussi derrière l’étiquette empreintes DIGITALes), ont largement contribué au développement du genre électroacoustique au Québec, en présentant ou en collaborant à près d’une quarantaine de séries de concerts qui nous ont permis de voir travailler des pionniers, comme les compositeurs français François Bayle, Luc Ferrari (1929-2005), Bernard Parmegiani ou Jean-Claude Risset, mais aussi de nombreux autres compositeurs internationaux et, bien sûr, de chez-nous, jeunes ou vétérans. Jean-François Denis poursuit:«J’ai imprimé la page des événements que nous avons produits, qui est sur notre site Internet (www.rien.qc.ca) et, en effet, il y a de la matière… Dans notre bilan jusqu’à maintenant, il y a 34 commandes d’œuvres et 110 créations d’œuvres, de François Bayle, Marcelle Deschênes, etc. Même Bernard Parmegiani ou le Suédois Åke Parmerud ont créé des œuvres grâce à Réseaux. Ça donne une plus-value à l’organisme dans l’Amérique du Nord en tant qu’organisme présentant la musique électroacoustique dans ses formes les plus classiques.»

Réseaux, qui s’est longtemps consacré exclusivement au concert acousmatique (où la musique est diffusée dans l’obscurité, sur un impressionnant orchestre de haut-parleurs), a dû diversifier sa production devant un certain essoufflement de cette forme de concert. «Oui, nous avons commencé par divers événements, puis, en 1997, la série Rien à voir a commencé, et il y en a eu 15. Avec le temps, on s’est bien rendu compte que les compositeurs devenaient de plus en plus multidisciplinaires, tâtant de la musique mixte ou de la vidéomusique; la pratique musicale évolue, et il nous fallait en tenir compte.»

Et même les «purs et durs» s’y mettent! Ainsi, Francis Dhomont, grand défenseur de la musique acousmatique, présentera le 2 novembre, lors du concert soulignant son 80e anniversaire, une vidéomusique! Il présentera aussi une œuvre en création nord-américaine (Premières traces du Choucas, co-commande de Réseaux et Musiques & Recherches (Belgique), d’abord créée le 21 octobre dans la cadre du festival L’espace du son à Bruxelles). «C’est quelqu’un qui a joué un rôle capital dans le panorama de la création électroacoustique montréalaise, commente Jean-François Denis; sa musique a été jouée partout et il a été un prof très généreux à l’Université de Montréal. Il habite maintenant Avignon et il revient chez nous pour fêter, lancer un disque, donner un concert et des conférences.» Elio Martusciello ouvre cette troisième édition d’Akousma le 31 (avec vidéomusique et ensemble instrumental); le quatuor de saxophones Quasar y est avec des musiques mixtes le 1er novembre; Ludger Brümmer et Christian Calon diffuseront leurs œuvres les 3 et 4.

À écouter si vous aimez Yves Daoust, Michel Chion, Pierre Schaeffer.

Du 31 octobre au 4 novembre. Au Studio Hydro-Québec du Monument-National.

… en effet, il y a de la matière…

Phénomène électro

Réjean Beaucage, Voir, no. 876, February 5, 2004

Jean-François Denis est un pilier important de la communauté électroacoustique montréalaise. On discute avec lui des séries de concerts MusMix (2) et Rien à voir (15), présentées ce mois-ci par l’organisme Réseaux.

Il ne se passe pas grand-chose du côté de la scène électroacoustique montréalaise sans que Jean-François Denis y soit pour quelque chose. Directeur de la maison de disques empreintes DIGITALes, seule étiquette québécoise qui ne fasse paraître que des disques de musique électroacoustique, il dirige aussi DIFFUSION i MéDIA, la porte d’entrée chez nous d’un bon nombre d’étiquettes étrangères du même genre. Le disque Jalons, de Francis Dhomont, qui remportait le 25 janvier dernier le prix Opus du «Disque de l’année - Musiques actuelle, électroacoustique», c’est empreintes DIGITALes qui l’a publié; une étiquette qui célébrait ses 14 ans le 31 janvier dernier. Jean-François Denis est aussi membre, avec les compositeurs Gilles Gobeil et Robert Normandeau, de la société de concerts Réseaux, qui présente ce mois-ci deux importantes séries: MusMix, une collaboration avec le Nouvel Ensemble Moderne (NEM) et le Centre de création musicale Iannis Xenakis (CCMIX), et Rien à voir, dont la 15e édition sera aussi la dernière.

MusMix: Si vous lisez ces lignes le jour de leur publication, il ne reste qu’un concert à la série MusMix. Jean-François Denis explique: «Le projet est assez précis. Il s’agit d’un événement biennal qui présente des musiques mixtes de compositeurs canadiens. On sait que le Québec est internationalement reconnu en ce qui concerne la musique électroacoustique, mais la musique mixte reste quelque chose de moins courant. Par ailleurs, ce sont surtout les compositeurs de musique instrumentale qui font de la musique mixte; alors, même si ces concerts peuvent attirer un public amateur de musique électroacoustique, il s’agit souvent de compositeurs qui lui sont moins connus. Mélanger l’instrumental et l’électronique, ça donne peut-être le genre de musique le plus délicat à mener à bien». Mais comme le programme est le fruit d’un appel d’offres largement diffusé et pour lequel les organisateurs reçoivent de nombreuses propositions, la sélection proposée offrira le meilleur des deux mondes. Avec l’expertise de Réseaux en matière de diffusion de musique électroacoustique et avec celle du NEM dans l’interprétation des musiques contemporaines, les conditions optimales sont réunies pour une soirée réussie. On y présentera deux créations, de Martin Bédard et Alcides Lanza, qui participaient déjà à la première édition il y a deux ans et dont les œuvres avaient été remarquées par un représentant du CCMIX qui a invité les compositeurs à venir travailler sur une nouvelle œuvre à Paris. Aussi au programme: Andrew Staniland, Kotoka Suzuki, John Oliver, Farangis Nurulla-Khoja et Monique Jean. (Le 6 février, 20 h, Salle Beverly Webster-Rolph du Musée d’art contemporain.)

Rien à voir: Ce mois de février 2004 nous amène du même souffle la 15e et dernière édition de la série de concerts Rien à voir, qui célèbre depuis 1997 la musique acousmatique (diffusée, dans la pénombre, par un orchestre de 24 haut-parleurs encerclant le public). «Réseaux est en repositionnement au sujet de la façon de présenter ses concerts, explique Jean-François Denis. Bien sûr, présenter huit concerts en cinq jours, c’est économique et efficace, mais c’est dur pour le public qui voudrait tout suivre, alors on cherchera une meilleure façon de faire. Idéalement, ce serait plutôt quelque chose comme un concert par mois, mais c’est une tout autre histoire, notamment au niveau budgétaire…» Ce genre de projet serait possible dans un lieu dédié à ce type de diffusion, c’est pourquoi Réseaux est partenaire avec le NEM et les Productions SuperMusique dans un projet visant à mettre sur pied une «maison» regroupant les activités des trois organismes. Un lieu où seraient réunies musiques actuelle, contemporaine et électroacoustique. On croit rêver. «On y travaille, acquiesce Jean-François Denis, mais c’est un gros projet qui se développe lentement.» D’ici là, c’est à l’Espace Go que l’on ira entendre Randall Smith, Hildegard Westerkamp, Andrew Lewis et Yves Daoust, du 11 au 15 février.

… un pilier important de la communauté électroacoustique montréalaise.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.