electrocd

Blog

Utility Fog

Peter Hollo, FBi Radio, November 21, 2021
Monday, November 22, 2021 Press

[…] Montréal composer Louis Dufort has been a force in acousmatic music since the 1990s. It’s fascinating to hear the way the more recent electronic music of “the academy” ingests and de-contextualises the electronic music of the dancefloor in its own way. Via empreintes DIGITALes, Into the Forest collects works from Dufort from the last five years inspired by walks in the mountains and forests of Canada, and renders the experience of nature - its pleasures, comforts, and horrors and majesty - through highly artificial means, recalling (in its own way) the bass-heavy distorted electronics of Vladislav Delay’s recent Rakka duology. On this particular 10-minute track [Into the forest my wounded arms wide open], fast-paced glitchy stereophonic electronic beats compete with digitized field recordings and synth pads; elsewhere sub-bass drops accentuate static-filled landscapes. I can only imagine how experiencing these works in surround sound in large soundsystems would inspire the kind of awe they are themselves inspired by. […]

… imagine how experiencing these works in surround sound in large soundsystems would inspire the kind of awe…

Robert Normandeau: toujours rien à voir à l’horizon et… tout à écouter

Alain Brunet, PAN M 360, October 14, 2021
Sunday, November 14, 2021 Press

Nous voilà 30 ans plus tard, trois décennies après nos premières conversations avec le compositeur, pédagogue et directeur artistique Robert Normandeau. Et 17 festivals Akousma plus tard.

L’interviewé de PAN M 360 est issu de la deuxième génération de la communauté électroacoustique, ayant succédé à la première frange montréalaise des Micheline Coulombe Saint-Marcoux, Marcelle Deschênes, Gisèle Ricard, Yves Daoust, Philippe Ménard, Francis Dhomont (rentré en France depuis 2004).

Au tournant des années 90, la communauté électroacoustique québécoise se scindait en deux tendances, l’une encline à l’art multimédia et l’autre fidèle aux vertus de la diffusion acousmatique, c’est-à-dire sans l’image.

Rien à voir, telle était l’approche du premier festival Akousma, fondé par Robert Normandeau, Jean-François Denis et Gilles Gobeil. L’autre tendance lança le festival Élektra, fondé et dirigé par le compositeur Alain Thibault.

Longtemps perçu comme l’antre des purs et durs de l’électroacoustique, Akousma demeura un événement confidentiel pour finalement remporter l’épreuve du temps sous la gouverne artistique du compositeur Louis Dufort. En témoignent les salles pleines du 17e Akousma et l’équilibre atteint entre la poursuite d’une tradition et la porte ouverte aux tendances les plus vivifiantes de l’électro fondamentale. Voilà une des innombrables preuves qu’une bonne piste de création peut mettre beaucoup de temps à être balisée.

En cette dernière soirée Akousma, cette fois consacrée aux pionniers de la profession pour commémorer un 30e anniversaire, il appartient à Robert Normandeau de faire le point sur sa pratique artistique, dont une œuvre récente est présentée à l’Usine C ce vendredi 15 octobre.


PAN M 360: Satisfait des réalisations et du rayonnement du festival dont tu es un des instigateurs et le tout premier directeur artistique?

Robert Normandeau: 30 ans de production de concerts, c’est beaucoup de souvenirs, beaucoup de rencontres et plein de belles et durables amitiés un peu partout dans le monde. Nous avions créé Réseaux des arts médiatiques (c’est le nom sur les Lettres patentes…) à une époque où on voyait disparaître peu à peu des salles les musiques électroacoustiques de concert. Les organismes de l’époque préférant le live, les installations et la vidéomusique. Encore à ce jour, Akousma (c’est son nom usuel aujourd’hui) demeure le seul producteur de ce genre musical au Canada. Ce qui a changé en 30 ans c’est qu’à peu près tout le monde fait au moins peu d’électro dans sa programmation régulière. Alors, oui, sur ce plan on peut dire que c’est gagné, que l’électro n’est plus ghettoïsé dans un coin obscur de l’activité culturelle. Et après avoir «erré» de salle en salle pendant des années, Akousma s’est installé à l’Usine C sous la férule de Louis Dufort et de Réjean Beaucage, ce qui est sans doute l’un des plus beaux écrins pour la musique qui y est présentée.

PAN M 360: Les pionniers d’alors étaient considérés comme des protagonistes de la branche électronique de la musique contemporaine. Quelle est ta perception aujourd’hui?

Robert Normandeau: Les pionniers comme tu dis (Deschênes, Daoust, Dhomont, Coulombe Saint-Marcoux et autres) étaient en fait des compositeurs issus de l’instrumental qui ont fait le saut en électroacoustique. Certains sont restés à demeure, d’autres ont vagabondé. Nous trois (Denis, Gobeil et moi), sommes des «purs»! En ce sens que, essentiellement, nous avons construit nos œuvres et nos pratiques presque exclusivement en électroacoustique. C’est un luxe qu’on peut se permettre lorsqu’on vit à Montréal… ou en Europe. Ailleurs en Amérique du Nord, c’est pratiquement impossible. Trop peu de structures professionnelles, trop peu d’opportunités de jouer en concert, trop peu d’aide aux artistes. Bien que nous soyons plutôt du côté de la musique acousmatique, la situation culturelle à Montréal est encore meilleure qu’elle ne l’était en 1991. Certes, la jeune génération ne pratique plus beaucoup la musique acousmatique, remplacée par toutes les autres déclinaisons du genre, mais les opportunités de jouer, de participer à des créations collectives (danse, théâtre, installations) se sont multipliées. Et en revoyant des ancien. nes étudiant. es au festival cette semaine, je constate que nombre d’entre eux. elles, après avoir terminé leurs études il y a plusieurs années, sont encore actif. ves dans le milieu. C’est très réjouissant de constater cela.

PAN M 360: On pourrait en parler longtemps mais peux-tu esquisser une brève comparaison entre la programmation 1991 et la programmation 2021?

Robert Normandeau: En 1991, et par les années suivantes, soit jusqu’en 2005, première édition d’Akousma, notre programmation était principalement dédiée à la musique acousmatique, présentée sur des orchestres de haut-parleurs. Notre première série régulière se nommait Rien à voir. Il n’avait en effet rien à voir, mais surtout, elle n’avait rien à voir avec la musique instrumentale! Nous y avons fait venir – la présence des compositeurs était essentielle pour nous – des artistes dont nous aimions les musiques et qui habitaient un peu partout sur la planète. Lorsque nous avons fondé Akousma, c’était pour élargir notre horizon d’une part, et parce qu’on se rendait bien compte que la pratique changeait, même chez des compositeurs acousmatiques. On a donc incorporé le direct, les installations, la vidéomusique, la danse par exemple. Et qu’on retrouve-ton à Akousma cette année? Un peu de toutes ces pratiques, avec une forte présence de la musique acousmatique! C’est qu’au fond, d’une direction artistique à l’autre, ce qui est demeuré chez nous, c’est l’idée de présenter des musiques de concert, dans les meilleures conditions possibles. Après l’éclipse créée par la pandémie, on se rend bien compte aussi que le rituel de l’écoute en salle, entouré d’auditeurs attentifs, demeure une expérience irremplaçable.

PAN M 360: Parlons de tes œuvres au programme. D’abord L’engloutissement (16:25), que tu expliques ainsi dans les notes de programme:

«Le titre L’engloutissement m’est venu de la lecture du livre de Francisco Goldmann, Say Her Name, lu au Mexique où le livre se déroule en grande partie. Récit de la mort de sa jeune femme survenue sur le bord de la mer, ce livre m’a renvoyé à un événement personnel survenu à l’été 2012 où, bien qu’excellent nageur, j’ai failli me noyer. L’engloutissement est celui ressenti dans l’eau, prisonnier de l’eau où, à trois reprises, je suis arrivé à remonter à la surface, pour ensuite redescendre vers le fond, coincé dans une structure trop lourde. C’est une expérience que je n’avais jamais vécue et qui, curieusement, était exempte de la peur qu’on peut imaginer ressentir dans de telles circonstances. Je m’en suis finalement tiré sain et sauf, avec une migraine intense.

Le seul traitement sonore utilisé ici a été l’extrême ralenti. C’est un hommage à l’artiste américain Bill Viola, dont la rétrospective vue au Grand Palais à Paris en 2014 m’a profondément touché.

L’engloutissement est une œuvre immersive, destinée à être présentée dans un dôme de haut-parleurs.»

Trois sources d’inspiration donc: La noyade de Say Her Name, ta mésaventure personnelle et la rétrospective de Bill Viola. Comment ces sources d’inspiration se manifestent-elles dans L’engloutissement?

Robert Normandeau: Elles se manifestent à la fois sur le plan sonore, sur le plan personnel et sur le plan formel. Sur le plan sonore, la pièce est faite presque exclusivement de sons d’eau; plongeons et vagues. Sur le plan formel, la pièce est faite d’une seule technique d’écriture: l’extrême élongation des matières sonores. Sur le plan personnel, elle représente un nouveau cycle d’œuvres où j’ai tendance à penser mon travail en termes littéraires ou picturaux, plutôt qu’exclusivement musical. Je raconte une histoire. C’est une aventure émotionnelle que je propose à l’auditeur. C’est un film en quelque sorte. Pas tant un cinéma pour l’oreille comme je l’ai déjà défini par ailleurs, mais plutôt comme une aventure immersive destinée à communiquer une expérience sensible. Quant à Bill Viola, c’est un artiste que je fréquente (professionnellement s’entend) depuis très longtemps. Mais lorsque j’ai vu la rétrospective au Grand Palais à Paris, cela m’a fait rendre compte qu’un artiste peut utiliser plus ou moins les mêmes techniques, et les mêmes ressorts émotifs d’une œuvre à l’autre, sans que jamais on n’ait le sentiment d’une répétition ou d’une redite. C’était littéralement, pour moi, une expérience transcendante. Et comme lui, j’ai utilisé des techniques d’extrême ralentissement afin que l’on puisse découvrir l’intérieur même de la matière sonore en mouvement.

PAN M 360: La deuxième œuvre au menu d’Akousma s’intitule Ravissement (15:21), en voici un extrait des notes de programme:

«Le mot ravissement renvoie à deux sens: celui, spirituel qui consiste à être transporté dans un monde surnaturel et celui de ravir, d’enlever.

Sur le plan musical, cette pièce emprunte l’idée du laminage, qui est, d’une part, un procédé de fabrication par déformation plastique et d’autre part, au figuré, l’action de réduire très fortement l’importance de quelque chose ou de quelqu’un. Ce qui est déformé ici, c’est le temps. Le temps et les spectres sont étirés ici au-delà des seuils de perception. Et au figuré, ce qui est réduit, ce qui est ravi, c’est l’identité des sources musicales utilisées.

En 2018, j’ai été invité à collaborer au plus récent projet de la chanteuse et violoncelliste Jorane. Mon travail de composition consistait à traiter en temps réel le matériel musical de la soliste, des chanteuses et du quatuor à cordes. C’était un retour au temps réel pour moi, qui avait été au cœur de mes premières expérimentations électroacoustiques et que j’avais un peu délaissé au cours des trente dernières années…

Cette pièce est le résultat d’un mélange entre les matériaux créés pour le spectacle présenté en mars 2019 et ceux qui ont été générés lors de deux résidences de création. La première a eu lieu au Virginia Center for the Creative Arts (VCCA) à Amherst (Virginie, ÉU) en octobre 2019, alors que la seconde a eu lieu à Nice en novembre 2019.

Le ravissement comprend neuf mouvements: L’arrivée; Le doute; La crainte; L’extase; L’agitation; L’appel; Le détachement; Le ravissement; La disparition.»

Cette collaboration avec Jorane a donc généré une œuvre de son côté, puis une autre du tien?

Robert Normandeau: Oui exactement. Jorane a publié une musique qui se nomme Antimatière que nous avons co-composé et qui devrait ouvrir son prochain spectacle. De mon côté, j’ai utilisé avec sa permission et celles de ses musiciens, les matériaux sonores d’un spectacle que nous avons fait ensemble en 2019. C’est le matériau exclusif de cette musique.

PAN M 360: Que retiens-tu de ce «retour au temps réel»? En quoi cela a-t-il modifié la trajectoire de Jorane? Comment cela ensuite pu nourrir une œuvre distincte de ta part?

Robert Normandeau: Jorane était arrivée à un point dans sa vie d’artiste où elle avait envie d’explorer des matières sonores plus expérimentales dans lesquelles l’espace jouerait un rôle important. Un ami commun nous a mis en contact et je lui ai fait écouter une de mes pièces sous un dôme de 32 haut-parleurs. Cela l’a séduite et nous avons ainsi commencé une collaboration. Mon rôle était de faire des transformations en direct des voix et du quatuor à cordes pendant les spectacles. Afin d’ajouter une touche électro à une musique par ailleurs essentiellement instrumentale. Je ne peux parler pour elle, car maintenant nos trajectoires, pandémie oblige, ont légèrement bifurqué, mais aujourd’hui elle vient de sortir son disque Hemenetset, sur lequel figurent deux artistes électroniques! De mon côté, lorsque j’ai la chance de collaborer avec des artistes d’autres disciplines, j’essaie de profiter de ces rencontres pour élargir mon vocabulaire et mes intentions. Je l’ai fait beaucoup au théâtre, notamment avec Brigitte Haentjens où plus de la moitié des musiques que j’ai composées pour ses productions se sont retrouvées dans une salle de concert.

PAN M 360: Comment peux-tu situer ce travail présenté vendredi dans ton propre processus évolutif? Vers quoi ça te mènerait? Nul n’est devin mais…

Robert Normandeau: Depuis 2001, j’ai entrepris un cycle d’œuvres qui se nomme Spatialisation timbrale. Je travaille avec des dispositifs de haut-parleurs immersifs, surtout des dômes. Et je place les auditeurs au centre de ces dômes. La musique est spatialisée, mais ce travail est plutôt de l’ordre de l’immersion que des trajectoires. Notre oreille est très sensible au déplacement des sources sonores, même si celui-ci est léger. Cela a déjà été une question de survie pour l’espèce! J’utilise des sons complexes, comme des sons de vagues ou de vielle à roue, que je décompose et que je diffuse sur des haut-parleurs différents. Les timbres originaux se recomposent ensuite dans l’espace, mais de manière légèrement différente d’un auditeur à l’autre selon sa place dans la salle. Idéalement, je préfère présenter mes musiques dans des [lieux de type] black box, afin de laisser aux auditeurs la possibilité de circuler pendant le concert. C’est une expérience très dynamique sur le plan de la perception de l’espace. Pour paraphraser McLuhan: Le médium, c’est l’espace. À l’Usine C, l’expérience sera un peu différente, mais le volume est tellement fantastique que cela devrait rendre justice aux œuvres. Je travaille personnellement dans un dôme de haut-parleurs depuis plus de 10 ans maintenant et dernièrement j’ai pu faire l’acquisition d’un dôme complet de 24 hp. Donc ces musiques n’ont existé que sous cette forme. Il s’agit d’un nouveau format pour cette musique. Et comme Denis Villeneuve, le cinéaste, je compose pour le grand écran!


Les deux œuvres de Robert Normandeau présentées au concert de vendredi viennent d’être publiées sur empreintes DIGITALes, soit au sein de l’album Mélancolie.

30 ans de production de concerts, c’est beaucoup de souvenirs, beaucoup de rencontres et plein de belles et durables amitiés un peu partout dans le monde.

Review

Ed Pinsent, The Sound Projector, September 12, 2021
Monday, September 13, 2021 Press

Denis Smalley is a notable UK electroacoustic composer who I associate with the University of East Anglia (where he taught for a time), but he also studied at Ina-GRM, University of York, and under Olivier Messiaen. Today’s record Vues spectrales mostly focuses on works realised in the last 20 years or so, and Spectral Lands, Ringing Down The Sun and Resounding are all informed by subtle ideas about “spectral spatiality”, resonant sounds, and evocations of the great outdoors. If there’s any linkage between the three, it might be something to do with using natural decay to express the gradual fading-away of the universe, and this entropic theme is manifested in everything from recordings of church bells to the winds sweeping over a beach in New Zealand. All of these are (I assume) largely digital in their realisation, and there’s barely a single recognisable sound on offer, so thorough have been Smalley’s electroacoustic transformations. However, the CD also includes a much earlier work, Vortex, from 1981-1982, which appeared on the Interpenetrations LP from 1984 which I happen to own. Vortex has more substance to savour by way of drama and dynamics, and somehow succeeds in invoking the sense of a physical sculpture, with dimension, weight, and heft. It also conveys the “real and imaginary motion” which the composer was aiming at.

All of these are (I assume) largely digital in their realisation, and there’s barely a single recognisable sound on offer, so thorough have been Smalley’s electroacoustic transformations.

Review

Mike Eisenberg, Avant Music News, August 25, 2021
Thursday, August 26, 2021 Press

Paul has been releasing a steady stream of one-off pieces that have not made an album appearance. They’ve all been extremely strong, and this makes me wonder how large his pipeline of unreleased material is. Based on the super high quality of these works, I am going to play catch-up and put down some thoughts on the three most recent releases (that when taken together would make a nice album of unreleased gems). If you have even a passing interest in all things Dolden, I can wholeheartedly recommend visiting his Bandcamp page where you can find these, and many more of his incredibly epic and heroic multi-track sound extravaganzas. Additionally, I have published a couple of write-ups on earlier records on this very site.

The Dance of the Firing Synapse clocks in at 20 minutes and is prime Dolden, i.e. aggressive, relentlessly LOUD, and in. yo. FACE!!! It has all the hallmarks of his sound, things like Balinese sounding percussion, ridiculously hard to count rhythms, face-melting passages of countlessly layered, metal-tinged guitars (or maybe those are something else, hard to tell), very complex drum pyrotechnics, moments of sick note Saxophones and the odd choral accents. All these things come together in a tightly produced, microtonal package that is just a constant stream of detail after detail. In a word, astounding! After many listens, new things manifest themselves that I can swear I’ve never heard before. I’ve heard a few comments from people saying the piece provokes headaches, or it precipitates sensory overload resulting in fatigue, etc. While I’ll never challenge these views, instead I’ll just smile to myself and think Dolden may have reached a stage of “mission accomplished”. He achieved that coveted point on the bell curve where the synapses just say, “fuck it, I’m done”. Bravo!

The other two releases (Marsyas’ Melodies and Who Has the Strangest Melodies?) has Dolden continuing to move forward with a more “modern classical” approach with less noise blasts and less massed layers of sound assaults. This is not to say that those qualities (and they are indeed qualities) are not present, just utilized in a more subtle manner within the context of the piece, instead of THE piece itself.

Marsyas’ Melodies starts quietly and slowly builds into a series of climaxes. Each build and release have its own distinctive personality due to the varied instruments used and, per the liner notes, ancient Arab and Greek tuning systems are employed. About midway through the piece, there is a short but quite beautiful cello solo which opens the door for more build-ups (this time louder with more multi tracked acoustic instruments including what sounds like a full choir and oddly tuned percussion… a Dolden hallmark). Even though the structure of this work sounds simple, the combinations of sound sources paired with his typical attention to the “little details” like the separation between sounds and total mastery of dynamics make this piece one of my favorites.

Who Has the Strangest Melodies shares many of the same compositional qualities but this time, I hear a little bit of a Charles Ives vibe. Brass instruments seem to be the prevalent focus on this piece and the structure seems more complex than Marsyas’ Melodies. Once again, the melodies are micro-tonal which of course throws the listener off balance until the mind “accepts” it but, unlike the former, there is a heavy rhythmic presence played mostly on the trap kit. Adding to the disorientation, the rhythms are certainly not your standard 4/4 and… if I’m understanding things properly, the overlayed melodies are speed corrected to fit the off-kilter rhythms.

I should know by now that the unusual is the usual when it comes to Dolden music. These three pieces, if you were to take them as an album-length whole provide an excellent real-time sound portrait of where the composer seems to be presently. Not only are his works getting more detailed and refined musically as time goes by, but technologically speaking… the current state of the sound recording is stretched to the extremes which yields a stunning aural experience, especially through headphones. As I alluded to at the beginning of this write-up, every new release that drops is an event that is certainly not taken lightly by this listener and, if the firehose is active, I’ll be there.

In a word, astounding!

Crítica

RNE3: Atmósfera, August 15, 2021
Friday, August 13, 2021 Press

Ha habido un accidente en la línea principal de la historia y como consecuencia se ha perdido toda la Antigüedad. El sueño de los Maestros del Universo se hizo realidad antes de tiempo: saltamos directamente del Neolítico al Medievo, fundando una civilización planetaria absolutista.

Una mezcla entre la implacabilidad de los romanos, la hipocresía griega, el totalitarismo de la civilización faraónica, la etérea crueldad de la China dinástica y, por supuesto, la insondable estupidez de la Edad Media occidental. Es esta Ucronía la que se describe en el disco que abrimos esta noche de Dominique Bassal titulado axet remperimos te. Ni siquiera estamos muy seguros del significado preciso de este lema del Imperio, algo así como “acepta gatear” o “acepta o te romperán”.

El compositor e ingeniero de sonido Dominique Bassal, estudió música electroacústica en un momento en el que esa disciplina estaba a la vanguardia de la tecnología de audio. Comenzó a trabajar en la producción de música comercial como arreglista y gerente de estudio, donde aplicó técnicas de vanguardia al mundo de la música pop, muy estricto y conservador en ese momento.

A mixture between the implacability of the Romans, the Greek hypocrisy, the totalitarianism of the Pharaonic civilization, the ethereal cruelty of dynastic China and, of course, the unfathomable stupidity of the Western Middle Ages. It is this uchronia that is described in the album we open tonight by Dominique Bassal entitled axet remperimos te.

Crítica

RNE3: Atmósfera, August 15, 2021
Friday, August 13, 2021 Press

Estamos ya ante el tercer lanzamiento de Denis Smalley después de una “pausa” de 20 años. Portail presenta sus 2 trabajos multicanal más recientes: Fabrezan Preludes (2015-16) y Sommeil de Rameau (2014-15), convertidos en estéreo ambisonics, más uno de sus primeros trabajos: The Pulses of Time (1978).

Fabrezan Preludes compuesto en 2015-16 tiene una duración de 20:58. El preludio central, Debussy’s Cathedral, se basa en la transformación y desarrollo de un par de acordes resonantes extraídos del preludio para piano de Debussy La Cathédrale engloutie (La catedral sumergida), que evoca la historia de la mítica ciudad de Ys, sumergida frente a las costas de Bretaña. Cuenta la leyenda que las campanas de las iglesias de la ciudad se pueden escuchar en mares tranquilos.

En el preludio de apertura, Portal, que es el que escuchamos esta noche en Atmósfera, el oyente cruza el umbral hacia la nave de la catedral. The Voices of Circius (también conocido como Cercio) se refieren al relativamente desconocido dios romano del viento a quien el emperador Augusto dedicó un altar cerca de Narbona, en el sur de Francia. El viento Cers atraviesa el país desde el noroeste, ganando fuerza y movimiento circular a medida que viaja por las llanuras a través de los amplios corredores del valle, avanzando hacia el Mediterráneo. Puede ser impetuoso, emerger repentinamente, ahuyentar las nubes y la lluvia, iniciando cielos soleados y luminosos. Reconocido por tener propiedades saludables, trae una agradable brisa fresca en el calor del verano, pero puede ser terriblemente fría en invierno. Este preludio tiene como objetivo capturar aspectos de sus “voces”.

Fabrezan Preludes se creó en los estudios de Denis Smalley en Fabrezan (Francia) y Londres y se estrenó el 21 de mayo de 2016, en un concierto con motivo del 70 cumpleaños de Denis Smalley, en el Colyer-Fergusson Hall en Canterbury (Inglaterra, Reino Unido).

The central prelude, Debussy’s Cathedral, is based on the transformation and development of a pair of resonant chords taken from Debussy’s piano prelude La Cathédrale engloutie (The submerged cathedral)…