Blog

Sorties

Steeve Laprise, Qui fait quoi, no. 74, June 15, 1990
Friday, June 15, 1990 Press

Toutes les œuvres de cet album ont été retravaillées en janvier 1990 au studio de la Faculté de musique de l’Université de Montréal pour le présent enregistrement. Réalisé avec l’aide du Conseil des arts du Canada, Lieux inouïs est le troisième titre au catalogue de l’étiquette empreintes DIGITALes.

Les Wondeur Brass devenues vertueuses Justine

Lyne Crevier, Le Devoir, June 2, 1990
Saturday, June 2, 1990 Press

Justine, vertueuse comme l’héroïne de Sade ou passionnée comme celle de Durrell est désormais le nom des quatre «super-mémés» rescapées de feu Wondeur Brass. En créant de la musique «contemporelle» tous climats, le quatuor présente ce soir son nouveau spectacle au bar-théâtre Les Loges.

De nos jours, il faut être un peu vertueux pour oser s’aventurer sur une voie musicale pareille et terriblement passionné pour continuer un tel combat. Justine bâtit un répertoire improvisé ou structuré que l’on entend seulement à la radio communautaire ou bien dans les festivals de musique actuelle ici ou à l’étranger. Autrement dit, les filles de Justine (Joane Hétu, sax alto et synthétiseur; Diane Labrosse, claviers; Danille Roger, batterie et synthétiseur; Marie Trudeau, basse électrique), mènent une carrière très clandestine.

D’autant plus confidentielle que leur dernier album, Justine (Suite) sur l’étiquette Ambiances magnétiques, est diffusé à 2000 exemplaires, cassettes et disques compacts confondus. Aussi bien dire une goutte d’eau infiltrée dans l’industrie du disque.

Mais le but des musiciennes est d’explorer sans concession un monde sonore syncopé, arythmique ou bien mélodieux, étudié et vibrant. Chacune compose la musique, trouve les thèmes, fait les arrangements et chante.

«Personne ne dirige le groupe explique Diane Labrosse, on veut plutôt se partager équitablement le pouvoir.»

Revenons au début de la décennie: Wondeur Brass commence sa vie d’artiste. Une fanfare «au féminin» de sept cuivres se baladait alors au gré des festivals de jazz et de musique actuelle en Amérique et en Europe. En brassant tellement les genres, la formation finit par tâter de la musique électronique en plus de la musıque acoustique. Un son neuf émergea. Un nouveau nom aussi: Les poules gloussèrent large en improvisant et composant sans relâche.

La suite des choses prit la forme de l’album actuel dans la foulée de Wondeur Brass et compagnie. Une Suite composée de «courbes et de détours, de jeux et de variations sur eu même».

Le quatuor esquisse des idées musicales, aborde divers sujets, fait mine de se perdre dans les méandres sonores ou sémantiques. Justine ne fait pourtant rien de plus qu’illustrer la vıe dans sa complexité même. L’album annonce la fin de siècle par des titres fracassants: Je suis exécrable, J’ai perdu le temps, J’ai perdu le sommeil, À ne plus savoir, Ça me bat le cœur, etc.

Ça revêt aussi des accents de Meredith Monk (la voix poignante de Diane Labrosse), de Laurie Anderson (le synthétiseur affolé de Danielle Roger), de John Zorn (le saxophone sec de Joane Hétu), de Fred Frith (la basse «free-funk» de Marie Trudeau).

Les voix des musiciennes s’emballent aussi de manière rythmique mélodique ou percutante. Des quatre, c’est Diane Labrosse qui possède l’étoffe d’une chanteuse: un professeur la guide actuellement en ce sens.

Justine étonne par sa musique synthétique fort rigoureuse. Quelque temps avant la sortie de leur album, Hétu, Labrosse, Roger et Trudeau ont retravaillé systématiquement le mixage à l’aide de Robert Langlois.

«Tout ce que l’on désire c’est de pouvoir continuer longtemps à prendre des risques musicaux. On n’a pas choisi cette voie pour se la couler douce ou devenir des vedettes internationales», conclut-t-elle.

Précisément quand Justine (Suite) amorce sa carrière japonaıse!

Justine étonne par sa musique synthétique fort rigoureuse.

Critique

Ti-Poue, L’attention, no. 3:6, June 1, 1990
Friday, June 1, 1990 Press

Troisième de la série de productions électroacoustiques, Volt présente des pièces bien différentes de celles de Calon et Normandeau. Alain Thibault travaille beaucoup avec le visuel et cela peut, parfois, dérouter l’auditeur qui n’a pas «vu.» Tel est le cas de God’s Greatest Gift. Quand on n’a pas vu la bande visuelle, il est bien difficle de comprendre le paradoxe entre la parole de Reagan: «God’s greatest gift is human life» et ses actions (guerres, bombes, etc.). La deuxième pièce, Le soleil et l’acier, de Pauline Vaillancourt (soprano) a été utilisée pour Rivages à l’abandon de Carbone 14. Le mélange voix et musique est sublime. Également à souligner, la pièce ELVIS (Électro-lux, vertige illimité synthétique) avec le quatuor de saxophones de Montréal.

New Music CD Label Debuts in Montréal

SOCAN, Probe, no. 1:4, June 1, 1990
Friday, June 1, 1990 Press

empreintes DIGITALes is the name of a new compact disc label out of Montréal, focusing primarily on very recent electroacoustic music by Quebec concert music composers. The first three releases, devoted respectively to works by Christian Calon, Robert Normandeau and Alain Thibault, are now available from distributor DIFFUSION i MéDIA.

A fourth disc will be released November 2 to coincide with Montréal’s hosting of the prestigious New Music America Festival (dubbed Montréal musiques actuelles). That recording is set to include 25 short works by U.S. and Canadian composers, works that will be heard for the first time during the festival in a unique concert of 25 world premieres. Among the participating composers are Canadians Yves Daoust, Jean-François Denis, John Oliver, John Oswald, Jean Piché, Laurie Radford, Richard Truhlar and Hildegard Westerkamp.

Nouvelle compagnie de disques compacts

SOCAN, Le Milieu, no. 1:4, June 1, 1990
Friday, June 1, 1990 Press

empreintes DIGITALes est la raison sociale d’une nouvelle compagnie de disques compacts de Montréal qui se consacre principalement à la musique électroacoustique très récente de compositeurs de musique de concert québécois. Les trois premiers disques, consacrés respectivement aux œuvres de Christian Calon, Robert Normandeau et Alain Thibault, sont maintenant en vente chez DIFFUSION i MéDIA.

Le 2 novembre prochain marquera le lancement d’un quatrième disque qui coïncidera avec le festival New Music America. (Cette année, Montréal sera l’hôte de ce prestigieux festival qui portera, pour l’occasion, le nom de Montréal musiques actuelles.) L’enregistrement doit comprendre 25 œuvres de courte durée de compositeurs américains et canadiens qui seront créées au cours du festival dans un concert exceptionnel de 25 premières mondiales; parmi les compositeurs canadiens figurent notamment Yves Daoust, Jean-François Denis, John Oliver, John Oswald, Jean Piché, Laurie Radford, Richard Truhlar et Hildegard Westerkamp.

Infos

Albert Durand, Revue & Corrigée, no. 6, June 1, 1990
Friday, June 1, 1990 Press

Le groupe d’arts médiatiques montréalais DIFFUSION i MéDIA, fondé par Jean-François Denis, Suzanne Lortie et Claude Schryer, inaugure son étiquette de disques empreintes DIGITALes avec quatre nouveaux CD’s consacrés à l’électroacoustique: Ligne de vie: récits électriques de Christian Calon, Lieux inouïs de Robert Normandeau, Volt de Alain Thibault et Électro clips regroupant 25 compositeurs.

DIFFUSION i MéDIA […] inaugure son étiquette de disques empreintes DIGITALes…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.