Blog

Lignes à haute tension

Philippe Tétreau, MTL, July 1, 1990
Sunday, July 1, 1990 Press

Rien de semblable avec Thibault. Ici, tout est plus direct. Tout tinte et clignote à la façon des flippers qui offriraient une succession de parties gratuites. Une techno-pop omniprésente et soumise aux rythmes strobascopiques qui nient toute espèce de tentative mélodique. Prosaïsme? Dérision? Sans doute, mais pas seulement, car pareille robotisation du langage musical est l’occasion pour Thibault de faire montre d’une absurde virtuosité technique. Virtuosité bien agressive, qui vous propulse là, droit devant, sans qu’aucun garde-fou puisse vous garantir de l’intensité des chocs.

Tout tinte et clignote à la façon des flippers qui offriraient une succession de parties gratuites.

Lignes à haute tension

Philippe Tétreau, MTL, July 1, 1990
Sunday, July 1, 1990 Press

Avec une pincée de science-fiction et quelques relents urbains, Normandeau manipule l’électroacoustique avec une assurance spectaculaire. Les plans rapprochés et éloignés de son image sonore, de même que la direction de ses axes, débouchent sur de saisissantes perspectives orchestrales. Curieusement, cette musique d’anticipation intègre nombre d’œuvres illustres du passé comme si, l’espace d’un souvenir, le temps s’abolissait pour nous permettre de synthétiser l’histoire des sons.

Avis donc aux oreilles qui souhaiteraient s’affranchir du ronron tranquille des productions quotidiennes, vous avez là de quoi transiter en des lieux où les touristes indésirables se font rares. Attention au décalage horaire tout de même.

Normandeau manipule l’électroacoustique avec une assurance spectaculaire.

The Cinematic Approach

Robert Everett-Green, The Globe and Mail, June 18, 1990
Monday, June 18, 1990 Press

Montréaler Robert Normandeau describes his latest electroacoustic works as “cinema for the ear.” That’s an apt description for a piece like Jeu; which leads off this new album from the small but sassy DIFFUSION i MéDIA company. Jeu is like the view from a camera dolly as it glides through a long and intricate tracking shot. The auditory scene changes quickly, as flickers of everyday sound jostle with quotations from Stockhausen and Perotin. Industrial sounds mingle with those of the chapel: playground noise rises through a lumberitig mass of almost pitchless sound, only to be cut-off by a pneumatic jack-hammer.

Such juxtapositions are not hard to engineer. What is difficult is to make them fuse into an integral work, as Normandeau has done. His travelogue of the hyper-real holds together through the most theatrical storms of musique concrète.

Mémoires vives applies similar tactics to a sack full of requiems, pasting tiny processed excerpts into a disorienting collage. Every sound is plundered, though very little can be recognized outright. It’s a brilliant work, and proud of its technical prowess.

But flamboyance can become a vice, as it seems to have done in Rumeurs (Place de Ransbeck). Normandeau has let the trickery run the show in this piece, which degenerates into a game of Name That Sound. But over all, this is a strong, ear-catching album.

His travelogue of the hyper-real holds together through the most theatrical storms of musique concrète.

Sorties

Steeve Laprise, Qui fait quoi, no. 74, June 15, 1990
Friday, June 15, 1990 Press

Toutes les œuvres de cet album ont été retravaillées en janvier 1990 au studio de la Faculté de musique de l’Université de Montréal pour le présent enregistrement. Réalisé avec l’aide du Conseil des arts du Canada, Lieux inouïs est le troisième titre au catalogue de l’étiquette empreintes DIGITALes.

Les Wondeur Brass devenues vertueuses Justine

Lyne Crevier, Le Devoir, June 2, 1990
Saturday, June 2, 1990 Press

Justine, vertueuse comme l’héroïne de Sade ou passionnée comme celle de Durrell est désormais le nom des quatre «super-mémés» rescapées de feu Wondeur Brass. En créant de la musique «contemporelle» tous climats, le quatuor présente ce soir son nouveau spectacle au bar-théâtre Les Loges.

De nos jours, il faut être un peu vertueux pour oser s’aventurer sur une voie musicale pareille et terriblement passionné pour continuer un tel combat. Justine bâtit un répertoire improvisé ou structuré que l’on entend seulement à la radio communautaire ou bien dans les festivals de musique actuelle ici ou à l’étranger. Autrement dit, les filles de Justine (Joane Hétu, sax alto et synthétiseur; Diane Labrosse, claviers; Danille Roger, batterie et synthétiseur; Marie Trudeau, basse électrique), mènent une carrière très clandestine.

D’autant plus confidentielle que leur dernier album, Justine (Suite) sur l’étiquette Ambiances magnétiques, est diffusé à 2000 exemplaires, cassettes et disques compacts confondus. Aussi bien dire une goutte d’eau infiltrée dans l’industrie du disque.

Mais le but des musiciennes est d’explorer sans concession un monde sonore syncopé, arythmique ou bien mélodieux, étudié et vibrant. Chacune compose la musique, trouve les thèmes, fait les arrangements et chante.

«Personne ne dirige le groupe explique Diane Labrosse, on veut plutôt se partager équitablement le pouvoir.»

Revenons au début de la décennie: Wondeur Brass commence sa vie d’artiste. Une fanfare «au féminin» de sept cuivres se baladait alors au gré des festivals de jazz et de musique actuelle en Amérique et en Europe. En brassant tellement les genres, la formation finit par tâter de la musique électronique en plus de la musıque acoustique. Un son neuf émergea. Un nouveau nom aussi: Les poules gloussèrent large en improvisant et composant sans relâche.

La suite des choses prit la forme de l’album actuel dans la foulée de Wondeur Brass et compagnie. Une Suite composée de «courbes et de détours, de jeux et de variations sur eu même».

Le quatuor esquisse des idées musicales, aborde divers sujets, fait mine de se perdre dans les méandres sonores ou sémantiques. Justine ne fait pourtant rien de plus qu’illustrer la vıe dans sa complexité même. L’album annonce la fin de siècle par des titres fracassants: Je suis exécrable, J’ai perdu le temps, J’ai perdu le sommeil, À ne plus savoir, Ça me bat le cœur, etc.

Ça revêt aussi des accents de Meredith Monk (la voix poignante de Diane Labrosse), de Laurie Anderson (le synthétiseur affolé de Danielle Roger), de John Zorn (le saxophone sec de Joane Hétu), de Fred Frith (la basse «free-funk» de Marie Trudeau).

Les voix des musiciennes s’emballent aussi de manière rythmique mélodique ou percutante. Des quatre, c’est Diane Labrosse qui possède l’étoffe d’une chanteuse: un professeur la guide actuellement en ce sens.

Justine étonne par sa musique synthétique fort rigoureuse. Quelque temps avant la sortie de leur album, Hétu, Labrosse, Roger et Trudeau ont retravaillé systématiquement le mixage à l’aide de Robert Langlois.

«Tout ce que l’on désire c’est de pouvoir continuer longtemps à prendre des risques musicaux. On n’a pas choisi cette voie pour se la couler douce ou devenir des vedettes internationales», conclut-t-elle.

Précisément quand Justine (Suite) amorce sa carrière japonaıse!

Justine étonne par sa musique synthétique fort rigoureuse.

Critique

Ti-Poue, L’attention, no. 3:6, June 1, 1990
Friday, June 1, 1990 Press

Troisième de la série de productions électroacoustiques, Volt présente des pièces bien différentes de celles de Calon et Normandeau. Alain Thibault travaille beaucoup avec le visuel et cela peut, parfois, dérouter l’auditeur qui n’a pas «vu.» Tel est le cas de God’s Greatest Gift. Quand on n’a pas vu la bande visuelle, il est bien difficle de comprendre le paradoxe entre la parole de Reagan: «God’s greatest gift is human life» et ses actions (guerres, bombes, etc.). La deuxième pièce, Le soleil et l’acier, de Pauline Vaillancourt (soprano) a été utilisée pour Rivages à l’abandon de Carbone 14. Le mélange voix et musique est sublime. Également à souligner, la pièce ELVIS (Électro-lux, vertige illimité synthétique) avec le quatuor de saxophones de Montréal.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.