electrocd

Blog

Review

Tom Schulte, Outsight, January 1, 1995
Sunday, January 1, 1995 Press

On the eight pieces presented on Anecdotes, composer Yves Daoust uses motifs from Western classical music as springboards to wholly original audio collages. Daoust further combines elements of musique concrète into these works. As the works of Beethoven and Bach are now culturally dissipated into commercials and film scores, so Daoust diffuses these themes into a sonic kaleidoscope of environmental sounds and samples. The samples are truly mundane, but taken out of context and placed on the canvas of instrumental flotsam, they become mysterious and full of meaning. Each piece is composed for assembly from audio tape segments. Often, a solo instrument is present to provide the transmogrified melody. These instruments include piano, flute and accordion. (4/5)

… a sonic kaleidoscope of environmental sounds and samples.

Review

Tom Schulte, Outsight, January 1, 1995
Sunday, January 1, 1995 Press

Wende Bartley has worked lone and creatively in the electroacoustic field. This Toronto-based composer here presents pieces composed for female voice and tape. Composed from 1985-1993 these four pieces explore the chthonic, mysterious aspects of the female psyche centered on phases of the moon. Mezzo-soprano Fides Krucker features prominently on Ellipsis singing, wailing and summoning the spirits of Selene. Haunting and otherworldly, Bartley’s is a ballet for lite shadowy figures emerging from the mist. Further shrouded in disembodied voices caught on the tape, the sisterhood spins slowly in moonlit ancestral worship. (4.5/5)

… a ballet for lite shadowy figures emerging from the mist.

Critique

Rick MacMillan, SOCAN, Paroles & Musique, January 1, 1995
Sunday, January 1, 1995 Press

Ce coffret de deux CD contient cinq œuvres électroacoustiques de Robert Normandeau débordantes de timbres séduisants, et dont plusieurs ont remporté des prix européens. Ce coffret comprend des échantillonnages de sons acoustiques allant de la manipulation de voix d’adolescents dans Spleen à des extraits métamorphosés de la musique de chambre de Mozart dans Tropes en passant par des sons provenant de la collection d’instruments du département d’ethnomusicologie de l’Université de Montréal dans Tangram.

… débordantes de timbres séduisants…

Hors des sentiers battus

François Tousignant, Le Devoir, December 3, 1994
Saturday, December 3, 1994 Press

Paul Dolden, originaire d’Ottawa est tellement prolifique qu’on lui a consacré un coffret double (mais rassurez-vous: pour le prix d’un simple). C’est un univers complètement différent de celui de Normandeau. La musique de Dolden est très souvent violente et révoltée, d’une énergie qui pourra en dérouter plus d’un qui ne voudrait s’attarder qu’à l’enveloppe ou au nombre de décibels. Les 3 Invocations de Physics of Seduction offrent parfois des moments vraiment tendres mais on y chercherait en vain un plaisir dans le «beau son», alors que In a Bed Where the Moon Was Sweating. Resonance #1, pour un peu gauche que cela soit, ne choquera guère par son ton où les citations de geste sont abondantes pour qui a déjà quelque peu frayé avec la musique moins traditionnelle, ou celle de discothèque, dans ce qu’elles peuvent offrir de plus débile.

Ce qui ressort vraiment de ce coffret sont les deux pièces centrées sur le thème de Jéricho. Avec un tel sujet, on imagine bien à quoi s’attendre et on est servi. Mais Dieu que c’est puissant! Surtout Dancing on the Walls of Jericho. On se trouve en présence d’une musique qui, même si elle agresse, nous cloue sur place — si on l’écoute attentivement — et nous fait découvrir, enfin, que l’appel de Baudelaire n’est pas resté vain.

Vous pourrez aussi découvrir, sur la même étiquette des œuvres de Wende Bartley, Gilles Gobeil, Mario Rodrigue, Randall Smith et Roxanne Turcotte.

… que c’est puissant!

Hors des sentiers battus

François Tousignant, Le Devoir, December 3, 1994
Saturday, December 3, 1994 Press

Pour souligner les contrastes du XXe siècle, la jeune maison de disques montréalaise empreintes DIGITALes, nous propose neuf albums de musique électroacoustique de compositeurs québécois et canadiens. La présentation en est très soignée; on va même, pour certains disques, proposer un disque fait pour l’écoute chez soi ou à la radio et un second, avec les mêmes œuvres, pour la diffusion en concert. Cela vous permettra de faire quelques expériences. N’ayant pas la place pour parler de tous ces compositeurs en une seule fois (il y a en un par disque), nous n’avons choisi que deux disques.

D’abord celui de Robert Normandeau, le représentant probablement le plus recompensé de nos compositeurs de musique électroacoustique.

La construction du disque est fascinante par l’ordre des œuvres présentées ici: du petit bonbon d’entrée qui n’effraiera personne (Bédé), on avance graduellement dans un univers plus inspiré par les sonorités de Stockhausen (Éclats de voix, Tropes), pour aboutir à la grande forme plus originale et ambitieuse de Tangram.

Si les citations de Tropes sont parfois assez poétiques, il nous faut admettre une certaine réticence à une petite complaisance dans la beauté des extraits de Mozart. Spleen est de loin la pièce qui a remporté la palme auprès de notre fils de 13 ans et c’est tant mieux! Osons avoir ce courage et plonger à la découverte. Comme le disait si justement Baudelaire: «Enfer ou ciel, qu’importe / Aller au fond du Gouffre, pour trouver du Nouveau.» Nous avons cependant préféré le souffle de Tangram, avec toutes ces fines variations toujours intelligentes et surtout pour le plaisir de nous délecter dans les moments de tension croissante qui trouvent leur solution en une forme toujours étonnante. Osez, par un soir de tempête, sous un éclairage tamisé.

… pour le plaisir de nous délecter dans les moments de tension croissante qui trouvent leur solution en une forme toujours étonnante…