Artists Normand Guilbeault

First and foremost a double-bass player, composer, jazz and musiqueactuelle performer, he is very active in the provincial and national musicscenes and is highly regarded in the field. The tone, rhythm, and style of Guilbeault explain why he has played with Montréal’s most creativemusicians (Jean Derome, Robert Marcel Lepage, Pierre St-Jak, René Lussier,and others) and why he has recently teamed up with excellent singers (suchas Lou Babin and Geneviève Letarte). Out of his ambitious projects havecome accomplished and very inspired and spirited works (Hommage à Mingusand RIEL Plaidoyer Musical). Along with other musicians (Pierre St-Jak, François Marcaurelle, and Jean Vanasse) is also the prime mover, programplanner, and organizer behind the Montréal OFF Festival de Jazz, at whichhe presented the first part of his PARKEROUAC, a project wedding poetry andjazz.

Normand Guilbeault, who first became known through his work with Jean Beaudet, Yannick Rieu, Nelson Symonds, Bernard Primeau, and other jazz musicians, has gained public acclaim with the Normand Guilbeault Ensemble (winner of the Prix de Jazz duMaurier at the 1994 Festival international de Jazz de Montréal), whose 1994 album Dualismus [Red Toucan] was followed by Basso Continuo in 1995 and, with guest artist Jean Derome, Hommage à Mingus in 1996 [both on Justin Time]. The Jazz Report Magazine (Canada) voted the ensemble “Acoustic Group of the year” for 1997.

Since 1995 some of the people he has worked with have included Jean Derome (on music for film, theatre and dance, and as part of a jazz trio and a jazz quartet), René Lussier (Les Boudines, Pour un Punch Hawaiien, music for film), Robert Marcel Lepage (music for film, theatre and dance), Michel F. Côté (Bruire / Les Chants Rupestres, and music for dance), and trombonist Tom Walsh with the group NOMA.

In May 1998, the 15th Festival international de musique actuelle de Victoriaville opened with his most recent project, Riel, which brought together thirteen of Montréal’s most creative musicians and two talented narrators. He also presented the work at the Open Waters Festival of New and Improvised Music in Halifax, and at the Lion d’Or in Montréal on 20 and 21 February 1999. Recordings of these concerts were used to produce the double album entitled Riel Plaidoyer musical / Musical Plea, which appeared on the Ambiances Magnétiques Label [AM 073] on 15 November 1999. Recently, performance of Normand Guilbeault’s Riel project, in Confederation Park, was one of a the highlights of the Ottawa International Jazz Festival (July 17, 2000).

[ix-02]

Normand Guilbeault

Montréal (Québec), 1958

Residence: Val-Morin (Québec)

  • Composer
  • Performer (double bass)

Associated groups

On the web

Normand Guilbeault [Photo: Léopold Brunet, 1999]
Normand Guilbeault [Photo: Léopold Brunet, 1999]
  • Normand Guilbeault [Photo: Pierre Crépô, Montréal (Québec), June 29, 2006]
  • Normand Guilbeault [Photo: Pierre Crépô, Montréal (Québec), June 29, 2006]
  • Normand Guilbeault
  • Normand Guilbeault
  • Normand Guilbeault
  • Normand Guilbeault [Photo: Richard-Max Tremblay]
  • Normand Guilbeault [Photo: Richard-Max Tremblay]

In the press

La maturité de L’OFF Festival de jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, May 24, 2008

Enfin! Bravo! Merci aux organisateurs de L’OFF Festival de Jazz de Montréal d’avoir accompli un retournement temporel. La neuvième édition de cet événement ne se tiendra pas simultanément à l’autre, le «gros», si l’on peut se permettre. Après s’être rendu compte que l’offre musicale se confondait avec hyperinflation au début de l’été, les responsables de l’Off ont décidé de devancer les dates. Bref, il se déroulera du 13 au 21 juin.

La deuxième modification apportée est géographique. Adieu le Patro Vys, bonjour le Dièse Onze, qui a ceci de bien qu’il est un club de jazz à l’année. Jazz et resto situé au 4115 A du boulevard Saint-Denis, pour être précis. Les autres points de chute sont les mêmes que ceux de l’édition antérieure: le Lion d’or et le Pub Saint-Ciboire. Auxquels s’ajoutent cette année…

… La Sala Rossa. Et là, si l’on peut dire, c’est l’autre bonne nouvelle de cette année. Voici de quoi il s’agit: les organisateurs de l’Off se sont associés à ceux du festival Suoni per il popolo, qui se tiendra du 1er au 30 juin. Cette alliance, selon les confidences de Jean-Jules Pilote, cheville ouvrière de l’Off, devrait s’étoffer au cours des prochaines années.

C’est à espérer. Car au cours des prochaines semaines, ce duo d’organisateurs va proposer deux spectacles à La Sala Rossa: le Sun Ra Arkestra, dont on a parlé la semaine dernière, le 14 juin, et le Barnyard Drama, le quartet Lauzier, Myhr, Martel, Tétreault ainsi que Gordon Allen le 15 juin. Prix du billet de Sun Ra: 25$, alors que celui du lendemain se détaille entre 14 et 16$.

Puisqu’on décline les histoires d’espèces sonnantes, il faut insister sur un fait économique fondamental. C’est sérieux, très sérieux même. Le rapport qualité/prix inhérent aux shows de l’Off est REMARQUABLE! Le coût d’entrée des spectacles à l’affiche du Dièse Onze est de 8$. Ceux du Pub Saint-Ciboire sont gratuits. Ceux du Lion d’or: 20$ en prévente ou 25$ à la porte pour deux shows ou 15$ pour celui débutant à 21h30. Pour les détails, on peut se renseigner au lofffestivaldejazz.com

Bon. Après lecture du programme, six des shows au Lion d’or sont à retenir: la Fanfare Pourpour, qui aura l’accordéoniste et chanteur suédois Lars Hollmer pour invité. Cette fanfare à la veine humoristique indéniable est toujours dirigée par l’immense Jean Derome. Quoi d’autre? Il suffit d’écouter leur album paru sur étiquette Ambiances Magnétiques pour s’apercevoir que les membres de cette grande formation excellent dans l’alchimie des folklores du monde.

Le 18 juin, le saxophoniste et clarinettiste Chet Doxas va proposer un spectacle propre à aiguiser toutes les curiosités: Le Mur de Jean-Paul Sartre. Doxas a composé une série de thèmes inspirés, donc, de ce chef-d’œuvre littéraire qu’il interprétera en compagnie de Stéphane Allard et Zoé Dumais aux violons, de Jean René à l’alto, de Sheila Hannigan au violoncelle, de Zack Lober à la contrebasse, de son frère Jim à la batterie, tous sous la direction de Jon Sapoway.

Le même soir, mais après Doxas, les musiciens phares des labels DAME et Ambiances Magnétiques vont occuper la scène pour improviser à tout va. Autour de Derome, on retrouvera Joanne Hétu au saxo, Charity Chan au piano, Diane Labrosse à l’échantillonnage, Lori Freedman à la clarinette basse, Guido Del Fabbro au violon, Rainer Wiens à la guitare et l’incontournable Pierre Tanguay à la batterie.

Le 20 juin, le très courageux, le musicien essentiel, le contrebassiste battant Normand Guilbeault va décliner ses compositions retraçant la vie de Louis Riel. Il sera flanqué de quatorze musiciens, narrateurs et projectionnistes. C’est au Lion d’or le 20 juin à 20h. La veille, au même endroit, on aura droit à l’accouplement jazz et poésie avec José Acquelin, Renée Gagnon, Hélène Monette, Carole David et Jean-Marc Desgent.

Enfin, le 21 juin, l’affiche est alléchante parce que… parce que… le saxophoniste Janis Steprans a réuni trois autres saxos autour de lui pour clôturer cette 9e édition. André Leroux sera au soprano, David Bellemare au ténor, Jean Fréchette au baryton et Steprans, bien entendu, à l’alto. Simon Lévesque à la contrebasse et Dave Laing à la batterie vont rythmer le tout.

Les billets sont en vente à L’Oblique, à L’Échange, à L’Articulée ainsi qu’à la Casa Del Popolo et à Cheap Thrills pour les shows du 14 et du 15 juin.

L’OFF Festival de jazz: beaucoup plus qu’une tapisserie de jazz local

Alain Brunet, La Presse, May 22, 2008

À son tour, L’OFF festival de jazz de Montréal a dévoilé sa 9e programmation: la Fanfare Pourpour, le projet de Normand Guilbeault consacré à Louis Riel, les improvisateurs d’Ambiances Magnétiques, le quatuor de saxophones mené par Janis Steprans, Chet Doxas inspiré par Jean-Paul Sartre ou encore le doué jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc s’inscrivent dans cette plus que trentaine de concerts.

Du vendredi 13 au samedi 21 juin, donc plus tôt que les années précédentes, ces concerts de l’Off se déclineront quotidiennement dans quatre salles: le pub Saint-Ciboire, le Lion d’Or, le Dièse Onze et La Sala Rossa.

«Ce festival est mené par une équipe de bénévoles musiciens. Chaque année, nous essayons de représenter le plus fidèlement possible la scène montréalaise dans le milieu du jazz et de la musique créative. Nous portons une attention particulière à la présentation de projets originaux, tous d’une grande qualité artistique», explique le contrebassiste Christophe Papadimitriou, président de l’Off.

«Également, poursuit-il, nous avons la grande joie d’accueillir des musiciens étrangers et des musiciens canadiens issus de plusieurs provinces qui viennent collaborer avec les musiciens québécois. Nous aimons beaucoup cette dimension de l’échange.» L’Off, aurons-nous déduit, n’est pas une simple tapisserie de jazz local. On y fait des choix artistiques bien au-delà d’une simple idéologie de représentativité.

Au Lion d’Or, donc, la Fanfare Pourpour y présente son projet réalisé de concert avec l’accordéoniste suédois Lars Hollmer, le «quartetski» du contrebassiste Pierre-Yves Martel (prix François-Marcaurelle l’an dernier) s’y consacre à Érik Satie, le quartette de la trompettiste torontoise Lina Alemano s’amène avec notamment le très singulier saxophoniste Brodie West.

Aussi au menu principal, on retient l’ambitieux sextuor du contrebassiste Miles Perkins, un concert du trio du saxophoniste Chet Doxas avec quatuor à cordes (et inspiré par ses lectures de Jean-Paul Sartre), une soirée Ambiances Magnétiques consacrée à l’improvisation (sous la direction de Jean Derome). On suggère aussi Cantouque du contrebassiste Joel Prenovault qui évoque l’œuvre du violoneux Louis «Pitou» Boudreault, on reprend le concept jazz et poésie (animé par l’écrivain José Acquelin), on emprunte La 5e route bleue (arabo-occidentale) de la compositrice Katia Makdissi-Warren avec notamment le contrebassiste autrichien Peter Herbert, on relance le Projet Riel du contrebassiste Normand Guilbeault, sans compter le quintette du contrebassiste Dave Watts, le septuor de la pianiste Marianne Trudel ou le Quatuor du Nord, ensemble de saxophones de Janis Steprans.

À la Sala Rossa, l’Off se joint aux Suoni per il Popolo pour y coproduire le Sun Ra Arkestra, le groupe Barnyard Drama (mis de l’avant par le batteur Jean Martin et la chanteuse Christine Duncan), le jazz électroacoustique du saxophoniste Philippe Lauzier, le trio du trompettiste Gordon Allen.

Au Dièse Onze, on compte attirer les nuitards avec le Soundclash du saxophoniste Eric Hove, l’ensemble Ka Noo du saxophoniste Jason Sharp, le quartette du contrebassiste Alex Bellegarde, les Jazz Warriors du batteur Adam Miller, le sextuor du batteur Isaiah Ceccarelli, l’ensemble de la chanteuse Sonia Johnson et du contrebassiste Frédéric Alarie, le groupe du jeune bassiste Rémi-Jean Leblanc (prochain Alain Caron?), le quintette du contrebassiste Dave Watts.

Prévue de 17h à 19h, la série du pub Saint-Ciboire privilégie les jeunes loups de la scène locale, sauf exception: le quartette de la saxophoniste Anna Weber, le quintette du saxophoniste (alto) Mario Allard, l’ensemble CLH, le quartette du pianiste Malcolm Sailor, le trio du violoniste Robin Bouliane, le quartette du guitariste Carlos Jimenez, le trio du guitariste Greg Amirault, le trio Turtle Boy.

Portrait: Normand Guilbeault

François Couture, AllMusic, June 15, 2002

Active since the mid-’80s, Montréal jazz bassist Normand Guilbeault splits his time between post-bop jazz sessions with his Ensemble and more cutting-edge avant-garde jazz as sideman for various artists related to the collective Ambiances Magnétiques. His most ambitious project to date is the historical jazz opera Riel: plaidoyer musical / a musical plea, for 15 musicians. He is co-founder of the OFF Festival de Jazz de Montréal, an alternative, counter-event of the Jazz Montréal Festival.

Guilbeault first got noticed on the Montréal jazz scene in the groups of pianist Jean Beaudet and drummer Bernard Primeau in 1985. From the start, his ease of play, elegant improvising and clean sound were appreciated. He soon recorded his first studio session: Primeau’s Perspectives, released in 1987. Performances and recordings alongside Yannick Rieu, Nelson Symonds and François Marcaurelle followed before the end of the decade. Meanwhile, the bassist formed his Normand Guilbeault Ensemble in 1988. First a quartet comprising trumpeter Ivanhoe Jolicoeur, clarinetist Mathieu Bélanger, and drummer Paul Léger, it expanded to a quintet with the arrival of trombonist Michel Ouellet in 1991. Guilbeault’s intent was to have a bass-led group in the vein of Charles Mingus’ and Oscar Pettiford’s, with a repertoire of compositions by bassists. But with the years, the group developed its own repertoire, gradually moving out of jazz standards and into something more contemporary. A first album, Dualismus, came out on Red Toucan in 1994, the same year the Ensemble won the DuMaurier Jazz Award at the Montréal Jazz Festival. Two more CDs with Jean Derome as guest followed in 1995 and 1996 on Justin Time. The Jazz Report Magazine from Toronto declared the Ensemble Best Jazz Acoustic Group of 1997.

Derome opened a door to the avant-garde scene and the bassist’s interests began to shift. His playing grew freest while retaining a strong jazz flavor. By the mid-’90s Guilbeault had completely renewed his roaster of collaborators and become a trusty sideman for most key Ambiances Magnétiques artists. He contributed to Derome’s large-scale projects, Michel F Côté’s soundtracks and his group Bruire, Robert Marcel Lepage’s free jazz trio, and René Lussier’s ensemble. Supported by the label, he created his Riel at the Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville in 1998 and toured it in Canada for a couple of years. A recording came out in 1999.

In 2000, Guilbeault joined forces with Marcaurelle, Jean Vanasse and Pierre St-Jak to organize the first OFF Montréal Jazz Festival. Born out of a profound dissatisfaction with the official event’s focus on big international stars, the OFF programmed local jazz musicians, premiered encounters and presented left-field music the real festival disregarded. The OFF was back the next year with support from the alternative press.

Active since the mid-’80s, Normand Guilbeault splits his time between post-bop jazz sessions and more cutting-edge avant-garde jazz…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.