Blog

Critique

Denis Huot, Le Musicien québécois, no. 2:1, March 1, 1990
Thursday, March 1, 1990 Press

René Lussier est surtout connu dans les milieux dits alternatifs. Il est même une vedette attitrée du Festival international de la musique actuelle de Victoriaville depuis plusieurs années. Guitariste. bassiste et compositeur il a une feuille de route bien remplie. Il a joué dans le groupe Conventum. dans l’ensemble de musique improvisée de Montréal (EMIM): il a été associé à plusieurs projets avant-gardistes et il a été l’accompagnateur de Pauline Julien pendant quelques années. En tant que compositeur, il a émergé avec la mise en place de l’étiquette montréalaise Ambiances magnétiques. Il œuvre actuellement avec deux formations, Granules et Keep the Dog. On le retrouve souvent avec les deux mêmes acolytes. Jean Derome (saxophone, flûte, clavier) et Fred Frith (basse électrique, violon, piano). L’an dernie, en Belgique. Lussier a remporté le prix Paul Gilson de la Communauté des radios publiques de langue française. Décerné à une œuvre contemporaine. ce prix lui était remis pour la première partie du Trésor de la langue.

La véritable originalité de ce disque réside dans son concept et dans son procédé unique de composition. Le point central se trouve dans la question initiale: est-ce important de parler français au Québec? Quelle est donc cette langue que l’on tient tant à préserver? Quel est son mystère? Qu’y a-t-il donc sous les mots?

Au départ, nous retrouvons des «échantillons de paroles»: d’une part des segments historiques avec des documents d’archives officielles comme l’enregistrement original de «Vive le Québec libre!» du Général de Gaulle, Ie manifeste du FLQ lu par Gaétan Montreuil, la défaite du référendum, commentée le soir même par René Lévesque. un discours de Maurice Duplessis. une célèbre envolée oratoire de Michel Chartrand… D’autre part. nous avons des échantillons de paroles de gens ordinaires, plus gratuites’ spontanées et quotidiennes. Puis, ces bandes sont traitées, superposées, trafiquées. C’est dans le montage hyperlaborieux, qui a exigé deux ans et demi de travail de moine, que se situe le défi artistique de ce disque. Les paroles sont comme «prises en dictée» par un instrument ou l’autre. Selon le compositeur, à certains moments. La musique est un support, voire même l’ombre de la voix, alors qu’à d’autres moments c’est au contraire la paroie qui soutient la musique. Le créateur décrit sa musique comme du «cinéma direct en sons».

Lussier procède souvent par tâtonnements et essais. Il I’admet d’ailleurs lui-même: «Le trésor de la langue s’est fait dans une totale anarchie, sans savoir ce que l’on cherchait ni ce qu’on allait trouver.» On y sent quelque chose d’inachevé. Après une écoute intégrale (65 minutes),I’auditeur continue à se demander ce que l auteur cherchait réellement.

Le sujet de la langue se prête à de hautes dissonances, non seulement politiques, mais musicales. Voici probablement un point qui en rebutera plus d un: la musique est d’une approche trés contemporaine. Elle est d’une complexité déroutante. décourageante, assez carrée et, par moment, franchement écorchante pour les oreilles fragiles. Est-il possible que cette œuvre touche plus de gens que ne le fait habituellement la musique contemporaine? René Lussier explique: «Lorsque tu écoutes un discours qui te touche, tu t’ouvres à la musique qui en sort aussi compliquée soit-elle. C est une référence directe. Mais si on n a pas de références liées à la parole on trouvera cette musique très étrange.»

Le Trésor de la langue s’avère un disque important, sunout à cause de son sujet, la langue française. Mais, sur le plan musical, le résultat n’est pas des plus probants: car, même ce qui est intéressant n’a pas nécessairement de valeur.

Discos

Margen, no. 3, March 1, 1990
Thursday, March 1, 1990 Press

Narrar aqui la trayectoria del compositor, improvisador y productor canadiense René Lussier es harto dificil dada la capacidad metamórfica que posee para travestir su estilo en mil y un formatos. Prueba evidente es la cantidad de nombres que se le asocian: Arpege, Conventun, Les 4 Guitaristes de L’Apocalypso Bar, Les Granules… grupos, todos ellos, de enorme creatividad y algunos, los más, de referenicia obligada a la hora de hacer balance de la historia de la música de vanguardia.

Entre sus obras, y aparte de su abultada discografia, hay que señalar también sus bandas sonoras para más de cuarenta peliculas, amén de sus obras de encargo, o las inmunerables colaboraciones con otros músicos. Todo ello reconocido a través de los premios concedidos por diversas agrupaciones que lo acreditan como uno de los grandes compositores contemporáneos.

Su discografia resulta tan sorprendente como inesperada, el rock más inteligente, la improvisación o la investigación electroacústica son sus géneros predilectos. ¿Sugerencias?… Bueno, sus discos con Conventum son de escucha obligada, Le Trésor de la langue, quizás su obra más arriesgada, proponia la búsqueda de la musicalidad del lenguaje, el francés en este caso y Le corps de l’ouvrage, su novisimo CD, recoge una serre de piezas instrumentales cogidas de bandas sonoras de peliculas, proyectos especiales y recientes composiciones, en el que puede ser su mejor trabajo de los últinos años Acompañado de once instrumentistas, incluyendo una sección de viento, Lussier nos vuelve a sorprender con su estilo único, personal e intransferible.

À propos des concerts du 16 février

Jacques Bonnaure, La Lettre du musicien, no. 84, March 1, 1990
Thursday, March 1, 1990 Press

En seconde partie, Robert Normandeau présentait Rumeurs (Place de Ransbeck), qui obtint le 2ème Prix du Concours international de musique électroacoustique de Bourges 1988. Le titre évoque bien ce Théâtre d’ombres (pour reprendre le titre de la dernière œuvre de François Bayle) qu’est la musique acousmatique. L’objet sonore repérable est-il le signe de la réalité, ou son ombre, sa rumeur? L’œuvre se fonde sur une grande hétérogénéité de sons: bruits, voix déformées, silences. Il y a même un élément quasi anecdotique, proche des musiques de thrillers: on entend des portes, des serrures qui grincent, de mystérieux souffles. Et puis encore… de la musique. Rumeurs (Place de Ransbeck) est la pièce la plus musicale de la soirée. Ça et là surgit un accord tonal, une voix. Robert Normandeau a élaboré quelque chose comme une harmonie acousmatique. De même que, dans les traités classiques, les dissonances se résolvent en accords parfaits, de même ici, les sons bruts, agressifs, se résolvent en oiseaux lointains, avec une remarquable fluidité. Jusqu’à la fin, Robert Normandeau aura tenu le paradoxe d’osciller «entre le sonore et le sens» sans prendre position. Et ce faisant, il remonte aux sources mêmes de l’acte musical, message sémantique et geste esthétique replié sur soi.

Critiques

L’attention, no. 3:5, March 1, 1990
Thursday, March 1, 1990 Press

Deuxième de la série de quatre productions électroacoustiques de DIFFUSION i MéDIA, Lieux inouïs est une véritable découverte.

Lancé au Planétarium Dow, il fut accompagné d’un spectacle visuel très sobre, un peu répétitif. Heureux mélange; l’acousmatique semble conçue pour ce genre de spectacle. Malgré cela, j’ai préféré la deuxième écoute, chez-moi, les yeux fermés. Comme le dit si bien Normandeau lui-même: «(…) elles m’aident à vivre en ce qu’elles me font découvrir des zones inexplorées qui s’ouvrent devant moi comme des lieux de recueillement et de méditation.»

Un petit album rempli de grandes découvertes; aboutissement de dix années de pratique assidue.

Jeu a obtenu une Mention honorable au 11ème Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie,1989).

Rumeurs (Place de Ransbeck) a obtenu le 2ième prix de la catégorie électroacoustique au 16ième concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1988).

Matrechka a obtenu le prix de la Fédération nationale de musique électroacoustique (France) et une mention dans la catégorie éleclroacoustique au 14ième Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1986) ainsi que le prix du studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) au 1er Concours international Phonurgia-Nova (Arles, France,1986). Un album à se procurer.

Review

Randall Mcilroy, Winnipeg Free Press, February 12, 1990
Monday, February 12, 1990 Press

Fair enough, we’ve heard plenty about records made like movies. Yet there’s no other way to describe Rene Lussier’s ambitious, astounding document.

Lussier’s recent Winnipeg gig with partner Jean Derome was productively rambunctious and intuitive. Le Trésor de la Langue (The Treasure of Language) is controlled and methodical—another world entirely, but equally exciting.

Drawing from his research of the oral francophone traditions of his native Québec, Lussier weaves a dense, glittering tapestry of words and music. Speakers and instrumentalists (including Lussier, Derome, Fred Frith, trombonist Alain Trudel and cellist Tom Cora) play with field recordings of the spoken word, often playing virtual phonetic melodies keyed to the cadences of speech De Gaulle’s infamous Vive Québec libre speech and the FLQ manifesto are folded in, as are hot and cold bursts of Lussier’s guitar, brass jollity and much, much more.

… Lussier weaves a dense, glittering tapestry of words and music.

René Lussier cherche le son derrière le mot

Serge Truffaut, Le Devoir, February 10, 1990
Saturday, February 10, 1990 Press

La langue. La langue parlée, et non écrite, est le sujet du nouvel album de René Lussier, guitariste et compositeur. La langue de bois et la langue du bitume, la langue de salon et la langue épicée, la langue claire ou sombre, la langue dans tous ses états, la langue qu’on emploie à toutes les sauces a été mise en notes.

La langue et son enveloppe sonore qu’on a baptisé «Accent» occupe la face I et la face 2 de cette production qui s’appelle, à juste titre, Le trésor de la langue. Ce trésor a été édité par Ambiances magnétiques, l’étiquette des iconoclastes sérieux, soit Lussier, Jean Derome, Jean-Denis Levasseur, Robert Lepage, les musiciennes de Wondeur Brass et les musiciens de L’Apocalypso Bar.

Ce projet à la fois original et ambitieux, dans le sens le plus noble du terme, Robert Lepage l’a expliqué ainsi, «son procédé—celui de Lussier—consiste à prendre en dictée musicale chaque intervention parlée. Chaque phrase, chaque mot, chaque inflexion sont ainsi transposés en langage musical pour divers instruments. Les mélodies et les motifs obtenus sont ensuite arrangés et orchestrés dans des styles trés variés». On ne peut étre plus clair.

Question de méthode, voici maintenant comment les choses se sont déroulées. Il y a deux ans et demi René Lussier et un de ses complices travaillant dans le milieu cinématographique, soit Claude Beaugrand, sont partis à la chasse aux mots et aux sons. Ils ont loué une auto qu’ils ont baptisée le «French Spirit» comme il y eut le Spirit Of Saint-Louis, puis ils ont pris la route qui passant par la rive nord, devait les amener aux archives sonores de l’Université Laval.

Au cours de ce périple de cinq jours, «nous avons ramassé du stocck de façon anarchique mais avec soin. Je dirais même avec luxe. Pour plus d’authenticité, pour plus d’intégrité on a espionné en quelque sorte les gens. On leur posait des questions de telle sorte qu’ils ne voient pas le micro. On ne voulait pas qu’ils soient gelés par la technique. En fait, on travaillait comme les réalisateurs du cinéma direct».

A ces petites phrases dites à haute voix, Lussier a ajouté des «grosses» phrases. Celles de l’Histoire. Celles qui ont marqué l’Histoire du Québec au cours des 20 dernières années. Soit les phrases politiciennes des Lévesque et De Gaulle, Trudeau et Chartrand, ainsi que les phrases du FLQ lues par Gaétan Montreuil et l’accent de la reine.

«La crise d’octobre, lorsqu’elle a eu lieu j’avais 12 ans. J’étais encore trop jeune pour étre conscient de la portée de ces événements. Ce que les membres du FLQ ont fait à cette époque s’explique. Ça ne se justifie pas, mais ça s’explique. Pour ce qui est du texte, qui fait 15 minutes, j’ai essayé de conserver les moments les plus forts et qui sont encore actuels. Les farces ont pris le bord. D’ailleurs pour tous les textes, j’ai voulu éviter la caricature. J’ai gommé afin de ne pas tomber dans le piège qui aurait consisté à ridiculiser les gens».

Musicalement, le travail accompli a été fait en étroite collaboration avec le saxophoniste et flûtiste Jean Derome, le guitariste britannique Fred Frith, le contrebassiste Claude Simard, le tromboniste Alain Trudel, alors que Claude Beaugrand était en charge des Ambiances magnétiques.

Pendant deux ans et demi Lussier a donc enregistré des paroles. Ensuite, il a transcrit leur enveloppe musicale sur la portée musicale. Puis, il a fallu arrangé. n a fallu trouver la note du mot qui correspondait à la note de la clarinette, de la guitare et autres. Un véritable travail de bénédictin.

Le résultat de cette aventure unique dans les annales est étonnant détonnant. Rien n’a été fait à l’aune de la gratuité. Tout a été fait avec soin. Entendons-nous bien, il ne s’agit pas d’une production qui s’écoute confortablement. Nous sommes à mille lieux du racolage sonore. Nous sommes dans notre propre musique. Celle de chaque instant du jour ou de la nuit. Le trésor de la langue, «c’est le contraire de la musique commerciale». À écouter au moins une fois!

Le résultat de cette aventure unique dans les annales est étonnant détonnant. Rien n’a été fait à l’aune de la gratuité. Tout a été fait avec soin.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.