Critique

Jérome Noetinger, Revue & Corrigée, no. 19, March 1, 1994

empreintes DIGITALes nous fait découvrir de nombreux compositeurs, principalement canadiens, et differentes facettes de la musique électroacoustique: bande, mixte, électronique…

On critique parfois à tort le principe de la rééditon, l’identifiant à un refus du risque, à la mise en avant de valeur sûre ou à la glorification de musiciens disparus. Au-delà de la mise à niveau du support, la réédition nous fait decouvrir ou redécouvrir certaines pièces, certains compositeurs. Elle permet aussi, sous le coup de la nouveauté, de ré-écouter une musique. Et parfois on ne savait plus si les craquements provenaient du vinyl ou de la pièce. Qui ira critiquer la réédition de l’intégral de Schaeffer, de Henry (en cours; l’apocalypse arrive), du De natura sononum de Parmegiani? C’est dans cette logique que se place la réédition du Requiem de Michel Chion. Vingt ans après, cette pièce est toujours aussi forte. L’un des quelques classiques incontoumables réalises au GRM. Rappelons qu’à sa création, cette pièce passait, aux yeux de certains, pour un gag et que bon nombre de compositeurs suggéraient à Michel Chion de se consacrer à la littérature uniquement! Avec ce genre de piece, Chion apparait comme un véritable punk au milieu de compositeurs bloqués. Le Requiem garde la fomme d’une messe pour les morts mais avec différents niveaux de lecture possibles: doctrinale, diabolique, publicitaire, pro- ou anti-religieux… Cette interprétation n’est pas fixée, elle est le choix de chacun. À côté de ce classique, deux autres pièces, Variations, un thème de valse passé à la moulinette, hæhé menu et livré sans emballage, et Nuit noire, véritable cauchemar d’une grande unité tout en nous entrainant dans différentes amblances nocturnes. L’ensemble forme un tout parfaitement adapté à l’écoute domestique.

Même si Michel Chion revendique haut et fort une technique (celle qu’on appelle aujourd’hui analogique), elle ne nous bloque pas à l’écoute de ses pièces, elle disparait pour laisser la place à la musique. «L’affimmation d’une dialectique du son et du support sur lequel ce son est inscrit.» Les imperfections, les défauts, du moins ce que l’on nomme ainsi par rapport à une norme, sont ici parties intégrantes du discours.

La musique concrète et Michel Chion, c’est une vieille histoire. Tout commence avec les initiales MC. Tout est déjà dit, c’est son destin!

… un véritable punk au milieu de compositeurs bloqués.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.