electrocd

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no. 11, January 1, 1992

Voici le sixième disque du label empreintes DIGITALes. une série qui remporte un grand succès puisque les quatre premiers disques, épuisés, connaissent un retirage. Ce CD nous propose cinq pièces, de 1979 à 1991, de Yves Daoust (compositeur canadien né en 1946). Ce qui marque le plus, c’est l’unité de son propos, réunie dans le titre Anecdotes. L’élément anecdotique signifie un renvoi direct à la source du son, qui n’est plus dissimulée. Ces anecdotes (radio, bruits du quotidien, ambiances urbaines, mais aussi l’instrument parfois) apportent un souffle de vie. Elles sont, aussi, souvent utilisées pour changer d’espace: du clavecin, on passe brutalement aux bruits de la rue, un piano émerge des sons de la radio ou de l’amblance d’un marché, etc. Précisons, puisque l’on parle des instruments, qu’il y a trois pièces mixtes, une pour piano (Jacques Drouin) et bande, une pour flûte (Lise Daoust) et bande, et la dernière pour accordéon (Joseph Petric) et bande. Toutes les parties instrumentales, citations du répertoire classique, se marient parhitement avec les éléments fixés sur la bande magnétique: l’instrument est une source parmi les autres plutôt qu’une source à part des autres. Ultime précision, la pièce Suite Baroque est divisée en quatre mouvements, chacun étant intercallé entre les autres pièces, servant de transition «permettant peut-être d’écouter tout le disque comme une seule œuvre».

Ce qui marque le plus, c’est l’unité de son propos…