Alexandre St-Onge More from the press

In the press

Critique

Manu Holterbach, Revue & Corrigée, no. 44, June 1, 2000

“Le matériau de départ de ce disque consiste en un ensemble de prises de son de ma bouche, et documente aussi le fait d’avoir un micro dans ma bouche alors que je dormais devant ma maison". Il n’y a pas plus d’informations sur ce disque, ni titre, ni date, ni rien. La discrétion aussi semble être le matériau de départ. Et c’est un très beau disque qui en est le résultat. Alexandre St-Onge mâche une musique de scintillements, de craquements. Sa bouche doit être remplie d’étincelles électroniques, ou de verre pilé pétillant. Là où on cherche où se trouve la langue, la glotte dans ces stases crépitantes, là où le souffle reprends ses droits, la où les dents deviennent enfin un clavier à la Lewis Caroll. Alexandre St-ONGE nous raconte avec Une mâchoire et deux trous que c’est dans la bouche que commence la poésie, et dans le réel microscopique qu’elle se loge.

Alexandre St-Onge semble venir de Suisse, mais sa proximité poétique avec ces excellents californiens, explorateurs délicats de l’infime sonore: Loren Chasse, Brandon LaBelle et Steve Roden, est troublante et bienvenue.

Review

Carlos M Pozo, Angbase, June 1, 2000

The quote on the inside of the elegantly designed digipack informs us: “the source material for this record consists of various field recordings of my mouth, as well as audio documentation of having a microphone in my mouth while sleeping in front of my apartment building.” Anyone who’s turned on a recorder, walked away, and later listened to the results knows that the resulting sounds have more to do with tape hiss, ambient hum, and electrical interference than with any earth-shakingly weird aural phenomena one might have wished to capture on tape. From these building blocks St-Onge crafts some rough and beautiful pieces of mysterious and very visual scrapes and groans. Track 2 is 6 tense minutes of waiting for something to happen, as the listener sinks in a static sound field of low volume mic rumbles and what is possibly the sound of the tape recorder’s motor. This track could be nothing but what it is - a mic in someone’s mouth. The kicker to track 2 is that if you make it to the final minute, the tape is cut off abruptly, and something actually does happen: a voice pops out, speaking (Russian?) clearly and calmly for a few seconds. There is obviously an artist’s hand at work here, as each piece is crafted into textures that transform the basic scratchy whirling hisses into a fairly unique set of sound works. An excellently presented disc on a promising new label.

An excellently presented disc on a promising new label.

Chants magnétiques

Mathieu Fournier, Montréal Campus, October 21, 1998

Ondes radio, champs électriques et magnétiques se combinent dans l’œuvre d’Alexandre St-Onge, contrebassiste et alchimiste contemporain. Partageant son temps entre neuf formations musicales, le jeune musicien n’a pas peur de changer de refrain.

J’ai enlevé toutes les cordes de ma basse électrique. De cette manière, je peux travailler sur l’objet en tant que tel et user de mon instrument des sons tout à fait nouveaux», lance Alexandre St-Onge. En réponse à son insatiable soif de bruits, le jeune contrebassiste de 22 ans a choisi de déconstruire la musique pour mieux créer.

Collaborant régulièrement avec neuf formations très différentes, le musicien, cheveux en bataille et barbe non rasée, ne péche pas par excès de conservatisme. Klaxon Gueule —avec Michel F Côté et Bernard Falaise—et Undo— avec Christof Migone—, sont deux groupes qui illustrent très bien les tendances dominantes de son travail. Héritier des musiques free et rock, le premier est un digne représentant de la musique actuelle, tandis que pour le second, Alexandre St-Onge et son acolyte décortiquent leur médium traditionnel—contrebasse et bandes magnétiques—afin de mieux travailler les textures sonores. L’orchestration de ces bruits contemporains ouvre la porte à une toute nouvelle perception de l’univers musical.

Plongé trés jeune dans le monde de la musique par son pére mélomane, cet étudiant en histoire de l’art a eu une enfance marquée par le classique. À l’adolescence, il découvre très tôt le «death metal» et le jazz. Deux styles qui, malgré leur originalité, restent encore trop limités à son goût. C’est à l’âge de 17 ans, lors d’un concert présenté par la maison de production Ambiances Magnétiques, qu’Alexandre St-Onge tombe sous le charme de la musique actuelle. Pour lui, il s agit d’un territoire sonore encore vierge et inexploré. Il contacte alors Michel F Côté, percussionniste et compositeur de musique contemporaine, dans le but de prendre des cours avec lui. «Il m’a expliqué qu’il ne donnait pas de cours, mais que si je voulais venir jammer dans d son atelier, il n’y avait pas de problème. Par son entremise, j’ai pu rencontrer plusieurs autres musiciens avec qui j’ai aussi commencé à explorer.»

Changer de refrain

Au moment où Alexandre St-Onge s’immisce dans le milieu de la musique actuelle, I’esprit d’exploration et la liberté absolue lui apparaissent comme des notions fondamentales. Sans frontière, cette forme contemporaine d’expression musicale regroupait alors autant le jazz que le rock ou le techno sous leur forme expérimentale. Toutefois, à l’instar du punk et du free jazz qui, à l’origine, étaient des musiques dénonciatrices et hors norme, la musique actuelle a développé une certaine esthétique. «Aujourd’hui, déplore-t-il, elle a un son un peu trop défini.»

Selon lui, c’est l’émotion et la curiosité vis-à-vis du monde qui priment. En fait, je pense qu’il faut savoir se laisser imprégner par les phénomènes physiques, biologiques ou politiques qui nous entourent.» Dans la musique d’Alexandre St-Onge, cette attitude se traduit, par exemple, par l’utilisation des ondes radio. Ainsi, les interférences que crée un satellite peuvent très bien se glisser au cœur d’une pièce musicale si l’occasion se présente. «Il faut composer avec le récit plutôt que chercher à le dominer.»

Le respect du monde qui l’entoure, inhérent à la pratique de ce musicien, est aussi discernable dans sa manière de percevoir la création artistique en général. «Si un artiste est capable de prendre une distance critique par rapport à son travail, ça lui permet de ne jamais se prendre trop au sérieux. Moi, j ai surtout pas la prétention de faire de la musique parfaite, je ne cherche pas à créer un chef d’œuvre. Par contre, je m’investis dans des projets auxquels je crois et j’y travalle avec passion.»

Alexandre St-Onge collabore aussi avec des créateurs provenant d’autres disciplines, telles la vidéo et la danse. Ce besoin de coopération revient comme un leitmotiv au fil de l’entrevue. Une façon, selon lui, de construire une relation différente avec les créateurs qu’il côtoie.

Musique anarchique

«L’anarchie, expose-t-il, on sait que c’est utopique en société parce que le système est trop bien installé. Mais, en musique, c’est une pratique qui est possible grâce à l’improvisation. Tout le monde est sur un pied d’égalité et il n’y a pas de rapport de force entre les musiciens.» Cette vision idéaliste du monde de la musique correspond bien au but ultime d’Alexandre St-Onge: former des groupes de recherche dans diverses disciplines et toujours garder une attitude très critique face à la société. «Je connais plusieurs entartistes et, dans le fond, je voudrais retrouver leur attitude critique en art. Attaquer des icones artistiques plutôt que des personnages politiques.» Selon lui, I’improvisation constitue d’ailleurs l’une des seules voies qui permette cette remise en question primordiale. Pas de conflit possible entre un compositeur et un interprète et, idéalement, pas d’ego disproportionné qui limite la coopération. C’est la liberté, I’absence de hiérarchie entre les musiciens. «Je souhaite même que ceux qui écoutent mes pièces interagissent avec ce qu’ils entendent.» Que ses auditeurs allument la télévision. Ia radio, ouvrent une fenêtre, peu importe. L’important, c’est qu’iLs se sentent libres d’enrichir sa musique de divers échantillons sonores. «Il doit y avoir une interaction entre le créateur et le public.»

En portant un regard neuf sur son médium, Alexandre St-Onge n’a pas la prétention de dicter un mode de pensée. Seulement, il recommande l’audace et l’ouverture d’esprit à ceux qui en ont assez des stéréotypes. «La société et les médias nous ont habitués à des rythmes et des harmonies standards. Pour se défaire des carcans, il faut simplement se laisser apprivoiser par la musique d’exploration et découvrir toutes ses possibilités.»

L’orchestration de ces bruits contemporains ouvre la porte à une toute nouvelle perception de l’univers musical.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.