Blog

Critique

Carol Bergeron, Le Devoir, October 1, 1988
Saturday, October 1, 1988 Press

… une claveciniste à découvrir, d’autant qu’elle a le courage de s’attaquer à un répertoire exclusivement contemporain, Vivienne Spiteri laisse un excellent souvenir de son premier disque.

… une claveciniste à découvrir…

Review

Robert Everett-Green, The Globe and Mail, June 9, 1988
Thursday, June 9, 1988 Press

Several decades after its revival as a concert instrument, the harpsichord is well into its second renaissance. This new album by the Canadian harpsichordist Vivienne Spiteri features six works written for the instrument since the mid-seventies.

Included are pieces by Louis Andriessen and Bengt Hambraeus and by lesser-known Dutch and Canadian composers. Spiteri has been touring with this repertoire for some time, and her recorded efforts have a mature, authoritative sound.

Several of the pieces display curiosity about the harpsichord’s distinctive sonority, and a few make feints in the direction of its brave baroque past. HambraeusCapriccio I, for example, is sprinkled with souvenirs of eighteenth- and nineteenth-century idioms, the easy co-existence of which suggests a notion of the tradition that is like a view through several translucent panes of glass.

Hope Lee’s Melboac rigorously parses the permutations of her virile sonograms, while Andriessen’s Overture to Orpheus sets up a languid canon of voices so close as to seem each other’s shadow. Tim Brady’s Reaching Past and Micheline Coulombe Saint-Marcoux’s Miroirs use electronics to play with some of the harpsichord’s steelier sonorities, while Ton de Leeuw’s acoustic, Mo-Do has a contemplative Oriental cast.

In all, this is a fine release from Société nouvelle d’enregistrement, and a brilliant debut album for Spiteri.

… a brilliant debut album for Spiteri.

Review

Mark Miller, Downbeat, February 1, 1988
Monday, February 1, 1988 Press

Pop music is rainproof," observed René Lussier. back in 1984 on the release of his first album, Fin du Travail (Version 1).

"We are the rain" At the time, the "we" of the guitarist’s tidy metaphor was a small community of musicians in Montréal, French-Canadians who shared a similarly inquisitive perspective on contemporary music.

In the years since, during which time a few additional Lussier albums have been released—among them, the free-blowing Chants et danses du monde inaminé in collaboration with reedman Robert Lepage, and a pair of albums (the meticulous Soyez vigilant… restez vivants and the just released Le retour des granules) assembled with multi-reedist Jean Derome— his "rwe" has taken on an international dimension. Another album, a collaboration with New York guitarist Fred Frith that also involves members of David Moss’ Dense Band and the German trio Cassiber, was recorded live at the Festival International de Musique Actuelle de Victoriaville, and issued under the Québec festival’s own Victo label.

Lussier, 30, has had a remarkably productive career in Montréal, initially in progressive-rock, film, theatre, and jazz, and now with a unique music that draws deeply on French-Canadian traditions. He mixes old and new freely, folk reels and rhythms with free improvisation and post-Hendrix sonics— a kind of Québécois Van Dyke Parks travelling in a material world, and on a budget at that.

His recordings, released under the co-op Ambiances magnétiques label, have a cinematic quality, with a sense of montage, of manipulated image, and of real time and place. For his recording with Frith, both the musicians and the hall were micted, and the ambient sound—the conversations back at the bar, for example—is integral to the finished work. He is careful not to lose the human element in his music; his concern extends further to the latest technology.

"We are not into industrial music. Yet. Everything is possible, of course´… " He admits that he has bought an old synthesizer, one of the earliest available commercially, but he is cautioned by the memory of recording Soyez vigilant… restez vivants. "Jean Derome had a really old synth that didn’t work all the time. We’d take it out, open it up, fix it, bring it back to the studio: it’s not the same sound as it was 10 minutes ago, but that’s okay. We have to find a place where the new technology should join our music, and not just dive in with DX-7s. "

With or without the DX-7s, though, his music would remain very specific to René Lussier and his milieu. That, surely, limits its potential audience. Lussier sees it differently "The more you are grounded in your own culture," he says now, "the more you have something to say to other people."

The 1987 International Computer Music Conference: A Review

JoAnn Kuchera-Morin, Robert Morris, Perspectives of New Music, no. 26:1, January 1, 1988
Friday, January 1, 1988 Press

[…] Deschênes is a well known French-Canadian performance artist working in the dance / mixed media tradition of Alvin Nicolais. And like Nicolais, she has a brilliant mind for effect. […] Judging from the adulations of the audience, the experience must have evoked some of the same fever as the 1951 production in Paris of The Veil of Orpheus with musique concrète by Pierre Henry. […]

… she has a brilliant mind for effect.

C’est le retour des granules

Serge Truffaut, Le Devoir, November 7, 1987
Saturday, November 7, 1987 Press

Avant de se mettre entre parenthèses, Jack Kerouac a usé sa vie à formuler des idées qui, n’en déplaisent aux comptables ringards de la «Culture Mossieu», possédaient la fabuleuse vertu de la lucidité.

Parmi ses bons mots, on se doit de retenir cette dédicace d’un de ses poèmes ou romans: «Pour les gens qui savent mais se taisent». Pour les hommes et les femmes, ou vice-versa, qui demeurent silencieux par refus de s’impliquer dans le jeu nauséabond de l’imbécilité.

Affirmons-le tout net, l’album intitulé Le retour des granules de Jean Derome et René Lussier s’adresse aux gens qui ne sont pas dupes de ce petit jeu. Peut-être faut-il préciser que ce 33-tours est la suite de Soyez vigilants paru il y a plus d’un an sur l’étiquette Ambiances magnétiques.

Lorsqu’une production musicale est habillée avec un certain souci d’integrité et de surprise, comme c’est ici le cas, la critique, par convention ou par paresse, se contente généralement des poncifs du style «voici une musique engagée». On se livre mécaniquement à la dissection en utilisant les lieux communs les plus commodes et on se retrouve gros-jean comme devant à allonger des phrases qui n’ont plus de sève.

Plutôt que de se contenter d’expressions cuisinées dans les fours micro-ondes de la facilité, on se doit de parler ici de musique qui, tout simplement, n’est pas indifférente à ce qu’il est convenu d’appeller le monde.

Voici un album plein de sensibilité et de révolte, de clins d’oeils et de sourires. Voici un album qui possède méme la qualité de ses défauts. Voici un album où, c’est devenu tellement rare, des artistes prennent des risques.

Au moment où l’on nous casse les pieds avec le groupe Uzeb qui a décidé de produire sa musique pubère à trois au lieu de quatre, au moment où les actions et autres obligations expriment leur «RÉA le bol» boursier, Le retour des granules, en dosant avec bonheur mille et un ingrédients frappe juste.

A bien des égards. le disque de Derome et Lussier fait état d’une démarche analogue à celle de l’Art Ensemble of Chicago ou de Don Cherry. Comme ces merveilleux iconoclastes, nos deux compères tissent une toile avec tous les styles qui se rattachent à cet arbre dont les branches ont été sculptées par Duke Ellington et les musiques ethniques, par Nino Rotta et les fanfares, par Fred Frith et les instruments les plus hétéroclites. Et-par… le blues, «nom de Diou»!

Ceux qui ont suivi ces deux musiciens vont trouver cela bien étrange, ce lien avec le blues. S’il est vrai qu’on n’entend pas de ces rythmes célébrés par Muddy Waters ou Willie Dixon, il reste que le blues compris comme regard sensible sur les autres est présent.

La pièce-titre de l’album, soit Le retour des granules, «est un hommage à la cendre, au sable, à la poussière, à la «rippe», à la poudre, au pollen, aux miettes». Les instruments? Flûtes, cendriers, clarinette basse, bongos, eau qui bouille, et synthétiseur qualifié de désuet. Sur Nombril/fusil. Derome hurle qu’il lui faut de la fibre, qu’il a des entrailles et que son corps est rendu tout digital. Nombril/fusil pourrait fort bien constituer une satire exemplaire de ce narcissisme physique béatement entretenu par des cohortes de moutons de… Selon le mot de Derome, cette composition est un hommage (sic) aux existentialistes.

On trouve même un Gloire au seigneur où il est dit «Gloire au seigneur, méme sous la mitraille. Allons-y car nous sommes de taille. Allons-y. Délogeons ces canailles. Pour la liberté» On l’aura compris, il s’agit-là d’une satire de «cette confusion que l’on crée-parfois entre politique et religion». Nombril/fusil Si d’aventure vous êtes de ces gens qui savent mais se taisent, alors procurez-vous vite, très vite cet album qui a tout pour réconforter nos petits neurones plus que fatigués par le concert d’hypocrisie auquel on assiste depuis une semaine… Deux disquairés seulement proposent cet album, soit le Va-et-vient sur Mont-Roval, et Obliques sur Rivard.

Voici un album plein de sensibilité et de révolte, de clins d’oeils et de sourires.

Hommes-orchestre

Charles Guilbert, Voir, September 11, 1987
Friday, September 11, 1987 Press

Avec Le retour des granules, Derome et Lussier triturent la musique… un duo à voir, avant qu’il ne se propulse en orbite.

Tumulte musical en vue: deux hommes-orchestre se rencontrent sur disque et sur scène! Il s’agit de Jean Derome et René Lussier, deux audacieux musiciens qui travaillent côte à côte et fouillent la musique comme une terre sans fond depuis presque dix ans… Le premier a fait ses débuts avec Nébu; le second avec Conventum. Ils ont formé des dizaines de trios, de quatuors, de quintettes et autres commandos, fait des centaines de spectacles et produit quelques disques.

Ensemble, Derome et Lussier concoctent une musique bigarrée où se bousculent le rock psychédélique, le jazz, la musiqne contemporaine, l’improvisation et le folklore. En 86, ils lançaient leur premier vinyle ensemble: Soyez vigilants, restez vivants! -(un très beau disque!).

Aujourd’hui, c’est à grands coups de saxos, flûtes traversières, claviers, jouets, appeaux, bandes sonores, batterie électronique, voix et gimbarde -pour Derome-, et de guitare électrique, basse, percussions, voix et "plaque de gigueux électrifiée" - pour Lussier-, qu’ils plongent dans Le Retour Des Granules.

C’est le titre de leur nouveau spectacle et de leur projet. Un titre qui indique une façon toute particulière de faire de la musique: en regardant des éléments microscopiques à la loupe, en écoutant Ies plus petits bruits au cornet et en Ies assemblant pour créer de véritables toiles d’araignée musicales. «Notre travail en studio est en train dc changer complétement notre manière de jouer de la musique, confie Jean Derome.

On joue maintenant plusieurs instruments, plusieurs pistes à la fois. On s’est habitué à entendre notre musique mêlée à toutes sortes de fonds sonores. On a donc décidé d’intégrer dans notre musique des sons qui la situent dans différents contextes».

Le résultat est étonnant! Les ambiances sonores se succèdent à une vitesse folle et provoquent une multitude d’émotions. On dirait une musique déchiquetée, triturée, émiettée. En spetacle, Ies musiciens sont innondés, entourés d’une panoplie d’instruments. «Il faut retrouver le sens du spectacle. On oublie de plus en plus les arts de la scène pour les remplacer par Ia vidéo, le cinéma, le disque. On perd le sens des vraies personnes». Peut-être est-ce parce que les spectacles sont dceenus trop prévisibles et les artistes prisonniers de l’image qu’on fait d’eux… Ce n’est pas le cas de Derome-Lussier! Ils n’essaicront pas, en show, de jouer exactement "comme sur disque", et laisseront beaucoup de place à l’improvisation.

On prend un vif plaisir voir ces musiciens utiliser leur instruments tantôt avec une virtuosité presque classique, tantôt en les trafquant de façon iconoclaste. Avec eux, tous les bruits peuvent devenir un événement.

Ensemble, Derome et Lussier concoctent une musique bigarrée où se bousculent le rock psychédélique, le jazz, la musiqne contemporaine, l’improvisation et le folklore.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.