electrocd

Les cadeaux de la musique

Ginette Bellavance, Le Devoir, December 7, 1991

UN DISQUE de musique électroacoustique qui s’écoule comme du Mozart? Pourquoi pas. Anecdotes de Yves Daoust sur étiquette empreintes DIGITALes. Si vous croyez que l’univers sonore de l’électroacoustique est encore pollué de «zouip poink chtuff» et de silences inquiétants, il est grandement temps de courir chez votre disquaire pour vous mettre au parfum. Les anecdotes de Yves Daoust font souffler un vent d’air frais sur le monde acousmatique. On entre dans ce théâtre électroacoustique par la porte de la poésie, de l’humour et du quotidien qui, étrangement, se confondent pour le plus grand plaisir de notre écoute. Car c’est bien de théâtre et/ou de cinéma qu’il s’agit. Une suite de tableaux dramatisés qui nous laissent pénétrer dans l’intimité de la vie d’un instrumentiste. Cinq mondes secrets. Cinq solitudes. Ceux qui ont assisté au spectacle Ni terrible ni simple avec la claveciniste Catherine Perrin auront beaucoup de plaisir à réentendre la Suite Baroque qui faisait partie du spectacle et qu’on retrouve éclatée en quatre sections tout au lpng du disque. Petite musique sentimentale c’est Jacques Drouin pianiste, assis à son instrument prés d’une fenêtre, un après-midi d’hiver teinté de nostalgie. Adagio c’est Lise Daoust, en discussion sérieuse avec sa flûte pendant que le téléphone sonne. L’entrevue c’est Joseph Petric «prisonnier d’un instrument plus proche parent de la bolte à musique que des grandes orgues» et qui s’entend ou s’écoute penser. Quatuor c’est la Grande fugue opus 133 de Beethoven… Il est relativement facile de décrire Anecdotes de Yves Daoust mais beaucoup plus difficile de parler de la musique qui y vit. Elle relève de la magie des plans sonores, de l’enchevêtrement des amblances, de la subtilité des perspectives… et du mystère. De quoi d’autre la musique est-elle faite?

… magie des plans sonores, de l’enchevêtrement des amblances, de la subtilité des perspectives…