Blog

Création de Sur champ d’azur au Grand Auditorium de Radio France

Jacques Lonchampt, Le Monde, April 1, 1986
Tuesday, April 1, 1986 Press

Un peu marginalisée, la musique électroacoustique (dite anciennement électronique ou concrète) n’en continue pas moins de montrer une grande vitalité, avec des créateurs nombreux à travers la France: le récent concert du Cycle acousmatique, organisé par le Groupe de Recherche de l’Institut National de l’Audiovisuel, présentait trois œuvres remarquables […] Sur champ d’azur, de Patrick Ascione (1953), plus purement musical, est une immense composition symphonique, plein ciel, sur de grandes orbes lumineuses, des tambourinages frénétiques, des chants d’oiseaux électroniques; une virtuosité d’écriture assez prodigieuse allie de superbes mouvements avec un travail de détail joliment ouvragé, une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

… une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

[À propos de Lux]

Walter Boudreau, Le Devoir, January 18, 1986
Saturday, January 18, 1986 Press

[…] Quand le concert devient fête, personne ne se plaint de ce qu’on y joue de la musique contemporaine. Il n’y a qu’à s’en rapporter à l’expérience récente tentée par la SMCQ, au Spectrum, pour s’en convaincre. Le succès qu’a remporté notamment (Lux) prouve que la formule mérite toute notre attention. […]

[À propos de Lux]

Georges Nicholson, Radio-Canada: Présent musique, December 31, 1985
Tuesday, December 31, 1985 Press

[…] Je ne sais pas si j’ai entendu de la musique ou si j’ai vu un spectacle tant tout était parfait. Pendant vingt minutes, j’ai complètement décollé, j’ai oublié que j’assistais à quelque chose. C’était l’émerveillement d’un enfant. […]

[À propos de Lux]

Jean-Philippe Beaudin, Le Devoir, December 7, 1985
Saturday, December 7, 1985 Press

[…] Lux a été une expérience sonore et visuelle tout simplement éblouissante. On n’est pas prêt d’oublier cet extraordinaire ballet kaléidoscopique qui a été une véritable fête pour l’œil et pour l’oreille. Devant l’ampleur d’une telle réussite, on peut se demander si la simple formule du concert rend vraiment justice à la musique dite contemporaine… Une œuvre «multimédia» comme Lux, que nous sommes presque tentés de qualifier de chef d’œuvre, a certainement de quoi séduire les auditeurs qui se montrent les plus récalcitrants à la musique moderne. […]

… extraordinaire ballet kaléidoscopique…

[À propos de Lux]

Claude Gingras, La Presse, December 6, 1985
Friday, December 6, 1985 Press

[…] Les blocs qui bougent et le son qui envahit la salle se complètent, il y en a pour l’oreille autant que pour l’œil. […]

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.