Artists vivie’ vinçente

“vivie’ vinçent is a lover of silence, an addict of, an advocate for, silence,
this inviolable human right and invaluable asset of life, of music
inside silence music breathes, speaks, weeps, laughs, plays.
how to give music voice through silence, silence, voice through music?
without silence we are deaf to music, to human yearning.
vivie’ vinçent’s agony and ecstacy is to de-still the waves through which music sounds.
still, “care must be taken and attention must be paid,” then music takes wing!
music needs no words. it has voice, independent, strong.
it asks only to be heard, alone and above all
inside the eye of silence
silence, the perfect MUSIC the supreme art.”

[i-03]

vivie’ vinçente

  • Performer (harpsichord)

AKA

On the Web

vivie’ vinçente
  • vivie’ vinçente

Main Releases

isidorart / ISI 01/02 / 1998

In the Press

  • Clément Trudel, Le Devoir, November 21, 1998
    … une disponibilité de se livrer à l’expérimentation…

Libérez le clavecin!

Clément Trudel, Le Devoir, November 21, 1998

Le clavecin servant de support à la musique actuelle? Il ne s’agit pas d’un anachronism. Rencontre avec la claveciniste vivie’ vinçent qui vient d’endisquer 14 œuvres de ce type, dont six sont des compositions acoustiques. Elle nourrit, avec des amis compositeurs tel John Beckwith, le projet de marier le vénérable instrument au banjo, à l’accordéon et à la harpe celte!

Se trouvant des affinités avec Barbara Pentland, compositrice prolifique maintenant âgée de 86 ans et souvent considérée comme rebelle et radicale, vivie’ vinçent vient de lui dédier un album de deux DC dont la première plage s’ouvre sur ostinato et dance, de Pentland; il s’agit de courtes pièces remontant aux années soixante.

Un peu à la manière du peintre Fernand Leduc obsédé par la lumière à travers ses microchromies, la musicienne vivie’ vinçent explore toutes les facettes du silence auquel elle livre les sept dernières minutes du disque (The Idea of Silence). C’est à la faveur de la crise du verglas qu’elle se conforta à l’idée («tous les voisins étaien t partis») qu’un univers où l’on ne blesse pas le silence a son côté paradisiaque: «on a besoin du silence pur imaginer, à l’intérieur, la musique». En entrevue, elle évoquera les propos et les méthodes de travail d’un Glenn Gould qui fuyait l’arène des concerts, préférant modeler à sa manière une œuvre en studio, sans être livré «live» aux mélomanes. Puis soulignera que l’une des œuvres les plus prenantes de Brian Cherney, Déploration, sert d’illustration à cette musique qui peu à peu «devient silence».

Il y avait motif à célébration, hier, pour cette claveciniste méticuleuse qui tint à réaliser elle-même le design de l’album; mais aussi ambivalence, du fait qu’elle émerge d’un «enfer» qu’elle préfère ne pas décrire.

D’un des compositeurs, Pierre Desrochers, qui écrivit pour elle en 1994 Eudoxia, elle dira qu’il fut traité de manière injuste («l’être humain est l’être humain») par un milieu où souvent «on se blesse plutôt que de s’encourger». Desrochers «gagne sa vie comme compositeur de la musique de film», précise-t-on dans une note fournie par le Centre de musique canadienne au Québec (CMC), où l’intéressé dit «être de plus en plus dégouté du milieu de la musique contemporaine au Québec»; mais il s’accroche toujours à la composition «pour l’amour de la musique».

Le lancement se déroulait à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, hier, en même temps que le CMC signalait un nouveau disque (Doberman-Yppan) de Louise Bessette (piano) et Martine Desroches (violon) interprétant la Sonate (opus 58) de Jacques Hétu, en plus d’œuvres d’André Prévost et de Rodney Sharman.

Expérimentations

Mme Vinçent n’est pas la seule claveciniste arrimée au répertoire contemporain — il y a aussi Jane Chapman et Vivienne Spiteri. C’est à cette dernière qu’était destinée la pièce Saumur (Bruce Mather, compositeur et œnologue impénitent) créée l’automne dernier à Toronto. vivie’ vinçent reprend Saumur dans son album - The Door in the Wall…instrumentS d’illusion? étiquette Isidorart — dont l’enregistrement débuta le 2 janvier dernier; Vinçent sut plus tard que c’était le jour anniversaire de Pentland, celle qui parvint à s’échapper d’un cursus trop rigide à la Julliard School de New York et contester son professeur Jacobi pour donner une chance à son style propre.

Ce qui frappe chez Vinçent, c’est une absence d’a priori, une disponibilité à se livrer à l’expérimentation; certaines des pièces sont enregistrées alors qu’on se livre à un déplacement ou choréographie des micros. Elle ne croit pas qu’il faille s’en tenir rigidement aux indications d’un compositeur: «le compositeur a fait sa partie; là, noir sur blanc, se retrouve ce qu’il a imaginé, dans sa tête… il revient à l’interprète — c’est une responsabilité, même une obligation, de faire quelque chose qui joue, qui rit, qui pleure à travers son instrument».

Mais la tension que peut engendrer une demande de «performance» en public fait hésiter la claveciniste: «la musique est quelque chose que l’on ne devrait pas soumettre à des pressions extra-musicales comme le temps, ou les yeux des autres». Consciente des limites de son instrument, vivie’ vinçent croit, par son travail en studio, «libérer la musique jouée au clavecin», recomposer au besoin des œuvres qui n’ont pas été conçues pour clavecin. C’est vers «une musique absolue, une sorte de musique abstraite» qu’elle ose se diriger, la situation pouvant être celle d’un compositeur ne songeant pas à un instrument particulier lorsqu’il crée. Elle prononce même ce que d’autres considéreront comme une hérésie: un «instrument amusical, presque anti-musicale».

Je me sens rassuré d’entendre vivie’ vinçent exposer par la suite sa conviction que «la musique est le plus bel art…elle est moi, je suis elle, les liens avec la musique sont pour moi, maintenant, permanents».

Le titre de l’album est emprunté à une nouvelle de HG Wells (The Door in the Wall) que vivie’ vinçent me narre en détail. Un garçcon errant franchit un jour une porte mystérieuse dans un mur pour, finalement, être rejoint par une dame dont le livre de contes est la réplique exacte de ce que le garçonnet a vécu à ce jour. Il se refusera à aller au-delà de cette page, reviendra dans la réalité pour être sans cesse hanté par une porte verte pratiquée dans un mur blanc et….mais il ne faut pas vendre la chute.

La porte, symboliquement, pourrait être celle du studio où la claveciniste retrouve l’univers sonore qu’elle excelle à façonner, à recréer par fois à l’aide de bandes. Le résultat étonne souvent. Ce collage de pièces choisies et choyées par vivie’ vinçent est une invitation au voyage, au-délà de l’idée reçue voulant que le clavecin soit fait avant tout pour le baroque et le préclassique.

… une disponibilité de se livrer à l’expérimentation…

Blog

  • Micheline Coulombe Saint-Marcoux [June 1981]

    Sound artist vivie’ vinçent (harpsicord) presents … mais le désir d’entendre, at La Sala Rossa (Montréal) from February 8 to 11, 2004. Two distinct concerts featuring works by Pierre Schaeffer, Kaija Saariaho, Micheline Coulombe Saint-Marco…

    Monday, January 19, 2004 / En concert
  • vivie’ vinçente

    At the Synthèse 2002 festival (Bourges, May 31 to June 9, 2002), vivie’ vinçent will project and spatialize the new mix (2002) of Physics of Seduction. Invocation #2, a work for harpsichord and tape written in 1991 by Paul Dolden for vivien…

    Friday, May 31, 2002 / Général

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.