electrocd

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no. 13, June 1, 1992

Voici le premier disque de la nouvelle collection de DIFFUSION i MéDIA, SONARt, consacrée à des musiques instrumentales de studio. Ici, il s’agit de deux pièces radiophoniques. La première, Atlantide de Michel-Georges Brégent, pour voix, divers ensembles instrumentaux, sons électroacoustiques et sons environnementaux, date de 1985. Décomposée en sept parties, avec des transitions marquées par l’utilisation de sons familiers (animaux, ville, eau), cette pièce est un mélange étonnant de différents genres: une écriture contemporaine marquée de rock, teintée de jazz (ou l’inverse). L’étonnement persiste à l’écoute des voix s’exprimant en langues anciennes et mystérieuses. On pense presque à Magma! Mais tout cela disparaît dans la dernière partie, où apparaît plus le studio (traitements, larsen…), qui marque la destruction d’Atlantide car cette pièce retrace la vie et la mort des Atlantes vaincus par la soif du pouvoir. L’auteur à travers cette image veut nous montrer le danger qui nous guette, et les transitions entre chaque partie par leur aspect anecdotique sont là pour nous replacer dans notre quotidien.

Golgot(h)a (1991) de Walter Boudreau, avec un texte de Raôul Duguay, est une pièce pour instruments et voix échantillonnée, qui retrace le chemin de croix du Christ.