Post

Alain Thibault: une passion à faire partager

Daniel Rolland, SOCAN, Le Compositeur Canadien, March 1, 1990
Thursday, March 1, 1990 Press

Alain Thibault est venu à la musique contemporaine comme d’autres parviennent à la musique classique tonale, c’est-à-dire naturellement. Comme son tempérament l’amène à aller à contre-courant de tout, la musique d’avant-garde ou post-moderne se devait d’être pour lui un créneau d’expression fait sur mesure.

Natif de Québec, Alain Thibault commence des études en musique à l’Ecole de musique de l’Université Laval, formation qu’il complète à Montréal aux facultés de musique des universités de Montréal et McGill. S’il a eu Serge Garant comme professeur, c’est à Marcelle Deschênes qu’il doit une partie de son parcours théorique en musique électroacoustique.

En 1982, il remporte un prix dans la catégorie musique électroacoustique lors du Concours national des jeunes compositeurs de Radio-Canada pour sa pièce Sonergie. Ses œuvres ont été présentées notamment en France (Festival des musiques expérimentales de Bourges), à Montréal (concerts de la SMCQ), à Toronto (Ontario Science Centre), et à Vancouver (Conférence sur les arts par ordinateurs et sur la créativité, “Digicon’85”). Depuis 1984, il enseigne les techniques de la musique électroacoustique à la faculté de musique de l’Université de Montréal.

«À la maison, j’écoute bien sûr tout ce qui se fait en musique contemporaine mais aussi la musique pop. Pour une raison très simple, c’est que l’industrie de la musique populaire a les moyens financiers de s’accaparer tous les nouveaux instruments électroniques, et pour moi, c’est une façon de suivre l’évolution de la technologie,» de raconter le compositeur.

En février dernier, Rivage à l’abandon, une pièce composée par Thibault, fut présentée au Musée d’art contemporain de Montréal par la troupe de théâtre Carbone 14. Cette pièce, écrite par l’auteur allemand Heiner Müller, s’inscrivait dans le cadre de l’exposition Blickpunkte, événement co-produit par le Musée d’art contemporain et le Gœthe-lnstitut de Montréal. Si le pouvoir des mots a frappé, la musique cette fois a réussi tout autant.

À l’entendre parler de sa passion pour la musique contemporaine, on serait porté à croire qu’il est du genre à prôner qu’hors de celle-ci il n’y a point de salut. Au contraire, et le sourire en coin, il reconnaît qu’à côté de véritables chefs-d’œuvres voisinent des compositions carrément indigestes. «Pour aimer la musique contemporaine, dit-il, il faut le désir d’écouter des choses nouvelles. Je veux que la musique moderne m’atteigne tant au niveau physique que cérébral.» Sous cet angle, il a bien démontré au plan sonore ce qu’il veut dire. Gilles Maheu, le fondateur et la tête dirigeante de Carbone 14, a tout de suite compris que c’est l’homme qu il lui fallait après avoir entendu Le soleil et l’acier, pour soprano et bande sonore. La compréhension a été mutuelle entre eux deux, c’est que chacun est d’accord à ce que la musique au théâtre ne soit plus une chose fonctionnelle, un décor sonore mais qu’elle participe pleinement à la mise en scène.

Alain Thibault n’a pas fini de faire parler de lui. Son disque compact, dont la sortie est prévue pour fin avril sur étiquette empreintes DIGITALes, regroupe cinq de ses compositions: Le soleil et l’acier, Le Concerto pour piano MIDI, E.L.V.I.S. (en compagnie de Walter Boudreau), quatre extraits de son opéra-vidéo Out, et un extrait de God’s Greatest Gift. Il entame la création d’une pièce pour le violoncelliste Claude Lamothe, et Gilles Maheu laisse planer des associations pour le futur. La musique contemporaine le fait vivre humblement et Alain Thibault n’a d’autre mission que de la rendre davantage accessible.

La musique contemporaine le fait vivre humblement et Alain Thibault n’a d’autre mission que de la rendre davantage accessible.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.