Critique

Christian Jacob, Keyboards, February 1, 1993

Les synthétiseurs ont perdu depuis longtemps ce pouvoir d’innovation sonore qui donna naissance dans les années 70, aux musiques nouvelles. La standardisation des sons, le règne du ‘preset’, le manque d’ergonomie, les difficultés de la programmation expliquent cet état de fait. C’est du côté de certaines musiques électroacoustiques que l’on trouve aujourd’hui les derniers trous blancs sur la carte des sons; Francis Dhomont est l’un de ces poètes qui sculptent et peignent le temps avec des couleurs et des copeaux, des sons trouvés et des montages de bandes, des synthés oubliés au grain chaleureux. Ces deux CD, Cycle de l’errance et Les dérives du signe réunissent des œuvres composées entre 1982 et 1991. Rétrospective et hommage, accompagnés d’un somptueux livret [dans l’édition originale de 1991], pour ce musicien qui mérite d’être découvert par un large public; car la musique de Francis Dhomont vibre, inspire images et émotions, raconte des histoires et emmène en voyage, elle est jeu et découverte, peinture d’un monde possible dont on visualise les formes et les couleurs à partir des sons. De toute beauté…

… la musique […] vibre, inspire images et émotions, raconte des histoires et emmène en voyage…