electrocd

Christian Zanési

Deux extrêmes du spectre électroacoustique

François Tousignant, Le Devoir, February 20, 1999

Deux extrèmes du spectre électroacoustique ont fait résonner les premiers concerts de la cinquième édition de Rien à voir: des classiques datant des annees 60 comme des œuvres récentes, voire des créations. Mercredi, Monique Jean proposait un concert relativement costaud qui rendait hommage à Pierre Henry en diffusant quelques extraits de son Apocalypse de Jean. Cette musique se base beaucoup sur le texte, qui sert de pré-texte à la composition. Le geste — en dépit de ce qui, aujourd’hui. il faut bien le noter, a un peu vieilli — reste encore théâtral et assez efficace. Ce qui a gêné, c’est sa diffusion. Malheureusement, Monique Jean n’a pas encore acquis la souplesse nécessaire pour que le maniement de la console soit autre chose sous ses doigts qu’un exercice technique assez raide. Pour ceux qui ont déjà eu la chance d’entendre une belle interprétation de cette pierre de touche du catalogue d’Henry, ce fut assez décevant.

Dans ses propres œuvres, on sent que Monique Jean éprouve le même malaise à laisser sortir sans raideur son message. Car message il y a, ne serait-ce que par les propos revendicateurs des textes qu’elle utilise. Si, chez Henry, les écrits de Jean servent d’amorce à une musique qui transforme et actualise le propos, chez Monique Jean, il sert trop de contexte. Le verbe écrase alors son enrobage musical, et la composition, au lieu d’offrir une vision du monde se contente d’être une carte postale. J’entends par là que lorsqu’on en reçoit une, la photo est souvent jolie, mais ce qui intéresse davantage, c’est le message, même un peu convenu, qu’un ami a noté au verso.

La musique de Monique Jean laisse entrevoir un certain feu, mais sa pudeur un peu gauche et la sonorisation défaillante en empêchent encore l’épanouissement. Lueur d’espoir, sa dernière composition, Danse de l’enfant esseulée, qui fut créée. Le geste s’affirme, la rhétorique s’assouplit, une réflexion sur le matériau et la composition s’amorce.

Le petit BIG BANG de Marcelle Deschênes, tout joli qu’il soit avec ses effets maîtrisés, oblige à un constat général dans le répertoire: celui de la construction des œuvres. Alors que les acousmaticiens excellent généralement dans les longues fresques Iyriques ou les miniatures concentrées, cet art tâtonne encore pour résoudre le problème de la forme moyenne, celle dont la durée va de cinq à quinze minutes environ. Ou bien on délaye trop le matériau (miniature artificiellement gonflée), ou bien on n’arrive pas à en articuler les potentialités auditives (fresque avortée); il y a, dans cette tranche de temps à organiser, comme un seuil critique dont les compositeurs semblent être conscients, eux qui écrivent surtout pour cette plage temporelle, actuellement, et qu’ils tentent de résoudre.

La preuve en est le répertoire proposé jeudi par le Français Christian Zanési. Son Grand Bruit, œuvre renversante et prenante, nous a fait découvrir non seulement un compositeur original et fort, dominant son matériau et l’amenant dans ces régions où il nous parle intimement, mais encore un sonorisateur de grand talent. Cette musique prend le temps de prendre le temps, de l’ériger en poème (ce qui signifie lui ouvrir des zones de sens inhabituelles) et de le mettre en espace avec intelligence, sans redondance d’effet.

Pendant vingt bonnes minutes, il nous tient captif de ses arabesques et de ses trouvailles. À partir de la plus banale experience — un déplacement en métro pour aller du studio à la maison — il atteint à la grandeur et à la beauté. Après une telle réussite, les deux autres pièces furent légèrement plus minces, même si on a apprécié son art de la diffusion.

Coup d’éclat le Poème électronique, de Varèse, entendu sur l’orchestre de haut-parleurs. Que cette musique prend une autre dimension dans l’espace! Curieusement, malgré certains tics d’époque qui vieillissent, sa force reste toujours aussi moderne; le génie de Varèse sonne toujours aussi irréductiblement neuf. En ce cas, on aurait apprécié un peu plus d’audaces dans la sonorisation (c’est-à dire l’interprétation). Une tiède réserve face au plaisir entendu.