Artists Joanne Tremblay

Joanne Tremblay was born in Baie Comeau (Québec) in 1958. She lives and works in Québec City.

[iii-00]

Joanne Tremblay

Baie-Comeau (Québec), 1958

Residence: Quebec City (Québec)

  • Visual artist (photography)

Folio

Various artists
empreintes DIGITALes / IMED 9004, IMED 9604, IMED 9604_NUM / 1990, 1996

In the press

L’espace et le corps

Jean Dumont, Le Devoir, December 22, 1990

Le corps est considéré, entre autres par nombre de théories de l’apprentissage dans la prime entance, comme étant l’origine même de l’espace qui l’entoure. Les relations qui régissent les rapports entre le corps et l’espace sont donc, pour nous, de la plus haute importance, puisqu’elles sont à la base de notre inscription dans le monde.

On peut y voir à Montréal, pour quelques jours encore, une exposition dans laquelle ce thème est central, sans en être obligatoirement le sujet, et dont l’approche suscite chez le spectateur, et rend indispensable à une pleine compréhension, une part de réflexion sur ce thème.

Joanne Tremblay, une artiste de la vieille capitale, expose, chez Dazibao, de bien curieux sites singuliers, sortes de modèles de structures architecturales, rendus vraisemblables par les photographies d’architectures réelles marouflées à leur surface.

Il n’y a aucun doute que Joanne Tremblay est photographe, c’est elle, d’ailleurs qui a réalisé les 26 polaroïds qui illustrent le disque compact Électro clips, que l’on peut se procurer à la galerie pendant la durée de l’exposition, mais Gaétan Gosselin, l’auteur de son intéressant texte de présentation, va peut-être un peu vite en disant que si l’on soustrayait de l’œuvre l’élément photographique il n’en resterait plus rien.

Plus rien de la part théorique, sans aucun doute, mais une bonne tranche de la partie pratique, de l’expérimentation et du parcours du spectateur au milieu de ces objets, qui auraient perdu leur sens virtuel, mais défini, de maquettes et de représentations, pour retrouver celui, réel, de structures et de signes ouverts à cette étrange comparaison que Proust faisait, à propos de la photo justement: «Je ne vois que cela qui puisse, autant que le baiser, faire surair de ce que nous croylons une chose à aspect défini, les cent autres choses qu’elle est tout aussi bien…»

Pour l’instant, les éléments photographiques sont bien présents, et le parcours réel accentue l’effet de la confrontation avec leur rôle de représentation. Ce pléonasme que constituent les photos, en devenant la simple peau des structures, redoublant de leur illusion les volumes qu’elles recouvrent.

J’ai aimé ces marches de bois, que l’on gravit jusqu’au balcon d’une image… Et ces murs de briques de terre rouge qui marquent le chemin, et dont on retrouve le souvenir atemporel aux parois des structures. Et puis la montée des idées et des commentaires que suscitent, dans les photos-montages, ces corps toujours nus, à la fois étrangers et familiers à ces architectures autant qu’à la mémoire des lieux. Pessimisme existentiel ou politique, nostalgie des origines?

Les sens sont certainement croisés et multiples de ces corps allongés au sommet des destructions, ou grimpant aux parois des silos. Comme si l’homme s’était échappé du jardin d’Éden, avant d’en être chassé et de savoir qu’il était nu. Au Jardin, c’étaient ses origines, et ses liens avec la nature extérieure qui lui étaient étrangers, et là, dans ces montages, ce sont son présent et son futur… Bref, le lien nous manque toujours entre la nature et une culture dont nous continuons à envisager la naissance, non sur le mode naturel de l’avénement, mais sur celui, religieux ou psychanalytique, de l’événement.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.