Présentation d’empreintes DIGITALes

Marc Bourreau, Crystal Infos, September 1, 1992

La musique électroacoustique est née vers 1950, quelque part dans les stations de radio, «de la volonté de falre de la création radiophonique» explique Yves Daoust, compositeur québécois. Fragments de parole, émissions de radio, portes qui claquent, les bruits de la vie quotidienne fournissent le sème d’un nouvel art musical, où la note n’est plus qu’un vague souvenir, une réminiscence engloutie par le son, le matériau sonore. L’abstraction s’ouvre aux musiciens dans toute sa dimension et, pour la première fois dans l’histoire de la musique, un compositeur peut présenter à des auditeurs une œuvre telle qu’il l’a rêvée, telle qu’il l’a voulue, dans sa moindre nuance: «ce qu’on entend ne ressemble pas à ce qu’il a voulu, c’est ce qu’il a voulu» (Francis Dhomont). Le musicien va cueillir ses sons, comme un sculpteur choisit sa glaise, et transformer cette matière, la sculpter: lectures à l’endroit, lectures à l’envers, accélérations, décélérations, découpages, autant de traitements qui s’offrent au compositeur qui, confronté, dans ces premières heures, à une instrumentation encore rudimentaire, n’a plus que son imagination, son astuce et son sens du bricolage comme limites.

Le temps des bricolages solitaires laisse vite sa place à celui de la reconnaissance et des laboratoires de recherche. Pierre Schaeffer cree en 1958 le Groupe de Recherches Musicales (GRM) qui sera le premier organisme voué à l’électroacoustique. Rattaché à l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) en 1975—ce qui lui fournira une stabilité affirmée-, le GRM poursuivra un double objectif de formation et de recherche. Parallèlement à ce développement institutionnel, l’électroacoustique bénéficie du développement des nouvelles technologies. L’avènement du numérique fournit de nouveaux outils aux compositeurs, leur donnant désormais accès à une véritable microscopie sonore. Quant au CD, il s’agit d’un «médium idéal pour la musique électroacoustique» (Jean-François Denis), ignorant les timites mécaniques des supports analoglques.

Pour certains compositeurs d’électroacoustique — ceux qui se rattachent à la musique concréte—, les notes, les hauteurs, n’existent plus en tant que telles. La musique ne s’articule plus autour d’elles mais autour du matériau sonore, élément de base d’un nouveau langage musical, souvent austère, souvent dramatique. Aussi François Bayle a-t-il introduit, pour se distinguer des musiques de notes qui se disent électroacoustiques (legitimement, car elles utilisent synthétiseurs et guitares électriques), la notion de musique acousmatique. Ce terme fait référence à Pythagore qui, parait-il, faisait cours à ses élèves en se dissimulant derrière un drap. Il espérait que son auditoire se concentrerait ainsi sur le seul contenu de son discours. L’expression “musique acousmatique” qualifiera, pour François Bayle, une musique qui «se tourne, se développe en salle, comme le cinéma…»

Pourquoi écouter de l’électro?

L’électroacoustique peut ennuyer, effrayer, effarer ou irriter. On peut-étre rebuté par un domaine musical qui se complait parfois dans l’exercice solitaire d’un art abscons et élitiste, à la limite du pédantisme, comme certains titres d’œuvres l’attestent (Palimpseste, Transits élémentaires 2, Métonymie ou le corps impossible, etc.). Mais c’est un peu le danger qui guette tout musicien qui voudrait aller jusqu’au bout de son art, explorer l’inexploré. Il n’y a plus de références possibles, la musique s’égrène sans filet, et parfois s’effondre, se liquéfie, plonge dans le gouffre de la suffisance, ou se perd dans des dédales sans issue, prenant une ampoule électrique pour l’astre solaire. Il ne s’agit pas d’écrire une chanson pop, porté par une tradition bien assise, mais de construire de nouveaux archipels sonores, sans références architecturales, d’explorer des lieux «qui n’auraient pas été entendus avant par aucun homme» (Robert Normandeau). L’ambition est grande. Voilà pourquoi l’électroacoustique est un art exigeant, autant pour le compositeur — menacé de se perdre à chaque instant — que pour l’auditeur — confronté à une musique qui ne s’inscrit dans aucune tradition musicale bien définie mais dévoile des univers improbables et inconnus.

D’ailieurs, faites écouter de l’électroacousbque à un oncle breton pour qui musique rime avec binIou, le résultat ne se fait pas attendre: «C’est de la musique, ça?». Pourtant, aprés plusieurs essais, une étincelle inattendue peut jaillir: «tlens, c’est joli, ça». Mais de toute façon, quelle importance? La musique, c’est surtout une histoire de vibrations. On vibre ou on ne vibre pas. Comme on aura toujours tendance à aimer ce que l’on connaît, ce qui nous est familier, l’électroacoustique risque d’en effaroucher plus d’un. Mais pour ceux qui ont aimé les voyages intérieurs des musiciens berlinois, la musique électroacoustique offre la possibilité de voyager encore, encore plus loin. Un critique musical québécois, pourtant particulièrement insensible à ce genre de musique rapporte, au sujet d’un concert d’électroacoustique: «Ma voisine n’a pas bougé d’un cheveu. Une vraie morte. Un auditeur a écouté couché par terre. Les jeunes qui étaient là y auraient sans doute passé la nuit entière. Ils “trippaient”…» Musique introspective, muslque dramatique, l’électroacoustique ne se laisse pas facilement approcher mais parfols, la patience est récompensé et, comme à la fln d’un film de Tarkovsky, on se dit qu’on a bien fait de rester jusqu’au bout, malgré l’aridité du propos et l’ennui qui parfois nous assaille. La récompense est à la hauteur de l’effort.

Présentation d’empreintes DIGITALes

empreintes DIGITALes est un label canadien voué à l’électroacoustique, créé en décembre 1989 par Jean-François Denis et Claude Schryer, et distribué par Crystal Lake. La musique est de qualité et présente un éventall assez large de l’électroacoustique: musique életro instrumentale, musique interactive et musique concréte. La suite de l’article présente le catalogue empreintes DIGITALes, à l’exception du disque Ligne de vie: récits électriques de Christian Calon, ainsi qu’une entrevue avec Jean-François Denis. Les avis restent personnels et, s’ils sont parfois négatifs, je tiens à souligner le mérite qu’il y aujourd’hui, selon moi, à expérimenter, à explorer d’autres mondes sonores, quand tant de musiciens se contentent de produire une musique sans originalité, vide d’émotion et de force mais conforme à un certain état de fait musical. Comme l’écrit Yves Daoust, «quel comportement étrange, en effet, condamnant à la solitude, quel décalage avec la réalité d’aujourd’hui, que de consacrer sa vie à la recherche d’un niveau de raffinement, de maîtrise de son art, de moins en moins communicable, lisible. Mais c’est peut-être le seul geste de liberté qui nous reste…»

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.