À propos de…

Kristoff K.Roll, Revue & Corrigée, no. 16, March 1, 1993

Corazón Road

À partir d’un cadavre exquis, entre Jean et Kristoff K.Roll, le 27 avril 1993.

D’abord il y eut l’envie de se voir.

Il se passait quelque chose ailleurs — important — mais où?

Ça dépendait des témoignages…

Finalement, il restait deux places pour Mexico ce jour-là et c’était urgent, comme souvent.

On est parti, comme on serait descendu au coin de la rue.

Ça tombait bien, sous nos fenêtres il y avait des travaux et du coup, on n’en avait plus de coin de rue.

Donc on est parti, en se doutant bien qu’il faudrait revenir, se plonger dans le bourbier d’ici pour faire entendre notre voix.

Là-bas, il y avait ce luxe d’étrangeté — étroit — doux — cinglant — et quelques silences au-delà des mots, au-delà des sens…

Là-bas, au coin des nues, il y avait parfois des flics, comme ici alors. Mais aussi des odeurs différentes, des densités, des regards, des langues à déchiffrer, ce carré de tissu démesurément bleu, la lumière, des frousses pour rien, des races qui se côtoient, s’ignorent plus loin, des codes qui nous échappent, une enfant qui chantonne un air Jamaïcain. Notre curiosité en éveil, à pleins poumons, nous respirons le Yucatan. Parfois des secondes écartetees — blocs compacts et vides. Désert des sens et plein toucher du monde, d’un MONDE.

Nous allions le quitter, six pieds sous terre nuit et jour, six pieds sous terre dans un étrange et silencieux pays, sous la terre, ici, avec les haut-parleurs, fenètres sur l’extérieur, nous retrouvons ces sons, ces jeux de sons enregistrés au hasard des coins de nue. Dans le studio, underground, tout continue. On échange les idées, les savoir-faire, les bobinos, les envies, les points de vue. Les réponses aux sons de l’un, les modifications des esquisses de l’autre, les va-et-vient et les osmoses témoignent d’une doubie oreille…

En tout cas, le 14 janvier, on a eu le même choc en rentrant: temps blancs, gris.

Guerre du Golfe, silence, puanteur, tout est étrique et le ciel a disparu.

La Guerre du Golfe, le Mexique, le Belize, le Guatemala, rien à voir, tout à inventer.

Sûrement pas admettre.

Sûrement pas rester enfemmé dans le studio comme si de rien n’était. Toujours joyeux et vigilant, les troupeaux de Nagra enregistrent les sophismes, les platitudes et le vacamme poussif des faiseurs d’antiquité.

- Bande de faux frères! les entendais-je dire, la manière dont vous usez de vos pouvoirs si aisement acquis n’a d’égale que votre incapacité à rendre compte de la vraie vie, moderne et nude, et fratemelle! De partout comme une guerilla sourde. des sons étirant l’espoir d’une musique à venir

Les bruits, hors de leur histoire, brossés, limés, ré-éclairés, qui peuvent dire tant de choses: et au centre de ces cahos, la musique.

Pousser les sons vers elle, laisser les sons la décliner puisqu’ils la racontaient déjà. Paroles, marimba, textes, pluie des tropiques, violoncelles, camets de voyage. Carnet de voyage, Corazón Road. On épelait le genre littéraire, on l’oubliait. Parfum des bruits et leur imaginaire… Corazón Road, mais pour dire quoi.

Mais pour dire quoi, pour faire passer quelles émotions, s’inscrire comment avec nos désirs et nos sons dans la tourmente du monde ambiant?

Réveillez-vous les morts!

C’est le son d’un trousseau de clés dans un ventre préparé de piano. Justicia, c’est un trou d’air poinçonné de percussions. Osez siffler jusqu’à ce qu’on trouve un bon air.

Mais qui va l’entendre? Les rappeurs de Belize? Juan et Cecilio?

Grâce à SONARt et à Jean-François Denis, cet appel, maintenant sur CD trouvera des auditeurs.

Roulades à terre. Danser pour penser. Épaissir, densifier toujours… À bientôt.

Corazón Road par Kristoff K.Roll SONARt IMS0 9303 (dist. Metamkine, Semantic)

Parfum des bruits et leur imaginaire… Corazón Road

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.