Works Et si toute entière maintenant Luc Ferrari

Et si toute entière maintenant

  • Luc Ferrari
  • Year of composition: 1987
  • Duration: 34:00
This text is unavailable in English.

«Nul plus que Luc Ferrari parmi les musiciens français contemporains n’est attentif aux croisements des matières et des formes, des médias et des regards. Aussi, lorsque désirant donner à l’opération de création multimédia Brise-Glace une importante dimension sonore et musicale, le Ministère des Affaires étrangères entraîna Radio-France (les programmes musicaux de France-Culture) dans cette aventure polaire, son nom s’imposa-t-il. Nous lui proposâmes de rêver sur le thème commun à toutes les œuvres de cette symphonie de médias: un brise-glace errant dans les blancheurs arctiques. Le principe général de Brise-Glace est d’associer dans chaque média des œuvres réalistes (documentaires) et des œuvres non-réalistes (musique, fiction) pour approcher le réel. Luc Ferrari composait à Paris une musique pour un brise-glace imaginaire; au retour lui fut remise toute la moisson sonore, pour qu’il fasse confluer, en une seule musique, le rêve et la réalité.»

— Pascal-Emmanuel Gallet

À propos de la partition nommée Brise-Glace: «Pendant que mes amis de La Muse en circuit et de Radio-France étaient partis pour vivre et enregistrer le brise-glace, je commençais à écrire une musique orchestrale en me laissant porter par une situation que je ne pouvais imaginer que de très loin, et pour cause. Je me mis à composer de courtes séquences «impressionnistes» qui dans mon idée correspondaient à différents états de la mer et de la glace. La partition n’est donc pas à lire (ou à écouter) dans sa continuité, mais était destinée à servir par la suite de matériaux à transformer électroniquement et à introduire dans le tissu d’une histoire. L’orchestre apparaît rarement en tant que tel, joue plutôt en contrepoint avec les bruits naturels, ressortant soudain ou s’enfonçant en eux (se perdant) comme la coque d’un navire.» — Luc Ferrari

À propos de Et si toute entière maintenant: «L’aventure avait la forme d’un voyage-reportage sur un brise-glace, navire très spécial, avec ses hommes qui vont, qui s’activent, aux gestes toujours précis et mystérieux, attentifs avant tout aux mouvements et aux glissements de la glace. Luc Ferrari devait ne pas participer au voyage et composer une image rêvée. Il m’a donc demandé d’embarquer dans ce rêve et de lui raconter. Ainsi nous sommes-nous mis au travail. Il m’apportait des sons, je lui apportais des textes: un rythme est né. Nous avons alors emmêlé, démêlé, mélangé les bruits et les mots, les fictions et les réalités, et de cela est apparu un conte symphonique dont la chaleur sensuelle tente de détourner le froid.» — Collette Fellous

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.