electrocd

Présentation d’empreintes DIGITALes

Marc Bourreau, Crystal Infos, September 1, 1992

Né à Longueuil, au Canada, en 1956, Yves Daoust a travaillé quelque temps comme concepteur sonore à l’Office National du Film (ONF, Québec).

L’influence du cinéma transparaît dans sa musique qu’il qualifie lui-même de “figurative”. Des bruits naturels et urbains (voix radiophoniques, bruits de circulation, sonneries de téléphone…) dessinent un espace sonore suranné où évolue un instrument solitaire: un piano mélancolique projette les mêmes accords dramatiques, «comme s’échappant d’une fenêtre entrtouverte» (Petite musique sentimentale), une flûte chante ses souvenirs, cite Mozart, Bœhm, Fauré et d’autres (Adagio). On croirait suivre un film sans images, si ce n’est celles que notre esprit dessine, un théâtre sonore où la mémoire des bruits se mêlerait à la mémoire des notes. «J’ignore ce qui me pousse à utiliser constamment dans mes œuvres des bribes de passé musical», explique Yves Daoust. «Peut-être est-ce la nostalgie d’une tradition qui s’éteint qui perd graduellement dans le contexte de notre civlisation mass-médiatique, toute sa signification, se désagrége, se banalise, devient anecdotique.»

C’est une musique mélancolique, empreinte de nostalgie qui s’écoule de ce disque. Mais jamais le compositeur ne se prend trop au sérieux: si le thème de la solitude est là, bien présent, «approché chaque fois sous un éclairage différent, en fonction de l’univers anecdotique propre à chaque instrument, à chaque instrumentiste» il est abordé avec délicatesse, tendresse, sans emphase.

Anecdotes est un disque remarquable, empreint d’une poésie délicate qui ouvre à l’auditeur les portes d’un univers musical original et très accessible.

… un théâtre sonore où la mémoire des bruits se mêlerait à la mémoire des notes.