electrocd

Blog

Critique

Rick MacMillan, SOCAN, Paroles & Musique, no. 1:10, November 1, 1994
Tuesday, November 1, 1994 Press

Titulaire de décorations internationales pour ses musiques électroacoustiques de caractère souvent dramatique, Gilles Gobeil nous présente ici huit œuvres dont La ville machine (Prix SOCAN l’an passé), Voix blanche (citations, concours de Bourges et Luigi Russolo), Rivage (2e prix, NEWCOMP, Boston), Traces (2e prix, concours Russolo) et les brèves Associations libres pour guitare électrique et bande. Une musique puissante qui mérite de se répandre.

Une musique puissante qui mérite de se répandre.

Beckett et la musique de Normandeau

François Tousignant, Le Devoir, October 17, 1994
Monday, October 17, 1994 Press

Mon collègue Robert Lévesque a déjà dit tout le bien qu’il pense des deux pièces de Samuel BeckettLa Dernière bande et Pas moi — à l’affiche jusqu’au 12 novembre au Théâtre de Quat’Sous. À mon tour de renchérir en mentionnant l’excellente trame sonore signée Robert Normandeau et qui constitue en quelque sorte un personnage en elle-même. Ceux qui suivent la carrière du compositeur en musique électroacoustique classique et se souviennent des merveilleuses soirées astro-musicales qu’il animait au Planétarium Dow seront ravis de le retrouver au théâtre ou encore d’acheter son dernier disque intitulé Tangram, lancé récemment sous étiquette empreintes DIGITALes. Les représentations au Quat’Sous ont lieu du mercredi au samedi à 20h et en matinée le dimanche à 15h jusqu’au 12 novembre.

À mon tour de renchérir en mentionnant l’excellente trame sonore signée Robert Normandeau

Le disque de la semaine

Dominique Olivier, Voir, October 6, 1994
Thursday, October 6, 1994 Press

La maison de production de musique électroacoustique DIFFUSION i MéDIA lançait récemment sept nouveaux disques compacts, simultanément. Amore de Roxanne Turcotte, Claire-voie de Wende Bartley, Alchimie de Mario Rodrigue et L’oreille voit de Randall Smith dans sa série COMPACT-COMPACT, c’est-à-dire des enregistrement d’une durée de près de quarante minutes seulement, vendus à moitié prix. L’ivresse de la vitesse, de Paul Dolden et Tangram de Robert Normandeau constituent quant à eux des coffrets, alors que l’œuvre intégrale de La mécanique des ruptures de Gilles Gobeil tient sur un compact ordinaire. On retrouve parmi ces œuvres de pures merveilles, l’école électroacoustique québécoise étant ce qu’elle est: une des plus riches qui soient actuellement, à témoin les concours internationaux. Mario Rodrigue fait partie de ce groupe de compositeurs d’envergure internationale, et nous offre avec Alchimie un échantillon de son immense talent qui ne cède en rien au vulgaire ou au facile. Un monde à découvrir.

AVIS: Le texte reproduit ici est extrait du site de Voir et est protégé par la Loi sur le droit d’auteur du Canada. © Communications Voir Inc, 1994

… son immense talent qui ne cède en rien au vulgaire ou au facile. Un monde à découvrir.

Énoncé du jury

Stockholm Electronic Arts Award, September 22, 1994
Thursday, September 22, 1994 Press

Le «1994 Stockholm Electronic Arts Award» est d’un très haut niveau artistique et technique.

Le jury a considéré que l’œuvre de Gilles Gobeil, Le vertige inconnu, s’imposait, d’abord par la clarté de sa forme dans la tradition classique de la musique concrète, mais aussi par sa faculté d’innovation à l’intérieur de cette tradition.

Les principales caractéristiques du style de Gilles Gobeil sont le contrôle parfait du temps musical et l’efficacité des éléments sonores narratifs et anecdotiques qu’il emploie.

Le jury tient également à souligner son professionnalisme, tant esthétique que technique, notamment dans les contrepoints sonores et dans sa maîtrise à conférer une unité formelle à la diversité du matériau utilisé.

… le contrôle parfait du temps musical et l’efficacité des éléments sonores narratifs et anecdotiques …

Review

Ralph Hopper, Contact!, no. 8:1, September 1, 1994
Thursday, September 1, 1994 Press

Acoustic sounds, synthesized sounds, sounds that seem acoustic but are not, each blending into a disc that your ears will enjoy “seeing.” This is my first experience with Randall Smith’s music and I am impressed.

There is much to recommend here but let me focus on The Black Museum. This is a work that has been highly recognized at several international music competitions. In nine sections, the work presents the amalgam of what Randall Smith has heard and absorbed through his years of listening. As curator of these diverse elements, he is now presenting an exhibition. Like walking from one room to another, the listener is exposed to diverse elements and textures which at the end reveal that his background is the aural equivalent of being “well read.”

… a disc that your ears will enjoy ‘seeing.’

Review

Ralph Hopper, Contact!, no. 8:1, September 1, 1994
Thursday, September 1, 1994 Press

If it was possible to wear out a groove on a CD, this disc would be a prime candidate. I have had my copy of this CD for only a few days now but it is getting constant play. The wonderful complexities of the textures, the masterful structure, and the constant interplay of intriguing sounds all combine to capture my attention. All of the works on the disc are equally compelling and enjoyable.

One work, Bédé, is available on IMED 9004 [now IMED 9604], but is presented in a revised format here. Another work, Spleen, will be familiar to CEC members from its premier on the 1993 Journées Électro-Radio Days project. All five works included on the CD are representative of Robert Normandeau’s creative flow in the nineties. His direction is towards “cinema for the ear” and these works are of Oscar caliber. He gives every sign of becoming one of the most influential composers in this genre.

There are actually two CDs in this package [in the original edition, IMED 9419/20]. One is a stereo version, mixed by recording the sound from speakers, intended for home listening and radio broadcast. The other version is described as a studio mix for concert performance.

Normandeau’s musical sensibilities are such that novice ‘ears’ as well as more ‘seasoned’ ears will find numerous elements to enjoy. As a broadcaster, this is the kind of electroacoustic material I thoroughly enjoy airing and recommending for purchase.

We have come to expect quality from Normandeau but a nod should also go to the folks at empreintes DIGITALes for continuing to provide listeners with access to music such as this.

Normandeau’s musical sensibilities are such that novice ’ears’ as well as more ’seasoned’ ears will find numerous elements to enjoy.