electrocd

Images soniques

Martin Geoffroy, Continuum, November 11, 1991

La musique de Yves Daoust ressemble beaucoup à la trame sonore d’un film. Voix, bruits de la vie quotidienne et instruments de musique se mélangent pour faire jaillir dans nos têtes des images, sans que le support du film ne soit désormais nécessaire.

Après des études en piano et en composition au Conservatoire de musique de Montréal, Yves Daoust rencontre Maurice Blackburn et Norman McLaren de l’Office National du Film, deux pionniers du cinéma expérimental canadien. C’est cette rencontre qui vas faire découvrir l’électroacoustique à Daoust, il deviendra concepteur sonore pour L’ONF en 1976. «Le grand compositeur Pierre Henry disait qu’il en avait plus appris sur son métier dans les salles de cinéma que dans les salles de concert» souligne le musicien.

En 1979, il quitte l’ONF pour se consacrer entièrement à l’enseignement et à la promotion de la musique électroacoustique. Il est aujourd’hui directeur de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ) qu’il a aidé à fonder en 1978. «Quand on a fondé l’ACREQ, on était seulement dix à faire de l’électroacoustique et on était loin de se douter du succès qu’était pour connaître cette musique au Québec» affirme le compositeur.

Après dix ans de travail acharné, l’artiste sortait son premier disque compact, Anecdotes sur étiquette empreintes DIGITALes en septembre dernier. Le titre de chacune des pièces renvoie à la musique classique. On parle de sonate, de toccata et il y a même un petit clin-d’œil à Mozart intitulé Petite musique sentimentale. «Je crois que la musique électroacoustique est en filiation directe avec la tradition du classique occidental, c’est en fait la véritable musique du XXe siècle» soutient Yves Daoust. Ce qui ne signifie pas pour autant que l’on doive délaisser la formation classique en musique, puisqu’il ne suffit pas d’être un bon technicien en studio pour faire de l’électroacoustique. «Ce n’est pas parce qu’on manie bien le verbe qu’on peut être un bon écrivain» explique l’artiste.

Devant la popularité grandissante de l’électroacoustique à Montréal, Yves Daoust reste très prudent. «Même si le milieu est très effervescent en ce moment, on ne va pas se mettre à se regarder le nombril et dire qu’on est devenu la Mecque de l’électroacoustique» dit le directeur de l’ACREQ. Avec des artistes de la trempe d’Yves Daoust, on est bien près du but.