electrocd

Critique

François Bourgouin, L’écouteur, May 20, 1992

Produit par la maison montréalaise DIFFUSION i MéDIA qui était déjà productrice des disques de marque empreintes DIGITALes, voici la nouvelle étiquette de disques SONARt qui, comme l’explique le communiqué de presse, se consacre aux musiques “invisibles”, conçues en studio. C’est démontrer beaucoup d’audace et de courage de la part de Jean-François Denis (le fondateur de la maison) de s’aventurer sur un terrain peu fréquenté, ayant un cercle limité d’auditeurs. Toutes ses réalisations discographiques sont impeccables à commencer par les magnifiques pochettes, imprimées de manière non-conventionnelle (Brégent y est même photographié torse nu…) sur un beau papier glacé. Ce CD réunit les œuvres Atlantide de Michel-Georges Brégent et Golgot(h)a Walter Boudreau et Raôul Duguay qui remportèrent chacune d’elles différents prix intemationaux. Une fois de plus, l’auditeur sera transporté dans un monde sonore irréel, inouï, étonnant et surtout déroutant. Un disque qu’on écoute les yeux ronds et la bouche bée. Comme l’indique la pochette, un CD “pour vos oreilles seuiement” mais aussi pour réaliser un voyage fabuleux au fond de l’imaginaire humain.

Un disque qu’on écoute les yeux ronds et la bouche bée.