Artists Philippe Tétreau

Philippe Tétreau

  • Journalist

Articles written

Critique

Philippe Tétreau, Guide ressources, September 1, 1999

L’électroacoustique conçue par Serge Arcuri se laisse aisément apprivoiser. Nous avons là l’occasion de plonger dans des climats insolites mais fertiles en sensations. Les séquences réunies sur ce disque contiennent quantité d’images sonores que l’on croirait tirées de films portant sur les grandes régions désertiques. D’ailleurs, Arcuri a signé la trame musicale de documentaires et de films (dont Liste noire). Différents instruments (hautbois, cor anglais, harpe, cor français, percussions) soliloquent sur la trame des sons ambiants.

… l’occasion de plonger dans des climats insolites mais fertiles en sensations.

Autour de l’électroacoustique

Philippe Tétreau, La Presse, November 22, 1997

Pour ceux qui l’ignoraient, sachez que Montréal fut du 12 au 16 novembre l’un des rares centres mondiaux de l’électroacoustique grâce à la tenue d’un festival intitulé Rien à voir au Théâtre La Chapelle. Plusieurs électroacousticiens d’ici et d’ailleurs y présentaient leurs œuvres. Parmi eux, soulignons la présence événementielle du Français Luc Ferrari, que l’on peut ranger sans sourciller aux côtés des Pierre Henry, Pierre Schaeffer ou, plus près nous, Francis Dhomont. Mais il revenait à l’un des nôtres — Claude Schryer — d’inaugurer ledit festival par une conférence prononcée conjointement par Schryer lui-même et Hélène Prévost. Cette conférence fut suivie de l’audition de leur nouveau disque faite dans des conditions optimales.

Un nouveau disque (disponible au début de décembre) vient donc de s’ajouter au catalogue de la maison empreintes DlGlTALes vouée à la vitalité de l’électroacoustique. Ce premier disque de Claude Schryer intitulé Autour reflète à sa façon l’écologie sonore, théorie élaborée et mise de l’avant par le musicien canadien bien connu R Murray Schafer. Schryer a d’ailleurs travaillé récemment aux côtés de Schafer et a fondé avec lui l’Association canadienne pour l’écologie sonore.

Les séquences sonores de Schryer sont composées de diverses prises effectuées dans plusieurs lieux d’Amérique du Nord, prises dont l’intérêt repose sur l’agencement sensible que Schryer en fait. Cet électroacousticien manipule le micro telle une caméra, choisissant ses angles, grossissant tel ou tel détail, définissant une image sonore pour en varier les effets, bref, déploie tout un art de l’écologie sonore afin que l’image audible puisse restituer tout un climat. Nous sommes ainsi beaucoup plus proches des procédés cinématographiques que de ceux qui ont cours dans la musique écrite sur des portées. Il n’y a qu’à examiner les partitions de ce type de répertoire pour voir en elles des espèces de diagrammes que l’on pourrait croire issus d’un institut de cardiologie.

Claude Schryer privilégie surtout le montage des éléments captés pour les transformer par la suite en studio. Cette post-production n’est pas négligeable quant au produit fini mais à l’écoule de celui-ci, c’est davantage les sonorités de la nature ou celles des centres urbains qui demeurent en mémoire plutot que les artifices scintillants de la cybernétique. Évitant de matraquer l’auditeur d’effets surchargés et promis à l’oubli, Schryer accorde à l’occasion une place assez importante au silence favorisant du même coup le souvenir des sonorités choisies et la sensation de plénitude recherchée. Celle-ci est, il faut le dire, plusieurs fois obtenue.

Des quatre montages que l’on retrouve sur ce nouveau compact, trois sont composés de miniatures, sorte de cartes postales sonores qui forment une suite possédant son caractère propre que l’on ne peut confondre aux autres œuvres du disque. Toutes ces séquences montées proposent des itinéraires variés et portent des titres à la fois subjectifs et explicites: Musique de l’Odyssée sonore; El medio ambiente acústico de México; Vancouver Soundscape Revisited et Autour d’une Musique portuaire œuvre camposée conjointement avec Hélène Prevost, réalisatrice à Radio-Canada. Cette dernière, très impliquée depuis plusieurs années dans la création d’œuvres contemporaines, signe avec Schryer une solide réalisation qui concilie adroitement les sons des monuments du Vieux-Port de Montréal aux improvisations inspirées des instruments à vent faites en studio.

Cet électroacousticien […] déploie tout un art de l’écologie sonore afin que l’image audible puisse restituer tout un climat.

La musique électroacoustique résiste au temps

Philippe Tétreau, La Presse, June 14, 1997

Quarante ans aprés le Poème électronique d’Edgar Varèse, nombreux sont ceux qui considèrent encore les expériences sonores faites en studio comme de la musique de recherche (donc non achevée) qui n’intéresse que ceux qui s’y livrent. Il est tout de même un peu étrange qu’après quatre décennies le grand public ait si peu apprivoisé ces formes d’expression. En 1997 l’électroacoustique fait toujours peur ou suscite des réticences à tout le moins. Pourtant, là comme ailleurs, les réussites existent, les échecs aussi.

Plusieurs connaissent déjà l’existence de l’étiquette québecoise empreintes DIGITALes. Spécialisée depuis huit ans dans les enregistrements de «séquences» électroacoustiques, cette maison possède un catalogue impressionnant qui contient une quarantaine de titres. Les réalisations sonores dont il est question ici en sont quelques-unes parues ces demiers mois.

… un catalogue impressionnant…

La musique électroacoustique résiste au temps

Philippe Tétreau, La Presse, June 14, 1997

«N’ajustez pas votre appareil»

Des quatre récentes parutions, commençons par Kaleidos de Stéphane Roy. Ici les sonorités acousmatiques se présentent avec une rare délicatesse de traitement. Le vacarme y est proscrit. On retrouve plutôt dans les éléments retenus une grande et judicieuse parcimonie qui permet l’affirmarion d’un véritable style. Vitesse, bruissements, tensions mais surtout douceur, douceur qui parfois frise l’assoupissement, pour déboucher — qui sait? — dans le rêve. Roy opte surtout pour des sonorités éoliennes plutôt que pour des valeurs rythmiques. Aussi perçoit-on dans ses réalisations force grains de poussière, des tempêtes de sable où défilent des bribes de tout poil. Dans la pièce Mimetismo qui ouvre le programme, Roy superpose les sonorités de la guitare (celle d’Arturo Parra) aux ondes fugaces des machines. Nait de cette union un mimétisme certain qui se transforme finalement en une osmose.

Vitesse, bruissements, tensions mais surtout douceur…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.