Les traces de l’inouï

Bernard Gilbert, À l’affiche, March 1, 1992

Francis Dhomont, un phare

Depuis janvier 1990, les électroacousticiens du Québec ont leur propre étiquette de compacts: empreintes DIGITALes. Sept albums sont parus, dont un consacré à Robert Normandeau, excellent compositeur originaire de Québec.

La jeune école électroacoustique québécoise doit beaucoup à certains plonniers plus âgés. Francis Dhomont est l’un de ceux-là; né en France en 1926, il vit au Québec plusieurs mois par année depuis 1979, En publian tun album double de sa musique, empreintes DIGITALes lui rend un important hommage.

La musique de Dhomont est d’une richesse étonnante; pétrie de science, de recherche (il expérimentait le travail sur magnétophone au moment même où Pierre Schaeffer «inventait» la musique concrète, à la fin des années 1940), mais aussi traversée par un authentique souffle de vie. On trouve aussi, dans Cycle de l’errance ou Les dérives du signe, plusieurs éléments constitutifs de la musique électroacoustique québécoise d’aujourd’hui, sa tendance réflexive, européenne; Dhomont a aussi enseigné à plusieurs de nos créateurs. Regroupées en deux périodes, les œuvres endisquées ici parcourent son travail, de 1982 à 1991.

Accompagné d’un livre de plus de 200 pages, l’album permet de cerner à la fois les œuvres, la personnalité et l’implication de Dhomont dont les activités d’animateur et de pédagogue s’ajoutent au travail d’écriture musicale. De nombreux témoignages complètent l’ouvrage.

Produits ici, ces disques sont diffusés en France et en Hollande par le blais de deux firmes reconnues: Ina-GRM et BVHAAST. Assurément, un coffret qui devrait faire date.

Francis Dhomont, un phare