electrocd

La musique contemporaine à l’honneur

Carol Bergeron, Le Devoir, December 31, 1992

[…] Déjà réconnu à travers le monde par sa collection de musiques électroacoustiques (acousmatiques, mixtes et interactives) diffusée sous l’étiquette «empreintes DIGITALes», l’éditeur montréalais DIFFUSION i MéDIA lançait, cette année, les deux premiers titres de «SONARt», une autre marque consacrée à des musiques conçues en studio. Le premier Laser réunit des œuvres radiophoniques de Michel-Georges Brégent et de Walter Boudreau et Raoul Duguay. Pour voix, divers ensembles, sons électroacoustiques et sons environnementaux, Atlantide de Brégent remporta une «première mention» au prix Italia de 1985; destinée à deux trompettes, deux cors, deux trombones, un tuba, une voix solo échantillonnée, un choeur mixte échantillonné, orgue et cinq percussions, la pièce Golgot(h)a (musique de Boudreau, texte de Duguay) remporta le prix Paul-Gilson en 1991.

Généreuse sans limite, l’inspiration de Brégent peut être qualifiée de profuse, pour peu que la profusion de sons de toutes sortes soit soumise à une pensée musicale rigoureuse… ce qui, avouons-le, n est pas d’une évidence criarde. Au disque, l’écriture de Boudreau semble plus rigoureuse, mieux construite dans le jeu des plans sonores. Dommage toutefois, que le grave prétexte de la Passion du Christ ait inspiré à Duguay un texte d’une indigence affligeante.

Généreuse sans limite, l’inspiration de Brégent