Oeuf Korreckt More from the press

In the press

  • François Couture, AllMusic, August 30, 2002
    The real interest in these pieces is more in the way they sound fresh, positive, and entertaining.
  • Sarah Lévesque, Nightlife, no. 36, July 1, 2002
    … Oeuf Korreckt assure une IDM gentille, pointue, rigolote et inventive.
  • Jeremy Keens, Ampersand Etcetera, no. 2002_8, June 20, 2002
    … meaty beaty big and bouncy tracks which often have a kitschy retro sound that is complex and inventive.
  • Brian Lavelle, Vital, June 13, 2002
    … engage an unstoppable grin and send the proverbial shiver dancing up and down the spine…
  • Julien Jaffré, Jade, no. 8, June 1, 2002
    … un album sans faille, séquencé, cadencé, en un mot rutilant de santé… À découvrir d’urgence.
  • Alain Brunet, La Presse, November 14, 1998
    Outsider brillant, Turgeon est un informaticien autodidacte, internaute de haut niveau en plus d’être compositeur…

Review

François Couture, AllMusic, August 30, 2002

Of the four CDs the label No Type released upon its launch in May 2002, Podweek is the most straightforward. Compared to Magali Babin’s microsonic metallic studies and morceaux_de_machines’ digital noise, the tunes of Oeuf Korreckt (aka Frédérick Blouin) derive from early techno and keep rhythm and melody as immutable constants. The quirk in Oeuf Korreckt’s music resides in the means of production. He still uses pre-Windows assembling software like Scream Tracker, connecting him to the 1980s pioneers of the techno scene. Still, besides an affiliation to the “vintage” sound, similar results could have been obtained with more up-to-date techniques. The real interest in these pieces is more in the way they sound fresh, positive, and entertaining. If it weren’t for the heavy rhythm tracks, one could think of naive electro-pop figures like Felix Kubin or Reznicek. The pieces collected on this very generous album (78 minutes) date from 1995 to 2001, making it a retrospective of sorts. There is plenty to go around, maybe a bit too much considering the rather limited sound palette used. But the tracklist offers many highlights, from the crude opener Get Binary and the cute Alright Well Okay (featuring a child’s voice) to hardcore rompers like King of the Elephants and A Ride in Elephant City.

The real interest in these pieces is more in the way they sound fresh, positive, and entertaining.

Musique de chambre

Sarah Lévesque, Nightlife, no. 36, July 1, 2002

Montréal ne détient pas le monopole de la musique électronique au Québec. À partir de la Vieille Capitale, Oeuf Korreckt assure une IDM gentille, pointue, rigolote et inventive. L’histoire des sons créée dans une chambre, faite pour un salon…

Bien que Frederick Blouin apprécie l’anonymat derrière le nom étrange d’Oeuf Korreckt, il se risque aujourd’hui au jeu des questions-réponses. Surprise… Le chercheur sonore s’avère volubile, partageant sans réserve ses procèdés créatifs. Vécu en 1992, le coup de foudre pour les ordinateurs et leurs logiciels le consume encore. De cette liaison, Frederick n’éprouve aucune vanité mais un sentiment de contrôle envers ses machines. «Maintenant, je sais comment aller chercher une tonalité grasse ou délicate. Et aussi, je me concentre beaucoup plus sur les sons, alors qu’avant je passais plus de temps sur les mélodies. Quand les technologies ont évolué, elles ont permis une plus grande manipulation du son par rapport au simple clavier qui était plus mélodique. J’ai sauté les pieds joints.» Tellement que Frederick n’a pas hésité à flirter avec plusieurs genres, touchant au hardcore et à la transe, en passant par la techno, la musique pour jeu vidéo et en s’arrêtant longuement sur l’IDM.

Ces multiples embrassades de style s’entendent quelque peu sur son tout premier album, Podweek. Quinze morceaux ont ici été regroupés par No Type, un label dedié à la diffusion de MP3 expérimentaux et qui essaie depuis quelques mois le format CD. Fait étrange pour une première galette, I’album se veut une compilation des meilleurs moments d’Oeuf Korreckt, de 1995 à aujourd’hui. Podweek était le nom que je donnais à mes premiers démos, explique Frederick, et plusieurs pièces se sont retrouvées sur ces cassettes. La seule exception serait le morceau Podweek Theme, qui est devenu un succès internet. En fait, mon entourage a réellement créé des pressions pour que ce matériel voit le jour officiellement.» Il est facile d’en cerner la raison. Le passionné conserve précieusement des centaines de CDs ne comprenant que ses compositions.

Le voyage dans le temps se réalise agréablement, sans descente abrupte inexplicable, même si les finales d’Oeuf Korreckt sont très séches, même rapides. Comment l’expliquer? Oeuf Korreckt pond sans grande couvaison. «Ouand je m’installe et que je fais de la musique, ça va toujours très rapidement. La plupart du temps je produis toujours mes tracks en 45-90 minutes, ce qui est assez rapide. C’est sûr que ce que je fais n’est pas toujours assez bon pour être sur un disque. Je ne fignole jamais les tracks qui ne sont pas intéressantes pour les améliorer et les rendre meilleures. Et ca prend autant de temps faire une bonne pièce qu’une mauvaise. C’est une question d’occasion, d’inspiration et de situation.»

L’inventivité et la recherche motivent chaque élan de ces productions qu’il nomme amicalement des «versions bedroom». Pendant qu’il s’affaire à parfaire un nouveau pouls mécanique, Oeuf Korreckt pimente inconsciemment la vie de Ouébec. «Il est vrai que la scène électronique de Québec est très faible. Mais c’est un terrain grandissant. Le public se déplace puisqu’il n’est pas saturé comme à Montréal. On y voit donc des individus appartenant à plein de milieux différents dans une rave puisque la scène est trop petite pour avoir ses cliques. Je te le dis. Si Autechre venait à Québec, même ma mère irait.»

Podweek d’Oeuf Korreekt se trouve sur la maison de disques No Type.

… Oeuf Korreckt assure une IDM gentille, pointue, rigolote et inventive.

Review

Jeremy Keens, Ampersand Etcetera, no. 2002_8, June 20, 2002

Third in the first series of No Type releases following the overwhelming compilation with which they burst out of cyberspace (see 03 for the compilation, 07 for the other two albums). Oeuf Korrekt (Frédérick Blouin) creates varied techno using obsolete software (Scream Tracker, Impulse Tracker) which creates ‘a kind of sequenced, robotic music devoid of fluff, but often complex and surprising’ (David Turgeon describing the computer music pioneers on the liner notes) and this album collects an overview that David considers important, created since 1995. The liner notes accurately describe the music contained here – the software provides a crisp clean sound, simple sounding elements layered and combined to create meaty beaty big and bouncy tracks which often have a kitschy retro sound that is complex and inventive. Simple melodies remind you of Kraftwerk or YMO and other early purveyors. Longer tracks such as King of the Elephants and A Ride in Elephant City demonstrate Oeuf’s skills – they are both meditations on the thudding techno of hardcore or trance, but through varying the surrounding beats, some finely judged breaks and a sense of playfulness, maintain an interest and intelligence. The mood had been set through Get Binary a futzy melodic piece combining the synth lines with some edge and beats, followed by a slower moody murmuring in We Have Arrived. The album then traverses a number of audiostrategies. There are some fine techno pieces like Pochacco, Byte the Funk, Before Bedtime and Podweek Theme which combine bright melodies (some displaying an eastern influence) with varied beats, taken to an edgy extreme in the fast Taco Fiesta. Another longer track Resem One has more of the choppy beats and breaks, and also tunes which sound quite baroque – Oeuf has quite a nice ear – and ends with an autobahn-ish buzzing. Screw my Samples creates a base of rhythm/melody loops with fragments of different sounds with slow and squelched tones plying over, and samples are taken further in Alright Well Okay where that phrase cycles irregularly through a slow stepping beat and synths, expanding to a short narration later on. Voices appear later in Osaka Commtech Nine, obviously Japanese, looping and sticking, leading to a strongly oriental sound in the second half. The Four Channels seem to be a fairly pedestrian beat, woozy scifi synth, piano and a gritty sound paralleling a synth guitar solo, combining to create complex layers. A contrast between more ambient tones and synths sets up Ruffly as a smooth piece, which encapsulates the balances throughout the album - rhythm/melody, fast/slow, simple/complex – which keep the ears alert where many techno albums slide past. An great collection to complete this first set of releases – No Type has successfully entered non-virtual reality.

… meaty beaty big and bouncy tracks which often have a kitschy retro sound that is complex and inventive.

Review

Brian Lavelle, Vital, June 13, 2002

Label-owner David Turgeon makes reference to this compiling release as an ‘overview’ of the musical career of Frédérick Blouin between 1995 and the present day, and, boy, is this a seven year itch that begs to be scratched. Oeuf Korreckt’s music demonstrates for me one of the vital facets of this type of electronic composing, one that brings me back to it again and again over long periods of time: the ability to engage an unstoppable grin and send the proverbial shiver dancing up and down the spine at that moment when two fantastically simple melodic lines entangle themselves in just the right fashion, creating something which is so much greater and more joyous than the individual components themselves. Before Bedtime, with its ecstatic sequencing, is only one example of this phenomenon here and one which could justify itself at twice the length: a beautiful piece of frustratingly simple yet haunting and timeless electronica. Throughout Podweek, layers and layers of harmonic sheets of analog-sounding electronics build and fall in drawn-out simulacra of the peaks and troughs of the very sound waves that go to make up this music. There is a great variety over the space of these 15 tracks and the single disappointment for me was the beat-dominated hardcore of King of the Elephants which outstays its welcome at a gruelling 8 minutes. (Perhaps tellingly, this is the oldest by far of the pieces on the disc.) What is conjured up elsewhere, however, is a backdrop not of laptop screenshine and over-intellectualisations of sound-as-art but of hulking printed circuit boards, strobe lighting and gleaming solder. Anyone who has ever relished the more considered and adventurous residents of, say, the Warp stable, especially Black Dog in its various guises and early Autechre, will find a wealth of wonder to enjoy on Podweek.

… engage an unstoppable grin and send the proverbial shiver dancing up and down the spine…

Critique

Julien Jaffré, Jade, no. 8, June 1, 2002

La rhétorique de l’Oeuf et de la poule est désuète et sans intérêt. La seule question qu’il convient de poser à présent serait… Où était la musique électronique canadienne avant Oeuf Korreckt… Y en avait-il d’ailleurs?

À la fois insoumise et corvéable, amplie de clichés et judicieuse, désinvolte et réfléchie, la musique sur Podweek détaille le panorama global de ses propres inspirations autant que le paysage plus large de la musique électronique, avec tous les angles concaves et contreforts qu’elle connaît.

La structure de l’album, sa coquille charnelle, s’est chargée au contact des meilleurs calcaires, du résistant tri repetae d’Autechre, au lumineux traits du Aphex twin de Ventoline ep, Disjecta, Plaid ou The Black Dog (qui ont utilisé le même logiciel il fut un temps…).

La floraison de rythmes, leurs échos dansants et rebonds joyeux dans l’atmosphère étroite du disque dur de Frédérick Blouin évoquent tant l’aspect anecdotique qu’historique du processus et de l’outil de création, un logiciel inusité: le trackers.

Inusité parce qu’en conflit avec l’interface Windows qui l’a banni de son plan de développement (que l’on connaît). La résurgence de ce petit logiciel, couplé à l’intelligente vision musicale d’Oeuf Korrekt donne un album sans faille, séquencé, cadencé, en un mot rutilant de santé avec même des cimes de Gabber basique qui passe bien à l’oreille, une fois n’est pas coutume.

Si le label expérimental No Type souligne avec humour l’outrage personnel d’avoir osé diffuser un disque “mélodique”, le réel outrage, s’il y en a, aurait été de passer sous silence cette onzième table de loi. À découvrir d’urgence.

… un album sans faille, séquencé, cadencé, en un mot rutilant de santé… À découvrir d’urgence.

[Re]piquer la musique

Alain Brunet, La Presse, November 14, 1998

Infographe de profession, Frédérick Blouin fait le design des sites et logiciels fabriqués par Agents Technologies, une petite entreprise de Québec. Lorsqu’il rentre chez lui dans le quartier Montcalm, il crée sa musique d’allégeance électronica, plutôt calme… «Je ne suis pas du genre techno boum boum», résume-t-il… placidement.

Le jeune homme fréquente l’ordinateur depuis toujours. L’outil est devenu une extension de lui-même. Lorsque l’autoroute de l’information fut ouverte, Frédérick se trouva parmi les premiers Québécois à y emprunter la bretelle d’accès. Il n’est pas près d’arrêter d’y circuler, d’y chercher l’inédit. Encore moins d’y réduire sa vitesse de croisière.

Quête d’informations, quête d’images, quête de sons, la création comme mode de vie. À 20 ans, cet artiste multimédia vient de lancer sur Intemet ses plus belles pièces de musique - sous la bannière Oeuf Korreckt, son disque s’intitule… Leonard Nimoy! Disque que l’on peut télécharger chez soi, et ce sans payer un seul sou! C’est une manière pour lui de se promouvoir. Mais une majorité absolue de créateurs, producteurs et interprètes réprouvent cette pratique que l’on doit au format MP3, un logiciel qui encode la musique sur la bande originale, la compresse et la transmet très rapidement sur une ligne téléphonique. L’internaute aboutit sur un site MP3 comme celui où se trouve le disque de Frédérick. Puis il magasine, écoute les pièces - au moyen d’un autre logiciel, le Real Audio et décide ou non de télécharger. Le logiciel Winamp permet à l’usager de décoder l’information sonore sur le disque dur de son ordinateur. S’il le désire, le surfeur pourra effectuer le transfert du disque dur… à un autre support; graveur de disque compact, magnétophone à cassette analogique, DAT (Digital Audio Tape) ou encore le Rio, nouveau balladeur fait sur mesure pour emmmagasiner la musique transmise via MP3.

Il existe actuellement des centaines de sites Internet où l’on peut accéder gratuitement à de vastes catalogues de chansons ou même d’albums. Très peu sont authorisés par les créateurs. Par voie de conséquence, ces nouveaux sports «internautiques» ouvre toute grande la porte aux pirates de la propriété intellectuelle.

Voilà donc une partie d’un phénomène généralisé à l’aube de l’ère numérique: la dématérialisation de l’œuvre, c’est-à-dire son passage progressif d’un lieu physique d’achat (le magasin) à un lieu virtuel (le Net).

Le logiciel de compression MP3 n’en demeure pas moins un outil formidable. Il arrive que la diffusion et le téléchargement gratuits des œuvres sur Internet n’ait rien de répréhensible. L’exemple de Frédérick Blouin est éloquent à ce titre.

Idem pour ses collègues de Period Three, Surfing Secrets, Anaesthesia, Asyncdrome ou Napalm Jazz, qui ont tous endisqué sur le label virtuel No Type, le premier label conçu au Québec. À Québec, plus précisément. «L’objectif de départ, c’est de faire entendre des groupes totalement inconnus», de justifier David Turgeon, 22 ans, propriétaire de No Type. Outsider brillant, Turgeon est un informaticien autodidacte, internaute de haut niveau en plus d’être compositeur (pour le compte de Period Three).

La plupart des groupes au menu du site No Type, qu’il a lui-même imaginé, n’ont jamais endisqué avant… Ie mois dernier. Depuis lors, près de 3 500 internautes ont visité le site de l’étiquette No Type, plus de 5 500 téléchargements y ont été effectués. Rien de moins!

«Nous n’avions, dit-il, aucune autre possibilité d’être découverts que sur Internet. Pas de compagnie de disques, pas de budgets promotionnels… Donner la possibilité aux usagers d’Internet de télécharger nos disques, c’est le seul moyen à notre portée. On ne fait pas d’argent (pour l’instant), mais on n’en perd pas.»

Outsider brillant, Turgeon est un informaticien autodidacte, internaute de haut niveau en plus d’être compositeur…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.