empreintes DIGITALes laissera certainement sa marque

Carol Bergeron, Le Devoir, April 7, 1990

Né en 1955 à Québec, Normandeau se consacre à l’électroacoustique avec autant de détermination que Calon, son ainé de cinq ans. Lui aussi semble irrésistiblement attiré par ce qu’il appelle «la libération des espaces intérieurs».

Il va chercher chez des maîtres électroacousticiens français comme François Bayle, Francis Dhomont ou Bernard Parmegiani, à la fois l’inspiration et le désir de poursuivre encore plus loin l’investigation d’un monde sonore encore plein de promesses.

A propos de leurs musiques — auxquelles il ajoute celle de Calon — il affirme «qu’elles l’aident à vivre en ce qu’elles lui font découvrir des zones inexplorées qui s’ouvrent devant lui comme des lieux de recueillement et de méditation.»

Réunies sous le titre Lieux inouïs, les cinq pièces gravées sur disque de Normandeau représentent l’essentiel de son œuvre, du moins, de ce qu’il tient à diffuser. Et, soit dit en passant, la réalisation technique est ici supérieure au disque de Calon en ce que les bruits de bande ont été totalement effacés.

Le langage est celui d’un magicien des sons. On en revient à la comparaison avec Ravel. Normandeau transforme une chose apparemment banale comme un claquement de porte (Rumeurs) en une cellule rythmique qui se modifie et qui chaque fois déclenche des images sonores variées et superbes. Ce sont des portes qui en se fermant derrière nous, nous obligent à continuer d’explorer un microcosme habité par le compositeur.

Ailleurs, dans Mémoires, on admire comment des bribes de plusieurs requiems se sont intégrées jusqu’à se fondre à sa substance même de la trame sonore. Nous sommes aussi fort heureusement débarrassés de la «citationite» cette plaie qui ronge tant de pièces contemporaines. C’est sans doute que Normandeau possède l’étoffe d’un compositeur capable de se forger une langue propre, capable d’exister par la propre force de son talent.

Ainsi, les deux premières éditions d’empreintes DIGITALes s’inscrivent-elles au palmarès des réussites. Le prochain laser rassemblera des œuvres d’Alain Thibault, un autre électroacousticien québécois fort doué.

Le langage est celui d’un magicien des sons.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.