Blog

Critiques

L’attention, no. 3:5, March 1, 1990
Thursday, March 1, 1990 Press

Deuxième de la série de quatre productions électroacoustiques de DIFFUSION i MéDIA, Lieux inouïs est une véritable découverte.

Lancé au Planétarium Dow, il fut accompagné d’un spectacle visuel très sobre, un peu répétitif. Heureux mélange; l’acousmatique semble conçue pour ce genre de spectacle. Malgré cela, j’ai préféré la deuxième écoute, chez-moi, les yeux fermés. Comme le dit si bien Normandeau lui-même: «(…) elles m’aident à vivre en ce qu’elles me font découvrir des zones inexplorées qui s’ouvrent devant moi comme des lieux de recueillement et de méditation.»

Un petit album rempli de grandes découvertes; aboutissement de dix années de pratique assidue.

Jeu a obtenu une Mention honorable au 11ème Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie,1989).

Rumeurs (Place de Ransbeck) a obtenu le 2ième prix de la catégorie électroacoustique au 16ième concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1988).

Matrechka a obtenu le prix de la Fédération nationale de musique électroacoustique (France) et une mention dans la catégorie éleclroacoustique au 14ième Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1986) ainsi que le prix du studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) au 1er Concours international Phonurgia-Nova (Arles, France,1986). Un album à se procurer.

Review

Randall Mcilroy, Winnipeg Free Press, February 12, 1990
Monday, February 12, 1990 Press

Fair enough, we’ve heard plenty about records made like movies. Yet there’s no other way to describe Rene Lussier’s ambitious, astounding document.

Lussier’s recent Winnipeg gig with partner Jean Derome was productively rambunctious and intuitive. Le Trésor de la Langue (The Treasure of Language) is controlled and methodical—another world entirely, but equally exciting.

Drawing from his research of the oral francophone traditions of his native Québec, Lussier weaves a dense, glittering tapestry of words and music. Speakers and instrumentalists (including Lussier, Derome, Fred Frith, trombonist Alain Trudel and cellist Tom Cora) play with field recordings of the spoken word, often playing virtual phonetic melodies keyed to the cadences of speech De Gaulle’s infamous Vive Québec libre speech and the FLQ manifesto are folded in, as are hot and cold bursts of Lussier’s guitar, brass jollity and much, much more.

… Lussier weaves a dense, glittering tapestry of words and music.

René Lussier cherche le son derrière le mot

Serge Truffaut, Le Devoir, February 10, 1990
Saturday, February 10, 1990 Press

La langue. La langue parlée, et non écrite, est le sujet du nouvel album de René Lussier, guitariste et compositeur. La langue de bois et la langue du bitume, la langue de salon et la langue épicée, la langue claire ou sombre, la langue dans tous ses états, la langue qu’on emploie à toutes les sauces a été mise en notes.

La langue et son enveloppe sonore qu’on a baptisé «Accent» occupe la face I et la face 2 de cette production qui s’appelle, à juste titre, Le trésor de la langue. Ce trésor a été édité par Ambiances magnétiques, l’étiquette des iconoclastes sérieux, soit Lussier, Jean Derome, Jean-Denis Levasseur, Robert Lepage, les musiciennes de Wondeur Brass et les musiciens de L’Apocalypso Bar.

Ce projet à la fois original et ambitieux, dans le sens le plus noble du terme, Robert Lepage l’a expliqué ainsi, «son procédé—celui de Lussier—consiste à prendre en dictée musicale chaque intervention parlée. Chaque phrase, chaque mot, chaque inflexion sont ainsi transposés en langage musical pour divers instruments. Les mélodies et les motifs obtenus sont ensuite arrangés et orchestrés dans des styles trés variés». On ne peut étre plus clair.

Question de méthode, voici maintenant comment les choses se sont déroulées. Il y a deux ans et demi René Lussier et un de ses complices travaillant dans le milieu cinématographique, soit Claude Beaugrand, sont partis à la chasse aux mots et aux sons. Ils ont loué une auto qu’ils ont baptisée le «French Spirit» comme il y eut le Spirit Of Saint-Louis, puis ils ont pris la route qui passant par la rive nord, devait les amener aux archives sonores de l’Université Laval.

Au cours de ce périple de cinq jours, «nous avons ramassé du stocck de façon anarchique mais avec soin. Je dirais même avec luxe. Pour plus d’authenticité, pour plus d’intégrité on a espionné en quelque sorte les gens. On leur posait des questions de telle sorte qu’ils ne voient pas le micro. On ne voulait pas qu’ils soient gelés par la technique. En fait, on travaillait comme les réalisateurs du cinéma direct».

A ces petites phrases dites à haute voix, Lussier a ajouté des «grosses» phrases. Celles de l’Histoire. Celles qui ont marqué l’Histoire du Québec au cours des 20 dernières années. Soit les phrases politiciennes des Lévesque et De Gaulle, Trudeau et Chartrand, ainsi que les phrases du FLQ lues par Gaétan Montreuil et l’accent de la reine.

«La crise d’octobre, lorsqu’elle a eu lieu j’avais 12 ans. J’étais encore trop jeune pour étre conscient de la portée de ces événements. Ce que les membres du FLQ ont fait à cette époque s’explique. Ça ne se justifie pas, mais ça s’explique. Pour ce qui est du texte, qui fait 15 minutes, j’ai essayé de conserver les moments les plus forts et qui sont encore actuels. Les farces ont pris le bord. D’ailleurs pour tous les textes, j’ai voulu éviter la caricature. J’ai gommé afin de ne pas tomber dans le piège qui aurait consisté à ridiculiser les gens».

Musicalement, le travail accompli a été fait en étroite collaboration avec le saxophoniste et flûtiste Jean Derome, le guitariste britannique Fred Frith, le contrebassiste Claude Simard, le tromboniste Alain Trudel, alors que Claude Beaugrand était en charge des Ambiances magnétiques.

Pendant deux ans et demi Lussier a donc enregistré des paroles. Ensuite, il a transcrit leur enveloppe musicale sur la portée musicale. Puis, il a fallu arrangé. n a fallu trouver la note du mot qui correspondait à la note de la clarinette, de la guitare et autres. Un véritable travail de bénédictin.

Le résultat de cette aventure unique dans les annales est étonnant détonnant. Rien n’a été fait à l’aune de la gratuité. Tout a été fait avec soin. Entendons-nous bien, il ne s’agit pas d’une production qui s’écoute confortablement. Nous sommes à mille lieux du racolage sonore. Nous sommes dans notre propre musique. Celle de chaque instant du jour ou de la nuit. Le trésor de la langue, «c’est le contraire de la musique commerciale». À écouter au moins une fois!

Le résultat de cette aventure unique dans les annales est étonnant détonnant. Rien n’a été fait à l’aune de la gratuité. Tout a été fait avec soin.

Paroles de musicien

Laurent Saulnier, Voir, January 25, 1990
Thursday, January 25, 1990 Press

On appelle ça un disque important. Et même: un monument. Avec Le trésor de la langue, René Lussier trace un singulier portrait sonore de la situation de la langue au Québec. Un petit cours d’histoire des vingt dernières années.

L’idée de départ est pourtant toute simple: calquer, sur un instrument de musique, les notes émises par la voix lorsqu’elle parle. Mais ce n’est pas tout d’avoir l’idée. Il faut aussi trouver les bones choses à calquer. Lussier ne sait pas combien d’heures d’entrevue il a enregistrées, à micro caché ou dévoilé; combien d’extraits de discours, de déclarations, il est allé chercher dans les archives radio-canadiennes.

«On a essayé d’écrire des scénarios, déclare Lussier, mais on n’a jamais été capables de les compléter ou d’y coller. Le trésor de la langue s’est fait dans une totale anarchie, sans savoir ce que l’on cherchait, ni ce qu’on allait trouver. Moi, je voulais parler de l’histoire du Québec. Je me suis acheté des livres parce qu’à l’école, on ne me l’a pas apprise. On a ensuite passé des heures en studio pour coller note pour note au discours parlé. Petit bout par petit bout, piste par piste.» De la notation à l’exécution, un travail de moine.

La pertinence des extraits qu’il a choisis ne fait aucun doute. Que ce soit de Gaulle et son célèbre Vive le Québec libre («C’est un show rock, ça!»), Gaetan Montreuil lisant le manifeste du FLQ ou le discours de René Lévesque lors de la défaite référendaire de 1981. En fait, Le trésor de la langue, c’est comme du cinéma sans les images. On a la musique, les sonorités ambiantes… Il ne reste qu’à faire nos propres images.

Guitariste autodidacte et as de la musique improvisée, Lussier a remporté, avec Le trésor de la langue, le prix Paul-Gilson de la Communauté des Radios Publiques de Langue Française (CRPLF), prix couronnant normalement une composition de musique contemporaine. Avec ce contenu plutôt subversif, imaginez la surprise de la société d’État, prise au piège de la diffusion de cette œuvre… La prochaine étape pour Lussier est maintenant de monter Ie concert, mission quasi impossible… «On va le faire, mais sans bandes. Les textes seront lus par des chanteurs.» En attendant, Lussier poursuit son travail avec Derome au sein des Granules, avec un album à paraitre au cours du printemps. Le trésor de la langue est disponible en format vinyle et disque compact sur étiquette Ambiances magnétiques.

On appelle ça un disque important. Et même un monument.

Doigts d’auteurs

Luc Fortin, Voir, January 25, 1990
Thursday, January 25, 1990 Press

L’électroacoustique, c’est un peu le cinéma de l’oreille. On enregistre des sons, synthétiques ou naturels, pour ensuite les modifier et les disposer dans un ordre voulu, comme un cinéaste décide du montage après avoir tourné les séquences. Cette forme d’art relativement nouvelle, les premiers essais datant d’à peine 45 ans, a trouvé un terrain de prédilection au Québec.

«Montréal regorge de compositeurs électroacoustiques, leurs œuvres sont présentées de plus en plus lors de concerts de musique actuelle et des Québécois se signalent régulièrement dans des concours internationaux», confirme Jean-François Denis, compositeur et cofondateur, avec Claude Schryer et Suzanne Lortie, d’une toute nouvelle étiquette de disques, empreintes DIGITALes, consacrée exclusivement à la musique électroacoustique québécoise.

Pour une première année d’activité, ces pionniers y vont toutes voiles dehors; quatre lancements à l’horizon, puis des concerts présentant les pièces du disque. Le grand départ s’effectuera le 31 janvier à la Maison de la culture Frontenac avec le disque Lignes de vies: récits électriques, de Christian Calon. Ce lancement sera suivi d’une diffusion sur 16 haut-parleurs de trois autres œuvres de Calon, dont Minuit, qui lui a rapporté l’an dernier un premier prix au prestigieux Concours international d’électroacoustique de Bourges. Plus tard cette annce, auront lieu les concertslancements de Robert Normandeau aussi lauréat d’un prix à Bourges, et d’Alain Thibault, qu’on a pu entendre au festival de Victoriaville il y a deux ans, et qui aime bien faire intervenir des instrumentistes en direct dans ses œuvres. Enfin, un disque collectif, à l’automne prochain, marquera la tenue à Montréal du Festival New-Music America.

Critique

Jacques Lonchampt, Le Monde, December 1, 1989
Friday, December 1, 1989 Press

[…] Lune noire, à la fois raffinée dans ses matériaux et d’un art très puissant dans le développement […]

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.