Blog

Alain Thibault, de Janet Jackson à Stockhausen

Alain Brunet, La Presse, April 29, 1990
Sunday, April 29, 1990 Press

«Ça fait du bien de mettre ça à jour», lance Alain Thibault, compositeur électroacoustique. Bien qu’il n’eût pas encore endisqué depuis le début de sa carrière, son travail a toutefois été suivi par les médias. Le caractère spectaculaire et punché de ses œuvres y est pour quelque chose.

Lancé sur la nouvelle étiquette empreintes DIGITALes, le disque Volt est en quelque sorte le résumé de cette demi-décennie de création.

Disséquons rapidement. Dans la pièce E.L.V.I.S., le Quatuor de saxophones de Montréal (dont les arrangements sont signés Walter Boudreau) peut se juxtaposer à un amalgame hautement technologique. D’autre part, la soprano Pauline Vaillancourt bien connue dans les milieux institutionnels, combine ses talents vocaux à l’œuvre Le soleil et l’acier. Par ailleurs, le pianiste Jacques Drouin s’exécute dans trois mouvements d’une pièce intitulée Concerto pour piano MIDI; ce nouveau concept de liaison entre un piano de concert et des synthétiseurs sophistiqués semble très séduisant. Outre cette «bi-énergie» (humaine et technologique), des œuvres comme Volt et Out révèlent les facettes exclusivement synthétiques de Thibault. On sait qu’une portion de ces œuvres ont été crées pour des événements multimédia. Sans les images, on peut maintenant évaluer leur autonomie.

«En début de carrière, je ne jurais que par les machines. Mon souci était d’abord de faire une création avec les nouvelles technologies de studio. Maintenant, je mise aussi sur l’élément humain. Les musiciens participent à mes compositions, j’aime sentir leur présence», soutient le créateur, qui s’associe dorénavant aux instrumentistes classiques pour étoffer son travail.

Thibault a aussi collaboraé avec des créateurs en art visuel, en danse et en théâtre. Il a récemment signé des musiques pour la troupe Carbone 14.

D’entrée de jeu, le compositeur se démarquait des autres électroacousticiens, surtout par le caractère rythmique de son travail. Les références en musique pop trouvaient une niche dans une approche pourtant soutenue par les milieux institutionnels de la musique dite sérieuse.

Thibault fait partie de cette nouvelle génération de compositeurs qui n’ont aucun scrupule à mêler les enseignèments de Pierre Boulez, György Ligeti, Karlheinz Stockhausen, Frank Zappa, Jimi Hendrix, Yes ou Miles Davis. L’artiste de 32 ans apprécie même le travail compositionnel de Janet Jackson!

Critique

Félix Légaré, Voir, April 12, 1990
Thursday, April 12, 1990 Press

Deuxième album lancé par cétte nouvelle étiquette montréalaise consacrée à l’électroacoustique. Cinq créations composées entre 1985 et 1989. Synthèses numériques et prise de son trafiquées composent une série d’images musicales mouvantes et abstraites.

empreintes DIGITALes laissera certainement sa marque

Carol Bergeron, Le Devoir, April 7, 1990
Saturday, April 7, 1990 Press

Né en 1955 à Québec, Normandeau se consacre à l’électroacoustique avec autant de détermination que Calon, son ainé de cinq ans. Lui aussi semble irrésistiblement attiré par ce qu’il appelle «la libération des espaces intérieurs».

Il va chercher chez des maîtres électroacousticiens français comme François Bayle, Francis Dhomont ou Bernard Parmegiani, à la fois l’inspiration et le désir de poursuivre encore plus loin l’investigation d’un monde sonore encore plein de promesses.

A propos de leurs musiques — auxquelles il ajoute celle de Calon — il affirme «qu’elles l’aident à vivre en ce qu’elles lui font découvrir des zones inexplorées qui s’ouvrent devant lui comme des lieux de recueillement et de méditation.»

Réunies sous le titre Lieux inouïs, les cinq pièces gravées sur disque de Normandeau représentent l’essentiel de son œuvre, du moins, de ce qu’il tient à diffuser. Et, soit dit en passant, la réalisation technique est ici supérieure au disque de Calon en ce que les bruits de bande ont été totalement effacés.

Le langage est celui d’un magicien des sons. On en revient à la comparaison avec Ravel. Normandeau transforme une chose apparemment banale comme un claquement de porte (Rumeurs) en une cellule rythmique qui se modifie et qui chaque fois déclenche des images sonores variées et superbes. Ce sont des portes qui en se fermant derrière nous, nous obligent à continuer d’explorer un microcosme habité par le compositeur.

Ailleurs, dans Mémoires, on admire comment des bribes de plusieurs requiems se sont intégrées jusqu’à se fondre à sa substance même de la trame sonore. Nous sommes aussi fort heureusement débarrassés de la «citationite» cette plaie qui ronge tant de pièces contemporaines. C’est sans doute que Normandeau possède l’étoffe d’un compositeur capable de se forger une langue propre, capable d’exister par la propre force de son talent.

Ainsi, les deux premières éditions d’empreintes DIGITALes s’inscrivent-elles au palmarès des réussites. Le prochain laser rassemblera des œuvres d’Alain Thibault, un autre électroacousticien québécois fort doué.

Le langage est celui d’un magicien des sons.

La naissance d’une étiquette électroacoustique

Alain Brunet, La Presse, April 1, 1990
Sunday, April 1, 1990 Press

Jean-François Denis, compositeur et initiateur de l’étiquette empreintes DIGITALes, prêche pour sa paroisse. Une jeune paroisse.

Le disque du compositeur Robert Normandeau vient tout juste d’être lancé sur empreintes DIGITALes. Un enregistrement de Christian Calon a préalablement été mis en marché et l’on prévoit deux autres galettes d’ici quelques mois: le compositeur Alain Thibault et une compilation d’«Istantannés électro» figurent au menu.

C’est beaucoup pour un label si frais.

«Il y a environ 300 000 amateurs de musique contemporaine en Amérique du Nord. Alors pourquoi ne pas tenter notre chance?», soutient Denis. Pas si bête, le jeune homme.

De concert avec un autre artiste montréalais, Claude Schryer, Jean-François Denis a senti l’urgence de mettre à jour le travail d’une foule de créateurs, dont l’ébullition se limite à un cercle d’initiés, regroupés autour d’un petit organisme — l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ); petit cercle qui peut devenir vicieux, à force de fermenter dans la même marmite.

On sait également que l’approche électroacoustique est un certain prolongement institutionnel de la musique contemporaine de tradition européenne; au lieu de l’orchestre, le compositeur dispose de toute la batterie des sons rendus possibles par l’électricité et l’électronique. Un genre sérieux, cela va de soi.

Or jusqu’à une date récente, il n’existait aucun label électroacoustique sur le continent, et ce malgré l’activité de nombre de compositeurs. «À Montréal, plusieurs d’entre eux sont laissés pour compte et gagnent pourtant des prix à l’étranger. C’est le cas des Robert Normandeau, Christian Calon, Gilles Gobeil, Stéphane Roy, Mario Rodrigue, Marcelle Deschênes, Francis Dhomont, Jean Piché, Michel A Smith, Yves Daoust, etc.», d’énumérer le patron d’empreintes DIGITALes.

Denis ajoutera que plus d’une vingtaine de projets seraient endisquables dès maintenant. «Un disque électroacoustique ne coûte pas cher car les créateurs disposent de leurs propres studios, avec tout l’équipement nécessaire».

D’accord. empreintes DIGITALes devra maintenant faire ses preuves, car elle plonge dans une aventure totalement inconnue. Et puis, le fait qu’aucune firme n’ait risqué l’aventure n’est-il pas un facteur symptomatique?

«C’est le phénomène Hygrade, rétorquera Denis. Si on offre un produit de qualité, on en voudra davantage». Et on est loin de parler de «fast food».

empreintes DIGITALes devra maintenant faire ses preuves, car elle plonge dans une aventure totalement inconnue.

Le premier disque de Robert Normandeau

Alain Brunet, La Presse, April 1, 1990
Sunday, April 1, 1990 Press

Lieux inouïs, le disque de l’électroacousticien Robert Normandeau, était lancé dans un lieu incongru. Pas nécessairement inouï, mais inusité.

Le concept est intéressant: goûter de savants brassages sonores au Planétarium Dow, dont le nom rappelle des brasseurs autrefois célèbres…

Sous les étoiles et les dispositives du Planétarium, on plane. On risque certaines turbulences, mais on plane quand même. Évidemment, tout dépend du point de vue où l’on se place.

«Je tiens à cueillir mes sons moi-même, souligne Normandeau. Chacun d’entre eux ont une histoire. Je ne me sers presque pas des synthétiseurs». Surprenant, pour un genre qui semble embrasser les plus neuves technologies.

Le centre de l’actuelle démarche de Normandeau consiste en un projet intitulé «Cinéma pour l’oreille». «Ce qu’on a compris du cinéma peut parfois étre transposé dans le langage musical. C’est ce qui m’intéresse: raconter des histoires à partir des sons. Chacun peut y percevoir ce qu’il veut bien y piger».

Son premier disque rassemble l’essentiel de son travail créatif depuis 1985. Ajoutons que notre homme est le premier étudiant inscrit au doctorat en électroacoustique à la faculté de Musique de l’Université de Montréal.

Au terme de notre courte conversation, je lui dit que mon séjour au Planétarium a, somme toute, été couci-couça. Il me suggére d’écouter Lieux inouïs sans support visuel. D’accord, on essaie. C’est effectivement mieux.

En ce qui me concerne, les plus beaux moments de cette musique sont ceux où le présent experimental se lie avec le passé classique; de très beaux chants sont ainsi repris et traités avec circonspection! Pour ce qui est du reste je sens que tout cet échafaudage manifeste énormément de travail, certes mais camoufle un peu trop le fondement du propos, le centre emotionnel de l’œuvre.

Remarquez que je suis un pur néophyte dans ce domaine qui ne m’a pas encore totalement séduit. Mais il y a tout un milieu de créateurs qui s’acharnent à faire proliférer le genre, donnons donc la chance aux coureurs.

… les plus beaux moments de cette musique sont ceux où le présent experimental se lie avec le passé classique…

Le trésor de la langue: Un Québec éclaté

Marc-André Houle, Rebelles, April 1, 1990
Sunday, April 1, 1990 Press

Une œuvre artistique qui traduit la réalité sociale dans toute sa globalité mérite qu’on lui porte attention et analyse. Sensible à son époque et à l’histoire, René Lussier a surmonté le défi de nous entretenir de la langue sans tomber dans les platitudes nationaleuses. Sa fresque musicale, Le trésor de la langue, sortie en format vinyle et en disque compact au mois de janvier dernier, pose les bal ises du Québec contemporain et virtuel, une culture québécoise à plusieurs dimensions qui ne s’épuise pas à la seule question linguistique.

Une œuvre à plusieurs sens

D’emblée, Lussier nous propose un projel musical complexe et aventureux: découvrir pour chaque syllabe, la note musicale qui y correspond, pour en arriver à faire jouer la musique qui se cache derrière les mots et la parole. D’où un patient travail pour extraire la musique du verbe enregistré auprés des gens rencontrés au fil du projet, en plus d’une cueillette d’extraits sonores célèbres: Ie discours du général de Gaulle à l’Hôtel de Ville de Montréal en 1967, la lecture du manifeste du FLQ par Gaétan Montreuil en 1970, Maurice Duplessis, Michel Chartrand, etc.

Les voix se trouvent accompagnées par un instrument, le plus souvent la guitare ou le violon, donnant l’impression de chants. L’interaction parolel musique est à ce point forte qu’on se demande, aprés écoute, si ce n’est pas plutôt la parole que l’auteur a voulu coller à une musique déjà écrite. Mais alors que cette musique seule pourrait se justifier, si l’on accepte l’idée d’ume musique contemporaine où les notions de mélodie, d’harmonie et de rythme sont différentes, le lien parole/musique enchâssé dans une tapisserie musicale bigarrée produit une œuvre puissante par les multiples chemins ainsi créés.

Avant tout, cette musique générée par les mots ne suit pas une trajectoire bien déterminée lorsque jouée sans paroles. La direction musicale indécise s’accentue davantage puisqu’une phrase répétée n’est jamais pareille. C’est donc vers le hasard que nous conduit le travail de Lussier.

Autre piste explorée dans Le trésor de la langue: les nombreux styles musicaux employés pour l’orchestration des extraits sonores. Lussier s’est servi du rock, du blues, du jazz et, parfois, de références plus contemporaines. Mais la présence très forte de la guitare -classique et électrique- instrument qu’il pratique, nous ramène plus souvent au rock. Imaginez alors le discours du général de Gaulle en 1967 dans une armosphère à la Jimi Hendrix, la lecture des résultats du rétérendum de 1980 sur du blues ou un discours de Michel Chartrand scandé au rythme du rock’ntroll… Il s’agit d’un rock «fucké» où l’auteur mélange les enregistrements, joue sur leur vitesse, superpose les discours, fait alterner les formes musicales.

En continuation directe avec le travail entrepris ailleurs (voir REBELLES, vol. 1, no. 4), Lussier laisse une place majeure à l’improvisation des instrumentistes, relançant toujours plus loin la dialectique de l’improvisation et de la composition dans une œuvre. Ce n’est pas sans me rappeler, avec bonheur, la musique de Frank Zappa et de John Zom dont les ponts communs sont la simultanéité, la discontinuité et la diversité des sources sonores et musicales, et bien sûr l’humour.

Le travail de studio (entre autre, le mixage) est partie intégrante de la conception générale. L’audition avec casque d’écoute permet de constater la vivacité musicale, la séparation puis l’assemblage entre les paroles et leur mélodie particulière, ainsi que les différentes orchestrations. Bref, pour qui veut y porter attention, la pièce a des richesses qui se laissent découvrir en plusieurs moments.

Politique?

Telle une odyssée, Le trésor de la langue plonge dans la quête de l’identité. En faisant alterner des gens qui répondaient à la question «Est-ce important de parler français au Québec?» et des extraits d’événements politiques qui ont marqué le Québec des quarante dernières années, Lussier nous introduit dans une réflexion intégrant la bagarre linguistique et la lutte politico-sociale pour l’indépendance du Québec.

À un niveau plus profond, il montre l’identité culturelle et sociale du peuple québécois dans leur appropriation originale de la langue française et les modalités de sa survie dans un contexte nord-américain d’acculturation. Le langage quotidien des gens, une manière de «dire» les mots qui se découvrent à l’aide de leur musicalité mise à nue; voilà le miroir qu’il nous offre en effectuant un travail d’archéologue par l’exposition des «différents accents de la langue parlée au Québec», qui se voulait son projet originel. Par le texte de Richard Desjardins, Qui se souvient, Lussier nous rappelle plus Ioin la tragique et lente destruction des peuples amérindiens du Québec. Comme quoi le prix à payer pour la survie des Québécois-e-s a été refilé aux Premières nations du territoire.

Une radiographie sociale

Gagnant du prix Pani-Gilson- 1989 de la Communauté des Radios Publiques de Langue Française (CRPLF), René Lussier a réussi un exploit hors du commun. Il faut comprendre que le thème, la langue parlée au Québec (que plusieurs, au sein de la francophonie, considérent tout juste comparable à un dialecte du français de Paris) et le style de musique «actuelle» que préconise Lussier, défoncentt les barrières admises dans ce genre de concours. Sans compter que l’œuvre a été choisie par Radio-Canada pour représenter le pays!

Le véritable tour de force tient dans le résultat percevoir, aprés l’absorption d’une telle musique, la radiographie vivante d’une société. Percevoir le présent et les contours du futur; l’actualité de ce qui est proposé dans Le trésor de la langue ainsi que ce qu’il nous amène à entrevoir, dépassent les horizons. Espace politique à reconquérir, langue à détendre, culture à ouvrir, identité à redéfinir, incertitude… Ce n’est plus il y a trente ans, ni dix ans, c’est l’urgence d’aujourd’hui.

… c’est l’urgence d’aujourd’hui.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.