Jean-François Denis More from the press

In the press

Les iConcerts de Réseaux

Dominique Olivier, SOCAN, Paroles & Musique, no. 10:2, June 1, 2003

L’électroacoustique a beaucoup à gagner du virtuel. C’est ce que Jean-François Denis et ses complices de Réseaux, les composteurs Gilles Gobeil et Robert Normandeau, ont vite compris. Les organisateurs de Rien à voir, cet événement bi-annuel consacré à l’acousmatique (diffusion d’œuvres électroniques sur orchestre de haut-parleurs), se battent depuis des années sans grand soutien financier pour donner une visibilité à cet art à la fois extrêmement dynamique et étrangement occulte sur la scène québécoise. Faire jouer et rejouer les œuvres, faire connaître nos créateurs qu n’ont pas l’habitude de prophétiser dans leur pays, faire venir au Quéhec les meilleurs compositeurs de l’étranger, diffuser l’information, voici quelques-uns des objectifs de Réseaux.

«La première idée qui préside aux iConcerts, c’est de rendre les œuvres disponibles à long terme et sur demande,» explique Jean-François Denis, le grand manitou de ces événements virtuels. Bien sûr l’idée d’un juke box avec possibilité de téléchargement sur Internet n’est pas nouvelle. Mais les directeurs de Réseaux ont voulu faire les choses un peu différemment. «Nous avons voulu créer des petits concerts, bien qu’à travers une discussion sémantique que j’ai eue récemment, j’ai su qu’on ne peut pas vraiment appeler ça des concerts. En fait, I s’agit plutôt de possibilités d’écoute, de mini-événements. Il y a trois œuvres par iConcert, chaque pièce durant environ quinze minutes. Ce sont de petites bouchées de musique électroacoustique agencées à partir des 17 œuvres commandées par Réseaux depuis les débuts de Rien à voir.»

En tant que commanditaire de ces pièces, Réseaux s’acharne (selon l’expression de Jean-François Denis) à les représenter en organisant des blocs prévus à cette fin dans les Rien à voir. Les iConcerts sont donc, dans presque tous les cas, une troisième vie pour ces œuvres de Nicolas Borycki, Nicolas Boucher, Ned Bouhalassa, Christian Calon, Francis Dhomont, Paul Dolden, Alain Gauthier, Monique Jean, Elainie Lillios, Robert Normandeau, John Oswald, Éric Rocheleau, Stéphane Roy, Wayne Siegel, Randall Smith, Marc Tremblay et Pierre Alexandre Tremblay.

Au moment de l’entrevue, il n’y avait que deux iConcerts en ligne, lancés respectivement le 3 du 3 et le 4 du 4… «Comme nous sommes des petits rigolos, nous allons continuer comme ça jusqu’au 8 du 8, ce qui nous donne chaque fois au moins 31 jours pour faire le travail! D’ici à la fin de l’été, toutes les œuvres commandées seront sur le site iconcerts.rien.qc.ca,» précise Jean-François Denis.

Bien sûr, la question des disques se pose. La réponse de Jean-François Denis, co-directeur de Réseaux mais unique drecteur de l’étiquette empreintes DIGITALes, est multiple: «Ces œuvres seront fort probablement gravées sur disque à un moment donné, mais il faut tenir compte du fait qu’empreintes DIGITALes ne produit que des ennegistrements monographiques et que parfois les composteurs n’ont pas suffisamment d’œuvres pour remplir un disque; parfois aussi, la commande a été passée peu de temps après la parution d’un disque.»

Si le but de l’opération est d’abord de donner accès aux œuvres, elle a plusieurs avantages non négligeables. «Comme l’lnternet est international, c’est là que nous commençons à articuler l’aspect réseaux de notre nom. À chaque lancement on envoie un courriel à plus de 8000 personnes, praticiens ou amateurs à travers le monde. On peut aussi très bien voir cette action sous l’angle du développement de public. Est-ce que ça attire les gens à venir au prochain Rien à voir? La réponse est oui. D’autre part, en utilisant ce moyen-là, qui est soit dit en passant très abordable pour nous, on va certainement rejoindre une clientèle jeune. Pour les 15-20 ans, le mp3 est la chose la plus naturelle du monde.» Et où en est la frequentation des iConcerts au moment de l’entrevue, alors que deux concerts et six œuvres seulement sont disponibles? «Nous constatons par les statistiques que fournit le serveur qu’il y a l’équivalent de 65 pièces par jour qui sont écoutées. Pour moi, c’est énomme!» s’exclame Jean-François Denis, qui compte ajouter un bouton commentaires au site. Avec un peu de chance, la courbe suivra une progression constante avec l’ajout des 11 autres œuvres au cours des prochains mois.

Réseaux, avec son dynamisme incroyable et son flot perpétuel d’idées, ne compte pas s’arrêter là. Les projets sont foison bien que l’organisme fasse déjà littéralement des miracles avec ses ressources extrêmement limitées. «Nous avons produit près d’une trentaine d’événements distincts au cours de la saison 2002-2003, avec un budget de 70 000$,» souligne Jean-François Denis. Pour en savoir plus sur la saison à venir, on peut d’ores et déjà consulter le site de Réseaux afin d’avoir les lieux, dates des concerts ainsi que le nom des compositeurs qui seront diffusés en 2003-2004.

Ce sont de petites bouchées de musique électroacoustique…

Entrevue avec Jean-François Denis, directeur d’empreintes DIGITALes

Yves Daoust, Circuit, no. 13:1, December 1, 2002

C’est à l’été de 1989 que Jean-François Denis, en collaboration avec Claude Schryer, décidait de fonder une maison de disques spécialisée en électroacoustique. Ainsi naquit empreintes DIGITALes, aujourd’hui considérée comme l’une des étiquettes les plus importantes au monde dans le domaine.

Jean-François Denis fait le point sur l’évolution de sa compagnie. (Propos recueillis le 22 juin 2002 à Montréal par Yves Daoust.)

------------------------

YD: Qu’est-ce qui t’a motivé à mettre sur pied une maison d’enregistrement?
JFD: À l’université Concordia, où j’enseignais à l’époque, nous produisions beaucoup de concerts, si bien que nous avions accumulé un nombre impressionnant d’œuvres sur bande qui dormaient sur les tablettes. Je me suis dit qu’il fallait que ces musiques vivent, qu’elles circulent. L’idée m’est alors venue de créer une série d’enregistrements électroacoustiques qui rendraient ces œuvres accessibles à un public plus vaste que celui du concert, qui assureraient la pérennité des œuvres. Je n’ai pas eu immédiatement l’idée de fonder ma propre compagnie. J’ai d’abord fait le tour des maisons existantes, au Québec et dans l’ensemble du Canada, en leur proposant, sans succès, de développer une sous-collection électroacoustique. Devant leur refus, j’ai décidé de plonger et, avec Claude Schryer, nous avons fondé notre propre maison de production (que je dirige seul depuis 1992).

YD: C’est donc parti de l’intention de faire connaître les œuvres québécoises?
JFD: Il est vrai que ça a démarré avec des compositeurs qui m’étaient proches géographiquement. Mais rapidement le cercle s’est élargi: dès la deuxième année, des compositeurs étrangers, dont Denis Smalley, s’ajoutaient au catalogue. (Aujourd’hui, sur les 66 CD d’empreintes DIGITALes, 26 sont de compositeurs étrangers…)

YD: Quel est le créneau d’empreintes DIGITALes?
JFD: J’ai décidé de me limiter uniquement à l’électroacoustique, d’autres compagnies s’occupant des musiques instrumentales contemporaines. Par contre, j’avais une définition très large de l’électroacoustique: j’ai produit des œuvres mixtes (instruments acoustiques et bande), des documentaires sonores…

YD: Donc on ratissait large?
JFD: Oui, au début. Mais il y a quelques années j’ai ressenti le besoin de resserrer le créneau, de me limiter uniquement, ou presque (il y a toujours des exceptions), aux musiques de support.

YD: Intéressant… On y reviendra. Mais revenons aux débuts. Produire des CD, c’est relativement facile. Mais le problème majeur n’est-il pas celui de la diffusion?
JFD: Oui, tout à fait. Le travail commence vraiment le jour où on vous livre les boîtes de CD… C’est d’autant plus difficile et exigeant qu’il s’agit d’un créneau très spécialisé.

Premièrement, j’ai établi une formule claire: chaque CD serait consacré à un seul compositeur, ce qui permet de personnaliser chaque album beaucoup plus que lorsqu’il s’agit d’une compilation d’œuvres de compositeurs différents. Sur le plan iconographique, j’ai fait en sorte que l’identification de l’étiquette soit claire et forte, porteuse de signification. Il fallait s’assurer que le public identifie dès le premier regard l’étiquette à la musique électroacoustique. Quant à la distribution comme telle, sans laisser de côté le créneau traditionnel des magasins de disques, je l’ai axée davantage sur la vente par correspondance.

YD: Puis il y eut Internet…
JFD: Oui, bien sûr: rapidement après l’établissement de la norme du web, nous avions notre site (dès février 1995). Actuellement, je dirais que plus de 60% de nos ventes se font directement via le site internet electrocd.com.

YD: Ce qui nous amène sur le terrain de virtuel: est-il encore nécessaire aujourd’hui de produire des disques? Quand on pense aux mp3…
JFD: Effectivement, on a accès aujourd’hui à tous genres de musique, en les téléchargeant directement à partir, par exemple, de sites comme mp3.com, et ce gratuitement et avec une qualité sonore intéressante (mais sans égaler le spectre et la dynamique du CD). Dans ce cas, il n’y a donc pas de producteur, mais simplement un site d’accueil où n’importe qui peut déposer sa musique. Mais est-ce que ça fonctionne? D’une part, on est privé d’iconographie: un disque, c’est un objet qui peut être beau, original dans sa présentation; et puis il y a le livret qui est très précieux, particulièrement dans le cas de musiques de recherche et de création. D’autre part on est face à une quantité étourdissante d’information, dans toutes les directions musicales. Comment choisir?

YD: Oui, mais qu’est-ce que je risque à part une perte de temps? C’est gratuit, et puis ça permet de faire des découvertes, d’élargir ses horizons…
JFD: Sûrement, si tu es prêt à y consacrer l’essentiel de ton temps. Mais je continue de croire que le rôle du producteur demeure primordial. Non seulement il assure le suivi et fait la promotion des titres qu’il produit, mais il donne une ‘couleur’, une orientation artistique qui non seulement permet, encore une fois, une identification claire du genre par le public, mais en plus établit une relation de confiance: on connaît le type de produits d’une étiquette donnée. Et si on aime, on sera porté à faire confiance au producteur et à se procurer un nouvel album, même si on ne connaît pas le compositeur. Il me semble très important de garder ce principe de ‘parrainage’, de direction artistique.

YD: Donc tu ne crois pas beaucoup à la distribution virtuelle?
JFD: Pas via les sites généralistes… Il y a cependant des exemples intéressants dont celui du site notype.com, consacré aux musiques électroniques et expérimentales. Ici aussi, pas d’objet matériel, de disque. Mais, à la différence de sites généralistes, comme mp3.com, où tout est sur le même plan, dans ce cas-ci, le webmestre regroupe les musiques de son choix en albums virtuels qu’on peut télécharger gratuitement. Il y a donc direction artistique, tout comme chez empreintes DIGITALes. Cela facilite la tâche de l’auditeur.

YD: Alors, pourquoi ne pas faire la même chose et éliminer l’étape de production matérielle?
JFD: Parce que la qualité sonore requise pour bien rendre l’électroacoustique n’y est pas avec le mp3 (mais il faudra me reposer la question le jour où apparaîtra une nouvelle norme vraiment comparable au CD actuel…), et aussi parce beaucoup de gens n’ont ni le temps et encore moins les moyens techniques de télécharger des fichiers de centaines de mégaoctets chacun.

YD: Tu insistes beaucoup sur ton rôle de directeur artistique. Alors qu’est-ce qui motive tes choix? Quel est le profil du compositeur susceptible de se retrouver sur empreintes DIGITALes?
JFD: C’est une question délicate car le choix se fait de façon très… ‘impulsive’. Le travail du compositeur doit me plaire, mais il faut surtout que je ressente une… rigueur dans sa démarche. D’autre part, je dois sentir aussi la motivation du compositeur à poursuivre et développer sa carrière, un élément important pour la diffusion du disque. Trop souvent un compositeur considère qu’une fois le CD produit il peut passer à autre chose alors qu’il faut encore faire vivre ces musiques, les présenter en concert et en parler lors d’entrevues à la radio et dans les médias écrits (imprimés ou électroniques).

YD: J’aimerais revenir à la notion de créneau qu’on a abordée plus tôt. Tu disais que depuis quelques années tu as resserré le créneau d’empreintes DIGITALes, te limitant aux musiques de support. Pourquoi?
JFD: J’ai voulu m’assurer qu’il n’y ait pas d’ambiguïté quant au créneau d’empreintes DIGITALes: on assiste depuis quelques années à un foisonnement important des musiques électroacoustiques qui éclatent dans tous les sens. C’est extraordinaire et porteur d’avenir. Mais je pense qu’il est crucial d’éviter la confusion des genres auprès des auditeurs. C’est pourquoi j’ai resserré l’offre, en gardant bien le cap sur les œuvres fixées. Mais afin de rendre compte de ce foisonnement et suite à la rencontre de David Turgeon, une des personnes derrière notype.com, j’ai fondé No Type, une nouvelle étiquette qui est le prolongement matériel du site web. C’est un nouveau couloir, spécialisé celui-ci dans les musiques électroniques et expérimentales alternatives.

YD: Mais n’y a t-il pas risque de cloisonnement quand les corridors sont trop serrés? Où se loge un compositeur — et c’est de plus en plus fréquent chez les jeunes — qui pratique une sorte d’hybridation entre ce qu’on pourrait appeler l’électro «classique», issue de la tradition savante, et des approches plus alternatives, orales, issues souvent de la pop ou du techno?
JFD: La musique expérimentale est toujours plus ou moins entre deux chaises. C’est au compositeur et à moi de décider du meilleur corridor pour tel ou tel projet de disque. Par ailleurs, sur le site de ma compagnie de distribution (electrocd.com), tout est mélangé, on y retrouve tous les titres, quelle que soit l’étiquette. Ceci dit, pour en revenir à No type, une autre raison pour laquelle j’ai décidé de créer cette étiquette, c’est que le genre dit «électroacoustique» n’a pas toujours bonne presse. Il est souvent considéré par les gens des nouvelles musiques alternatives (et par bien d’autres!) comme académique (musique froide, stérile…). Plusieurs créateurs, dont le travail pourrait selon moi très bien entrer dans le grand genre électroacoustique, préfèrent être «associés» à la zone représentée par No Type. Eh bien, allons-y. Il ne pourra y avoir que «contamination» (dans les deux sens!): les amateurs de cette collection écouteront de l’électroacoustique (mais sans le savoir nommément), sans préjugé défavorable. Avec le temps, je pense que les cloisons se briseront, qu’il y aura contamination d’un genre sur l’autre.

YD: Donc, toujours ce clivage entre les genres…
JFD: … que beaucoup de journalistes entretiennent malheureusement, n’établissant pas de liens historiques entre les pratiques artistiques. Mais je n’ai pas voulu m’attaquer à ça, du moins pas directement. Je fais plutôt le pari que les habitués de No Type iront fureter dans l’étiquette voisine (empreintes DIGITALes) et vice versa. Il y a déjà des exemples: l’an dernier il y a eu un événement à Montréal qui s’intitulait «Dhomontellement». Fascinés par la musique de Francis Dhomont, de jeunes compositeurs d’électronique expérimentale ont «revisité» son œuvre…

YD: Je reviens à la soi-disant mauvaise presse qu’aurait la musique électroacoustique. Un des problèmes de cette musique ne tient-il pas au fait que, bien qu’étant une musique de support réalisée entièrement en studio, sa destination première est, règle générale, le concert? Ce sont des musiques pensées pour le concert, qui trouvent leur pleine signification dans ce cadre.
JFD: Il y a une différence fondamentale entre la musique instrumentale et la musique électroacoustique: cette dernière est une musique de medium. Elle est donc indissociable du support sur lequel elle est couchée alors que l’enregistrement d’une musique instrumentale est essentiellement d’ordre documentaire.

YD: D’accord, quand il s’agit de l’enregistrement d’un concert. Mais n’y a t-il pas de plus en plus de compositeurs «instrumentaux», particulièrement chez les jeunes, qui pensent, au moins un peu, en fonction de l’enregistrement?
JFD: Il est vrai que le concert est devenu une forme très marginale de communication de la musique, particulièrement depuis le développement de la radio qui est devenue un fournisseur majeur de musique. La radio et le disque représentent certainement aujourd’hui plus de 90% de notre rapport à la musique.

YD: Et cette écoute individuelle a complètement transformé notre rapport à la musique, à la forme, à la perception du temps. Le compositeur a perdu le contrôle…
JFD: La musique est devenue un produit de consommation, donc les usages se sont multipliés.

YD: Si les œuvres électroacoustiques sont des musiques de support, elles ne sont pas nécessairement pour autant des œuvres pour support dans la mesure où elles continuent d’être pensées et composées en fonction du concert et donc destinées à être écoutées dans une relation traditionnelle de représentation où la seule différence avec le concert instrumental réside dans le fait d’avoir remplacé les instruments par des enceintes acoustiques (on a même gardé le chef, qu’on appelle ‘diffuseur’…)
JFD: C’est sans doute là où le clivage entre les tendances est le plus manifeste. Le concert dans sa forme traditionnelle reste effectivement la situation idéale de diffusion pour la majorité des compositeurs électroacousticiens, le lieu où la musique prend tout son sens: le public est captif, silencieux, sous le contrôle du diffuseur. Mais comme le concert rejoint peu de monde, on voit dans la diffusion radiophonique et surtout dans l’édition discographique un moyen d’élargir le cercle des auditeurs, en espérant qu’une partie de ces auditoires rejoints par ces media finira par venir au concert. Mais il y en a qui ont compris, et ce particulièrement chez les compositeurs des tendances alternatives, des musiques dites électroniques, que «le medium c’est le message», comme l’a dit McLuhan. Ils composent donc pour le disque, ayant compris qu’une nouvelle relation musique-public a pris forme, particulièrement depuis la standardisation du support numérique. Ils réalisent que le disque amène une relation à la forme, au temps, très différente des schèmes classiques des œuvres destinées d’abord au concert.

YD: Mais qu’en est-il alors du concert? Est-il destiné à mourir?
JFD: Paradoxalement, ces compositeurs inversent le processus des musiques non-commerciales, si on peut dire: au lieu d’aller du concert au disque (comme en musique intrumentale contemporaine), ils reproduisent au concert l’approche qu’ils ont de l’œuvre-disque. Ils réinventent ainsi le concert. Les œuvres sont ouvertes, le public va et vient comme il veut, parle, fume, boit… La présence des musiciens-interprètes est très discrète. Le concert devient (redevient) un espace social, un lieu d’échange, une forme de fête.

YD: Est-ce que tu incites les compositeurs dits «savants» à développer davantage une conscience du medium «disque»?
JFD: Non, je laisse les tendances suivre leur cour. Je préfère être un reflet de ce qui se passe plutôt qu’un moteur; un miroir, légèrement déformant… Il y a eu quand même les disques Électro clips (en 1990) et Miniatures concrètes (en 1998), qui étaient des disques concepts, et aussi, à venir, une œuvre pour disque, Le contrat, que j’ai commandée à Gilles Gobeil et René Lussier. Mais essentiellement mon rôle reste de rendre les musiques disponibles, accessibles et de contribuer à la constitution d’un patrimoine.

------------------------

(Propos recueillis le 22 juin 2002 à Montréal par Yves Daoust.)

… Ainsi naquit empreintes DIGITALes, aujourd’hui considérée comme l’une des étiquettes les plus importantes au monde dans le domaine.

Quebec Composers Shine in SOCAN Awards

Rick MacMillan, SOCAN, Words & Music, no. 9:3, September 1, 2002

Twelve composers have won a total of $17,500 in the 2002 SOCAN Awards for Young Composers, following three days of intensive jury deliberation in Toronto. As was the case last year, Quebec composers earned the lion’s share of cash, including a pair of first-prize awards for André Ristic and a first and second prize for Martin Leclerc, both of Montréal.Ristic repeated his first-prize success in the Serge Garant Awards category, which he topped in the 2001 awards as well, this time for Motel [infini], scored for flute, clarinet, percussion, harp, violin and cello. The 29-year-old also earned top marks for Environnement de cantate, a work for violin solo that is scheduled for a pair of performances this October in both Montréal and Lennoxville, Que., in a collaboration by the Ensemble Contemporain de Montréal and the dance company Cas Public.

“There is a lot of energy in the solo violin piece, which was clearly written for a virtuoso player,” remarked jury member Jean-François Denis, who was joined by colleagues Allan Bell of Calgary and Chris Paul Harman of Toronto. “He controlled time very well,” added Bell, “and made economical use of his material, which was strongly developed.” Jury members also lauded Ristic’s Motel [infini], noting its colorful fabric and impressive sense of direction. “What set it apart for me,” explained Harman, “is the distinct sensibility of the instrumentation, its sophistication and the playfulness of the material.”

Martin Leclerc, who is currently studying electroacoustic music with Yves Daoust and composition with Serge Provost at the Conservatoire de musique de Montréal, dominated the Hugh Le Caine Awards category with his works … et le ça and Il y a… il y avait des fleurs. Juror Denis was most impressed with the former work’s “very abstract sounds,” which he found “extremely well organized, with various polyphonic layers.” Bell was struck by the “wonderful, multi-dimensional nature” of that same work, as well as its “strong dramatic trajectory.”

First prize in the Sir Ernest MacMillan Awards, for orchestral works, was won by yet another Montréaler, and also a student of Serge Provost: Patrick Saint-Denis, for his work Le discours aux animaux. Bell noted the piece’s abstract references to bird and whale songs, and admired the fact that these could have appeared cliché, but did not. Saint-Denis was also a first-prize winner last year, in the Godfrey Ridout Awards category.

“The orchestral category was one of the strongest in this year’s competition, and one of the most difficult to narrow down,” remarked Harman. “In the end, I think we succeeded in finding three works that represented technical accomplishment and different ways of approaching the orchestral medium.”

The youngest winner this year was Gabriel Turgeon-Dharmoo of Cap-Rouge, Que., who is just 21 and a composition student of Éric Morin at the Université Laval. He won first prize in the Godfrey Ridout Awards for À L’Homme, for the unusual combination of soprano and contrabass. Allan Bell praised this work’s scintillating colours, its energy and its dramatic structure. This year’s SOCAN Awards for Young Composers attracted 158 works by more than 200 composers from across Canada. “The overall level of the entries covered a very large range,” said Harman, “from young amateurs to accomplished professionals.” “There are names here that no one has yet recognized,” added Bell, “but here they came out to shine.” Entries were judged anonymously. The SOCAN Awards for Young Composers is open to composers under the age of 30 who are members of SOCAN or not members of any other performing rights organization but are Canadian citizens.

Interview

Ned Bouhalassa, CEC, Sur le vif / Quick Takes, August 1, 1999

Ned Bouhalassa: In January 2000, the empreintes DIGITALes label will celebrate its tenth anniversary. It is recognized around the world and its catalogue receives rave reviews from the critics. How do you explain this success?

Jean–François Denis: In 1990, there were no independent record labels specializing in electroacoustic music. There were labels of course, but these were parallel activities of studios or organizations. We were a ‘fresh’ idea. Also, from the start, empreintes DIGITALes developed an artistic ‘policy’ (regarding both sound and graphics) and became very visible in the electroacoustic and experimental circles (due to its large publicity and the many mailings of catalogues). So there was a will to develop a signature, to be recognized. Of course, the quality of the works was always a priority.

NB: What inspired you to set up your own record company?

JFD: No one else wanted to do it. I went around to the other existing record companies (of this country) to offer to develop an electroacoustic sub–division, but returned unsuccessful. I also talked to several composers about a record production project: all were very interested… that someone else do it. When I spoke about it to Claude Schryer, he mentioned that he had been thinking about setting up a label as well. So in August 1989, we founded DIFFUSION i MéDIA (today a distributor) and the label empreintes DIGITALes, and we conceived the first 4 projects of the collection (Calon, Normandeau, Thibault and Électro clips).

NB: Starting a new business is always risky, even more so in the case of a serious music record company. Did you have many doubts in the beginning?

JFD: The risks? We were ready to work and, with the indispensable help of the composers, we faced only beautiful risks: to produce decent, superb, lavish CDs of music that we like. I believe that we need risk in order to constantly redefine ourselves, to question ourselves (even if it may mean going back to the starting point). The doubts? I wondered then what I would do with 1000 copies (the minimum at the time) of the same disc in my home: how do I get them out there to be heard? what about distribution? sales? We almost had to invent ways to reach our public! (We didn’t even know where to really find this public!)

NB: The first Francis Dhomont double–cd, with its large booklet, was launched with pomp and circumstance before two exceptional concerts. Was this one of your most memorable launches? One of your wildest projects?

JFD: The Montréal launches have always been a little special: in a Planetarium; disguised as a party–concert; café–croissant at 7 AM; in disco or punk bars. Of course the Dhomont box–set launch was important, though, if my memory serves me right, it was but a small part of a night which was celebrating Francis Dhomont’s 65th birthday. There was also a collage–homage piece from his students, assembled by Gilles Gobeil. There have also been other launches in Vancouver, Norwich (UK), Toronto, Birmingham (USA), and Paris…

NB: The image of your label is immediately recognizable. What is always obvious is the attention that is given to the quality of the graphics. How would you describe Luc Beauchemin’s role?

JFD: Luc Beauchemin conceived of the first design overhaul in 1991 (with the Daoust), as well as the second in 1996 (with the Harrison). (The OPAK cardboard box, used since 1996, is a collaborative effort.) As for the cover art, the composer is the one who suggests a work or commissions an artist (since Luc Beauchemin is also a graphic artist, some of the covers feature his work).

NB: The only CDs on your label that feature works by different artists on the same release are the clips CDs (Électro clips and Miniatures concrètes). Why don’t you combine normal length pieces by different composers on one cd?

JFD: Because I find these (mixed composers) CDs uninteresting to listen to. Each individual empreintes DIGITALes cd represents a unique musical ‘idea’; as a listener, I find that extremely enjoyable. The only exceptions stem from a very strong and original ‘concept’ (especially in 1990): that of the 3–minute electroacoustic clip. That, to me, is what makes it ‘possible’ to listen to these kinds of CDs.

NB: How do you choose your cd projects?

JFD: It usually starts with the music (heard in concert, during festivals — but very rarely from ‘demos’ received by mail) and follows with the composer’s approach, the integrity of their artistic approach.

NB: How can a composer interest you in a cd project?

JFD: It’s not easy actually, since I’m already drowning in daily mail in which I occasionally find a ‘demo’ – and I’m somewhat overloaded with work. But I can say that when a composer is recommended by a colleague, it usually helps (one should not forget as well that the production of a cd depends greatly on it being somewhat funded).

NB: What do you think of distribution via the Internet? Do you intend one day to allow your clients to buy works that can be downloaded?

JFD: The cd is only a medium. The advantage that it offers over previous formats is its sound quality specifically in the case of electroacoustic music duration and durability. As soon as there exists another support which offers similar sound quality, we’ll offer music in that format. It’s pretty obvious. So my answer is yes.

NB: You wrote many works during the 80s. Do you think that you might one day make a cd featuring your own works?

JFD: A few pieces have withstood the test of time (ten and fifteen years later). I really haven’t thought seriously about this. What do you think?

… reconnue mondialement et reçoit régulièrement des éloges de la part des critiques

L’électroacoustique au Canada

Jean-François Denis, eContact!, no. 3:4, July 1, 1999

[Texte écrit en juillet 1999 pour le 40e anniversaire du Centre de musique canadienne (CMC); mise-à-jour superficielle en février 2005, en mars 2006 et en avril 2008]

Situation actuelle

Je classe le développement de cet art, au Canada, en trois temps; chaque pays d’Occident aura sa démarche propre et unique.

La première, celle de la musique expérimentale, de la musique électronique, où prime la notion de nouveauté instrumentale, débute en 1954 au Conseil national de recherches du Canada avec l’inventeur Hugh Le Caine qui assiste aussi la création de studios dans les facultés de musique de University of Toronto, en 1959, et de McGill University, en 1964. (Dans cette période plusieurs compositeurs «essaient» le studio, y crée une ou deux pièces et n’y retournent plus.)

La seconde est celle qui débute vers 1970. Le studio n’est plus seulement un nouvel instrument de musique, il devient une nouvelle façon de faire la musique. La lutherie s’invente. Apparaissent les instruments analogiques asservissables — les synthétiseurs — et aussi les débuts de l’informatique musicale (hors des centres de recherche privés). Plusieurs compositeurs de ce groupe se consacrent à ce mode de création, vont en Europe (surtout en France mais aussi aux Pays-Bas) chercher et développer leurs connaissances.

La troisième débute vers 1980 avec la reconnaissance institutionnelle du genre électroacoustique par la mise sur pied d’un programme d’études complet (à l’Université de Montréal). La plupart des compositeurs de ce groupe ont eux-mêmes étudié en France, y retournent régulièrement et crée ainsi des ponts avec notre pays. C’est aussi l’époque où le Concours international de musique électroacoustique de Bourges (créé en 1973) ainsi que la tenue annuelle du Festival international (dès 1970) prennent une grande importance pour tous les compositeurs, car ils sont devenus le temps et le lieu de rencontre et de partage des musiques qui se font à travers le monde occidental. Les compositeurs Philippe Ménard, Yves Daoust, Barry Truax, David Keane et Francis Dhomont, entre autres, ont participé à de nombreux festivals apportant avec eux les musiques d’ici et rapportant les musiques découvertes là-bas. Vers la fin des années 80, le besoin de regrouper les compositeurs d’électroacoustique se fait sentir et la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC) est fondée.

Aujourd’hui, libre de conventions, de patrimoine historique, sociologique et esthétique, cet art sonore continue à se créer. Les tendances très actuelles des musiques «underground» en sont des manifestations rafraîchissantes. Souvent sans le savoir, ces artistes «techno», «noise» et «minimal electronics» ainsi que les «DJ», non seulement utilisent les mêmes moyens de création que ceux des compositeurs d’électroacoustique (le studio) mais ont une approche similaire de la création sonore: seule la fin diffère.

Depuis la fin des années 80, le rapide développement de la lutherie électroacoustique rend possible la mise sur pied de studios personnels performants; et, depuis le milieu des années 90, souvent plus performant que ceux des institutions! Ce développement conjugué à l’absence de studios associatifs (comme il y en a tant en France, par exemple) font que la musique électroacoustique se pratique hors des institutions.

(Avatar, qui œuvre dans les arts sonore et radiophonique, serait finalement pratiquement le seul studio associatif, et quoique des centres de création médiatique, lire vidéo, ont aussi des studios de son, cela n’en fait pas pour autant des studios de composition électroacoustique.)

La multiplication des studios personnels s’est aussi accélérée pour deux autres raisons. Alors que jusqu’à la fin des années 80, la «plupart» des compositeurs étaient aussi professeurs, on remarque qu’aujourd’hui la «plupart» des compositeurs sont compositeurs… pour le cinéma, la danse, la télévision ou le théâtre.

Ceci étant dit, la plupart des compositeurs de musique électroacoustique actifs aujourd’hui sont passés par les universités ou les conservatoires qui sont à la fois des lieux de formation (grâce à leurs professeurs qui sont aussi compositeurs), de création (grâce à leurs studios) et aussi de diffusion (grâce à leurs quelques séries de concerts).


La place de nos électroacousticiens sur les scènes nationale et internationale

Malgré de nombreux développements (organisation de festivals, mise sur pied d’un regroupement avec ses congrès, publications écrites — papier et électronique — et discographie…), fondation de maisons de disques, reconnaissance internationale de la qualité des œuvres de ses compositeurs lors de concours — dont les plus prestigieux—, par la programmation lors de concerts et festivals importants) la place de nos électroacousticiens au pays reste toujours aujourd’hui à être reconnue et justement valorisée.

Quoiqu’elle soit, toutes proportions gardées, l’une des grandes forces de la création musicale canadienne, il reste encore à l’électroacoustique à se faire connaître et reconnaître. Cette situation n’est pas exclusivement canadienne: les mêmes défis se retrouvent à l’étranger et même au niveau international — d’où le besoin de créer, là aussi, de structures distinctes telles la Confédération internationale de musique électroacoustique (CIME) et la Tribune à l’UNESCO.

Ainsi la communauté électroacoustique a dû se développer elle-même, seule. Sans toutefois ignorer les multiples actions posées ici et là au cours des quarante-cinq dernières années, je retiendrai quatre événements publics ainsi qu’un développement technologique pivots pour l’ensemble de la communauté électroacoustique au pays.

Vers 1982, le CECG, piloté par Kevin Austin à la Concordia University, lance — aux niveaux national et international — des appels d’œuvres pour bande pour ses séries de concerts. Dès 1984 le CECG publie aussi un bulletin de nouvelles qui sera distribué lui aussi au pays et à l’étranger. Ces deux actions font connaître l’activité électroacoustique canadienne et comble le besoin de communication entre les compositeurs eux-mêmes.

En 1986, la Music Gallery sous Al Mattes organise l’événement Wired Society/Branché qui regroupe plus de quarante compositeurs et nombre important d’étudiants en provenance de toutes les régions du pays afin, entre autres, d’échanger sur leurs besoins individuels et associatifs.

Dix mois plus tard, toujours en 1986, la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC) voit le jour avec plus de 101 fondateurs (suite à une campagne d’affiliation entreprise en juillet) et publie le Bulletin CÉC (d’une certaine façon, prenant la relève du Bulletin CECG). (Notez que je co-rédige la charte de la CÉC, la co-fonde et en devient le premier président.)

L’année suivante, en 1987, les professeurs d’électroacoustique de la Concordia University (dont je fait parti — de 1985 à 1989), de McGill University, de l’Université de Montréal et du Conservatoire de musique de Montréal (ainsi qu’avec Robert Normandeau, alors étudiant à l’Université de Montréal) se regroupent afin d’organiser le festival 2001(-14), faisant suite à l’événement de Toronto, et où la CÉC fera «officiellement» sa première apparition. (On verra dans le petit historique plus bas les différentes actions de la CÉC, jusqu’à ce jour.)

L’invention et la popularité du disque compact ont été bénéfiques pour l’électroacoustique car la qualité sonore du support de diffusion est similaire ou identique à celle de l’œuvre originale et son format est universel. Enfin, l’auditeur entend, en stéréophonie, dans toute ses subtilités et ses nuances, l’œuvre musicale. L’électroacoustique (ici je parle presque exclusivement de la musique pour haut-parleurs qui est aussi connue sous de nombreux autres noms dont acousmatique et musique concrète) est un art qui d’abord et avant tout s’écoute. Invisible, sa diffusion ne se fait pas par la photocopie de partitions — comme on le fait pour les musiques instrumentales — mais par la copie sonore d’abord sur bande magnétique (et à grand tirage sur disque vinyle) et depuis peu, sur disque compact enregistrable (et à grand tirage sur disque compact audio).


Petit historique

Les musiques électroacoustiques s’affirment et se développent d’abord en France et en Allemagne vers 1948. (Bien sûr, toutes nouvelles tendances se forment à partir d’antécédents, mais je considère que le changement d’attitude qui s’est produit à cette époque, en ces lieux, constitue un véritable début.)

Quoique Otto Joachim fonde son studio personnel de musique électroacoustique à Montréal dès 1956, les premières traces canadiennes institutionnelles de studios de composition, se trouvent aux universités de Toronto — dès 1959 — et McGill — en 1964.

Voici de façon très abrégée, et assez exacte, le développement de l’électroacoustique dont les références principales sont: les studios dans les institutions (universités et conservatoires — donc des cours et des programmes d’études—, centre de recherche et centre de production); les groupes d’interprétation; les groupes d’artistes; les éditeurs discographiques.

  • Institutions d’enseignements—studios
    • University of Toronto, UTEMS: 1959 par Myron Schaeffer (1908-1965) avec le concours de l’inventeur Hugh Le Caine (1914-1977); relayé par Gustav Ciamaga en 1965; depuis 1976, Dennis Patrick. (L’UTEMS a été un pôle d’activités très actif dans les années soixante et soixante-dix, invitant un grand nombre de compositeurs canadiens et étrangers à y composer.)
    • McGill University, Electronic Music Studio: 1964 par István Anhalt relayé par Paul Pedersen de 1971 à 1974, alcides lanza et Bengt Hambraeus de 1974 à 1975; depuis 1975, alcides lanza.
    • University of British Columbia: 1965 par Cortland Hultberg (1931-2002); depuis 1987, Keith Aime Hamel.
    • Simon Fraser University: un premier studio (Sonic Research Studio) vers 1965 par R Murray Schafer; maintenant par Barry Truax, et un second vers 1982 par Martin Bartlett; maintenant par Martin Gotfrit.
    • Royal Conservatory of Music (RCM), Toronto: 1967 par Samuel Dolin (1917-2002); suivi de Ann Southam c.1970-c.1976; Peter Ness jusqu’en 1978; suivi de Wes RD Wraggett jusqu’à sa fermeture en 1991.
    • Université Laval: 1969 par Nil Parent.
    • Queen’s University: 1970 par David Keane; assisté de István Anhalt, Bruce Pennycook, William Buxton; depuis 1997, Kristi Allik.
    • Conservatoire de musique de Montréal: premier départ en 1971 par Micheline Coulombe Saint-Marcoux (1938-1985), Otto Joachim et Gilles Tremblay et fermé en 1974; second départ en 1979 par Yves Daoust, relayé par Micheline Coulombe Saint-Marcoux de 1981 à 1985; depuis 1985, Yves Daoust. [La mise sur pied d’un programme d’études complet en électroacoustique en 1996 en fait ainsi la seconde institution canadienne à offir un tel programme.]
    • Concordia University: 1971 par Kevin Austin; Jean-François Denis de 1986 à 1989; Marc Corwin assisté par Laurie Radford et/ou Ned Bouhalassa jusqu’en 1996; maintenant Rosemary Mountain.
    • University of Victoria: 1974 par Martin Bartlett (1939-1993); suivi de John Celona en 1981; par Douglas Collinge en 1982; depuis 1989, Andrew Schloss.
    • Conservatoire de musique de Québec: vers 1978 par Pierre Genest; relayé vers 1980 par Yves Daoust — brièvement par Jean-François Denis en 1991 — jusqu’à sa fermeture vers 1993. En 1998 changement de vocation et réouverture avec Denis Dion; depuis 2001 André Fecteau.
    • Université de Montréal: 1980 par Louise Gariepy; rapidement relayée par Marcelle Deschênes assistée de Francis Dhomont dès 1983 jusqu’en 1994; maintenant Jean Piché. [La mise sur pied d’un programme d’études complet en électroacoustique au début des années 1980 en fait ainsi la première institution canadienne à offir un tel programme.]
    • Brock University: 1982 par Bob Pritchard jusqu’à sa fermeture en 1989 (qui a organisé en 1985 la seule édition du seul concours de composition de musique électroacoustique pour bande au pays).
    • Victoria Conservatory: 1996 par Wes RD Wraggett.
  • Autres institutions — studios
    • Conseil national de recherches du Canada, Electronic Music Laboratory: 1954 par l’inventeur Hugh Le Caine (1914-1977) jusqu’à sa fermeture en 1974.
    • Office national du film du Canada (ONF), Atelier de conception et de réalisations sonores: 1971 par Maurice Blackburn (1914-1987) [suite à un séjour en France au Groupe de recherche de musique concrète (GRMC) dirigé par Pierre Schaeffer]; avec Yves Daoust et Alain Clavier jusqu’à sa fermeture vers 1977.
  • Groupes d’interprétation associés à des institutions
    • Concordia Electroacoustic Composers’ Group (CECG), c.1981-c.1989
      Kevin Austin, Daniel Feist (1954-2005), Dave Lindsay, James Tallon, John Wells (1946-2004), Eric Brown, Jean-François Denis.
    • Group of the Electronic Music Studio (GEMS), 1983
      alcides lanza, Claude Schryer, John Oliver; alcides lanza, directeur artistique; avec Bruce Pennycook de 1987 à 1998; depuis 1998 avec Zack Settel.
  • Groupe d’artistes—producteurs de concerts
    • Association pour la recherche et la création électroacoustiques du Québec (ACREQ), 1978
      Yves Daoust, Marcelle Deschênes, Michel Longtin, Philippe Ménard (1946-1999), Jean Sauvageau, Pierre Trochu; dirigée par Philippe Ménard de 1978 à 83, Yves Daoust de 1983 à 86 et de 1988 à 92, Serge Arcuri de 1986 à 88, Claude Schryer de 1992 à 93; depuis par Alain Thibault; impliquant, entre autres, Michelle Boudreau, André-Luc Desjardins, Francis Dhomont, Claude Frenette, Claude Lassonde, Jean Lesage, Robert Normandeau, Myke Roy, Michel Tétreault
    • Réseaux des arts médiatiques, 1991
      Jean-François Denis, Gilles Gobeil, Robert Normandeau jusqu’en avril 2008; depuis par Nicolas Bernier.
    • New Adventures in Sound, 1998-2001
      Darren Copeland.
    • New Adventures in Sound Art, 2001
      Darren Copeland.
  • Groupe d’artistes—associatif
    • Communauté électroacoustique canadienne (CÉC): en 1986, regroupement de plus de 101 compositeurs, professeurs, interprètes et gens de radio. Publie les bulletins d’information imprimés Bulletin CÉC Newsletter, Contact!, Flash. Chapeaute les rencontres/festivals Journées électroacoustiques CÉC (DIFFUSION!, >convergence<, >>PERSPECTIVES>>), l’événement radiophonique JERD. Produit aussi des disques compacts compilations, DISContact! Existe aujourd’hui principalement sous forme électronique: site web [http://cec.concordia.ca/] et groupe de discussion par courriel CEC-Conference (auparavant «CECDiscuss»). A une portée nationale et internationale dès sa fondation. A propulsé la musique électroacoustique du pays à l’étranger par la diffusion d’information (notamment sur les concours, les appels d’œuvres et la tenue de festivals).
  • Éditeurs discographiques spécialisés
    • empreintes DIGITALes, 1990
      Jean-François Denis, Claude Schryer (jusqu’en 1991): 93 titres au catalogue (au 30 avril 2008), compositeurs canadiens et internationaux.
    • Earsay Productions, 1998
      John Oliver, Andrew Czink: 11 titres au catalogue (au 30 avril 2008), majorité de compositeurs de Colombie-Britannique.

    Références

    En plus de consulter les deux textes suivants, j’ai pû correspondre avec la plupart des principaux acteurs du milieu. Ce genre musical est encore jeune: nos pionniers sont presque tous vivants. Seuls Hugh Le Caine (1914-1977), Micheline Coulombe Saint-Marcoux (1938-1985), Maurice Blackburn (1914-1985), Martin Bartlett (1939-1993), Bernard Bonnier (1952-1994) et Philippe Ménard (1946-1999) sont décédés.

    François Guérin, «Bref survol des musiques électroacoustiques au Canada», livret d’accompagnement du coffret discographique Anthologie de la musique canadienne, Musique électroacoustique, ACM 37 CD 1-4, 1989.

    Q/Résonance, Jean-François Denis, dir, Concordia University, 1988.


    [vii-99; ii-05; iii-06; iv-08]

Quoiqu’elle soit, toutes proportions gardées, l’une des grandes forces de la création musicale canadienne, il reste encore à l’électroacoustique à se faire connaître et reconnaître.

Discreet Music

Chris Yurkiw, Montreal Mirror, February 12, 1998

On the 50th anniversary of “musique concrète,” Montréal’s electroacoustic composers are still watching the cement dry.

“At first the art of music sought and achieved purity, limpidity and sweetness of sound. Then different sounds were amalgamated, care being taken, however, to caress the ear with gentle harmonies. Today music, as it becomes continually more complicated, strives to amalgamate the most dissonant, strange and harsh sounds. In this way we come ever closer to ‘noise-sound.’”

Whenever this quote from Luigi Russolo is bounced around, the kicker is that the futurist artist wrote it in his manifesto The Art of Noises back in 1913. Russolo was ushering in the modern era and he gets cited because he turned out to be a damn good futurist. By the ’20s, French composers like Érik Satie and George Antheil were writing ballets for sirens, crying babies and typewriters; a generation later, American John Cage was reinforcing the idea that all sounds — including silence — were musical; into the rock era it was no great leap to the feedback of Hendrix, the kling klang of Kraftwerk and the scratching of Grandmaster Flash.

But long before the avant-garde became popular, a pair of Pierres named Schaeffer and Henry made a crucial discovery while playing around with the new technology of magnetic recording tape in 1948. In the studios of Radiodiffusion-télévision française [(RTF)] they manipulated recorded sounds — both ‘musical’ and non — by splicing the tape, rearranging it, varying the speed, looping it and overdubbing it. Schaeffer called it “musique concrète,” and with that he allowed for the possibility of a truly ‘artificial’ music. Not many considered it to be music then, and even 30 years later people were still railing against studio creations with the battle cry, “Disco sucks!”

Fifty years after the birth of musique concrète (and a few changes in name, like electroacoustic or acousmatic music), Pierre Schaeffer’s break is certainly not lost on Jean-François Denis. Denis is one of the pillars of Montréal’s vibrant electroacoustic scene — the French connection not insignificant — a composer first but nowadays more of an instigator who spends most of his time promoting the music by releasing it on the crucial empreintes DIGITALes label. It’s a tiresome job pushing an ambient, jarring and intellectualized music, but Denis places more faith in its acceptance by the proverbial ‘people’ than any industry, media or festival.

“I think electroacoustic music is becoming less bizarre for the public,” says Denis, “and more present in their lives. The scores for lots of films, for example, are often verging on electroacoustic music, but it’s never pointed out to the audience.”

So Denis and composers Robert Normandeau and Gilles Gobeil, a trio who make up the electroacoustic promotional body Réseaux, are using the 50th anniversary of musique concrète to try to make their point once again. Not that they need an excuse: the upcoming concerts Rien à voir are the third in a series presented by Réseaux in the past year. But the link with the past is going to be made clear with the works and presence of two European figures; Frenchman Bernard Parmegiani, one of the godfathers of electroacoustic music whose work dates just post-Schaeffer, and Belgian Annette Vande Gorne, whose breaking of the gender barrier in yet another boys club has inspired Canadian “électroacousticiennes” such as Wende Bartley and Roxanne Turcotte.

Works by Denis, Normandeau and Gobeil will also be accompanied by those of Montréaler Christian Calon and Mark Wingate, one of the few American practitioners of a form rooted much more firmly in Europe and its stronger outposts. And while the presence of the composers is a nice touch, it’s certainly not needed in electroacoustics, where the recorded works are played for the audience via a surround-sound style set up of 20 loudspeakers.

“When the lights go down at an electroacoustic concert,” says Denis, “I always think, ‘I have no idea what this might sound like.’”

Pierre Schaeffer’s break is certainly not lost on Jean-François Denis

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.