electrocd

Blog

Un printemps électroacoustique

Alain Brunet, La Presse, March 25, 1990
Sunday, March 25, 1990 Press

Nous sommes en plein Printemps Électroacoustique, une série d’événements plutôt marginaux. Mal médiatisée, mal mise en marché, cette musique est encore à s’organiser. À l’aube de cette année, le compositeur Jean Lesage avait écrit, dans La Presse, que le Québec regorgeait d’artistes issus de cette communauté à tout le moins avant-gardiste. Et que certains d’entre eux gagnaient des prix en Europe sans faire d’éclat sur notre territoire.

D’accord, mettons-nous à l’écoute.

Demain et mardi, le Printemps électroacoustique présente Ni terrible ni simple, un spectacle performance de la claveciniste Catherine Perrin, mis en scène par Jean Asselin (Mimes Omnibus); à voir à la petite salle du Théâtre Élisée. Le 29 mars, d’autres œuvres électroacoustiques seront présentées à la Chapelle historique du Bon-Pasteur; l’événement s’intitule Autour de Luc Ferrari.

Mercredi prochain au Planétarium Dow, le compositeur Robert Normandeau lance son premier disque sur étiquette empreintes DIGITALes, un nouveau label qui tente de s’immiscer sur le marché nord-américain. Une démarche cousine de l’étiquette Ambiances Magnétiques, mais dans le domaine électroacoustique.

La semaine prochaine, on vous parle de l’événement Électro clip, ambitieuse entreprise radiophonique qui se déroulera en direct de la Chapelle historique du Bon Pasteur, jeudi le 5 avril. Vous verrez alors que c’est un excellent moyen d’immersion.

… le compositeur Robert Normandeau lance son premier disque sur étiquette empreintes DIGITALes…

Alain Thibault: Music That Works Physically and Cerebrally

Daniel Rolland, SOCAN, Canadian Composer, March 1, 1990
Thursday, March 1, 1990 Press

Alain Thibault found his niche in contemporary music as others have in traditional classical music: That is to say, in a sincere and entirely natural way. Since his temperament generally leads him in a counter-current to others, the post-modern or avant garde school of composition is, for him, a comfortable mode of expression.

Thibault, 33, completed a Master’s degree at the Université de Montréal, with further studies at the same city’s McGill University. Although his principal composition instructor was Serge Garant, he attributes most of his experience in electroacoustic music to studies with Marcelle Deschênes. Thibault, whose works have been performed here and abroad, has been teaching electroacoustic music techniques at the Université de Montréal since 1984.

“At home, I naturally listen to a great deal of contemporary concert music, but also to popular music,” says Thibault. “For a simple reason: the pop music industry has the financial means to explore new electronic instruments and for me that is a way to keep up with the evolution of technology.” In his home in downtown Montréal, he has established a private studio replete with computers and synthesizers.

Last February, Thibault composed music for Rivage à l’abandon, a stunning theater piece staged in Montréal’s Musée d’art contemporain, by the company Carbone 14, this year celebrating its tenth anniversary. A setting of a text by German author Heiner Müller, the work formed part “Blickpunkte,” an event co-produced by the Musée d’art contemporain and the Gœthe Institute in Montréal. The words exert a striking power but the music, in this case, proves equally fascinating.

Listening to Thibault speak of his passion for contemporary music might give the impression that he is blindly dedicated to the genre. On the contrary, he recognizes the existence of weaker works alongside masterpieces. “The love of contemporary music,” Thibault feels, “is satisfied by a passionate need to seek out new things. For me, contemporary music should work on a physical as well as a cerebral level.”

With that viewpoint, it seems he has demonstrated well the path he intends to follow. Gilles Maheu, founder and artistic director of Carbone 14, knew that Thibault was the appropriate composer for his project from the time he heard Le Soleil et l’acier, for soprano and tape. The understanding between the two has been mutual, with each agreeing that music for the theater shouldn’t necessarily be limited to a functional role, as background, but that it should participate fully in the overall staging.

A compact disc of music by Alain Thibault, which was scheduled for release at the end of April on the new Montréal-based label empreintes DIGITALes, includes Le Soleil et l’acier (featuring soprano Pauline Vaillancourt), Concerto pour piano MIDI, his multi-media composition E.L.V.I.S. (in collaboration with Walter Boudreau), four extracts from the video opera Out, and a portion of God’s Greatest Gift. He is now starting work on a composition for cellist Claude Lamothe and stage director Maheu. Alain Thibault makes a modest living composing conteporary music and claims that his only mission is to make his art more widely accessible.

Alain Thibault: une passion à faire partager

Daniel Rolland, SOCAN, Le Compositeur Canadien, March 1, 1990
Thursday, March 1, 1990 Press

Alain Thibault est venu à la musique contemporaine comme d’autres parviennent à la musique classique tonale, c’est-à-dire naturellement. Comme son tempérament l’amène à aller à contre-courant de tout, la musique d’avant-garde ou post-moderne se devait d’être pour lui un créneau d’expression fait sur mesure.

Natif de Québec, Alain Thibault commence des études en musique à l’Ecole de musique de l’Université Laval, formation qu’il complète à Montréal aux facultés de musique des universités de Montréal et McGill. S’il a eu Serge Garant comme professeur, c’est à Marcelle Deschênes qu’il doit une partie de son parcours théorique en musique électroacoustique.

En 1982, il remporte un prix dans la catégorie musique électroacoustique lors du Concours national des jeunes compositeurs de Radio-Canada pour sa pièce Sonergie. Ses œuvres ont été présentées notamment en France (Festival des musiques expérimentales de Bourges), à Montréal (concerts de la SMCQ), à Toronto (Ontario Science Centre), et à Vancouver (Conférence sur les arts par ordinateurs et sur la créativité, “Digicon’85”). Depuis 1984, il enseigne les techniques de la musique électroacoustique à la faculté de musique de l’Université de Montréal.

«À la maison, j’écoute bien sûr tout ce qui se fait en musique contemporaine mais aussi la musique pop. Pour une raison très simple, c’est que l’industrie de la musique populaire a les moyens financiers de s’accaparer tous les nouveaux instruments électroniques, et pour moi, c’est une façon de suivre l’évolution de la technologie,» de raconter le compositeur.

En février dernier, Rivage à l’abandon, une pièce composée par Thibault, fut présentée au Musée d’art contemporain de Montréal par la troupe de théâtre Carbone 14. Cette pièce, écrite par l’auteur allemand Heiner Müller, s’inscrivait dans le cadre de l’exposition Blickpunkte, événement co-produit par le Musée d’art contemporain et le Gœthe-lnstitut de Montréal. Si le pouvoir des mots a frappé, la musique cette fois a réussi tout autant.

À l’entendre parler de sa passion pour la musique contemporaine, on serait porté à croire qu’il est du genre à prôner qu’hors de celle-ci il n’y a point de salut. Au contraire, et le sourire en coin, il reconnaît qu’à côté de véritables chefs-d’œuvres voisinent des compositions carrément indigestes. «Pour aimer la musique contemporaine, dit-il, il faut le désir d’écouter des choses nouvelles. Je veux que la musique moderne m’atteigne tant au niveau physique que cérébral.» Sous cet angle, il a bien démontré au plan sonore ce qu’il veut dire. Gilles Maheu, le fondateur et la tête dirigeante de Carbone 14, a tout de suite compris que c’est l’homme qu il lui fallait après avoir entendu Le soleil et l’acier, pour soprano et bande sonore. La compréhension a été mutuelle entre eux deux, c’est que chacun est d’accord à ce que la musique au théâtre ne soit plus une chose fonctionnelle, un décor sonore mais qu’elle participe pleinement à la mise en scène.

Alain Thibault n’a pas fini de faire parler de lui. Son disque compact, dont la sortie est prévue pour fin avril sur étiquette empreintes DIGITALes, regroupe cinq de ses compositions: Le soleil et l’acier, Le Concerto pour piano MIDI, E.L.V.I.S. (en compagnie de Walter Boudreau), quatre extraits de son opéra-vidéo Out, et un extrait de God’s Greatest Gift. Il entame la création d’une pièce pour le violoncelliste Claude Lamothe, et Gilles Maheu laisse planer des associations pour le futur. La musique contemporaine le fait vivre humblement et Alain Thibault n’a d’autre mission que de la rendre davantage accessible.

La musique contemporaine le fait vivre humblement et Alain Thibault n’a d’autre mission que de la rendre davantage accessible.

Critiques

L’attention, no. 3:5, March 1, 1990
Thursday, March 1, 1990 Press

Deuxième de la série de quatre productions électroacoustiques de DIFFUSION i MéDIA, Lieux inouïs est une véritable découverte.

Lancé au Planétarium Dow, il fut accompagné d’un spectacle visuel très sobre, un peu répétitif. Heureux mélange; l’acousmatique semble conçue pour ce genre de spectacle. Malgré cela, j’ai préféré la deuxième écoute, chez-moi, les yeux fermés. Comme le dit si bien Normandeau lui-même: «(…) elles m’aident à vivre en ce qu’elles me font découvrir des zones inexplorées qui s’ouvrent devant moi comme des lieux de recueillement et de méditation.»

Un petit album rempli de grandes découvertes; aboutissement de dix années de pratique assidue.

Jeu a obtenu une Mention honorable au 11ème Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie,1989).

Rumeurs (Place de Ransbeck) a obtenu le 2ième prix de la catégorie électroacoustique au 16ième concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1988).

Matrechka a obtenu le prix de la Fédération nationale de musique électroacoustique (France) et une mention dans la catégorie éleclroacoustique au 14ième Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1986) ainsi que le prix du studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) au 1er Concours international Phonurgia-Nova (Arles, France,1986). Un album à se procurer.

Critique

Jacques Lonchampt, Le Monde, December 1, 1989
Friday, December 1, 1989 Press

[…] Lune noire, à la fois raffinée dans ses matériaux et d’un art très puissant dans le développement […]

Critique

Carol Bergeron, Le Devoir, October 1, 1988
Saturday, October 1, 1988 Press

… une claveciniste à découvrir, d’autant qu’elle a le courage de s’attaquer à un répertoire exclusivement contemporain, Vivienne Spiteri laisse un excellent souvenir de son premier disque.

… une claveciniste à découvrir…