Francis Dhomont More Articles Written

In the Press

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no. 3:1, March 1, 1992

Planètes ignorées, univers à découvrir, neuf disques compacts tournent déjà dans nos lecteurs: Calon, Normandeau, Thibault, Électro clips, Scheidt, Daoust sur étiquette empreintes DIGITALes et une Anthologie de la musique canadienne, consacrée à la musique électroacoustique.

Cela commence à se savoir, mais il n’est pas mauvais de le rappeler: l’expression «musique électroacoustique» devient, avec la prolifération des genres qu’elle recouvre, plus imprécise de jour en jour. Si, dans les années 1950 et 1960, elle renvoyait sans équivoque d’un courant de pensée — écoles concrète et électronique confondues — dont on peut dire, pour faire court, qu’il se démarquait des «musiques de notes,» et posait la question du fond en posant celle de la forme, il n’en va plus de méme aujourd’hui. En 1992, «électroacoustique» ne désigne assurément plus une quelconque tendance esthétique, mais, de façon à la fois plus pragmatique et plus vague, toutes sortes de produits sonores réalisés à l’aide des moyens qu’offre la technologie électroacoustique. Le terme est ainsi devenu progressivement l’auberge espagnole de toutes les manifestations sonores utilisant peu ou prou l’électronique. Il s’applique donc aussi bien aux instruments électrifiés de la musique populaire (guitares, boîtes à rythmes, etc.) qu’aux recherches d’organismes hautement spécialisés (Ina-GRM, IRCAM, MIT, instituts et universités, etc.), sans oublier, du côté de la lutherie, le célèbre synthétiseur DX7, les «échantillonneurs» ou le protocole MIDI et, du côté des genres, les œuvres dites acousmatiques, mixtes, interactives, électro-instrumentales, etc.

Les deux collections de disques compacts dont il sera question ici offrent un éventail très ouvert de styles et d’applications, témoignant ainsi de la vitalité du médium au Canada. Profusion stimulante mais qui rend le sujet de cette rubrique quelque peu pléthorique pour l’espace qui lui est alloué. Quand on saura, en effet, que ce sont… soixante-quatorze œuvres ou extraits qu’il faudrait commenter, on imaginera sans peine qu’il ait fallu faire des choix.

Coïncidence symbolique, et somme toute réconfortante, au moment où disparaît le service RCI (Radio Canada International) après la réalisation d’une dernière Anthologie de la musique canadienne, surgit la toute jeune compagnie DIFFUSION i MéDIA dont la valeur semble ne pas vouloir attendre le nombre des années pour s’affirmer. Ceux qui connaissent le dynamisme de ses fondateurs, Jean-François Denis et Claude Schryer, ne s’en étonneront pas. Déjà cinq disques réalisés en moins de deux ans dont la qualité technique et le soin apporté à la présentation tant didactique qu’esthétique ou poétique sont irréprochables. Signe particulier — et assez rare pour étre souligné particulièrement — les compacts publiés par empreintes DIGITALes sont exclusivement consacrés au répertoire électroacoustique.

… la qualité technique et le soin apporté à la présentation tant didactique qu’esthétique ou poétique sont irréprochables.

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no. 3:1, March 1, 1992

Premier en date de la série, ce triptyque acousmatique regroupe les œuvres majeures du compositeur, trois narrations sonores à la fois expressionnistes et intimes que je ne peux m’empécher d’entendre (comprendre?) comme trois échos d’un même monologue intérieur. Certes, La disparition, plus que Portrait d’un visiteur et Minuit qui l’encadrent, paraît tendre l’oreille à d’autres voix venues du temps et de l’espace; c’est, en tout cas, ce qu’affirme l’auteur. Ces emprunts à l’avant et à l’ailleurs confèrent à la pièce un parfum postmoderniste qui, pour beaucoup, n’est sans doute pas étranger à sa séduction. Je demeure pour ma part convaincu que la force et l’émotion de cette pièce sont enfouies plus profondément, dans les doutes et les hésitations, peut-être, plus révélateurs d’une sincérité qui s’interroge. Car ces «éléments» et ces «éclats» d’autrui ne sont que des prétextes Christian Calon en nourrit ses intuitions et leur prête sa langue, l’une des plus chatoyantes de la jeune école acousmatique montréalaise. Traversée d’anacoluthes et de «montoges-catastrophes» (Bayle), elle prend appui sur le jaillissement de l’invention sonore et sur la ponctuation du phrasé pour atteindre parfois une grande intensité dramatique et devenir alors, dans une heureuse adéquation entre la forme et le fond, génératrice du musical. En résumé, trois tèmoignages d’un authentique tempérament de compositeur.

Christian Calon […] leur prête sa langue, l’une des plus chatoyantes de la jeune école acousmatique montréalaise.

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no. 3:1, March 1, 1992

Robert Normandeau: Lieux inouïs: Jeu, Mémoires vives, Rumeurs (Place de Ransbeck), Matrechka, Le cap de la tourmente.

Ce deuxième disque est consacré à un autre acousmate convaincu et convaincant qui a le bon goût de revendiquer son choix et dont le talent ne cesse de s’affirmer. Chez Robert Normandeau, le souci de la syntaxe est évident en dépit — ou peut-être à cause — de la complexité de son vocabulaire. Je pense notomment à Jeu et à Rumeurs (Place de Ransbeck) (ainsi qu’à La chambre blanche, absente sur le disque) qui articulent avec virtuosité, selon une dialectique permanence/variation, un abondant corpus sonore d’éléments contrastés ou récurrents qui renouvellent sans cesse le discours tout en lui conservant une solide cohérence. Mémoires vives, comme La Disparition de Calon, puise dans le réservoir des musiques du passé la plupart de ses éléments constitutifs. Elle est ainsi plus accessible, étant plus re-connaissable mais ce n’est peut-être pas une bonne raison. Néanmoins ne boudons pas notre plaisir, le son y est d’une telle qualité et le lyrismé si persuasif qu’on aurait tort de chipoter. Matrechka et Le cap de la tourmente appartiennent à une première manière, moins maîtrisée mais généreuse (dont on retrouve des traces dans Mémoires vives), très révélatrice d’une personnalité qui refuse de rester unidimensionnelle. Une oreille aux aguets, un style robuste, une pensée chaleuleuse très bien servie par une habileté technique qui sait se faire oublier. À écouter d’urgence.

Une oreille aux aguets, un style robuste, une pensée chaleuleuse très bien servie par une habileté technique qui sait se faire oublier. À écouter d’urgence.

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no. 3:1, March 1, 1992

Alain Thibault Volt: Concerto pour piano MIDI, Jacques Drouin, piano;Le soleil et l’acier, Pauline Vaillancourt, soprano; OUT; ELVIS (Électro-lux, vertige illimité synthétique) Quatuor de saxophones de Montéal, arrangement de Walter Boudreau

La réponse nord-américaine aux deux disques précédents, qui s’inscrivent plutôt dans la mouvance électrocacoustique européenne, est apportée par Volt, le disque compact d’Alain Thibault. Avec ces œuvres, nous nous tournons résolument vers les musiques mixtes, multi-média et/ou pour instruments MIDI. Certes, je me sens moins à l’aise ici, le domaine de Thibault étant mitoyen de l’esthétique rock qui n’entre pas précisément dans le champ de mes compétences. Je me garderai donc de porter un jugement sur ces pièces en les considérant du point de vue des musiques populaires. En revanche, je m’interroge sur la validité de tels métissages dont je ne suis pas sûr, en dépit d’une mythologie très en vogue, qu’ils apportent à la musique contemporaine en crise d’identité la panacée qu’elle recherche. Mais d’autres ne partagent pas ce doute et pensent que le salut viendra de la «pèriphèrie». Réponse dans quelques décennies.

Des cinq œuvres proposées, OUT, la plus juvénile, reste à mon sens la plus inventive et la plus audacieuse. Est-ce parce qu’elle choisit sans fausse pudeur l’univers populaire du «space opera» dans lequel le compositeur se sent, de toute évidence comme un poisson dans l’eau? Ou parce que l’efficacité du son et de ses traitements atteste une enviable maîtrise des moyens du studio? Qu’importe, le courant passe. Je n’en dirai pas autant des autres pièces, bien que le Concerto pour piano MIDI, œuvre inégale, contienne des moments assez prometteurs. Il n’en demeure pas moins qu’Alain Thibault est un compositeur doué et très professionnel; il lui reste à occuper un terrain qui soit vraiment le sien.

… l’efficacité du son et de ses traitements atteste une enviable maîtrise des moyens du studio.

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no. 3:1, March 1, 1992

Électro clips, 25 instantanés électroacoustiques

Au départ une excellente idée et un défi: commander vingt-cinq miniatures électroacoustiques de trois minutes exactement à vingt-cinq compositeurs d’Amérique du Nord et du Mexique. Pari gagné. Bien sûr, ces micro-compositions ne sont pas toutes d’égale valeur mais leur parcours est très vivant et donne une excellente idée des actuelles tendances canadiennes, sinon américaines. Si la personnalité des compositeurs n’est pas toujours clairement révélée par ces instantanés (n’est pas japonais qui veut, tel qui excelle dans l’épopée échoue dans le haïku), beaucoup néanmoins ont su aller très vite à l’essentiel.

On se doute qu’il ne saurait être question, dans les limites de cet article, de consacrer à chacun la place qui lui revient, mais peut-être, après tout, qu’en toute insolence confraternelle… À œuvres-flashes, portraits-express: 1) Michel A Smith: rigolard et bien portant. 2) Craig Harris: piano fantôme. 3) Jean-François Denis: subtile histoire d’un tremblement. 4) John Oswld ou l’èchAntillonneur bien tempéré. 5) Yves Daoust: résumé des chopitres précédents. Bien joué! 6) Claude Schryer: à l’écoute du monde ou de ce qu’il en reste. 7) Martin Gotirit: presque riens et chuchotements doux d’une machine onirique. 8) John Oliver: l’envers des funérailles. 9) Zack Settel: fascination et sortilèges des fonctions de transfert. 10) Stéphane Roy, un musicien du tressaillement intérieur, 11) Daniel Scheidt: charmes cagiens d’une construction en abime. 12) Bruno Degazio: le fractal lambda 0,900-0,901534 a encore frappé! 13) Richard Truhlar: pauvre Baudrillard! 14) Gilles Gobeil: description d’un combot (relire Kafka) ou Gobeil tel qu’en lui-même. 15) Robert Normandeau: «Kinderszenen,» terreurs pour rire et comptine très tendre. I0) Laurie Radford: le mal des profondeurs. 17) Calon-Schryer: le «tube» de l’année. 18) Hildegard Westerkamp: «The big sleep.» 19) Amnon Wolman: sous des ponts pavés de bonnes intentions. 20) Francis Dhomont: autocensuré. 21) Roxanne Turcotte: sueurs froides. 22) Christian Calon pose la question libertaire. 23) Dan Lander ou la fraîcheur du retour aux sources. 24) Javier Álvarez: un morceau en mille morceaux. 25) Charles Amirkhanian répond à la question libertaire. Avec toutes mes excuses à ceux qui ne possèdent pas ce disque compact (une raison supplémentaire pour eux de se le procurer).

Pari gagné.

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no. 3:1, March 1, 1992

Daniel Scheidt, Action/Réaction: Obeying the Laws of Physics, Trevor Tureski, percussion; A Digital Eclogue, Claude Schryer, clarinette et clarinette basse; Stories Told, texte de Robin Dawes, Catherine Lewis, soprano; Norm ’n George, George Lewis, trombone; Squeeze, Lori Freedman, clarinette basse

Ce recueil nous propose cinq pièces mixtes et interactives. D’une façon générale, on peut dire que la tendance électroacoustique nord-américaine (Québec excepté) reste très attachée à la tradition instrumentale, c’est-à-dire des musiques plus grammaticales que morphologiques. Cette situation est particulièrement sensible dans beaucaup de musiques dites «interactives» où des instrumentistes vont «dialoguer» avec un système audio-numérique contrôlé par ordinateur qui capte et analyse des stimuli instrumentaux, puis y réagit en temps réel.

Lorsqu’on aborde ce domaine, il ne parait pas superflu de considérer sa philosophie. Por son goût de l’aléa et son refus de toute fixation, elle se situe à l’opposé de l’option acousmatique. En outre, c’est l’une des nombreuses manifestotions du retour en force de l’interprète auquel on assiste depuis une vingtaine d’années et de sa patiente revanche sur la «dictature» du compositeur darmstodtien. Sur cet état de choses et sur la soudaine humilité des compositeurs, il y aurait fort à dire. Mais cela est une autre histoire.

Et puis il y a l’interprète-simulacre: l’ordinateur. De façon superficielle, on peut voir dans cette délégation de pouvoirs à la machine par le compositeur, une fois qu’il l’a programmée, une forme d’abdication de ses choix compositionnels. Mais, plus symboliquement, on peut aussi considérer qu’insuffler son propre esprit à une matière inerte pour en faire un partenaire «animé,» (c’est-à-dire possédant une âme) s’inspire du geste prométhéen. Qu’est-ce en effet que la conception d’un logiciel sinon la transmission, à la mémoire d’un autre organisme, d’un savoir que l’on possède et des mécanismes qui le régissent? On trouvera d’ailleurs un signe révélateur de l’anthropomorphisme qui s’établit parfois entre l’homme et sa «créature» dans la présentation française de Squeeze: «Cette délicate exploration des hauteurs […] peut-on lire, demande une très grande concentration de la part de l’ordinateur.»

Parmi les multiples tentatives du genre, peu m’ont paru jusque alors concluantes. Le rôle de l’ordinateur y demeure souvent obscur pour l’auditeur et le tour de force technique provoque rarement chez lui l’extase artistique. Daniel Scheidt évite le piège. Les prouesses informatiques auxquelles il se livre ne sterilisent pas ses idées en les sacrifiant à une technicité gratuite. L’enregistrement en administre la preuve en «acousmatisant» l’écoute, c’est-à-dire en occultant le spectacle, car il met ainsi en évidence le seul contenu musical et en accentue les subtilités. Certaines matières sonnent un peu «brut de synthétiseur,» mais l’ensemble est à la fois fort et raffiné. Il va sans dire que la qualité des interprètes auxquels Scheidt s’est adressé pour ce jeu interactif personnalise chacune de ses pièces. S’il fallait n’en choisir qu’une, ce serait peut-être Stories Told pour l’ingéniosité du dialogue entre les événements sonores et les inflexions de la voix. Dans ce genre qui ne figure pourtant pas ou hit-parade de mes préférences, c’est une des meilleures expériences qu’il m’ait été donné d’entendre.

… c’est une des meilleures expériences qu’il m’ait été donné d’entendre.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.