Post

Ring-modulation

Kasper T Toeplitz, Revue & Corrigée, no. 122, December 1, 2019
Friday, January 3, 2020 Press

[…] Les acousmaticiens aiment bien aussi les sons des locomotives: entre soupirs féminins, cris d’enfants et locomotives, il y a là un sujet de musicologie qui n’attend que d’être développé… Le compositeur (belge) Todor Todoroff travaille depuis des années dans la musique électronique, principalement sur son versant digital. Il programme ses ordinateurs, développe des systèmes de captation du geste, il est également «ingénieur civil en télécommunications» – comme si j’avais idée de ce que ça recouvre! Mais enfin, ça aide à penser qu’il sait ce qu’il fait en écrivant du code, et en écrivant sa musique également: il y a une aisance et un savoir-faire évidents, au point que cela m’étonne même que son Univers parallèles soit, à ma connaissance, le premier album sous son nom (bien qu’il y ait aussi plusieurs compilations sur lesquelles figurent de ses compositions). C’est donc un gars qui est là depuis longtemps, qui produit de la musique solide, qui a tracé un chemin musical qui lui est propre (parfois également pas loin de la danse contemporaine) – mais je ne m’attendais pas du tout à le mentionner en parlant de la voix. Il y a bien sur ces Univers parallèles la composition Obsession, dans laquelle apparaissent des voix (de jeunes femmes, oui, et dans un timbre à la limite du chuchoté, avec en tout cas ce grain de voix là) – un beau travail, un savoir-faire, mais rien de renversant. Sauf que le dernier morceau du disque, Requiem for a City, change complètement la donne, hisse l’écoute à un niveau d’émotion insoupçonné. En fait, c’est une musique que Todoroff a écrite suite aux attentats au Musée juif de Bruxelles (2014), puis ceux de Charlie Hebdo et du Bataclan à Paris (2015), et enfin ceux du métro bruxellois en 2016, lors desquels l’une de ses amies, «jeune violoniste et musicologue», a été assassinée. Les voix qu’il utilise sont celles des témoins et victimes, telles que tirées des divers reportages radio et TV, auxquelles s’ajoutent des matières électroniques (synthés analogiques, précise-t-il, mais comme il parle également de synthèse granulaire et que celle-ci n’est que digitale, me semble-t-il, on peut en déduire qu’il n’a pas totalement abandonné ses outils habituels). Et ce Requiem for a City, par son sujet sans doute, mais également et surtout par son traitement, par la crudité (sonore) des voix et des autres matières musicales, et enfin par la construction d’ensemble, est juste un concentré d’émotion – de ceux qui laissent du poids au silence qui suit, qui ne donnent pas envie de «mettre autre chose», qui créent comme un vide intérieur. […]

Requiem for a City, change complètement la donne, hisse l’écoute à un niveau d’émotion insoupçonné.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.