Post

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, January 5, 2020
Monday, January 6, 2020 Press

Le son est un matériau que les musiciens traitent et maltraitent, pour en extraire des substances aux variations multi-directionnelles, en fonction de là où ils veulent l’entrainer.

C’est sur les territoires des l’expérimental et de l’électroacoustique que Stéphane Roy opère, regroupant les sources sonores et les field recordings, pour les coller et offrir des géographies accidentées, éprises de science-fiction et d’aridité spatiale.

L’inaudible rassemble des œuvres composées entre 2008 et 2014, le tout formant un ensemble à la cohérence forte, de par les atmosphères développées tournant définitivement le dos à la détermination et la délimitation, pour se laisser porter par le seul flux créatif.

L’artiste offre des œuvres aux contours sculptés dans l’énergie de notre époque, grossissant l’infiniment petit, pour le mettre en exergue aux cotés d’un quotidien harassant, devenu sourd à nos oreilles. Un concentré de textures ordinaires pour une plongée dans l’extraordinaire.

Un concentré de textures ordinaires pour une plongée dans l’extraordinaire.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.