electrocd

Jean-François Denis

Musiques à l’horizon

Martin Geoffroy, Continuum, March 1, 1992

La devise du directeur de la maison de disque empreintes DIGITALes, Jean-François Denis, est qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Le succès que remportent les entreprises de ce compositeur québécois en témoigne da façon éloquente.

Il y a seulement deux ans, Jean-François Denis fondait empreintes DIGITALes, une maison de disques entièrement consacrée à la production et à la diffusion de la musique électroacoustique. Entièrement dépendante de subventions, l’entreprise semblait suicidaire à prime abord, mais il fallait aussi prendre en considération qu’aucune autre compagnie de disques ne voulait investir dans l’électroacoustique. «Même des grosses compagnies comme Phillips ou Deutsche Grammophon n’étaient pas prêtes à mettre l’énergie et la qualité artistique nécessaires à une telle entreprise», souligne le directeur.

Deux ans plus tard, empreintes DIGITALes a mis sur le marché sept disques compacts qui sont distribués un peu partout à travers le monde. Le dernier succès de la compagnie remonte à octobre 91 alors que l’étiquette lançait un album double de Francis Dhomont, compositeur émérite et professeur à l’Université de Montréal, accompagné d’un somptueux livret explicatif de 200 pages.

Fort de ce succès, Jean-François Denis a déçidé de lancer l’étiquette SONARt, une maison de disques qui se voue exclusivement aux «musiques invisibles». Un premier disque consacré à des créations radiophoniques de Walter Boudreau et Michel-Georges Brégent sortira cette semaine. Selon Jean-François Denis, la musique invisible serait une musique instrumentale conçue exclusivement pour être écoutée sur haut-parleurs. La différence fondamentale avec l’électroacoustique (aussi une musique pour haut-parleurs) résiderait dans l’utilisation d’une instrumentation plus «classique». Par exemple, dans l’œuvre de Brégent, Atlantide, on retrouvera des chœurs, des instruments d’orchestre, une guitare électrique, des synthétiseurs et des instruments traditionnels de l’Ensemble Claude-Gervaise! Et que dire de Golgot(h)a, une œuvre de Walter Boudreau à laquelle le directeur de la SMCQ collaborera avec l’ineffable Raôul Duguay!

Avant de devenir directeur d’empreintes DIGITALes (et maintenant de SONARt), Jean-François Denis a fait une maîtrise en électroacoustique au Mills College aux États-Unis, il a ensuite travaillé en création sonore dans un théâtre de San Francisco et est finalement revenu à Montréal comme professeur à l’Université Concordia. Compositeur de grand talent, le directeur n’a pas encore endisqué ses compositions sur empreintes DIGITALes pour des questions d’éthique. «empreintes DIGITALes et SONARt, ce n’est pas de l’auto-production, ce sont des maisons d’édition qui cherchent avant tout à diffuser du matériel original, intègre et curieux», affirme l’artiste.

À l’automne, la prochaine voie que SONARt empruntera sera celle du théâtre avec l’adaptation discographique de la pièce de René-Daniel Dubois, Ne blâmez jamais les bédouins, mise en musique par Alain Thibault pour la soprano Pauline Vaillancourt. «Après, il y aura sans doute un volet cinéma, tout est permis», jubile le directeur. Jean-François Denis est un mélomane acharné, self-made man en dehors des conventions, il ne partage pas la vision de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ), une vénérable institution un peu trop encadrée pour un indépendant tel que lui.

Jean-François Denis est un mélomane acharné, self-made man en dehors des conventions…

empreintes DIGITALes

Alain De Filippis, Revue Notes, no. 40, January 1, 1992

La musique pour bande souffre encore de biens d’a prioris de la part de l’auditeur moyen. Une nouvelle génération de compositeurs vient bousculer les règles admises par l’intelligentsia, finis les verbiages et les cénacles, l’électroacoustique devient une expression qui s’assume enfin à part entière.

empreintes DIGITALes est un label qui vise à promouvoir des œuvres de qualité tout en leur assurant une diffusion réelle hors des milieux autorisés. Jean-François Denis, cofondateur du label, nous donne ici les raisons qui motivent cette politique dynamique et enthousiaste.

NOTES: Quelle est l’histoire d’empreintes DIGITALes et celle de DIFFUSION i MéDIA?

Jean-François Denis: C’est une longue histoire, ça commence par l’enseignement de l’électroacoustique à l’université Concordia à Montréal, ça se métamorphose avec la production d’une série de concerts puis la mise sur pied d’une association de compositeurs (la Communauté électroacoustique canadienne), la publication d’une revue d’information (Contact!) et le catalogage d’archives. À la base c’était: diffusion, documentation et communication. Pendant mon travail à l’université, on m’a souvent demandé des copies des pièces diffusées ou des renseignements pour acheter ces disques, évidement ceux-ci n’étaient pas disponibles. Alors je me suis dit qu’il était temps que cette musique soit disponible, de plus nos compositeurs gagnaient de nombreux prix internationaux.

Je suis allé faire le tour des étiquettes de disques existantes à Montréal pour connaître franchement leurs intentions, à savoir si elles étaient intéressées pour développer une série électroacoustique. Ces étiquettes étaient soit institutionnelles (Centredisques qui dépend du Centre de musique canadienne), soit de type coopératif comme Ambiances Magnétiques, les autres faisaient mal leur boulot (pas de promotion). Je voyais une nécessité à la diffusion de cette musique, il a fallu que je le fasse moi-même. Pendant plus d’un an j’en ai parlé à beaucoup de compositeurs, Claude Schryer a également manifesté son intention de mettre sur pied une étiquette de disques, au lieu de faire deux étiquettes parallèles, on a fondé DIFFUSION i MéDIA qui est un groupe de production d’arts médiatiques. La première activité fut l’inauguration d’empreintes DIGITALes.

NOTES: Qu’est-ce qui motive ce dynamisme dans la diffusion de cette musique?

JFD: Ça c’est un jeu que j’ai décidé de jouer dès le début pour donner le plus de chances possibles à l’électroacoustique, c’était de jouer le jeu rock, le jeu de l’industrie.

NOTES: En général ces musiques restent plutôt confidentielles…

JFD: C’est tout à fait le contraire que je voulais faire, c’est à dire une diffusion réelle. Notre approche promotionnelle est très dure d’une certaine façon, on a des distributeurs absolument partout, on est hyper-généreux avec les copies promotionnelles (les médias sont tous couverts au Québec, à l’étranger ce sont surtout les médias spécialisés). Je ne voulais pas faire un ghetto de l’électro qui est déjà mal perçu du public, il faut sortir et intriguer le public. Celui-ci va voir des disques curieux comme Électro clips, qui est vraiment un drôle de truc pour de la musique sérieuse, des pièces de trois minutes au format pop c’est assez étrange! Les pochettes sont souvent très belles, les notes en français et en anglais et les disques sont emplis à capacité, c’est vraiment tout le contraire de l’étiquette perdante!

NOTES: Ce besoin de communication n’est-il pas le fait d’une tranche d’âge précise chez les compositeurs?

JFD: Ça serait intéressant d’aller vérifier! Il y a une grande différence entre les gens de 30 ans et les gens de 50 ans, et là c’est aussi mon histoire personnelle, je ne viens pas du monde de la musique, je viens d’ailleurs, je n’ai pas fait le conservatoire et je ne m’inscris pas dans une tradition. Pour l’autre génération, l’électro est une extension de la musique classique, presque tous les compositeurs ont étudié dans les conservatoires. Ils appellent ça musique «Électroacoustique», musique de «Sons fixés», «Musique concrète» ou «Acousmatique», il y a toujours le mot musique et, ceci dit sans méchanceté, il y a toujours un genre de prétention à être important, à être reconnu comme les compositeurs de musique classique. Ils essaient d’avoir la reconnaissance de leur pairs. Ce milieu s’est toujours offusqué de devoir faire sa propre promotion, le compositeur reste l’artiste très précieux, très fragile pour qui les médias c’est de la merde! Notre génération, c’est ce que je veux démontrer avec empreintes DIGITALes, c’est la génération des médias, du rock aussi, qui est un style musical très éclaté et aussi une machine promotionnelle qui a mis en place les réseaux de diffusion: les radios, les concerts en tant qu’événement divertissant, les magazines. L’industrie du pop a développé plein de mécanismes qui sont les mécanismes de communication les plus importants aujourd’hui. Il faut utiliser ces circuits d’information, on doit être responsable non seulement pour la composition, la qualité du travail mais aussi pour la qualité de présentation. On sait très bien que cette musique-là est peu connue, on doit jouer un rôle dans la production (concerts, disques, magazines), on doit s’impliquer pour être en mesure de mieux représenter ce que c’est en fait.

NOTES: Revenons à la Communauté électroacoustique canadienne, quel est son rôle?

JFD: La CÉC a été fondée car les autres organismes de musique contemporaine ne faisaient pas leur travail adéquatement. Au lieu de se battre contre les organismes en place, il était beaucoup plus efficace de fonder sa propre association de compositeurs (dans laquelle on trouve aussi des producteurs de concerts, des diffuseurs, des interprètes, des institutions et des médias). La CÉC a été crée en 1986 avec une centaine de membres fondateurs alors qu’on pensait être seulement une quinzaine! Ça montre la force et le besoin qu’il y avait! La principale activité était et reste la communication. Notre bulletin d’information étant bilingue, la CÉC est rapidement devenue une des associations nationales des plus actives, elle est également devenue membre de la CIME (Confédération internationale de musique électroacoustique) et notre participation aux réunions annuelles nous a permis d’être en contact avec toute la planète. Beaucoup de compositeurs étrangers sont devenus membres de la CÉC pour simplement recevoir l’information car il y avait là aussi un soucis d’ouverture, de non-compétitivité, et d’échange.

NOTES: Quels rapports entretenez-vous avec les organismes équivalent à l’étranger?

JFD: Il existe une vingtaine de fédérations nationales, le Sonic Arts Network en Angleterre et le SEAMUS aux États-Unis sont des structures très dynamiques, les autres sont moins actives mais tout autant existantes. En France il n’y en a pas, c’est curieux, c’est pourtant en France qu’à été fondée la CIME.

NOTES: Ici, il y a différents groupuscules mais chacun reste dans son coin…

JFD: C’est pas moi qui le dit! De mon point de vue d’étranger, j’ai un côté naïf dans tout ce que j’entreprends. Je ne peux pas comprendre la compétition puisqu’on est dans la même barque! Notre prochain disque sera une coproduction avec l’Ina-GRM et BVHAAST, cela montre en fait que tout est possible et qu’on peut conjuguer les efforts, les énergies, les passions individuelles ou régionales pour faire des miracles!

NOTES: Le travail que vous avez entrepris a t-il des retombés au niveau de l’ouverture vers un nouveau public?

JFD: Dans le court terme c’est l’évidence, il y a les initiés; dans le long terme par-contre il y a une ouverture fantastique! Sur la tournée Traces électro que j’ai organisé, nous sommes partis à 11 artistes pour 9 concerts à travers le Canada et cette tournée a eu des effets médiatiques importants et le public est venu. La première tournée a servi à défricher et à poser les graines, la prochaine servira à arroser, si le soleil se présente ça va peut-être pousser et on pourra peut-être récolter si on continue à avoir cette attitude de travail. J’ai appris récemment qu’une radio de Chicago utilise certaines pièces du disque Électro clips entre les émissions, une autre de Toronto a pris des extraits de clips comme indicatifs, alors là c’est l’infiltration, on va les avoir! C’est un peu comme la police secrète, la CIA, qui s’infiltre partout pour le bien-être du gouvernement, ici on s’infiltre un peu partout pour le bien-être de l’électro!

… on s’infiltre un peu partout pour le bien-être de l’électro!

Dossier industrie du disque

Steeve Laprise, Qui fait quoi, no. 92, November 15, 1991

«J’ai commencé par faire des disques et les rendre accessibles, d’une part pour m’attaquer à d’autres zones, comme présenter plus de concerts de musique électroacoustique, et augmenter la présence de cette musique dans le quotidien des gens.

Souvent il faut aller chez le distributeur et lui faire comprendre ce qu’est ce matériel-là, comment le représenter aux détaillants pour qu’ils puissent faire quelque chose avec. Il y a certains disquaires qui comprennent ce que c’est, et il y en a d’autres qui ne comprennent rien, ils placent les disques à peu près n’importe où dans le magasin. C’est un peu comme au début de la musique punk: ça allait nulle part, puis il y a eu un phénomène underground de masse qui a fait que la musique s’est trouvée des canaux, des créneaux, des endroits très précis.

Beaucoup de gens diront que la TPS a fait augmenter le prix des choses. La profonde réalité, dans mon cas, c’est-à-dire pour la musique électroacoustique, c’est qu’au lieu de payer 13,5% de taxe fédérale pour la manufacturation, j’en paie seulement 7%. Donc, j’économise 6,5% de frais. Ce qui fait qu’au premier janvier dernier mes prix distributeur ont chuté de 6%. Un disque qui se vendait 10$ est maintenant à 8,50$ chez le distributeur, donc ça me coûte moins cher maintenant avec la TPS. En général, pour quelqu’un qui va en studio, qui doit payer les cachets d’interprètes, d’ingénieurs, de location, c’est plus cher parce qu’il doit maintenant payer 7% de plus, ce qui fait augmenter le prix du disque. Pour moi, ça été tout le contraire: c’est une musique où il n’y a pratiquement pas d’interprètes, ce n’est pas du théâtre qu’on fait, c’est du cinéma sur plastique. C’est du cinéma expérimental: il n’y a pas d’acteurs. Ce sont des mouvements de caméra, des couleurs, des changements de plans, des montages, des trucs comme ça… mais en musique. On prend donc des sons du quotidien et on les magouille, on les transforme, on les triture, on les renverse, on les amplifie et on fait une musique avec ça. Il n’y a pas d’interprètes donc il n’y a pas ces frais-là. Pour nous, la TPS a été à quelque part bienvenue parce qu’elle diminue nos coûts… mais il n’y a personne d’autre qui va dire ça!»

… augmenter la présence de cette musique dans le quotidien des gens.

On the Edge

Sylvain-Claude Filion, SOCAN, Canadian Composer, June 1, 1991

In January 1990, Montréal composer and ex-Concordia University professor Jean-François Denis fulfilled a long dormant dream of creating a label devoted exclusively to electroacoustic music. Now 18 months later, empreintes DIGITALes (for “digital imprints” or “impressions”) has released six compact discs.

Denis and his partner Claude Schryer started North America’s first independent electroacoustic label to fill a perceived need: “We saw all these Canadian electroacoustic masterpieces that nobody could hear unless they were in the right town on the night of a concert,” Denis recalls. The company operates with substantial assistance from the Canada Council for the Arts: “Without them, we could hardly get involved in record production at all.”

The first six titles are Ligne de vie: récits électriques, devoted to works by Christian Calon; Lieux inouïs, featuring five works by Robert Normandeau; Volt, a group of eight works for MIDI piano, soprano, saxophone quartet and tape by Alain Thibault;

Électro clips, a collection of 25 electroacoustic “snapshots” by composers from various countries; Action/Réaction, featuring five interactive works by Vancouver’s Daniel Scheidt; and the newly released Anecdotes, a group of compositions by Yves Daoust.

empreintes DIGITALes releases are distributed by Scandinavian Record Import (SRI) of Peterborough, Ont., and through the Canadian Music Centre, as well as in France, the Benelux countries, Japan, the UK and the US. “Our manufacturer has just delivered the second pressing of our first discs; of which 1,000 copies had been made initially,” says Denis. “And Électro clips, released last November, sold out in six months.”

How would Denis classify electroacoustic music? “It’s hard to place it in a specific category. It’s music that puts the emphasis on timbre before anything else. Yet it’s not laboratory music: the final product is sophisticated.”

Denis is full of plans. He is currently working on a series of records of longer pieces to be sold as cheaply as possible. But he remains realistic: “Of course, the second pressing of our original recordings indicates a degree of profitability and could help me financially. But let’s face it, what we’re selling remains very much a fringe product.”

… North America’s first independent electroacoustic label…

empreintes DIGITALes

Sylvain-Claude Filion, SOCAN, Le Compositeur Canadien, no. 2:3, June 1, 1991

Originaire de Montréal, d’esprit vif et dynamique, Jean-François Denis dorlote un bébé qui grandit très vite: l’étiquette empreintes DIGITALes, consacrée à la musique électroacoustique et lancée en janvier 1990.

Pour cet ex-enseignant de l’Université Concordia qui a été parfaire ses connaissances au Mills College de Californie, la naissance d’empreintes DIGITALes n’est pas le fruit du hasard. «L’intention était vieille, explique Denis, c’est un projet que j’avais depuis quelques années. Il a commencé à se concrétiser en août 1989 lors de l’obtention de nos premières bourses.»

Appuyé par le musicien Claude Schryer, Denis a créé l’étiquette pour combler un besoin. «II y avait des chefs-d’œuvre au Canada en musique électroacoustique et il n’y avait absolument aucun moyen de les entendre, sauf si le hasard nous plaçait dans la bonne ville un soir où se déroulait un concert.»

En créant leur propre étiquette, Denis et Schryer mettaient sur pied la première compagnie de disques indépendante de musique électroacoustique en Amérique du Nord. «Naturellement, on vit de subventions, s’il n’y en avait pas, on pourrait difficilement se lancer dans la production de disques», de préciser Denis. C’est pourquoi les six premiers albums mis sur le marché, grâce au Conseil des Arts du Canada, ne regroupent pratiquement que des artistes canadiens. «II y avait du rattrapage à faire, bien sûr, mais nous voulions aussi monter un catalogue assez rapidement, afin de mieux convaincre les distributeurs et les détaillants.» Les six albums sont: Ligne de vie: récits électriques, consacré à l’œuvre de Christian Calon; Lieux inouïs, qui regroupe cinq œuvres de Robert Normandeau; Volt d’Alain Thibault, qui réunit huit pièces pour piano MIDI, soprano, quatuor de saxophones et bande; Électro clips, un disque collectif qui comprend 25 pièces de compositeurs de divers pays durant chacune trois minutes; Action/Réaction, qui regroupe des œuvres interactives de Daniel Scheidt, de Vancouver, et Anecdotes, qui illustre les œuvres du compositeur Yves Daoust s’étalant sur plus de dix ans.

C’est la compagnie Scandinavian Record Import (SRI), basée à Peterborough (ON) et le Centre de musique canadienne qui distribuent les disques d’empreintes DIGITALes. Grâce à des contacts personnels, les disques sont aussi distribués en France, en Belgique, au Luxembourg, dans les Pays-Bas, au Japon, dans le Royaume-Uni et aux États-Unis. «Nous sentons un succès certain, affirme Denis, le fabriquant vient de nous livrer le second tirage de nos premiers disques, qui avaient été pressés à 1000 copies chacun. Électro clips, paru en novembre, était épuisé six mois à peine après sa sortie.»

Difficile de confiner la musique électroacoustique dans une case précise. «Pour moi, d’expliquer Denis, l’électroacoustique est une musique qui s’intéresse au timbre sonore avant tout. Une musique qui va au-delà de la matière sonore, en scrutant l’intérieur pour articuler ces timbres sonores. Mais ce n’est pas de la musique de laboratoire, le produit est décanté.»

Non seulement l’électroacoustique semble vouloir être de plus en plus accessible, mais elle décroche même des succès à la radio! Électro clips a été le #1 sur le «Top 40» de la station communautaire CITR de Vancouver. Radio-Canada fournit aussi un appui solide quant à la radiodiffusion.

Pour Jean-François Denis, le futur est chargé de projets. On élabore déjà une série de huit ou neuf disques qui ne comprendront que quelques pièces et qui seront diffusés à très bas prix. «C’est vrai que la réimpression de nos disques laisse entrevoir une rentabilité, et pourra renforcer notre autonomie, mais il ne faut pas se leurrer: on reste un produit hautement marginal.»

… la naissance d’empreintes DIGITALes n’est pas le fruit du hasard.

Interview: Jean-François Denis

Stephan Dunkelman, Les Cahiers de l’ACME, no. 112, February 28, 1991

Ancien président de la CÉC (Communauté électroacoustique canadienne), Jean-François Denis, que nous avons rencontré l’année passée au festival de Bourges, s’est lancé dans la production et l’édition de musiques électroacoustiques. Il nous a paru intéressant de connaitre les motivations qui ont entrainé ce type de projet.

Qu’est-ce que DIFFUSION i MéDIA? DIFFUSION i MéDIA a été formée par Claude Schryer et moi-même dans le but de créer une société de production d’arts médiatiques, cela pour la bonne et simple raison qu’il n’en existait encore aucune au Canada.

Qu’entendez-vous par art médiatique?

Je veux parler des arts technologiques: l’électroacoustique, la vidéo, le théâtre musical, la publication de livres interactifs dans le genre «hypermédia» qui a été très populaire en Amérique du Nord, les CD-ROM. La première réalisation de cette société a été de créer le label de disques compacts empreintes DIGITALes qui se spécialise en électroacoustique. Cela n’existait pas et il nous a semblé indispensable de créer un type de rapport direct avec ce genre, un peu comme ECM l’a fait avec le jazz. Nos quatre premières réalisations couvrent déjà un éventail assez large du domaine électroacoustique avec Christian Calon qui est très musique concrète, Robert Normandeau qui l’est moins exclusivement puisqu’il emploie plus volontiers des sons de synthèse alors qu’Alain Thibault est tout à fait électro-instrumental, à la limite de l’électro-pop. Enfin, le quatrième disque sera consacré à 25 électro clips (pièces courtes de trois minutes) commandées à 25 compositeurs différents pour célébrer la tenue du festival «Montréal musiques actuelles».

Quelles sont les limites que vous vous étes imposées?

La règle première qui régit notre travail est de s’investir dans des projets qui nous tiennent à cœur. Les limites de la société seront déterminées par nos goûts et si les projets ne concernent pas l’électroacoustque, ils seront édités sous un autre nom.

Comptez-vous vous limiter aux compositeurs canadiens?

Dans l’absolu, non. Toutefois, au début, nous devrons nous y tenir par manque de moyens: les autorités canadiennes n’acceptant de subsidier que des compositeurs nationaux. Comme nous sommes encore trop tribunaires des aides gouvernementales, nous ne publierons, pour le moment, que des compositeurs canadiens.

Si un compositeur étranger obtient les subsides nécessaires, peut-il se faire produire chez vous?

Tout à fait, pour autant que le projet nous plaise.

Y-a-t-il des rapports entre la CÉC et vous?

Non, les seuls contacts que nous entretenons sont ceux que nous avons avec les compositeurs ou que nous pouvons avoir avec n’importe quel autre organisme.

Votre action se limite-t-elle à des compositeurs connus et reconnus ou bien envisagez-vous aussi, par exemple, de produire un CD qui reprendrait les meilleures œuvres d’étudiants durant une période de cinq ans afin de promouvoir ainsi de jeunes compositeurs?

Nous n’avons pas encore envisagé d’autres perspectives que celles citées plus haut: travailler avec un compositeur ou un concept, comme pour le CD Électro clips. Dans la même optique, nous travaillons sur un projet de pièces radiophoniques. Il ne peut y avoir qu’un thème fort pour que nous envisagions de rassembler plusieurs compositeurs sur un même CD. Afin de répondre plus précisément à la question, il est évident que nous sommes actuellement — j’insiste sur actuellement — encore trop tributaires des aides extérieures, ce qui explique que nous devons travailler avec des compositeurs connus. Mais, ceci est une exclusive qui tendra à disparaître au fur et à mesure du développement de notre indépendance financière.

Avez-vous des projets en coproduction?

Nous comptons produire, avec l’Ina-GRM, un double CD de Francis Dhomont: le concept est monté, il ne manque plus que les fonds.

Quels sont les rapports que vous entretenez avec d’autres maisons de productions?

Comme nous ne faisons concurrence à personne, nous ne pouvons avoir que de bons rapports avec les autres maisons, fructueux ou non. Toutefois, ceux-ci n’ont encore rien donné de concret par manque de temps. Le projet de coproduction avec l’Ina-GRM prouve que c’est possible et même souhaitable pour la diffusion mutuelle de nos productions. Nous sommes donc ouverts à toute collaboration sous fomme d’échanges de services (réseau de diffusion, fichier, etc). Nous collaborons avec une publication dont le premier numéro est sorti le mois dernier et qui s’intitule Leonardo Music Journal et nous sommes en relation directe avec une nouvelle revue de musicologie qui s’appelle Circuit. De cette manière, nous pourrons créer un réseau de producteurs car il est primordial, dans la situation où se trouve l’électroacoustique, de conjuguer les efforts fournis.

Votre rayon d’action en Amérique du Nord se cantonne-t-il au Canada?

Il y a un pré-circuit aux États-Unis. Le plus dur, dans notre domaine, concerne la diffusion. il est très simple de trouver un distributeur dans un pays étranger, mais il est difficile d’en trouver un «bon» dans ces mêmes pays étrangers; c’est-à-dire quelqu’un qui connaisse les endroits-clés pour diffuser notre produit et qui ne bloque pas la situation comme cela s’est déjà produit avec certaines petites marques qui ont été inclues dans des réseaux de distribution de grandes marques et qui pour des raisons de rentabilité, ont été mises au placard par ces mêmes grandes marques. Il existe, par exemple, une marque allemande disponible en France mais pas en Belgique car la marque de renom ne distribue pas celle-ci dans ce pays. Nous voulons éviter ce genre d’aberration et entrer en contact avec des petites firmes qui sont dans le méme cas que nous ou bien trouver un distributeur qui s’intéresse à notre projet.

Vous envisagez, comme le laissait supposer le début de notre entretien, la publication de livres… Qu’en est-il exactement?

DIFFUSION i MéDIA est, en effet, intéressé par la publication d’une série de livres. Exemple tout à fait imaginaire, Robert Normandeau travaille sur un texte pour sa thèse de doctorat: «Le cinéma pour l’oreille». Il n’est pas dit que nous ne soyions pas candidat à la publication de ce livre, qui serait complémentaire à notre travail sur l’électroacoustique. Nous comptons également — mais c’est encore à l’état de projet — publier des petits fascicules d’analyses destinés à la pédagogie. Dans cet optique, nous encodons des index dans nos disques compacts afin de pouvoir isoler des sous-sections dans une pièce et de pouvoir concentrer une analyse sur une petite partie d’une œuvre. Par exemple, dans le Concerto pour piano MIDI d’Alain Thibault, il y a trois mouvements mais aussi onze sous-sections repérées par des index.

Ces analyses seront-elles écrites par un analyste ou par les compositeurs?

Je pense que pour l’électroacoustique il est plus intéressant de le faire faire par le compositeur et je vois ces fascicules plus comme des indices que comme des analyses. Il est évident que nous introduirons les partitions d’écoute dans ces «indices». Il serait intéressant de créer des piles Hypercard représentatives du travail d’un compositeur et de les envoyer dans toutes les universités, ce qui constituerait un outil pédagogique intéressant pour les professeurs comme pour les étudiants qui benéficieraient ainsi de l’équivalent d’une démo pour un logiciel musical.

Les aides gouvernementales semblent importantes dans le fonctionnement d’empreintes DIGITALes, comment, dès lors, éviter le piège de la musique exclusivement canadiennne?

Ceci est une de nos préoccupations essentielles. Toutefois, a y a encore beaucoup de musiques québécoises et canadiennes qui méritent d’être éditées en disques compacts. Nous avons cependant différents projets — avec un compositeur anglais notamment — mais il nous faut de l’argent et aussi du temps pour en trouver. En attendant des jours meilleurs, une des solutions permettant de pallier à ce problème est d’ouvrir les portes aux coproductions. Il faut multiplier les contacts, non seulement avec les sociétés de distributions, mais aussi avec les organismes de relations entre les pays francophones.

Quel rôle pourrait jouer votre société lors de l’organisation d’un festival d’électroacoustique au Canada, un peu celui des CD des lauréats du concours de Bourges par exemple?

Si nous avons les fonds, c’est envisageable puisque cela correspond à la notion de concept. Pour le moment, c’est impensable sur le plan financier, d’autant plus que ce genre de projet implique d’endosser l’activité d’un groupe qui ne partage pas nécessairement les mêmes politiques que les nôtres.

En tant qu’ancien Président de la CÉC, comment ressentez-vous les changements inhérents aux fonctions différentes effectuées dans votre nouveau travail?

Ce travail me pemmet de moduler mes énergies qui, à la CÉC, étaient diluées. Ce projet est privé, plus personnel, je n’ai plus à être démocratique ou représentatif d’une institution. À la présidence de la CÉC, je devais consacrer une énergie incroyable à consulter les gens et à les convaincre si le besoin s’en faisait sentir. Avec DIFFUSION i MéDIA, les décisions se prennent plus rapidement et doivent enthousiasmer les deux partenaires. Le travail est donc tout à fait différent, moins prestigieux peut-être, mais plus épanouissant car il me permet de réaliser plus rapidement des idées qui me tiennent à cœur.

Nos quatre premières réalisations couvrent déjà un éventail assez large du domaine électroacoustique…